Archives de catégorie : Histoire

ENFANCES EN GUERRE. Témoignages d’enfants espagnols

ENFANCES EN GUERRE. Témoignages d’enfants sur la guerre

« Espagne que nous avons perdue, ne nous perds pas ».
L´histoire de l´exil écrite par les « niños de Rusia »
VERONICA SIERRA BLAS

Espagne que nous avons perdue, ne nous perds pas ;
Garde-nous en ton front abattu,
Conserve en ton flanc le vide encore chaud
De notre amère absence,
Car un jour nous reviendrons, plus véloces,
Sur le dos solide et puissant
De cette mer, les bras ondoyants
Et les remous de la mer dans la gorge i.

 

 

Inés Millán Romeo. 13 años. [Vida antes de la guerra] Francia. Colonia Infantil de Bayona. « Esta escena representa la alegría que sentíamos  cuando mi papá (viajante) volvía a casa. Mi hermano y yo corríamos a abrazarle y a registrarle los bolsillos, para ver lo que nos traía de otras ciudades ».

 

 

 

Enfance, guerre et évacuations

 

C´était l´été 1936. C´était un juillet bleu, teinté d´ors violents. C´était la moisson et les baignades dans la rivière et le ciel étoilé sur nos têtes. […]. C´était l´été en Castille. Je me souviens qu´il faisait chaud, très chaud […].
Soudain, un matin la catastrophe éclata. Le monde s´écroula. Autour de nous, tout commença à s´effondrer et nous, les enfants, nous assistâmes épouvantés à la fin de notre enfance ii.

Les bombes, les sirènes et les courses vers les abris ; l’interdiction de jouer dans la rue sans autorisation ; les maladies résultat du manque de médicaments et de l’insalubrité ; la faim que ne parviennent pas à rassasier les aliments obtenus lors des distributions de rationnement ; la séparation d’avec les êtres chers comme conséquence des évacuations, des incorporations pour le front, des disparitions inexplicables, des morts… Tout cela a été le quotidien des enfants espagnols lors de l’été torride de 1936.
Si une chose est évidente après les nombreux travaux effectués sur les enfants durant le conflit armé espagnol, c’est qu’ils subirent la guerre sous toutes ses formes, comme les adultes. Ils en furent les victimes directes. Rien qu’en 1937, plus de 36 000 enfants de moins de 14 ans ont péri, ce qui correspond à 28% des morts cette année-là iii . La majorité de ces décès sont enregistrés comme conséquence de maladies (surtout de type infectieux) mais aussi des bombardements. Ces derniers sont le motif de nombreux dessins d’enfants et ils constituent également l’un des thèmes les plus récurrents de leurs écrits, comme on peut le noter, par exemple, dans les mémoires de María Álvarez del Vayo, de 10 ans, qui habitait à Prague, où elle et sa famille s´étaient déplacés en octobre 1936 parce que son père travaillant pour la Légation espagnole dans la capitale tchèque. Il était interdit à María de lire le courrier et la presse qui arrivaient quotidiennement chez elle. Un jour, elle ne put réprimer sa curiosité et lut un tract intitulé « Le crime de Guernica » où était décrit le bombardement de la ville basque.

Je ne voulais pas regarder mais du coin de l’œil j’ai tout vu. Des enfants déchiquetés, les vêtements en lambeaux, couchés en ligne, les uns à côté des autres, les yeux fermés avec un petit écriteau accroché au cou. Ces images resteront gravées pour toujours, comme le sera le titre du tract : « Le crime de Guernica ». Au moment de m’endormir, le secret me submerge. Ces enfants, comme moi : que faisaient-ils étendus sur le sol avec un écriteau au cou ?
– Ils sont au ciel – m’explique maman sans me gronder.
J’ai cru pendant longtemps que pour aller au paradis les enfants devaient porter un écriteau, afin qu’on les laisse entrer si on ne connaissait pas leur nom iv.

 

 

 

23 May 1937, Southampton, Hampshire, England, UK — A clergyman points towards the English coast as the ocean liner draws into dock carrying some 4,200 Basque children who have been evacuated from war-torn Spain. — Image by © Hulton-Deutsch Collection/CORBIS

25 de mayo de 1937. 4200 niños vascos (la mayoría bilbaínos) llegan al puerto de Southampton a bordo del navío « Habana ».

 

 

 

En plus d´être victimes, les enfants espagnols furent la cible privilégiée de la propagande de guerre. Les enfants étaient non seulement un moyen pour les deux camps d’obtenir des soutiens au niveau mondial, mais ils étaient aussi considérés comme les héritiers des principes idéologiques pour lesquels on luttait sur le champ de bataille. Ils devaient, le moment venu, reprendre le flambeau laissé par leurs aînés, afin de consolider le triomphe de la République ou d’obtenir la légitimation de l’Espagne nationale et catholique. Faire participer les enfants au conflit a ainsi été l’un des objectifs principaux de la propagande républicaine et franquiste.
Les stratégies ont été nombreuses pour parvenir à l’acculturation et à la socialisation de guerre de l’enfance. Une des plus efficaces fut la représentation des enfants comme victimes de guerre sur des affiches, des tracts, des timbres et d’autres supports de la propagande. Un autre moyen utilisé fut la fabrication de jouets guerriers. Ces jouets susciteront le développement de jeux inspirés par la guerre, de jeux où se reflète à la perfection le processus d’acculturation guerrière de l´enfance. On peut également citer la diffusion de revues, de contes et de livres pour enfants remplis de consignes idéologiques, comme nous pouvons le voir dans la collection de contes publiée par le Ministère de l’Instruction publique entre 1936 et 1937 sous le titre « Contes pour les enfants antifascistes », qui contenait des messages prosélytiques et des dessins de combattants signés par l’un des principaux propagandistes républicains, José Bardasano v.
Mais c’est surtout la transformation de l’école en une école belligérante qui a été la stratégie la plus efficace vi. En effet, expliquer et faire comprendre la guerre aux enfants était une des missions principales des instituteurs, comme le démontrent beaucoup de dessins, de cahiers et d’exercices scolaires conservés. Par exemple, dans l´école de Hostafranchs, à Lérida, l’institutrice demande aux enfants de raconter, dans une lettre adressée à la famille qui est loin, ce qu’ils ont vécu de la guerre.

Hostafranchs, 10 novembre 1936.
Chère sœur,
Je suis désolé à cause de toutes les calamités qui ont eu lieu durant ces quatre mois de guerre. Les fascistes ont détruit l´Espagne. Je ne sais pas quand finira cette guerre civile qu´ils ont commencée. Ta famille sait ce qu´est la souffrance. Ton mari est combattant, il est un de nos défenseurs de la République, notre gouvernement légal. Tu dois avoir de la patience. Je crois que si nous travaillons ensemble sur le front et aussi à l’arrière, nous pouvons obtenir la victoire et éradiquer le fascisme de notre pays.
Salut et Vive la République !
Ton frère, José vii.

 

 

 

 

 

Une des conséquences les plus importantes de la guerre sur les enfants, outre ce processus de socialisation guerrière, a sans doute été leur évacuation des zones à risque. Ce phénomène a pris une dimension particulière durant la Guerre Civile espagnole. En fait, les évacuations des petits Espagnols – souvent suivies d’exil – constituent l’un des exodes infantiles les plus importants du XXe siècle viii.
Dès les premiers mois de la guerre, entre septembre et octobre 1936, le gouvernement républicain organisa plusieurs évacuations d’enfants vers des zones éloignées des fronts, comme la région de Valence ou la Catalogne. L’objectif étant de les protéger, les nourrir et d’assurer la continuité de leur scolarisation, que ce soit dans des colonies construites à cet effet ou dans des maisons d’accueil particulières ix.
Plus tard, à mesure que les troupes franquistes s’emparaient du Nord de l’Espagne, le gouvernement républicain décida d’envoyer les enfants hors du pays, sous le contrôle permanent de la Délégation Centrale des Colonies (DCC), organisme dépendant du ministère de l’Instruction publique, créé le 1er mars 1937, et du Conseil National de l’Enfance Évacuée (CNIE), mis en place le 28 août de la même année. De nombreux pays se proposèrent d’accueillir les enfants espagnols, mais les plus actifs furent la France, la Belgique, l’Angleterre, la Russie, le Mexique, la Suisse et le Danemark x.

 


Les départs et les installations des enfants dans les pays d’accueil étaient toujours précédés d’importantes campagnes de propagande et de slogans tels que « Aidez les enfants d’Espagne » ou «Sauvez l’enfance espagnole » qui eurent un très fort retentissement dans le monde entier. Ils créèrent un consensus émotionnel en faveur de ces évacuations qui devenaient ainsi des preuves évidentes de l’aide internationale reçue par la République.
Pour Franco, au contraire, ces évacuations organisées par le gouvernement républicain pour sauver les enfants de ses bombardements et de ses actions offensives étaient une source de grande inquiétude. En effet, elles donnaient, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, une image très négative de son armée. Le « Caudillo » corrigea rapidement cette mauvaise image en mettant en doute la légitimité et les méthodes du gouvernement républicain, accusant celui-ci d’utiliser non seulement les départs comme un instrument de propagande mais aussi de réaliser ces évacuations d’enfants sans le consentement des parents. La représentation graphique ou littéraire d’enfants tristes, affamés et désemparés transforme l’enfance en victime de la politique républicaine, comme on peut le voir dans l’extrait de ce tract propagandiste publié après l´évacuation d´une clinique pour enfants à Górliz (Plentzia) :

L’Espagne rouge et défaite t’a enlevé ton enfant. L’ESPAGNE DE FRANCO TE LE REND. Eux et nous, avons des desseins bien distincts. Ils détruisent la famille. Nous, nous bâtissons la société sur elle. Cet émouvant baiser venu du fond de ton cœur que tu déposes sur le front de ton fils est le fruit de l’émotion chrétienne. Il possède une valeur éternelle que ne peuvent pas comprendre les âmes obscures qui ordonnèrent ces dramatiques évacuations dictées par Moscou xi.

 

25 de septiembre de 1937: un grupo de niñas y niños vascos, refugiados de la Guerra Civil, están de pie sobre el mar frente al Campamento de Verano St Mary’s Bay en New Rommey, Kent. Están siendo alojados en Gran Bretaña a la espera de que termine la guerra para volver a España.

 

Mais, une fois achevées les évacuations infantiles massives et après s’être assuré du contrôle d’une large partie des fronts, Franco change de stratégie. Le rapatriement des enfants devient son objectif prioritaire. Beaucoup d’enfants évacués à l’étranger rentreront en Espagne par le biais de la Délégation Extraordinaire du Rapatriement de Mineurs (DERM), dépendant du ministère des Affaires étrangères, puis, à partir de 1954, par celui du Service Extérieur de la Phalange xii. Ces rapatriements ne concerneront pas les enfants qui se trouvaient en Russie et au Mexique. Les gouvernements de ces pays s’opposèrent alors à cette « politique du retour ».

Les « niños de Rusia »

 

 

 

De toutes les expéditions infantiles organisées par le gouvernement républicain durant la Guerre Civile, celles vers la Russie furent les plus controversées, en raison de la lutte idéologique acharnée que se livraient le fascisme et le communisme à cette époque non seulement en Espagne, mais également dans toute l’Europe.
La Russie respecta dans un premier temps le traité de non-intervention. Cependant, la participation allemande et italienne dans le conflit aux côtés des insurgés fit changer Staline d’opinion. Les Russes envoyèrent en Espagne des armes, des vivres, des médicaments et du matériel sanitaire. Ils mirent à la disposition de la République d’importants experts politiques et militaires. Ils accueillirent également dans leurs écoles des aviateurs républicains, aidèrent à la création des Brigades Internationales et reçurent plusieurs expéditions d’enfants.
Près de 3.000 enfants, entre 3 et 15 ans, furent évacués en URSS entre le 17 mars 1937 et la fin du mois d’octobre 1938 ; dates des première et quatrième expéditions officielles organisées par la République xiii. Les difficultés du voyage, l’accueil chaleureux lors du débarquement, les attentions reçues pendant les premiers jours du séjour, le processus d’adaptation à leur nouvelle vie et à leur nouvelle patrie, le quotidien au pays du prolétariat, tout cela a été consigné dans les quelque deux cents lettres que les enfants enverront à leur famille et à divers organismes de secours lors des premiers mois en URSS. Ces lettres, aujourd’hui conservées au Centre Documentaire de la Mémoire Historique de Salamanque, constituent un véritable trésor documentaire. Elles nous permettent, en effet, de reconstituer cette évacuation particulière qui, à la différence d’autres restées temporaires, finit par devenir, contre toute attente, un exil permanent.
Certaines de ces lettres écrites par des enfants peuvent être lues comme des journaux de bord, car les enfants y racontent tous les détails du voyage, convaincus de vivre une grande aventure et de jouer un rôle important dans un fait historique sans précédent. Ils racontent, par exemple, comment s’effectue l’embarquement dans les ports espagnols (Carthagène, Valence, Bilbao, Barcelone, Gijón), comment se déroulent les adieux, comment ils sont traités à bord, les repas servis sur le bateau, le peu d’espace disponible, les maladies dont ils souffrent ainsi que les différentes escales. La lettre que le petit Lucio Rueda écrit à son frère Victoriano, combattant républicain, offre un excellent exemple :

A présent, je vais te raconter le voyage que nous avons fait. Quand nous sommes partis de Bilbao, et que nous avons fait nos adieux à maman et à vous tous, nous sommes montés à bord du bateau Habana. Nous y sommes restés jusqu’au lendemain. À quatre heures du matin, on a levé les amarres et on a commencé à naviguer. Nous n’avons pas vu la terre pendant une journée entière puis nous sommes arrivés en France.
Avant d’arriver, nous avons aperçu le navire traître Cervera, mais comme nous étions escortés par 5 bateaux français, il a cru que c’étaient des bateaux républicains et il est parti. Nous ne l’avons plus vu.
Ensuite, nous sommes arrivés en France, à Bordeaux. Nous y sommes restés deux jours, toujours à bord du bateau et le dernier jour, on nous a donné un paquet de bonbons, de biscuits et un petit pain et encore d’autres choses. Puis, nous sommes descendus et nous sommes allés à la gare de France. Après, le bateau Sontay est arrivé et nous avons embarqué de nouveau. Au bout de deux heures, nous avons pris la direction de l’URSS. En chemin, nous avons vu beaucoup de pays : la Hollande, la Belgique. Un peu plus tard, nous sommes entrés dans les eaux allemandes qui semblent aussi méchantes qu’eux, car il y a eu de très grosses vagues.
Ensuite, nous avons vu la Suède et encore d’autres nations. Un peu plus tard, nous avons vu de navires de guerre avec des grues et d’autres choses. Puis un autre bateau identique et après un bateau des garde-côtes s’est approché et son capitaine est monté à bord et ils nous ont filmés. Ensuite, de loin, nous avons vu une partie de l’URSS et en chemin beaucoup de bateaux de commerce. En nous rapprochant de l’URSS, nous avons vu beaucoup de bateaux de guerre russes et 5 sous-marins arrêtés. Un peu plus tard, environ deux heures, nous sommes arrivés à Leningrad et nous nous sommes arrêtés au port xiv.

 

 

L’arrivée en Russie restera inoubliable pour les enfants. Ce fut, sans aucun doute, un des souvenirs les plus gais de cette période marquée par le déracinement et la séparation. Les débarquements ont été filmés et photographiés de très nombreuses fois. Ils ont fait la Une de beaucoup de journaux nationaux et internationaux. Chaque fois qu’une expédition infantile entrait dans le pays, le peuple russe décorait de fleurs et de guirlandes les ports de Leningrad et de Yalta ainsi que les différentes gares traversées par les petits évacués. Ces derniers étaient également accueillis par de la musique et des danses traditionnelles. Comme le décrit le petit Emiliano Aza dans la lettre à sa famille, les enfants étaient reçus, et je cite ses propres mots, «comme si nous étions des héros revenant de la guerre et comme si nous avions réalisé des exploits extraordinaires » xv.
À peine arrivés, les enfants étaient l’objet de nombreux égards et de soins : un bon bain, un examen médical, de nouveaux vêtements (des uniformes pour tous) et des repas succulents – avec même du caviar au menu. Avant de découvrir leur nouvelle maison, ils faisaient même un séjour dans un sanatorium pour se reposer de leur périple. C’est ce que raconte la lettre du petit Marcos Alcón adressée à ses parents le 24 juin 1937 :

En arrivant à l’infirmerie, nous avons pris une douche et nous avons mangé deux gâteaux de pain avec du beurre et du fromage, du pain avec de la confiture, un gâteau et du chocolat. On nous a donné des chaussettes, un pantalon long, un maillot de corps, un caleçon mauve qui ressemble à un pagne, et une chemise verte identique à celles qui sont jaunes, mais plus légère et avec des manches longues pour être portée avec une cravate xvi.

 

 

Les seize Maisons d’Enfants, que le Narkompros (le Commissaire du peuple pour l’Enseignement Soviétique) avait créées spécialement dans différentes provinces de la Fédération Russe et en Ukraine pour les enfants espagnols évacués, ont été de véritables oasis de bonheur. D’ailleurs, la majorité des enfants qui ont écrit leurs mémoires et leurs autobiographies consacrent toujours un chapitre à la description des Maisons où ils vécurent, comme par exemple, Bernardo Clemente del Río, qui habitait à la Maison numéro 7 de Moscou :

Notre maison d’enfants de Moscou se trouvait à l’angle des rues Bolshaya Piragóvskaya et Alsufelskaya. C’était un ancien bâtiment restauré et transformé avant notre arrivée […]. Par le passé, ce devait être la demeure d’un grand de Russie. Au rez-de-chaussée, se trouvaient l’entrée, la penderie pour les manteaux, les bonnets et les sabots. Il y avait une petite fontaine de marbre avec des poissons de couleurs, le petit bureau de la comptabilité, trois grands dortoirs pour les garçons, les toilettes, les douches, une pièce destinée au rangement du linge de maison, des draps et des vêtements, la grande salle du réfectoire et la cuisine.
On accédait au premier étage par un large escalier de marbre blanc. À cet étage, il y avait le bureau de la directrice et du zampolit (directeur adjoint chargé de l’éducation politique), deux grands dortoirs pour les filles et leurs toilettes, une grande salle de conférences avec une scène, un rideau en velours rouge et un piano à queue. Dans cette salle, nous faisions notre gymnastique du matin, mais aussi des fêtes et des réunions, etc. À cet étage, il y avait les pièces pour faire les devoirs de l’école xvii.

 

Une fois installés dans leur nouveau foyer, les enfants bénéficiaient d’égards particuliers. Il régnait dans ces maisons une sorte de « microclimat espagnol ». Sur un total de plus de 1 000 personnes chargées d’encadrer les petits, 111 étaient espagnoles xviii. Les enfants suivaient des cours d’espagnol ; des manuels scolaires russes furent même traduits en castillan pour eux. Ils participaient à des groupes de danse, de théâtre, de musique ou de littérature espagnole. Ils gardèrent également le contact avec de nombreux dirigeants du Parti Communiste qui les considéraient comme le futur de l’Espagne et qui leur faisaient croire qu’ils étaient destinés à diriger le pays une fois que tout serait terminé et que la République aurait gagné la guerre. Cet espoir se manifeste clairement dans les choix des études entreprises après l’école. Dans leur grande majorité, ils se sont dirigés vers des carrières de pilotes, de marins, de médecins et d’infirmières.
Les enfants apprirent aussi le russe, non sans quelques difficultés. Ils participèrent à de nombreuses activités et fêtes avec des enfants soviétiques. Ils firent partie du mouvement des pionniers, et ainsi profitèrent de multiples excursions à travers tout le territoire qui leur permirent de mieux connaître et apprécier leur nouvelle patrie et de se familiariser avec les mœurs du peuple russe. Tout ceci se reflète dans les lettres, qui peuvent être lues comme une chronique de la vie quotidienne de ces jeunes au cours de leurs premières années en Union Soviétique, mais aussi dans d’autres documents qui ont été conservés, telles les rédactions scolaires, comme celle que nous pouvons voir de la petite Amelia de Quirós, écrite à l’École de Moscou en janvier 1938 :

Je dois raconter ce qui me plaît le plus. Nous vivons actuellement à Moscou. Depuis 5 mois que nous sommes installés dans la capitale de l’URSS, nous avons vu plein de choses intéressantes, par exemple la parade du 7 novembre pour le XXe anniversaire de l’URSS. J’ai aussi été très émue de voir le mausolée de Lénine. Mais ce qui m’a le plus impressionnée de tous les monuments de Moscou, c’est le métro. C’est une chose que je n’avais jamais vue de toute ma vie, surtout la station [Kievskaya], construite en un an par les jeunesses communistes. C’est la plus belle. J’ai beaucoup aimé aussi le Kremlin car c’est un monument très ancien, mais à mon avis c’est le métro qui est le plus extraordinaire xix.

 

Malgré tout, les enfants n’oublièrent jamais que leur pays était alors en guerre et que leurs parents et leurs proches couraient de grands périls chaque jour. Beaucoup se souviennent encore de l’angoisse, du désespoir et de la tristesse de ne pas recevoir de nouvelles des leurs.
Des mois entiers pouvaient s’écouler avant que les enfants ne reçoivent des lettres de chez eux. La censure, la désorganisation du courrier due à la situation de guerre, la perte de missives et le perpétuel changement d’adresse des proches (certains sur le front, d’autres réfugiés ou encore emprisonnés, disparus ou morts), tous ces facteurs rendaient difficile le maintien d’une correspondance suivie.
Le silence de leurs parents les rendait malades, à tel point qu’ils pouvaient écrire des phrases comme celle de la petite Visitación Urquijo à la fin d’une de ses missives : « maman, écrivez-moi, parce que si vous ne m’écrivez pas, je crois que vous êtes morts » xx . Les enfants ne renonçaient pas à joindre leurs êtres chers même lorsque le fil des nouvelles s’était interrompu. C’est ce que montrent, par exemple, les demandes de recherche adressées à plusieurs organismes républicains, comme celle du petit Ignacio Ruano, qui écrit au « camarade » Joaquín Bustos, chargé de la Délégation d’Assistance Sociale d´Euzkadi, dans le but de localiser ses parents et son frère :

Cher camarade Joaquín Bustos, je vous écris cette lettre en tant qu’enfant espagnol qui se trouve en Russie à cause de la guerre en Espagne. Cela fait un an que je suis parti et que je réside en Russie, depuis lors je n’ai pas pu découvrir l’endroit où sont mes parents et j’espère que vous pourrez m’aider. Ma mère s’appelle Magdalena Pajares. Mon père Daniel Ruano et j’ai un frère de 16 ans, Alejandro Ruano. Retrouvez le domicile d’un des trois.
Ici, nous sommes très heureux. Nous avons de tout, on s’occupe de nous très bien. Nous sommes dispersés dans différentes villes. Moi, j’habite à la ville de [Jarkov]. Grâce à votre aide, beaucoup d’enfants ont pu retrouver l’adresse de leurs parents. Dans l’attente de vous lire, un élève espagnol qui n’oublie jamais l’Espagne xxi.

 

 

Les parents, ainsi que les autorités républicaines, étaient persuadés que la séparation ne serait que temporaire. Une fois que les hostilités cesseraient en Espagne, les enfants rentreraient chez eux. Personne ne pensait évidemment en une possible défaite et encore moins à l’impossibilité du retour provoqué par l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale. Cette dernière donna l’occasion aux enfants espagnols, devenus alors adolescents, de pouvoir montrer leur reconnaissance au peuple russe. La Grande Guerre Patriotique marqua la fin de l’enfance perdue des Enfants de Russie. Ils virent là non seulement un moyen de déclarer leur amour au pays qui les avait sauvés des bombes, mais aussi l’opportunité de reprendre le flambeau dans la lutte contre le fascisme.
Quand Hitler envahit l’Union Soviétique le 21 juin 1941, la majorité des enfants espagnols avaient entre 10 et 15 ans. Toutes les Maisons d’Enfants étaient situées sur l’axe de l’invasion allemande et durent donc être abandonnées. Les enfants furent évacués, une fois encore, vers des zones plus sûres xxii . La petite Ariadna Pascual se souvient, dans ses mémoires encore inédites, de cette nouvelle évacuation et note même l’heure à laquelle elle apprit la nouvelle par un des instituteurs espagnols de la Maison d’Enfants de Moscou où elle habitait et de laquelle elle fut évacuée vers Kuibyshev dans la nuit du 15 octobre 1941 :

Le 22 juin 1941 : à 4:00 du matin l’Armée d’Hitler a traversé la frontière. J’avais seulement huit ans, mais je me souviens parfaitement de ce dimanche-là. Nous étions en train de faire la fête dans la salle de conférences de la Maison, nous jouions et nous dansions. Comme toutes mes camarades, je portais une robe bleue et des collants jaunes. Soudain, un de nos professeurs espagnols est brusquement entré dans la pièce en nous disant que la fête était finie. La guerre avait commencé ; elle nous poursuivait où que nous allions xxiii.

 

 

La plupart des jeunes espagnols participèrent activement à la Seconde Guerre mondiale : travaillant dans les usines pour satisfaire les besoins matériels de la guerre, collaborant aux tâches de l’arrière, participant aux moissons des nombreux kolkhozes disséminés sur tout le territoire soviétique ou rejoignant l’Armée Rouge comme infirmières ou comme combattants.
C’est le cas du capitaine Francisco Gullón, qui écrit ceci dans son journal :

[Juin, 1942] Gavrilovo, région de Smolensk. Je suis de nouveau sur le front. Je suis ici avec deux camarades espagnols, Alberca et Uztarro, dans un régiment de soldats rouges […]. Actuellement je suis capitaine de l’Armée Rouge. On m’a assuré que l’on me donnera bientôt un bataillon. Il est indispensable de lutter, de lutter comme jamais. On dit que nous vivons la situation la plus difficile de toute la guerre. Je tiens à écrire aujourd’hui ce que je pense d’elle afin de lire mes notes à la fin de la guerre […]. J’ai vingt-deux ans et le plus grand désir de vivre […]. Je veux encore revoir ma chère ville de Madrid. Je veux rentrer en Espagne xxiv.

 

Entre 50 et 65 « enfants de Russie » perdirent la vie sur les champs de bataille. Plus de 500 moururent de froid ou de faim, de manque de médicaments ou lors de bombardements xxv. Les survivants durent affronter les difficultés de l’après-guerre. Ce fut un changement brutal avec leur vie antérieure. Les Maisons d’Enfants avaient disparu et chacun devait prendre sa vie en main. Le moment était venu de s’intégrer à la société soviétique dans toutes ses dimensions : académique, professionnelle, politique, économique ou familiale. Les destins furent variés, mais le désir et l’espoir du retour ne disparurent jamais.
Dès la fin de la Guerre et jusqu’à la mort de Staline en 1953, peu d’enfants purent rentrer en Espagne. Ce ne fut qu’en 1956-1957 que les autorités russes et espagnoles leur offrirent la possibilité de rentrer dans leur pays natal. Jusqu’à sept expéditions officielles de retour furent mises sur pied. La première, composée de 667 « enfants », arriva à bord du Crimea au port de Valence, le 28 septembre 1956.
Cependant, la moitié d’entre eux retournèrent peu de temps après en Russie en raison de la difficulté à vivre paisiblement dans l’Espagne franquiste : familles brisées, retrouvailles frustrées, problèmes pour trouver du travail et pour obtenir l´homologation de leurs diplômes russes, non reconnaissance de leurs mariages civils, interrogatoires constants de la police, persécutions, emprisonnements xxvi, etc. L´histoire des retours est, en réalité, une histoire de silences, de méprises et de promesses flouées.
Aux rapatriements officiels des années 50, succéderont ceux organisées pendant la Guerre Froide.
Le retour continua après le mort de Franco en 1975, mais il faudra attendre les années 90 pour que le nouveau paysage politique et économique de l’ancienne URSS oblige de nombreux « enfants » à émigrer de manière forcée et précipitée, non seulement pour fuir une Russie qu’ils ne reconnaissent plus mais également pour rentrer en Espagne et accomplir un dernier souhait : celui de mourir chez eux.

Les enfants espagnols évacués vers la Russie en 1937 et 1938 ont partagé durant leur enfance et leur adolescence beaucoup d´événements qui ont marqué leur vie adulte et ils ont tissé d´importants réseaux de solidarité et de relations sociales et familiales qui les maintiennent toujours unis. Leur identité collective a été construite historiquement, au long du temps et contre le temps. Cette construction a été possible grâce aux lieux de mémoire qu´ils ont créés, aux nombreux actes qu´ils ont célébrés, aux associations qu´ils ont fondées xxvii, grâce aussi à la lutte infatigable pour la reconnaissance publique de leurs droits et pour la préservation de leur histoire.

Nous, nous avons toujours été différents, partout. Pour les Russes, nous étions à vie des Espagnols […], pour les Espagnols, quand nous y allions, nous étions des Russes […]. Il me semble que la guerre a gâché toute notre vie. Toute notre vie d’enfants à penser à l´Espagne, à penser que nous étions des Espagnols, à penser à rentrer en Espagne. De même pour l´adolescence. Plus tard, quand nous nous sommes rendus compte de cela, nous étions déjà vieux, et nous sommes les enfants de la guerre, et de toutes façons […], nous sommes toujours en train de penser à faire nos valises xxviii.
(Article traduit par THOMAS BOSC)

 

 

 

 

i Pedro GARFIAS, « Entre España y México. A bordo del Sinaia », Poesías completas, Madrid, Alpuerto, 1996, p. 297.
ii Josefina RODRÍGUEZ ALDECOA, El semanal, 11 août 1996, s.p.
iii Tomás VIDAL BENDITO, Joaquín RECAÑO, « Demografía y Guerra Civil », Historia 16, nº 14, 1987, p. 68.
iv María ÁLVAREZ DEL VAYO, Los últimos días. Recuerdos y reflexiones de una niña del exilio, Madrid,
Fondation Pablo Iglesias, 2003, p. 35.
v Jaime GARCÍA PADRINO, Libros y literatura para niños en la España contemporánea, Madrid, Fondation Germán Sánchez Ruipérez, 1992.
vi Alejandro MAYORDOMO, Juan Manuel FERNÁNDEZ SORIA, Vencer y convencer. Educación y política. España,
1936-1945, Valence, Université de Valence, 1993.
vii Cahier de roulement de l´école de Hostafranchs (Lérida). Exercice épistolaire de l´écolier José Vila, 10 novembre 1936. Dossier de ‘purge’ de la maîtresse Ramona Albareda Escudé. Archives Générales de l´Administration (AGA), Alcalá de Henares. Fonds Ministère d´Éducation et Culture (MEC), dossier 235, nº 49.800.
viii Alicia ALTED, « Las consecuencias de la Guerra Civil española en los niños de la República : de la dispersión al exilio », Espacio, tiempo y forma. Revista de la Facultad de Geografía e Historia de la UNED, série V, nº 9, 1996, pp. 207-228.
ix José Ignacio CRUZ, « Colonias escolares y Guerra Civil. Un ejemplo de evacuación infantil », in A pesar de todo dibujan. La Guerra Civil vista por los niños, Madrid, Bibliothèque National d´Espagne, 2006, pp. 41-52 ; et Cristina ESCRIVÁ MOSCARDÓ, Rafael MAESTRE MARÍN, De las negras bombas a las doradas naranjas. Colonias escolares, 1936-1939, Valence, l´Eixam Éditions, 2011.
x Pour une bibliographie plus exhaustive voir Alicia ALTED, Roger GONZÁLEZ, María José MILLÁN (eds.), El exilio de los niños. Catálogo de la exposición, Madrid, Fondation Pablo Iglesias, Fondation Francisco Largo Caballero, 2003 ; et Verónica SIERRA BLAS, Palabras huérfanas. Los niños y la Guerra Civil, Madrid, Taurus, 2009.
xi Un episodio de la guerra española. Evacuación y repatriación del Sanatorio de Górliz, Bilbao, Publications de la Députation Provinciale de Biscaye, Imprimerie Provinciale de Biscaye, 1937, p. 23.
xii Alicia ALTED, « Le retour en Espagne des enfants évacués pendant la Guerre Civile espagnole : la Délégation extraordinaire au rapatriement des mineurs (1938-1954) », in Enfants de la guerre civile espagnole. Vécus et représentations de la génération née entre 1925 et 1940, Paris, L´Harmattan, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1999, pp. 47-59.
xiii Sur les évacuations vers la Russie voir Enrique ZAFRA, Rosalía CREGO, Carmen HEREDIA, Los niños
españoles evacuados a la URSS (1937), Madrid, Éditions de la Torre, 1989 ; Marie Jose DEVILLARD, Álvaro PAZOS, Susana CASTILLO, Nuria MEDINA, Los niños españoles en la URSS (1937-1997) : narración y memoria, Barcelone, Ariel, 2001 ; Alicia ALTED, Encarna NICOLÁS, Roger GONZÁLEZ, Los niños de la guerra de España en la Unión Soviética. De la evacuación al retorno (1937-1999), Madrid, Fondation Francisco Largo Caballero, 1999 ; Susana CASTILLO, Mis años en la escuela soviética. El discurso autobiográfico de los niños españoles en la URSS, Madrid, Los libros de la Catarata, 2009 ; et Immaculada COLOMINA LIMONERO, Dos patrias, tres mil destinos : vida y exilio de los niños de la Guerra de España evacuados a la Unión Soviética, Madrid, Cinca Éditions, Fondation Francisco Largo Caballero, 2010.
xiv Lettre du Lucio Rueda à son frère Victoriano. Odessa, 12 février 1938. Centre Documentaire de la Mémoire Historique, Salamanque (CDMH). Fonds Politique et Social (PS) de Santander, série O, boîte nº 51, dossier nº 7, documents nº 83-89.
xv Lettre d’Emiliano Aza à ses parents et frères. Odessa, 31 janvier 1938. CDMH, PS Santander, série O, boîte nº 51, dossier nº 7, document nº 6.
xvi Lettre du Marcos Alcón à ses parents. Leningrad, 24 juin 1937. CDMH, PS Bilbao, boîte nº 5, dossier nº 11, document nº 6.
xvii Bernardo Clemente DEL RÍO SALCEDA, 20.000 días en la URSS. Recuerdos, descubrimientos y reflexiones de un niño de la guerra, Madrid, Fondation Francisco Largo Caballero, Entrelíneas, 2004, pp. 46-47.
xviii Cf. Susana CASTILLO, Memoria, educación e historia : el caso de los niños españoles evacuados a la Unión Soviética durante la Guerra Civil española, Madrid, Université Complutense de Madrid, 1999, p. 280.
xix Rédaction écrite par Amelia B. de Quirós. École de Moscou, 13 janvier 1938. CDMH, PS Barcelone, boîte nº 87, dossier nº 17, document nº 1.
xx Lettre de Visitación Urquijo à ses parents et à sa soeur. Misjor, 9 septembre 1937. CDMH, PS Santander, série O, boîte nº 51, dossier nº 7, document nº 124.
xxi Lettre d’Ignacio Ruano adressée à Joaquín Bustos, chargé de la Délégation d’Assistance Sociale d’Euzkadi. Jarkov, 5 juillet 1938. CDMH, PS Bilbao, boîte nº 206, dossier nº 8, document nº 19.
xxii Nosotros lo hemos vivido. Homenaje de los « Niños de la Guerra Española » al Pueblo Ruso, Madrid, Ministère des Affaires Sociales, Imprimerie Garso ; Clinique Le Retour, 1995, p. 32.
xxiii Extrait du journal d´Ariadna Pascual, Moscou, 22 juin 1941, cf. Dorothy LEGARRETA, The Guernica Generation. Basque Refugee Children of the Spanish Civil War, Reno, Université de Nevada, 1984, pp. 266-267.
xxiv Extrait du journal de Francisco Gullón, juin 1942, cf. Eusebio CIMORRA, Isidro R. MENDIETA, Enrique
ZAFRA, El sol sale de noche. La presencia española en la Gran Guerra Patria del pueblo soviético contra el nazi-fascismo, Moscou, Progreso, 1970, pp. 66-67.
xxv Rafael MIRALLES, Españoles en Rusia, Madrid, Éditions et Publications espagnoles (EPESA), 1947, pp. 201-202 ; et En memoria de los combatientes y niños españoles muertos junto al pueblo ruso con motivo de la Segunda Guerra Mundial, 1941-1950, Madrid, Fondation Nostalgia, 2000, s.p.
xxvi Carmen GONZÁLEZ MARTÍNEZ, « El retorno a España de los “Niños de la Guerra Civil” », Anales de Historia Contemporánea, nº 19, 2003, pp. 75-100.
xxvii Jesús J. ALONSO CARBALLÉS, « Las organizaciones de memoria de “los niños del exilio” : de la memoria a la historia », Amnis, nº2, 2011 [http://amnis.revues.org/1501].
xxviii Macrina García Santana : entrevue réalisée par Roger González Martell, La Havane (Cuba), décembre 1998, cf. Alicia ALTED, La voz de los vencidos. El exilio republicano de 1939, Madrid, Aguilar, 2005, p. 197.

Source :
Enfance Violence Exil
par Catherine MILKOVITCH-RIOUX et Rose DUROUX
CELIS, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand
Colloque international
ENFANCES EN GUERRE. Témoignages d’enfants
sur la guerre
Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand (CELIS)
Université d’Amiens (CHSSC)
7-8-9 décembre 2011
UNESCO
Programme ANR Enfance Violence Exil
enfance-violence-exil.net

CRISTINO GARCÍA

Article de la revue Regards n° 31 du 8 mars 1946.

 

La forte émotion nationale provoquée par l’exécution de dix guérilleros le 22 février 1946, parmi lesquels l’ancien résistant Cristino García, a levé ces ambiguïtés et semblé répondre aux attentes de l’exil. Le gouvernement tripartite dirigé par Félix Gouin décida de mettre en œuvre une politique interventionniste contre la dictature péninsulaire : non seulement il l’isola par une quarantaine unilatérale, fermant la frontière pyrénéenne fin février et coupant toutes les communications entre les deux pays, mais il fut à l’origine de l’adoption par l’Assemblée générale des Nations unies, à la fin de cette même année, d’une résolution qui mettait symboliquement au ban le régime franquiste en préconisant son exclusion des institutions et conférences internationales reliées à l’ONU, ainsi que le rappel des ambassadeurs ou ministres plénipotentiaires accrédités. De manière symétrique, un soutien résolu était apporté aux républicains espagnols, dans l’espoir de favoriser une relève démocratique au pouvoir du général Franco. Il faut en effet prendre en compte l’existence de deux Espagne jusqu’en 1977, Paris devenant début 1946 le siège des institutions républicaines en exil. Or, quelques mois suffirent pour mettre en lumière la vanité d’espérer une solution espagnole en raison des déchirements et de la sclérose de l’antifranquisme. Cette faillite privait de sens la politique interventionniste, alors même que la résolution de l’ONU, qui tenait plus de la condamnation morale que d’une pratique d’ostracisme multilatéral, l’avait implicitement désavouée.

Le déclenchement de la guerre froide se greffa sur l’échec patent de la quarantaine unilatérale, inefficace vis-à-vis de l’Espagne et préjudiciable aux intérêts français, pour amener l’exécutif à décider, début février 1948, de rétablir la circulation pyrénéenne. Cette décision, et l’assentiment unanime qu’elle rencontra hors de la mouvance communiste, reflétaient l’effacement des valeurs de la Résistance et de la référence antifasciste qui avaient prévalu dans l’immédiat après-guerre au profit de la priorité anticommuniste, tout en sanctionnant l’incapacité d’une puissance moyenne comme la France à suivre une ligne originale en période de bipolarisation internationale. Après une brève phase d’affrontement avec Madrid, l’heure était donc à l’apaisement, surtout quand la levée des sanctions onusiennes entraîna la normalisation des relations diplomatiques et la promotion du délégué Bernard Hardion au rang d’ambassadeur en janvier 1951 ; la France fut toutefois le dernier pays d’Europe occidentale à présenter une demande d’agrément. La guerre froide conférait en effet une nouvelle légitimité internationale au général Franco, lui permettant de se targuer d’avoir été le « premier adversaire du communisme » et de faire figure d’allié potentiel de la défense occidentale ; il lui fut associé par le biais des accords hispano-américains d’assistance économique et militaire signés en septembre 1953. L’Espagne effectua alors son retour sur la scène mondiale, refermant la séquence de marginalisation ouverte en 1936 ; après l’UNESCO fin 1952, l’admission à l’ONU en décembre 1955 couronna une normalisation qui transparut également dans le peu d’attention accordée à la candidature franquiste par les États membres, soucieux de préserver l’équilibre international en admettant ensemble des pays du bloc soviétique, d’autres du camp occidental et des neutres. Premier bénéficiaire de la guerre froide, le général Franco dut finalement son absolution officielle à la coexistence pacifique des deux Grands.

 

La frontière franco-espagnole fut fermée le 1 mars 1946 et ouverte à nouveau le 10 février 1948.

Source :

http://www.defense.gouv.fr/irsem/publications/lettre-de-l-irsem/les-lettres-de-l-irsem-2012-2013/2012-lettre-de-l-irsem/lettre-de-l-irsem-n-8-2012/enjeux/les-relations-bilaterales-france-espagne-un-survol-historique

 

 

BIOGRAPHIE

Né à Gozón- Sama de Langreo (Asturies) en 1913 – fusillé le 22 février 1946.

Cristino García Granda avait participé à la révolution d’octobre 1934 aux Asturies. En juillet 1936 il était marin et en escale à Séville. Après s’être emparé du navire avec l’équipage il regagnait les Asturies. Incorporé dans l’armée du nord, il était alors responsable d’un groupe de mineurs, dynamiteurs sur les arrières de l’ennemi. A la chute des Asturies, il parvenait à gagner la Catalogne et s’intègrait au XIV Corps d’armée dans le groupe de guerilleros de Domingo Ungria González où il avait le grade de lieutenant.

Passé en France à la fin de la guerre, il était interné en camp puis travaillait comme mineur de charbon dans le département du Gard. Pendant l’occupation il participait à la résistance contre les nazis. Il a été d’abord chef de la Brigade de Tarbes (Hautes Pyrénées), puis entre mars 1943 et janvier 1944 commandant de la 21è Brigade (Gard) de la 3° Division de Guerrilleros Espanoles. Il a été ensuite nommé lieutenant colonel de la 158° Division (Tarbes). Il a été décoré de la légion d’honneur pour son action dans la résistance : il avait en particulier participé à la libération de Foix et à la bataille de la Madeleine (Gard) où il avait fait près de 1300 prisonniers allemands. Il avait participé également le 4 février 1944 à la libération des prisonniers politiques de la prison de Nîmes.

A l’automne 1944 Cristino Garcia Granda prenait part à l’opération d’invasion du Vall d’Aran dans le cadre de Reconquista de España. Après l’échec de l’opération il avait été mis à la disposition du Parti communiste. Santiago Carrillo Solares le choisissait alors pour une délicate opération d’épuration du Parti à Madrid. En avril 1945, accompagné de trois guérilleros, il passait en Catalogne puis gagnait Madrid où il remplaçait José Vitini Flores qui venait d’être arrêté et prenait en charge l’appareil d’information et l’organisation des guerilleros. Il était alors responsable de la 5° Agrupación de Guerrilleros Centro-Extremadura (Tolède, Ciudad Real, Badajoz, Caceres, Jaen et Cordoba). Pendant tout le mois de septembre son groupe allait opérer plusieurs attaques contre des établissements bancaires. Antonio Nuñez Balsera, qui en avait reçu la consigne de la bouche même de Santiago Carrillo et de Dolores Ibárruri à Toulouse en juin 1945, lui transmettait alors l’ordre d’exécuter le vieux militant communiste Gabriel León Trilla, qualifié de provocateur. Cristino García, se considérant comme « un révolutionnaire et non un assassin », aurait refusé d’exécuter personnellement Trilla, mais désignera un de ces hommes, Francisco Esteban Carranque Sánchez qui dans la nuit du 6 septembre 1945 assassinait Trilla. Le 15 octobre son groupe exécutait Alberto Pérez Ayala Cesar, un vieil ami de Trilla. Peu après cette nouvelle exécution, Critino García Granda et son groupe étaient arrêtés. Traduit devant un conseil de guerre qui s’ouvrait le 22 janvier 1946 contre dix sept membres du groupe, Cristino García Granda était condamné à mort le 9 février avec Manuel Castro Rodríguez, Francisco Esteve, Luis Fernández Avila, Francisco Esteban Carranque Sánchez, Gonzalo González González, Eduardo González Silván, Antonio Medina Vega El Canario, Joaquin Almazán Alonso et Eduardo Fuente. Le 21 ou 22 février étaient fusillés Cristino García Granda, Diego Luque Molina, Manuel Castro Rodríguez, Candido Mañanas Servant, Alfredo Ilias Pereira, José Martínez Gutiérrez, Pedro Cordero Bazaga, Luis Fernandez de Avila Nuñez, Francisco Esteban Carranque Sanchez, José Antonio Cepas Silva et Alfonso Diaz Cabezas.

Après l’éxécution de Cristino García, c’est Pablo Sanz Prades Paco El Catalán qui prit le commandement des groupes urbains communistes appelés « cazadores de ciudad ».

Source :

https://losdelasierra.info/spip.php?article2900

 

 L’Espagne est admise à l’UNESCO en 1952. Albert Camus, pressenti pour une mission au sein de l’UNESCO,  démissionne. Sa lettre.

Monsieur le Directeur Général,

Par une lettre du 30 mai, l’Unesco a bien voulu me demander de collaborer à une enquête qu’elle entreprend concernant la culture et l’éducation. En vous priant de bien vouloir faire part de mes raisons aux organismes directeurs de l’institution, je voudrais vous dire brièvement pourquoi je ne puis consentir à cette collaboration aussi longtemps qu’il sera question de faire entrer l’Espagne franquiste à l’Unesco.

J’ai appris, en effet, avec nouvelle avec indignation. Je doute qu’il faille l’attribuer à l’intérêt que l’Unesco peut porter aux réalisations culturelles du gouvernement de Madrid ni à l’admiration que l’Unesco a pu concevoir pour des lois qui régissent l’enseignement secondaire et primaire en Espagne (particulièrement les lois du 20 septembre 1938 et du 17 juillet 1945, que vos services pourront utilement consulter). Je doute encore plus encore qu’elle s’explique par l’enthousiasme avec lequel ledit gouvernement reçoit les principes dont l’Unesco prétend s’inspirer. En fait, l’Espagne franquiste, qui censure toute expression libre, censure aussi vos publications.

Je mets, par exemple, au défi vos services d’organiser à Madrid l’Exposition des droits de l’homme qu’ils ont fait connaître dans beaucoup de pays. Si déjà l’adhésion de l’Espagne franquiste aux Nations unies soulève de graves questions, dont plusieurs intéressent la décence, son entrée à l’Unesco, comme d’ailleurs celle de tout gouvernement totalitaire, violera par surcroît la logique la plus élémentaire. J’ajoute qu’après les récentes et cyniques exécutions de militants syndicalistes en Espagne, et au moment où se préparent de nouveaux procès, cette décision serait particulièrement scandaleuse.

La recommandation de votre conseil exécutif ne peut donc s’expliquer que par des raisons qui n’ont rien à voir avec les buts avoués de l’Unesco et qui, dans tous les cas, ne sont pas ceux des écrivains et des intellectuels dont vous sollicitez la sympathie ou la collaboration. C’est pourquoi, et bien que cette décision soit en elle-même, je le sais, de mince importance, je me sens cependant obligé de refuser, en ce qui me concerne, tout contact avec votre organisme, jusqu’à la date où il reviendra sur sa décision, et de dénoncer jusque-là l’ambiguïté inacceptable de son action.

Je regrette aussi de devoir rendre publique cette lettre dès que vous l’aurez reçue. Je le ferai dans le seul espoir que des hommes plus importants que moi, et d’une manière générale les artistes et intellectuels libres, quels qu’ils soient, partageront mon opinion et vous signifieront directement qu’ils sont décidés eux aussi à boycotter une organisation qui vient de démentir publiquement toute son action passée.

Avec mes regrets personnels, je vous prie de croire, Monsieur le Directeur Général, à mes sentiments bien sincères.

Albert Camus.

___________________________________________________________

 

Revue Regards n°36 du 12 avril 1946, numéro spécial « Anniversaire de la République Espagnole ».

 

La presse française reste mobilisée contre Franco.

 

 

 

 

 

« LA PETITE ESPAGNE »- LA NAISSANCE D’UNE COMMUNAUTÉ

IMMIGRÉS ESPAGNOLS A La Plaine Saint-Denis AU DÉBUT DU XXème SIÈCLE

 

En 1911, déjà 260 Espagnols vivent à St Denis, majoritairement dans le quartier de la Plaine (1) : 145 habitent avenue de Paris (2), surtout dans les immeubles de rapport des numéros 96 et 100 ; d’autres se sont installés à proximité, rue de la Montjoie. La rue de la Justice (3), qui deviendra après 1918 le cœur du quartier espagnol, ne compte alors que quatre foyers espagnols, regroupant 21 personnes, auxquels il faut ajouter les 10 habitants du passage Dupont.

Contrairement à ce qui se passera à partir des années 20, il ne s’agit pas majoritairement d’une immigration familiale : on ne compte que 35 couples et 57 jeunes enfants. Quatorze d’entre eux sont nés à St Denis, la plus âgée en 1907 et les deux plus jeunes en 1911, ce qui permet d’établir la date d’arrivée récente de leurs parents. Malgré sa « jeunesse », cette immigration compte déjà six couples mixtes franco-espagnols.

 
Gamins du 5 rue du Landy
en 1947. 
© Fonds Pierre Douzenel

La part des hommes dans la communauté (enfants compris) est de 70 %. Cette surmasculinité s’explique par le fait que plusieurs foyers espagnols hébergent de nombreux « cousins », « parents », « amis » ou « pensionnaires », très jeunes pour la plupart et généralement employés par la verrerie Legras. Il s’agissait en fait d’un véritable trafic de jeunes gens de 11 à 19 ans, recrutés dans les campagnes les plus pauvres de Castille par des sortes de négriers, eux-mêmes originaires de la région, qui les faisaient embaucher ensuite par la verrerie Legras et empochaient la majorité de leur salaire au titre de dédommagement des frais de transport, d’hébergement et de nourriture — ces intermédiaires travaillaient aussi chez Legras. Les jeunes manœuvres ne touchaient un reliquat de leur salaire qu’à la fin de l’année pour éviter les fuites. Ils vivaient sous le même toit que leur « parrain » et son épouse, souvent dans des conditions de grande promiscuité. Plus de cinquante jeunes garçons, dont la moyenne d’âge est de 15 ans et demi, étaient dans ce cas à St Denis en 1911. La plupart des négriers et des jeunes recrues venaient d’un réseau de petits villages du nord de la province de Burgos. En 1911, plus de 40 % des Espagnols de St Denis venait de cette province.

On retrouve des pratiques similaires toujours à La Plaine mais côté Aubervilliers cette fois, où vivaient 137 Espagnols.

L’existence de telles pratiques m’a été confirmée par le témoignage direct d’une Espagnole installée à St Ouen en 1920, aujourd’hui centenaire, dont le père se livrait à un trafic du même genre dans le Nord, également pour une verrerie ; les jeunes apprentis vivaient sous le même toit que sa famille.

En 1913, un meeting avait été organisé par le Parti socialiste dyonisien, en présence du maire ?? Philippe, pour dénoncer « l’exploitation de la main-d’œuvre ».

Les Espagnols présents sont venus là pour travailler, sans doute dans le but de rentrer au pays après s’être constitué un petit pécule afin de pouvoir s’y marier et acheter pour qui des terres, pour qui un petit troupeau. Ils sont généralement non qualifiés : sur 147 dont on connaît l’emploi, 3 sont manœuvres et 107 journaliers, soit 110 (75 %) sans aucune qualification professionnelle, ce qui s’explique par leur origine de journaliers agricoles. L’employeur qui revient le plus souvent est la verrerie Legras suivi par les Tréfileries du Havre (Mouton) ; comme ses deux entreprises étaient installées à La Plaine, cela explication la localisation pour éviter des longs trajets après les harassantes journées de travail. Les ouvriers qualifiés (six tréfileurs, trois ajusteurs, un fondeur, un galvaniseur, un mouleur…) sont plus rares ont sans doute formés sur le tas. Le seul Espagnol ayant le statut de patron vivait déjà La Plaine en 1896 ; marié à une Lyonnaise, c’était un marchand de vins installé 172 avenue de Paris.

Quant aux femmes, seules 17 d’entre elles travaillent (12 femmes mariées et 5 jeunes filles), majoritairement aussi comme journalière dans de grandes usines. Une partie de la petite communauté de 1911 s’est enracinée à St Denis puisqu’en 1921 on retrouve 20 familles qui étaient déjà présentes à cette date, soit environ 80 personnes. Pour l’essentiel, il s’agit de couples ou de familles installées dès les années 1905-1911 ; en revanche, on ne retrouve pratiquement aucune trace des jeunes gens logés par les négriers de La Plaine. Certaines familles de ces premiers arrivants ont fait souche dans le quartier et on les retrouve,elles ou leurs enfants, au fil des recensements jusqu’en 1936.

Natacha Lillo

Maîtresse de conférence à l’université Paris VII.

 

 

1) Source : recensement de St Denis en 1911, disponible aux Archives municipales de St Denis et aux Archives départementales de Bobigny.
2) Devenue avenue du président Wilson après la Première Guerre mondiale.
3) Rebaptisée Cristino Garcia après la Seconde Guerre mondiale, en hommage à un résistant espagnol exécuté par le régime de Franco.

 

L’impasse Boise en 1947. © Fonds Pierre Douzenel

 

 

Les trois vagues de l’immigration espagnole en Seine-Saint-Denis
Réflexions autour des relations entre immigration « économique »
et « immigration politique »

  À Saint-Denis, Saint-Ouen et Aubervilliers, on retrouve les trois principales vagues de l’immigration espagnole au XXe siècle : – migrants dits « économiques » des années 1920-1930 ;- quelques migrants politiques après la répression du soulèvement des Asturies fin 1934 et surtout après la défaite du camp républicain (les arrivées s’échelonnent entre 1939 et 1950, après le passage par les camps de la frontière française, voire par les camps en Allemagne et parfois après une participation à des maquis de résistants en province) ; – migrants dits « économiques » des années 1955-1970.

Dès les années 1920, un véritable quartier espagnol s’est formé à la Plaine-Saint-Denis (espace industriel à cheval sur les trois communes) entre l’avenue du président Wilson et les rues du Landy et de la Justice. Dans ce quartier, on trouvait des impasses et des passages habités à plus de 90 % par des migrants espagnols, originaires principalement des provinces de Cáceres, de Zamora et de Burgos. Par ailleurs, le vaste bidonville des Francs-Moisins était également peuplé à plus de 70 % par des Espagnols dès son apparition dans les listes nominatives du recensement de 1926.

Selon le recensement de 1931 (date à laquelle la taille de la communauté espagnole est la plus élevée de l’avant-guerre), on compte plus de 8 500 Espagnols dans ces trois communes (pour une population totale de 189 600 habitants, soit 4,5 %), ce qui en fait la première communauté immigrée, loin devant les Italiens.

La particularité de cette communauté est que, des années 1920 aux années 1970, on retrouve les mêmes réseaux familiaux et villageois qui prévalent sur l’aspect « économique » ou « politique » des migrations. Des « économiques » venus au début des années 1920 et repartis dans les années 1930 à cause du chômage lié à la crise sont revenus à l’occasion de l’exode républicain parce qu’entre temps ils avaient participé à la guerre du côté républicain et étaient donc devenus des « politiques ». Ces mêmes « politiques » accueillirent leurs neveux ou leurs cousins « économiques » dans les années 1955-1970.

Contrairement à d’autres pôles de l’émigration espagnole en France, la Plaine-Saint-Denis n’a donc guère été marquée (en tout cas d’après la vingtaine de témoignages oraux recueillis et un important dépouillement d’archives diverses) par un clivage net entre migrants économiques et migrants politiques.

 

La vague des années 1920-1930 : une politisation à travers l’immigration

 Les migrants espagnols des années 1920-1930 étaient très majoritairement des « économiques purs » (cependant, certains ont pu être en contact avec les puissantes fédérations de la Confédération nationale du travail – CNT – en milieu agricole), journaliers agricoles surexploités d’Estrémadure ou de Vieille-Castille ayant fui la misère. Beaucoup envisageaient de repartir au pays après avoir accumulé un petit pécule leur permettant d’acheter du terrain ou quelques chèvres ou moutons – ce que firent d’ailleurs nombre d’entre eux à partir de 1931-1932.

Les naturalisations furent rares : entre 1928 et 1940, à Saint-Denis, pour une communauté de 3 500 personnes en 1931 et de 2 700 personnes en 1936, on compte 66 naturalisations de chefs de famille, concernant au total 170 personnes, soit moins de 3 % de la colonie.

Dans l’immigration, les migrants économiques se sont cependant politisés, et ce à deux niveaux :

– soit en participant aux fréquentes activités en espagnol (meetings, matinées théâtrales, concerts) proposées par la CNT espagnole de Paris à la salle des Fêtes de la Plaine Saint-Denis, 120 avenue Wilson, qui réunissaient une assistance de 400 à 500 personnes à chaque fois. Il est difficile bien sûr de faire la part entre ceux que le discours politique motivait réellement et ceux pour lesquels c’était avant tout le moyen de se retrouver entre compatriotes dans une ambiance festive ;

– soit au contact avec la société d’accueil, très marquée par le poids du PCF et de la CGTU, notamment pour ceux, très nombreux, employés comme manœuvres dans les grandes usines métallurgiques de Saint-Denis. Cependant cette sensibilisation ne se traduira guère par une syndicalisation au sein du groupe de langue espagnole de la CGTU.

Il semble, en fait, au vu des arrestations opérées par la Gestapo dans le quartier espagnol lors de la rafle du 18 septembre 1941, que ce sont surtout les jeunes gens, arrivés petits ou nés à la Plaine au début des années 1920, qui se sont engagés dans les Jeunesses communistes à partir de 1935 et surtout de 1936 dans la chaleur des luttes du Front populaire ; ainsi le leader de la grève dans l’administration de la raffinerie Antar d’Aubervilliers était un jeune Espagnol de 15 ans, né à Saint-Ouen en 1921.

Cette politisation s’est traduite par différents choix à partir de 1931 :

– en 1931, la concomitance de la crise économique en France (mise au chômage rapide et massive de nombreux Espagnols) et de l’avènement de la Seconde République en Espagne ont conduit de très nombreuses familles à opter pour le retour, espérant que l’Espagne républicaine leur serait plus douce que celle de la dictature de Primo de Rivera qu’ils avaient quittée. Les anarchistes, notamment, ont encouragé leurs sympathisants à rentrer en Espagne pour faire évoluer la République « bourgeoise » vers une révolution libertaire ;

– à l’été 1936, quelques pères de famille, migrants « économiques », ont rejoint leurs bataillons pour aller se battre contre la sédition « nationaliste » ; une quarantaine de jeunes gens de 20 à 30 ans, n’ayant pas encore fait leur service militaire en Espagne, partirent également.

Beaucoup de ceux qui sont restés ont participé activement à une intense solidarité avec les familles des hommes partis se battre et avec l’Espagne républicaine : meetings, collectes de matériel, quêtes sur la voie publique, projections de films, participation aux manifestations parisiennes, etc.

On retrouve dans cette solidarité avec l’Espagne républicaine une nette séparation entre les réseaux communistes et anarchistes.

– Par ailleurs, pendant la guerre civile, un troisième pôle politisé apparut, celui des Phalangistes, ayant pris le contrôle du Hogar español, société de secours mutuel dépendant de la paroisse espagnole de la Plaine, le Real Patronato Santa Teresa de Jesús. Ils furent néanmoins très minoritaires par rapport aux deux autres.

Le clivage entre pro et anti-républicains se manifesta notamment par une nette désaffection du Patronato entre 1936 et 1939 (baisse importante du nombre de mariages et surtout de baptêmes – 8 en 1937 contre 33 en 1936 et 62 en 1935). Jusque-là, il avait réussi à fédérer une partie non négligeable de la communauté mais sa prise de positions en faveur des nationalistes lui valut des désaffections et des inimitiés tenaces. Une des membres de la deuxième génération de l’entre-deux-guerres nous a ainsi confié : « Mon père avait juré de ne jamais remettre les pieds au Patronato. Même pendant l’Occupation, alors que nous manquions de tout, il refusait d’aller chercher les oranges distribuées par Franco. Nous n’y sommes jamais retournées depuis ».

 

L’arrivée des “ politiques ” : un accueil chaleureux.

 À partir de 1939 pour ceux qui vivaient à la Plaine avant de partir se battre dans le camp républicain et pour ceux que leur famille en banlieue nord avait réussi à faire sortir clandestinement des camps de concentration français, contournant l’interdiction de résidence dans le département de la Seine, et vers 1950, les vaincus de la guerre civile arrivent en Seine-Saint-Denis.

– Beaucoup de ceux qui y arrivent pour la première fois viennent y retrouver des membres de leur famille installés là depuis les années 1920 et 1930 : frères, sœurs, oncles, tantes, cousins, etc. Ils sont donc accueillis comme des « parents » avant de l’être comme des exilés politiques.

 
Entrée du bidonville du Cornillon, 1963.© Fonds Pierre Douzenel

– Beaucoup aussi sont d’anciens du quartier, des familles parties pendant la crise des années 1930 après l’avènement de la République espagnole et qui, par leur engagement militant, voire militaire, aux côtés de ladite République ont dû fuir l’Espagne, soit pendant l’exode de 1939, soit plus tard, après un passage par des prisons ou des camps en Espagne. Ils obtiennent généralement le statut de réfugié, mais tous n’effectuent pas les démarches pour le demander car leurs attaches à la Plaine leur permettent de trouver très rapidement du travail. Eux aussi sont accueillis soit par des membres de leur famille restés sur place, soit par d’anciens voisins et amis.

– Arrivent aussi des exilés républicains n’ayant eu aucun lien préalable avec la Plaine Saint-Denis mais qui, au hasard de leurs pérégrinations (camps en France puis en Allemagne, rapatriements en 1945), ont rencontré tel ou tel qui y avait des attaches à la Plaine et qui, faute de pouvoir retourner en Espagne, l’y ont accompagné. C’est ainsi que de nombreux Catalans et originaires du Levant, extrêmement peu représentés à la Plaine avant-guerre, vont s’y retrouver après 1945.

– D’autres arrivent enfin des quatre coins de France, uniquement parce qu’ils savent qu’en région parisienne les possibilités de travail sont importantes et ils s’installent à Aubervilliers, Saint-Denis ou Saint-Ouen, d’une part parce ce sont des municipalités communistes promptes à organiser la solidarité avec le peuple espagnol, de l’autre parce qu’ils ont entendu parler de l’importante communauté espagnole déjà présente.

Étant donné l’importante mobilisation du quartier lors de la guerre civile pour soutenir le camp républicain, l’accueil des « politiques », qu’ils soient ou non membres d’une famille déjà installée, est chaleureux : on se serre à deux ou trois familles dans les petites baraques, le temps que les nouveaux arrivants trouvent un logement ; on leur trouve du travail dans une entreprise ou sur un chantier où il y a déjà des Espagnols, afin de faciliter les contacts avec les entrepreneurs.

Entre 1945 et 1955, il y eut de nombreux mariages entre des jeunes filles d’origine espagnole issues de l’immigration « économique » nées en Espagne ou à la Plaine dans les années 1920-1930 et des exilés républicains, souvent originaires de Catalogne ou du Levant, auréolés de leur prestige de combattant et de héros – celui-ci étant encore décuplé en ce qui concerne les rescapés de Mauthausen. Les rencontres entre ces jeunes couples se firent soit dans les îlots espagnols soit au local de la Juventud Socialista Unificada (JSU) à Aubervilliers, soit lors des nombreuses activités de solidarité avec le peuple espagnol (meetings mais aussi fêtes et bals) organisées par le PCE, à Paris, rue de la Grange-aux-Belles, au local de la CGT-Métallurgie rue Jean-Pierre Timbaud ou à la Mutualité ; à la salle Suchet par les anarchistes.

Dans ces trois cités industrielles dirigées par des municipalités communistes depuis 1944, l’accueil des autorités locales et de la population ouvrière française fut chaleureux et le fait d’être un « rouge » espagnol était bien davantage un signe de gloire qu’une marque d’infamie, d’autant plus que, durant l’Occupation, de nombreux exilés républicains, mais également des enfants de migrants économiques des années 1920 et 1930, ont participé aux combats de la Résistance en région parisienne, notamment au sein des FTP-MOI, comme Benito Sacristan, jeune communiste de la Plaine ayant échappé à la rafle de septembre 1941, arrêté en juin 1942 et fusillé au Mont-Valérien en août suivant.

Entre juillet 1945 et octobre 1946, la une de la Voix Républicaine, hebdomadaire du Parti communiste dyonisien publia quatre hommages à des jeunes de la Plaine issus de l’immigration espagnole fusillés ou morts en déportation.

La reconnaissance du quartier de la « petite Espagne » et de la participation des Espagnols à la Résistance a été marquée dans le paysage urbain de Saint-Denis par la décision du conseil municipal de rebaptiser la rue de la Justice (cœur historique du quartier espagnol depuis 1920, où était installé le Real Patronato depuis 1923) rue Cristino García en mars 1946. Cela a donné lieu à deux cérémonies durant lesquelles les orateurs ont insisté sur la nécessité d’en finir avec le régime franquiste :

– le changement de nom de la rue, le 12 avril 1946, en présence de 4 000 personnes ;
– l’inauguration d’une plaque au nom de Cristino García, le 4 août 1946, en présence de la Pasionaria elle-même.

Par ailleurs, en mai 1950, à la Plaine, huit plaques commémoratives furent apposées sur les domiciles où avaient vécus les résistants espagnols martyrs, tel Benito Sacristan au 13 impasse du Chef-de-la-Ville. Jusqu’au début des années 1970, tous les ans, début août, une cérémonie de commémoration était organisée en son honneur par la municipalité devant la plaque, moment fort de recueillement pour une grande partie de la communauté. Par ailleurs, une des cellules du PCF de la Plaine prit son nom.

Le soutien sans faille des municipalités de Saint-Denis, Saint-Ouen et Aubervilliers aux réfugiés politiques espagnols ne se démentit pas pendant toute la période d’interdiction du PCE en France – qui dura officiellement de septembre 1950 à mai 1981, même si le ministère de l’Intérieur ferma les yeux sur ses activités à partir de la fin des années 1960 –, avec notamment l’embauche comme personnel communal de plusieurs réfugiés politiques communistes et l’aide aux dirigeants clandestins du PCE. C’est par exemple dans un château de la région de Gien appartenant à la municipalité d’Aubervilliers que se tint une réunion importante du Comité central du PCE clandestin en France, en juin 1964.

En novembre 1962, dès l’annonce de l’arrestation de Julián Grimau à Madrid, le maire de Saint-Denis envoya un télégramme de protestation en Espagne et des signatures de pétitions furent organisées dans plusieurs usines de la ville. Dès l’annonce de l’exécution de Grimau en avril 1963, le conseil municipal de Saint-Denis décida de donner son nom à une rue, se référant d’ailleurs explicitement au précédent de la rue Cristino García.

Le fait de militer au sein des organisations communistes françaises permit à certains enfants de réfugiés de connaître une ascension sociale à travers leur engagement politique. Le parcours le plus exemplaire à cet égard en banlieue nord est celui de François Asensi, député communiste de la Seine-Saint-Denis depuis 1981 et maire de Tremblay-en-France depuis 1991. Son père, Paco Asensi, fils de migrants « économiques » installés à la Plaine, côté Aubervilliers, au début des années 1930, s’engagea au sein des Brigades Internationales en 1937.

 

Typologie des migrants dits « économiques » des années 1955-1970.

  Ici, nous sommes à la croisée des deux phénomènes précédents, l’immigration « économique » et l’immigration « politique ». Quand on quitte l’Espagne de Franco entre 1955 et 1965, le fait-on uniquement pour des raisons économiques ? D’autres facteurs n’interviennent-ils pas : ras-le-bol de la sclérose de la vie sociale, du contrôle tatillon de l’Église et de la Phalange (surtout dans les petits villages) sur la vie quotidienne, etc. Certains, taxés rapidement de migrants strictement économiques, n’étaient-ils pas, en fait des « politiques » qui n’ont pas effectué de démarches pour obtenir le statut de réfugié car, en ces années de croissance économique importante, celui-ci n’était pas nécessaire à l’obtention d’un emploi et d’un titre de séjour ?

À travers la dizaine d’entretiens réalisés à ce jour avec des migrants des années 1955-1970, j’ai retrouvé différents types de motivation :

– Ceux qui sont partis parce qu’ils avaient des attaches familiales datant de l’avant-guerre en Seine-Saint-Denis, voire qui y étaient nés eux-mêmes avant un retour familial dans les années 1930 – d’après plusieurs témoignages, ce furent d’ailleurs les premiers à repartir dès que le gouvernement Franco permit l’émigration. Par des échanges de correspondance avec des parents restés à la Plaine depuis l’entre-deux-guerres, ils connaissaient les possibilités de travail et d’amélioration de leur condition sociale s’ils décidaient de partir pour la France. Les membres des réseaux migratoires traditionnels de la province de Cáceres reprirent alors la route de la Plaine. Ils ont été bien accueillis par les colonies installées de plus longue date en banlieue nord, même quand leurs motivations de départ étaient strictement d’ordre économique.

– Ceux qui ont quitté l’Espagne, non seulement parce que leur situation économique était difficile (exemple de réflexion qui revient en forme de leitmotiv à travers tous les entretiens : « On avait beau travailler très dur, on ne gagnait pas assez pour faire vivre notre famille décemment. ») mais aussi parce que l’appartenance de leur famille au camp des « rouges » pendant la guerre civile leur bloquait toute possibilité d’ascension sociale. En effet, pour trouver un emploi dans les secteurs industriel ou tertiaire, il fallait produire des « lettres de recommandation » émanant du maire de sa commune d’origine, du responsable local de la Phalange et/ou du curé. L’émigration était donc la seule voie de salut pour permettre une amélioration des conditions de vie des membres des familles ostracisées pour leur soutien à la République pendant le conflit. Certains hommes sont d’ailleurs partis clandestinement pour la banlieue nord dès la fin des années 1940, réussissant à faire venir leurs familles ensuite.

Comme les exilés politiques arrivés entre 1939 et 1950, ces migrants « économiques » ont tout de suite été bien intégrés par la communauté espagnole déjà présente. Par ailleurs, pour les raisons évoquées plus haut, l’accueil des municipalités et des services sociaux était plutôt positif ; contrairement à d’autres régions d’immigration espagnole, se prévaloir d’une famille républicaine était un « plus » pour bénéficier d’aides municipales.

D’après une note de la 9e section des Renseignements généraux datant de 1964, le PCE interdit mais reconstruit dans la clandestinité et les organisations apparentées auraient retrouvé un nouveau souffle à cette époque grâce aux nombreuses adhésions de ces nouveaux arrivants ; les RG évoquent le « ralliement de plusieurs éléments jeunes et dépolitisés ».

Dans les années 1970, on les retrouva d’ailleurs nombre de ces migrants « économiques » aux côtés des « politiques purs » lors des fêtes et des meetings auxquels participèrent la Pasionaria ou Santiago Carrillo en banlieue parisienne. Ils firent également les beaux jours de l’important stand de Mundo Obrero tenu par le PCE à la Fête de l’Humanité.

– Enfin, il y a eu bien sûr aussi des « économiques purs » qui, lors des entretiens, ne font jamais référence à la moindre question politique à leur départ et qui, souvent, se sont installés dans des quartiers distincts (bidonville de La Campa à la limite entre Saint-Denis et La Courneuve, par exemple) des îlots de l’« ancienne » colonie. Ils ont souvent eu très peu de contacts, voire aucun, avec l’immigration politique et n’ayant pas connu le rôle joué par le Patronato espagnol durant la guerre civile, ou n’ayant pas voulu en tenir compte, en furent d’ardents membres (participation à la messe et au catéchisme, baptêmes, mariages, activités sportives, colonies de vacances pour les enfants, cours de castillan, sorties récréatives, etc.).

Cependant, comme dans les années 1920-1930, on note que certains de ces migrants économiques des années 1955-1970 se sont politisés au contact de la vie syndicale et politique française, choisissant cette fois-ci plutôt la CFDT ou les organisations ouvrières chrétiennes telle l’Action catholique ouvrière (ACO). En effet, le pôle anarchisant n’avait plus guère de poids au sein des colonies espagnoles et le Parti communiste était trop radical à leurs yeux, surtout si on prend en compte les années de propagande franquiste à laquelle ils avaient été soumis en Espagne.

 

Premières conclusions

 Le fait que, de 1910 à 1970-1980 (fermeture des usines de la Plaine et nombreux départs vers des villes plus pavillonnaires, notamment des jeunes couples), les Espagnols de la Plaine aient vécu dans un lieu très clairement délimité dans l’espace et fortement homogène explique la fusion relativement harmonieuse qui s’est réalisée entre les trois principales vagues migratoires du XXe siècle. Ici, bien souvent, le réfugié politique arrivé en 1939 était le cousin, voire le frère, d’une famille castillane ou estrémègne présente depuis les années 1920. Il accueillit à son tour des cousins victimes de l’extrême dénuement des campagnes d’Estrémadure et de Vieille-Castille vers 1960.

La rencontre au quotidien des différents types de migrants était obligée vu qu’ils partageaient les mêmes lieux de travail (grandes usines métallurgiques et chimiques de la Plaine, chantiers du bâtiment après 1945) et surtout les mêmes espaces d’habitation – au demeurant les conditions de logement étaient tellement précaires et la promiscuité telle (baraques en auto-construction faites de bric et de broc au fil des arrivées autour de “ courras ” ) que la vie, comme en Espagne à cette époque, se passait en grande partie dans la rue : sur des chaises devant les baraques pour les femmes à discuter, à tricoter et à coudre ; au café pour les hommes, à jouer au tute et à la subasta, aux dominos, au rami ou à la belote ; dans les nombreux terrains vagues à courir et à jouer pour les enfants.

Des moments forts réunissaient le quartier : la soirée de Noël et le jour des Rois (fêtés y compris par les exilés républicains) et surtout la nuit du 31 décembre où l’on mangeait les raisins en écoutant le carillon de la Puerta del Sol à la radio ; les festivités du 14 juillet aussi.

Les plus militants se retrouvaient lors de soirées organisées salle Suchet avec Léo Ferré par les anarchistes ou à la Mutualité avec Yves Montand pour les communistes. La fête de l’Humanité, chaque début septembre, était un passage obligé, comme d’ailleurs pour une grande partie de la population ouvrière de la « banlieue rouge » d’alors. Alors que le PCE disposait de plusieurs cellules actives à Saint-Denis et à Aubervilliers, les membres de la CNT, eux (nettement minoritaires dans les années 1960 dans le quartier), se réunissaient à Paris. À partir de la fin des années 1960, l’espoir de rentrer en Espagne s’amenuisant et l’intégration augmentant, plusieurs membres du PCE intégrèrent des cellules d’entreprises ou de quartier du PCF.

Le caractère fortement « espagnol » du quartier semble avoir toujours primé sur les raisons initiales du départ, politiques ou économiques, et comme dans les années 1945-1950, des exilés républicains s’étaient mariés avec des filles d’« économiques » de l’entre-deux-guerres, dans les années 1960-1970, des jeunes issus de la nouvelle émigration « économique » ont épousé des enfants de réfugiés politiques républicains, la seule mais, ô combien importante différence, étant que les parents des uns pouvaient retourner en Espagne quand bon leur semblait et ceux des autres non.

   

L’absence d’eau courante dans les voies de la « Petite Espagne » a duré de la Première Guerre mondiale aux années 50. Point d’eau à l’angle de la rue Cristino Garcia et de l’impasse du Chef-de-la-ville.
© Fonds
Pierre Douzenel

  

La communauté espagnole en Seine-St-Denis (1900-1975).

 En vue de l’obtention d’un doctorat d’Etat d’histoire, dans le cadre du Centre d’histoire de l’Europe au XXe siècle (CHEVS – Fondation des Sciences politiques), je travaille depuis deux ans, sous la direction de M. Pierre Milza, sur la formation d’une importante communauté espagnole dans les communes d’Aubervilliers, de St Denis et de St Ouen. J’ai essentiellement travaillé à partir des recensements de populations de 1896 à 1936, des archives policières, religieuses et municipales, ainsi que d’une vingtaine d’interviews d’immigrés espagnols de la première (la plus âgée, arrivée en 1920 à St Ouen, est centenaire) et de la deuxième génération, dont certains, nés à la Plaine, sont repartis vivre en Espagne dans les années 30. J’ai également entamé un travail de recherche sur les causes du départ en Estrémadure, première région d’origine. Voici un résumé rapide de l’état de ma recherche.

Dès le milieu du XIXe siècle, l’industrialisation du Nord du département de la Seine entraîna d’importantes migrations intérieures. Les verreries et les grandes usines métallurgiques ou chimiques de la Plaine-St-Denis avaient besoin d’une main-d’œuvre peu qualifiée mais dure à la tâche. Entre 1901 et 1911, le recrutement dépassa les frontières, avec l’arrivée des premiers Espagnols, employés majoritairement par la verrerie Legras et les Tréfileries du Havre à La Plaine. Outre quelques rares familles, il s’agit souvent de très jeunes hommes, parfois âgés de moins de 13 ans, engagés puis logés par des « négriers » eux-mêmes d’origine espagnole. Les archives de la préfecture de police de la Seine m’ont appris que ces pratiques avaient été dénoncées en 1913 par la mairie socialiste de St Denis et une campagne du journal l’Emancipation.

Mais le véritable essor de la communauté débute avec la guerre de 1914-1918, quand de nombreuses usines de la zone adaptent leur production à la Défense et envoient des recruteurs sillonner les campagnes les plus pauvres d’Espagne à la recherche d’une main-d’œuvre essentiellement masculine. D’après plusieurs témoignages, à la fin du conflit, ces hommes sont pour la plupart rentrés au pays, qui pour se marier, qui pour faire son service militaire. Mais, confrontés à la grave crise agricole espagnole, beaucoup revinrent au fil des années 20, cette fois-ci avec femmes et enfants — ce qui distingue cette immigration de celle des Algériens de l’époque, uniquement masculine et logée dans des hôtels ou des foyers.

Les recensements de 1921, 1926, 1931 et 1936 montrent la naissance d’un véritable quartier espagnol — dit Barrio Chino en référence au quartier populaire de Barcelone — à La Plaine-St-Denis. Certains immeubles de l’avenue Wilson et surtout les baraques des nombreux passages situés entre la rue du Landy et la rue de la Justice étaient habités à plus de 90 % par des familles espagnoles ; c’est également en 1926, qu’apparaît le quartier d’autoconstruction des Francs-Moisins, là encore quasiment entièrement loti par des Espagnols. En 1931, Aubervilliers, St Denis, St Ouen comptent une communauté espagnole de 8 500 membres, originaires en majorité de Vieille Castille et d’Estrémadure, terres de latifundios et de journaliers. Passant du prolétariat agricole au prolétariat urbain, les hommes sont manœuvres dans les usines métallurgiques et chimiques de la Plaine.

Pour aider et encadrer la communauté transplantée dans ce bastion « rouge », l’ambassade d’Espagne fit édifier en 1923 une église espagnole rue de la Justice, administrée par des pères clarétains. Au fil du temps, s’y adjoignirent une société d’entraide espagnole, un patronage, un club de football, un dispensaire, etc. Ce cœur religieux de la communauté fonctionna jusqu’en 1975 et ses archives constituent des sources précieuses, que je n’ai pas encore achevé d’exploiter.

A l’image de ce qui se passait en Espagne à l’époque, avant-guerre la tendance idéologique dominante au sein de la communauté semble avoir été l’anarchisme. Les archives de la préfecture de police signalent l’organisation régulière par la Confédération nationale des travailleurs (CNT) espagnole de meetings et de matinées théâtrales dans la Salle des fêtes de la La Plaine, av. Wilson, réunissant entre 300 et 400 Espagnols.

La baisse du nombre des foyers espagnols dans les recensements de 1936, l’étude des cartes de chômeurs délivrés par la mairie de St-Denis et de nombreux témoignages illustrent à quel point la communauté espagnole a été frappée par la crise des années 30 et l’application de quotas de travailleurs étrangers dans l’industrie. Faute de carte de travail et donc de séjour, beaucoup furent expulsés ; d’autres décidèrent d’eux-mêmes de partir car la crise coïncida avec la proclamation de la République en Espagne en 1931.

 

   

L’impasse Boise
en 1999
© Photo
Natacha Lillo

 

L’année 36 fut aussi celle du déclenchement de la guerre d’Espagne : de nombreux Espagnols partirent rejoindre leurs unités militaires alors que beaucoup d’ouvriers français de la Plaine s’engageaient dans les Brigades internationales. D’après les rapports de police et des témoignages, le quartier espagnol s’est divisé alors en trois : sympathisants républicains soit communistes, soit anarchistes, chaque tendance ayant ses réseaux de solidarité ; défenseurs des putschistes, proches de l’Eglise espagnole de la rue de la Justice ; et… indifférents.

Après la victoire franquiste de 1939, nombre d’exilés républicains enfuis des camps du Roussillon réussirent à rejoindre la Plaine où parents et amis les accueillirent ; certains furent d’ailleurs l’objet de rafles de la Gestapo durant l’Occupation. D’autres arrivèrent dans l’immédiat après-guerre, parfois après un cruel détour par le camp de Mauthausen. A cette date, l’idéologie communiste, sans doute en lien avec le rôle du PCE pendant la guerre civile et la couleur politique des municipalités, semble avoir nettement mordu dans le quartier sur la sensibilité anarchiste.

Ensuite, la Plaine et ses industries furent le témoin d’une autre vague importante d’immigration espagnole, entre 1956 et 1965-1966, période des immenses bidonvilles des Francs-Moisins et de la Campa. Les témoignages oraux dont je dispose sur cette période me laissent d’ores et déjà penser que ces immigrés dits « économiques » sont issus des mêmes réseaux familiaux et régionaux que ceux des années 20.

  

La « Petite Espagne » de la Plaine dans l’entre-deux-guerres.

 Si l’immigration espagnole à la Plaine a débuté avant la première guerre mondiale (1), c’est durant celle-ci qu’elle prit son essor, dans le cadre de l’appel à la main-d’œuvre étrangère pour travailler dans les nombreuses industries de guerre de Saint-Denis. Des recruteurs furent envoyés dans les plus pauvres des campagnes de Castille et d’Estrémadure afin de pourvoir au manque de bras. Pendant le conflit, les migrants étaient le plus souvent des hommes jeunes venus seuls ; la grande majorité d’entre eux rentra en Espagne à la fin 1918. Mais, une fois de retour au pays, la misère rurale était telle que beaucoup reprirent rapidement le chemin de la Plaine, accompagnés cette fois-ci de leurs femmes et de leurs enfants. Ensuite, par un processus classique dans les phénomènes d’émigration, la communauté s’amplifia, alimentée par l’arrivée des frères, sœurs, cousins et amis des premiers migrants. C’est ainsi qu’en 1921 on recensait 1 430 Espagnols à Saint-Denis (dont 86,5 % vivant à la Plaine et dans le quartier Pleyel), 2 635 en 1926 (dont 83 % à la Plaine et à Pleyel) et 3 425 en 1931 (dont 81,5 % à la Plaine et à Pleyel), date de l’apogée de la communauté avant guerre.

Le regroupement communautaire, déjà amorcé en 1911, alla en s’accentuant : outre quelques numéros de l’avenue du président Wilson, les Espagnols s’installèrent majoritairement dans le quartier dit des passages, entre la rue de la Justice et la rue du Landy, au cœur de l’espace de plus industriel. Plusieurs centaines d’entre eux élurent domicile dans les petites baraques du passage Dupont, de l’impasse et du passage Boise, dans des conditions de promiscuité difficilement imaginables aujourd’hui. Dans ce quartier, les commerçants français ou italiens durent se mettre à l’heure espagnole, apprenant des rudiments de la langue pour pouvoir communiquer avec leurs clients et s’approvisionnant en produits typiques, pois chiches notamment.

Des baraques furent également édifiées le long du chemin du Tir, au Cornillon et dans le tout nouveau quartier Pleyel, à l’ouest de la Plaine. Puis, à partir de 1924-1925, apparut le quartier du Franc-Moisin, baptisé le « quartier chinois » en référence au très populaire Barrio Chino de Barcelone ; il s’agrandit au fil des ans, au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux migrants qui y construisaient leurs propres baraques (en 1931, le Franc-Moisin comptait 127 foyers espagnols, regroupant 567 personnes).

Conscient de l’importance de cette communauté, et sans doute afin d’éviter qu’elle ne tombe sous l’emprise du Parti communiste alors triomphant à Saint-Denis « la Rouge » (2), dès le début des années 20, le consulat d’Espagne encouragea la construction au cœur du quartier espagnol du Patronato Sainte-Thérèse de Jésus, 10 rue de la Justice, vaste ensemble composé d’une Eglise, d’une salle des fêtes, d’un presbytère, de salles de réunion et d’un terrain de jeux. Inauguré à l’automne 1923 et animé par des pères clarétains, le Patronato était une paroisse espagnole correspondant au nord du département de la Seine ; outre la messe dominicale, de nombreux baptêmes (181 en 1926 par exemple), mariages et communions y furent célébrés durant l’entre-deux-guerres. Le jeudi, outre le catéchisme et les cours d’espagnol, le Patronato proposait des activités classiques de patronage : couture pour les filles, football et pelote basque pour les garçons, etc. A partir de 1926, ses locaux abritèrent une société de secours mutuels, le Hogar espagnol, qui, contre une cotisation mensuelle de quelques francs, offrait à ses adhérents des subsides en cas de maladie et de décès.

Issus pour les trois quarts d’entre eux de la province de Cáceres en Estrémadure (35 % de la communauté en 1931), de Vieille Castille (22 % en 1931) et des provinces de Zamora et Salamanque dans le León (19 % en 1931), les émigrants espagnols étaient généralement d’anciens journaliers agricoles sans terre ou de très petits propriétaires qui ne parvenaient plus à assurer la subsistance de leurs familles dans des campagnes où les grands propriétaires terriens exerçaient un pouvoir sans partage. Non qualifiés, les hommes devinrent à 60 % manœuvres dans les « bagnes » métallurgiques et chimiques de la Plaine, notamment aux Tréfileries et Laminoirs du Havre (ancienne entreprise Mouton), chez Hotchkiss, Kulhmann, etc. Les femmes, quant à elles, étaient essentiellement ménagères, devant se consacrer à leurs familles souvent nombreuses ; certaines travaillaient cependant dans des boyauderies ou des entreprises de récupération de chiffons, telle Soulier.

Malgré les conditions de vie difficile, la pauvreté, la promiscuité, la génération des enfants arrivés très jeunes ou nés à Saint-Denis dans les années 20 et 30 conserve de bons souvenirs de cette époque, de l’intense solidarité qui régnait dans le quartier et de leur passage à l’école publique. Les plus nostalgiques sont ceux dont les parents décidèrent de rentrer en Espagne durant la crise économique des années 30, qui frappa en premier lieu les immigrés – début 1936, on ne comptait plus que 2 872 Espagnols à Saint-Denis. Revenus vivre dans des zones rurales très peu développées, envoyés travailler aux champs sans possibilité de poursuivre leurs études, bientôt déchirés par le drame de la Guerre civile espagnole, certains choisirent de repartir vivre à la Plaine dès la fin des années 40, souvent définitivement cette fois.

Natacha LILLO

 Maîtresse de conférence à l’université Paris VII.

 

1) Voir La Plaine Mémoire vivante n°4.
2) Cet objectif échoua en partie puisque dans les années 30 de nombreux membres de la communauté, surtout des jeunes, adhérèrent aux Jeunesses ou au Parti communistes, futur noyau de la solidarité avec l’Espagne républicaine puis de la Résistance à la Plaine. Par ailleurs, la présence anarchiste, traditionnelle dans le mouvement ouvrier espagnol, resta forte durant tout l’entre-deux-guerre dans la communauté.

 

 

Du « puente Sesenta » a « Piedrafrita »,
territoires espagnols en banlieue nord au XXe siècle.


Ma thèse sur l’immigration espagnole à Saint-Denis et dans sa région visait à rendre compte d’un processus migratoire sur le long terme en retraçant l’arrivée, l’installation et l’éventuelle sédentarisation des trois principales vagues migratoires du XXe siècle, ainsi que leurs inter-relations : migrants « économiques » du début du siècle et de l’entre-deux-guerres ; exilés politiques arrivés après la défaite républicaine de 1939 ; nouveaux migrants « économiques » des années 1955-1970.

J’ai choisi d’étudier cette partie de la banlieue (nord du département de la Seine jusqu’en 1964) car la présence espagnole y était très importante et visible du fait de leur regroupement dans un certain nombre d’îlots bien déterminés. Après une présentation générale, ce travail portera avant tout sur la « petite Espagne » de la Plaine Saint-Denis, berceau historique de l’implantation espagnole en banlieue nord et lieu de concentration le plus important. Outre la présence de petits commerces « ethniques », qui se retrouvait dans d’autres îlots, tels le « quartier nègre » de Drancy ou le « barrio chino » du Blanc-Mesnil, y existait depuis 1923, le Patronato Santa Teresa de Jesús, paroisse espagnole implantée rue de la Justice par l’église de la monarchie, lieu de réunion important pour tous les migrants de la banlieue nord à l’heure de se marier ou de faire baptiser leurs enfants.

 

Trois vagues migratoires successives

Dès 1905-1907, on trouve les premiers migrants espagnols à la Plaine Saint-Denis et à Aubervilliers, mais il s’agissait alors majoritairement de très jeunes hommes, y compris d’enfants de 8 à 12 ans, confiés par leurs parents à des padrones ou « négriers » qui les plaçaient dans les grandes verreries de Saint-Denis et de Pantin où ils travaillaient dans des conditions d’exploitation maximale. À cette date, la petite colonie espagnole ne comptait pratiquement que des hommes.

En réalité, la migration vers la banlieue nord connut son véritable essor à partir de 1915, les nombreuses industries métallurgiques de la zone (Hotchkiss, Delaunay-Belleville, Tréfilerie Mouton, etc.) nécessitant beaucoup de main-d’œuvre, notamment quand leur production était consacrée à l’effort de guerre. Ici encore, il s’agissait en majorité d’hommes seuls. La grande majorité d’entre eux rentrèrent au pays après la fin du conflit mais, face à la crise agricole qui touchait les campagnes espagnoles, beaucoup revinrent en banlieue nord dès le tout début des années 1920, cette fois-ci généralement accompagnés par leurs épouses et leurs enfants.

Lors du recensement de 1931, date où la présence espagnole fut la plus importante en banlieue nord dans l’entre-deux-guerres, on en comptait près de 12 500 : 4 340 à Aubervilliers ; 3 420 à Saint-Denis ; 1 760 à Drancy ; 1 200 à La Courneuve ; 930 au Blanc-Mesnil ; 760 à Saint-Ouen – la commune « perdit » une partie importante de ses résidents espagnols en 1930, lors de l’annexion des terrains de la « zone » à Paris. À cette date, les Espagnols constituaient la première colonie immigrée de Saint-Denis et d’Aubervilliers devant les Italiens, alors majoritaires à l’échelle du reste de la banlieue parisienne.
Ces migrants appartenaient pour la plupart à des réseaux villageois bien précis, marqués par la domination de la très grande propriété agricole et la pauvreté des journaliers agricoles ou des propriétaires de lopins minuscules. Plus de 30 % étaient originaires de l’est de la province de Cáceres en Estrémadure, entre 20 et 25 % arrivaient du nord de la Vieille Castille et environ 20 % du León. Sans qualifications, ils vinrent travailler comme manœuvres dans les grandes usines métallurgiques et chimiques du nord du département de la Seine.

La grande majorité d’entre eux arriva directement leur campagne d’origine à la Plaine, via Madrid et gare d’Austerlitz. Ils abandonnaient un pays de campagne ouverte avec des latifundios à perte de vue pour un paysage urbain très industriel, marqué par la fumée incessante des hauts-fourneaux, l’odeur des boyauderies, etc. Ne disait-on pas communément dans le nord de Paris certains jours : « Ça sent Aubervilliers », en référence aux nombreuses usines de traitement de déchets animaux de la commune, liées à la présence toute proche des abattoirs de la Villette.

Environ un tiers d’entre eux retourna vivre en Espagne au milieu des années 1930 : suite à la crise économique, ils furent parmi les premiers licenciés (à Saint-Denis, en 1936, 50 % des hommes espagnols étaient au chômage), or l’avènement de la Seconde République en avril 1931 et ses promesses quant à une réforme agraire et à une augmentation générale des salaires en décidèrent beaucoup à rentrer au pays.

À l’occasion de la guerre civile, un certain nombre d’hommes habitant les îlots espagnols de la banlieue nord partirent combattre dans le camp républicain et de nombreuses familles participèrent activement à des réseaux de solidarité. Ceci explique le très bon accueil réservé aux exilés républicains à partir de la retirada de 1939 et surtout dans l’immédiat après-guerre où nombre d’entre eux furent chaleureusement accueillis par leurs compatriotes, qui les aidèrent à trouver un emploi et un logement.

Ces mêmes îlots où « économiques » et « politiques » avaient fusionné dans les années 1945-1950 (notamment à travers des mariages de filles de la deuxième génération avec de jeunes exilés) furent également le lieu d’accueil de la très importante vague de migrants « économiques » des années 1955-1970. Ici encore, leurs prédécesseurs se firent un devoir de les aider à s’installer, conscients de la précarité de leur situation en cette période de grave crise du logement. D’ailleurs bon nombre d’entre eux appartenaient aux réseaux migratoires précédemment évoqués et venaient rejoindre des membres de leur famille installés en banlieue nord depuis l’entre-deux-guerres.

 

Des « villages espagnols » recréés dans les interstices du tissu industriel.

Par rapport à d’autres migrants bien représentés en région parisienne au début du XXe siècle (Belges et surtout Italiens), la principale caractéristique des Espagnols était leur net regroupement dans des îlots spécifiques où ils représentaient souvent plus de la moitié de la population, voire parfois plus des deux-tiers – on comptait très peu d’individus ou de familles isolés. Le premier et le plus important d’entre eux numériquement était la « petite Espagne » de la Plaine Saint-Denis, territoire situé à cheval sur les communes de Saint-Denis et d’Aubervilliers, dans un quadrilatère déterminé par l’avenue du Président-Wilson et le canal de Saint-Denis d’ouest en est, et les rues de la Justice et du Landy, du nord au sud.

Cet espace fut progressivement loti par les migrants eux-mêmes au pied des usines qui les employaient (tréfilerie Mouton, usine d’engrais Saint-Gobain, verrerie Legras, etc.), dans les interstices du tissu industriel, sur des terrains appartenant à des maraîchers, et ce sans le moindre permis de construire officiel. Le but des migrants était de vivre au plus près de leur lieu de travail pour économiser sur les moyens de transport.

Plusieurs voies qui n’existaient pas dans le recensement de 1911 sont apparues pendant la Première Guerre mondiale et dans les années suivantes. Souvent, elles se virent attribuer le nom du propriétaire du terrain comme l’impasse du Chef-de-la-Ville ou le passage Dupont. Au départ, la plupart des habitations étaient de petits collectifs de plain-pied construits de bric et de broc avec des matériaux de fortune généralement récupérés sur des chantiers : bois, carton, briques, parpaings de mâchefer, carreaux de plâtre, etc. Au fur et à mesure des arrivées de compatriotes, un et parfois même deux étages furent ajoutés, la plupart du temps de guingois, ce qui n’alla pas sans poser des problèmes de sécurité. Assez rapidement, la totalité des parcelles fut construite, tout le long des impasses qu’à l’arrière, généralement autour de petites cours intérieures rappelant les typiques patios espagnols, ici rebaptisés du nom de courra.

L’ensemble était très précaire. Par ailleurs, la promiscuité était grande car les familles, généralement nombreuses, s’entassaient à sept ou huit personnes dans des logements minuscules dont certaines pièces étaient parfois dépourvues de la moindre aération. Les propriétaires du sol n’ayant procédé à strictement aucun aménagement, les habitants des impasses et des passages ne disposaient pas d’eau et devaient s’approvisionner aux deux bornes-fontaines situées aux coins des rues de la Justice et du Landy. Inutile de dire que les passages ne disposaient pas non plus du gaz et de l’électricité… Quant à l’évacuation des eaux usées, les résidents durent se débrouiller eux-mêmes pour creuser des fosses qui, la plupart du temps, ne correspondaient pas aux normes établies par les mairies de Saint-Denis et d’Aubervilliers. Malgré diverses pétitions lancées à partir des années 1935-1936 , cette totale absence de viabilisation, important facteur d’insalubrité, dura jusqu’au milieu des années 1950… Ces conditions d’hygiène difficiles furent souvent l’occasion de véritables chocs pour les femmes venues rejoindre leurs époux au bout de quelques mois.

  1. Manuel Garcia, qui naquit à la Plaine en 1920 et retourna vivre en Espagne avec ses parents en 1931, a gardé un souvenir si vivace de son enfance qu’il y a consacré un poème, qui retrace bien l’état des habitations des passages dans l’entre-deux-guerres. En voici le début :

 

« “ Mon enfance ce sont des souvenirs… ”
d’une cour d’habitation
dans un faubourg maudit
d’une ville splendide.
Et dans l’une de ses ruelles,
appelée “ Impasse Boise ”,
au numéro quatre
“ ma ” cour commune.
Et dans la cour dix trous à rats
tels les cellules d’une prison
en position disjointe,
dont l’entassement aussi irréel
que solidaire défiait
la loi de la gravité.
Et dans l’un de ces trous à rats,
de vingt mètres carrés, pas plus,
le père, la mère et quatre enfants
une demi-douzaine tout juste. » (…)

 

 

Et voici comment deux journalistes français évoquèrent l’aspect du quartier quelques années plus tard, sans échapper à certains clichés péjoratifs :

« Parcourez le passage Boise, le passage Dupont ou l’impasse des Gauguières, qui les réunit par derrière. Ce ne sont que masures misérables, édifiées de guingois en carreaux de plâtre, en briques, en planches, et qui branlent, et qui pourrissent. »

Pierre Frédérix, Le Petit Parisien, 15 juillet 1937

« À la Plaine-Saint-Denis, je sais un bourg espagnol, un labyrinthe de ruelles et d’impasses où des haillons multicolores sèchent aux fenêtres des masures. De mois en mois les immigrés nouveaux et la descendance des matrones prolifiques annexent d’autres bicoques, les badigeonnent de couleurs vives, y plaquent aux flancs des murs lézardés quelques balcons de bois, des escaliers extérieurs, des baraquements où bientôt grouillent des poules, des lapins, des marmots. »

Raymond Millet, Le Temps, 10 mai 1938

 

À Saint-Denis, en 1921, 86 % des Espagnols recensés vivaient à la Plaine dans un réseau d’une dizaine d’impasses et de passages ; en 1936 encore, 76 % des membres de la colonie habitaient le même espace. Au cœur de cet îlot, dans les années 1930, l’impasse et le passage Boise comptaient plus de 90 % de résidents espagnols. Côté Aubervilliers, dans l’entre-deux-guerres, entre 75 et 80 % des Espagnols recensés vivaient dans le lacis des ruelles de la « petite Espagne ».

Assez vite, les migrants créèrent à la Plaine un microcosme appelant leurs villages de départ. Selon tous les témoins rencontrés, pour faire face à la nostalgie du pays et aux difficiles conditions de vie, une très forte solidarité existait entre compatriotes : entraide financière, visites à l’occasion des maladies ou des accouchements, collectes en cas de deuil pour aider la famille de la veuve ou du veuf, etc.

Certains ouvriers ayant réussi à mettre un peu d’argent de côté ouvrirent de petites épiceries vendant des produits typiques : huile d’olive, pois chiches à la base du cocido (pot-au-feu castillan traditionnel), melons, pastèques, morue séchée, chorizo fabriqué artisanalement, etc. Ces épiceries se doublaient souvent de bistrots où les hommes se retrouvaient pour boire, jouer aux cartes et aux dominos, chanter et jouer de la guitare.

La convivialité propre au pays d’origine et le caractère expansif des Espagnols ne tardèrent pas à s’affirmer. Aux beaux jours, comme dans leurs villages, les femmes s’installaient des deux côtés des impasses sur des chaises aux pieds coupés pour bavarder tout en crochetant ou en tricotant. Noël et le Nouvel an, suivant une tradition encore vivante de nos jours, donnaient lieu à de bruyantes explosions de joie collective dans les rues, tous les moyens de faire le plus de bruit possible étant utilisés, comme nous l’ont rapporté plusieurs témoins :

« Pour Noël, les gens faisaient la fête et se promenaient dans le quartier en tapant sur des casseroles. Personne n’était assez riche pour inviter des gens à dîner mais les voisins venaient boire le café en mangeant des figues et des noix. »

« Pendant les nuits de Noël et du Nouvel An, les agapes se terminaient de bon matin, avec dans tout le quartier, la ronde des plus fêtards munis de leurs tambourins et de leurs zambombas qui se faisaient une joie de d’animer le quartier. »

Par ailleurs, l’implantation en juin 1923 par les pères clarétains d’une paroisse espagnole au cœur du quartier renforça encore sa cohésion. Dans un vaste espace de 500 m2, outre une chapelle où se célébraient la messe et les diverses cérémonies religieuses, le Patronato comptait une magnifique salle de spectacle, un dispensaire ainsi que différents locaux dédiés aux cours de catéchisme et de langue espagnole. Les jeudis, alors que des cours de couture étaient proposés aux filles, les garçons pouvaient s’exercer au football, à la pelote basque ou au scoutisme, ce qui marque clairement la différenciation par genre due au machisme inhérent à la société espagnole de l’époque.

A contrario, les militants anarchistes présents au sein de la colonie espagnole de la Plaine ne disposaient pas d’un local, mais organisaient régulièrement des activités de propagande et des matinées culturelles en espagnol dans la salle des fêtes de l’avenue Wilson.

On peut se demander si l’existence de tels microcosmes n’a pas constitué un frein à l’intégration de la colonie espagnole au sein de la société française ? Si cela semble avoir été le cas pour un grand nombre des primo-migrants, dont certains sont décédés dans les années 1980 dans le quartier sans pratiquement parler un mot de français, cela n’a pas eu de conséquence pour les membres de la deuxième génération (arrivés jeunes ou ayant grandi en France) qui ont effectué des mariages mixtes à plus de 75 % et sont devenus français soit par simple déclaration pour ceux étant nés en France, soit par mariage ou naturalisation pour les autres. En outre, la plupart d’entre eux connurent une ascension sociale nette par rapport à leurs parents, passant du statut de manœuvre à celui d’ouvrier qualifié pour les fils, de femme au foyer à celui d’ouvrière et bien souvent d’employée du tertiaire pour les filles.

 

Les espaces des uns et des autres.

Ces différences d’intégration à la société française s’expliquent sans doute par le fait que parents et enfants n’avaient pas la même perception de l’espace géographique dans lequel ils évoluaient.

– Les pères ne sortaient de « la petite Espagne » au sens strict que pour se rendre sur leur lieu de travail, généralement une usine très proche de leur lieu habitation. Ainsi, en 1926, la tréfilerie Mouton, située avenue Wilson au niveau pont-de-Soissons occupait à elle seule 124 des 835 ouvriers espagnols de Saint-Denis recensés (manœuvres et journaliers) soit 15 %. Bien d’autres travaillaient dans des entreprises de la rue du Landy ou de la Justice…

– Quant aux mères, très majoritairement ménagères, elles ne quittaient guère leur impasse ou leur passage, voire leur « courra » d’habitation, ne se rendant pour la plupart que dans des commerces proches tenus par des compatriotes. Leur sociabilité se limitait bien souvent aux relations avec leurs voisines. Le poids du patriarcat et du machisme était tel que les maris craignaient tout contact avec la société française, refusant qu’elles entrent sur le marché du travail, même une fois leurs enfants élevés. Elles étaient donc étroitement confinées dans le quartier.

– En revanche, assez tôt, ce furent les enfants scolarisés qui assurèrent l’interface avec l’extérieur de la « petite Espagne », tant à travers leur scolarisation, les tâches ménagères et l’accès aux loisirs. On peut citer entre autres les allers-retours quotidiens à l’école (avenue du président-Wilson pour ceux vivant à Saint-Denis), rue Edgar-Quinet pour d’Auberviliers ; les courses chez les commerçants français pour les filles ; le portage de l’eau et le ramassage du charbon le long du canal et de la voie du chemin de fer industriel pour les garçons ; les expéditions en bande dans les cinémas de Saint-Denis et d’Aubervilliers et, plus tard, la participation aux nombreux bals populaires organisés dans ces deux communes ou plus loin.

Les membres de la deuxième génération rencontrés évoquent fréquemment la dichotomie qu’ils ressentaient dès leur plus jeune âge : d’une part la vie protégée au sein de la « petite Espagne », lieu de l’entre soi et de la tradition préservée, espace au sein duquel ils n’étaient pas confrontés à la xénophobie ; de l’autre, l’extérieur, représenté d’abord par l’école puis par le monde du travail, car c’était généralement à eux seuls qu’il revenait de trouver leur premier emploi.

Alors que les parents sortaient très peu des passages, allant rarement dans les centres-ville de Saint-Denis ou d’Aubervilliers, encore moins à Paris, ce sont très tôt les adolescents, forts de leur connaissance du français, qui se chargèrent des diverses démarches administratives familiales tant vis-à-vis des mairies que de la Préfecture de police de Paris, et ce souvent dès l’âge de 12 ou 13 ans.

Le fait que horizon des parents ne dépasse pas la Plaine peut, par exemple, être illustré par l’anecdote suivante : au milieu des années 30, après avoir obtenu son Certificat d’études, une jeune fille de 13 ans dut se mettre à chercher un emploi pour aider sa famille. Ses parents lui avaient interdit d’aller travailler de l’autre côté de la porte de la Chapelle, de peur qu’elle rencontre de « mauvaises fréquentations ». Or, en ces années de crise, après des semaines de vaines recherches, elle finit par trouver un travail dans une cartonnerie de Paris et mentit plusieurs mois à ses parents afin de ne pas les inquiéter…

 

La vision des Français sur les îlots espagnols.

Très tôt la « petite Espagne de la Plaine » fut victime d’ostracisme et d’une forte ségrégation urbaine. Hormis des immigrés italiens et quelques hôtels meublés hébergeant des Kabyles algériens rue du Landy, ses voies n’abritaient que de très rares Français, souvent déclassés socialement (familles nombreuses, chômeurs, alcooliques, etc.).

Il semble que les Français n’aimaient guère entrer dans le quartier. Ainsi, en 1922, deux jeunes sœurs enceintes venues rejoindre leurs maris arrivèrent à la gare d’Austerlitz où ces derniers ne les attendaient pas suite à un quiproquo. Un compatriote leur trouva alors un cocher qui accepta de les conduire jusqu’à la Plaine mais les déposa avec leurs matelas et leurs bagages au niveau du pont-de-Soissons car il refusa d’entrer dans les passages « trop mal famés » de la « petite Espagne ».

La Française qui semble le plus souvent s’être rendue dans le quartier était une sage-femme de l’avenue du président-Wilson qui, jusqu’au début des années 50 présida aux naissances à domicile des bébés de la colonie. En revanche, on nous a signalé comme réellement « exceptionnel », l’exemple d’une maîtresse d’école qui rendit visite à une famille pour tenter d’en savoir plus absentéisme d’une de ses élèves.

Au moment du lotissement des impasses de la « petite Espagne », la mairie de Saint-Denis reçut de nombreuses plaintes de riverains français, eux-mêmes propriétaire de petits pavillons en auto-construction dans les rues de la Justice et du Landy, se plaignant de la taille des familles, de l’absence d’hygiène, de la promiscuité, de la présence d’animaux de basse-cour et du risque de maladies contagieuses.

Alors que les différents rapports des Renseignements généraux (RG) de l’époque insistaient sur la tranquillité des Espagnols, ce dont atteste l’étude des mains courantes du commissariat de la Plaine dans les années 1930 , on trouve des opinions bien plus péjoratives dans les écrits des contemporains, tant essayistes que journalistes :

Ainsi, en 1929, Louis Chéronnet écrivait-il dans son étude sur les banlieues, Extra Muros :

« Aux balcons extérieurs pendent des torchons crasseux qu’aucun rayon de lumière ne viendra jamais transformer en drapeaux. Des gosses déguenillés grouillent et piaillent dans la boue. Des femmes brunes, desséchées ou trop grasses, parées de foulards multicolores mêlent Dieu et la Vierge à leurs vociférations. Des hommes n’ont l’air d’avoir de l’ardeur que pour se provoquer. Partout, un remugle de moisi graisseux se mêle à des relents d’oignon. Une Andalousie sans soleil, peut-on rêver rien de plus lamentable ? ».

Quant au journaliste Pierre Frédérix, déjà cité plus haut, il stigmatisait les habitants de la « petite Espagne » et insistait sur l’aspect fermé du quartier :

« À peine a-t-on avancé de quelques pas, les portes et les fenêtres s’ouvrent. Des têtes apparaissent : des cheveux noirs et luisants ; des faces bouffies et des faces creuses ; des figures de femmes au teint olivâtre, qui pourraient être belles, et qui sont malsaines. Là-dessous, des corsages aux couleurs criardes ou des loques noires. Des enfants courent. “Nino!” hurle une matrone. “Nino!” Suit un torrent de phrases en espagnol. Est-on en France ? Non, en Espagne. Mais dans un coin d’Espagne empuanti par des odeurs chimiques. Un coin d’Espagne où, si l’on entre, on est suspect. “Ce type, pourquoi vient-il nous déranger ? »

Quant à Raymond Millet du Temps, s’il soulignait également le caractère fermé du quartier, il portait un regard un peu plus chaleureux sur ses habitants :

« Le soir, on écoute les accordéons des bastringues et les mandolines des barbiers. Le jour, on n’entend que les cris des enfants et les mélopées des femmes. Soudain les sirènes annoncent le retour des hommes et, dans un élan d’allégresse gâtée de crainte, les épouses servantes allument les feux, assiègent les échoppes des rôtisseurs, courent, se chamaillent, tandis que l’air s’imprègne d’une odeur d’oignon et de friture. Il ne manque à la gueuserie exotique de ce petit monde fermé que l’absolution du soleil. »

Or la question que ne semble s’être posée ni les riverains ni les observateurs extérieurs est celle de la raison des mauvaises conditions d’habitat de la « petite Espagne ». Or celles-ci furent dès le début liées à véritable imbroglio juridique : les terrains lotis appartenant à des propriétaires privés et les murs à d’autres, il était bien difficile pour les locataires d’obtenir gain de cause en cas de problème (fuites d’eau, lézardes des murs, problème d’évacuation des eaux usées, etc.). Les sols n’appartenant pas aux communes, le quartier ne put bénéficier des dispositions de la loi Sarraut de 1928 sur l’aménagement des lotissements défectueux.

Par ailleurs, si du côté Saint-Denis le maire Doriot (élu du PCF en 1931, exclu du Parti en 1934 et fondateur du Parti populaire français en 1936) mit en place une réelle politique d’aide aux chômeurs de la commune, y compris étrangers, il ne consacra aucun fonds à l’aménagement du logement à la Plaine. Quant à Laval, maire d’Aubervilliers, non seulement il accordait chichement les subsides de chômage aux étrangers, mais plus occupé à sa carrière nationale qu’à la gestion de sa ville, il délaissa tout bonnement cette question.

 

La progressive évolution de l’après-guerre.

Dès la Libération de la banlieue nord, les municipalités communistes en place semblent avoir enfin pris conscience de l’existence des quartiers à majorité espagnole et ce, notamment suite à la participation de plusieurs Espagnols à la Résistance locale, ce qui entraîna déportations et exécutions. Cette reconnaissance fut par exemple marquée à Saint-Denis en 1946 par les deux cérémonies organisées à l’occasion du changement de nom de la rue de la Justice, rebaptisée Cristino Garcia, en hommage à un communiste espagnol, ancien dirigeant de la Résistance dans le Sud-ouest, fusillé sur les ordres de Franco.

Mais si le choix symbolique d’une rue située au cœur de la « petite Espagne » marqua à l’époque les esprit, notamment à travers la venue de Santiago Carrillo et de la Pasionaria, dans la pratique les habitants durent attendre les années 50 pour voir l’arrivée de l’eau courante et de l’électricité dans les passages, installations qu’ils durent d’ailleurs financer de leur poche…

Dans l’après-guerre, la « petite Espagne » accueillit de nombreux réfugiés politiques, qui souvent prirent la place des membres de la deuxième génération de l’entre-deux-guerres qui, grâce à l’amélioration de leur niveau de vie et/ou suite à des mariages mixtes, quittaient peu à peu à le quartier pour le centre de Saint-Denis ou d’autres communes de la banlieue nord offrant des conditions de confort un peu meilleures.

Puis, à partir des années 1955-70, ce fut la véritable « déferlante » des nouveaux migrants « économiques » qui quittèrent l’Espagne de Franco pour accéder à de meilleures conditions de salaire et de vie. Ici encore, le parc locatif de la « petite Espagne », bien que toujours aussi précaire, fut mis à contribution et le quartier resta fidèle à sa démarche d’entraide entre compatriotes, d’autant plus que beaucoup des nouveaux arrivants appartenaient aux anciens réseaux migratoires du début du siècle.

Mais, à partir du milieu des années 1970, l’important effort de construction de HLM à Saint-Denis et dans les communes avoisinantes ainsi que la construction par certains de leur propre pavillon individuel conduisirent au départ progressif d’un nombre de plus en plus d’Espagnols de la Plaine. Fin 1975, la chapelle Santa Teresa de Jesús cessa ses fonctions et les pères clarétains du Patronato quittèrent un quartier où « résidaient désormais plus de musulmans que de catholiques », selon un de ses derniers desservants. En effet, au fur et à mesure des départs des Espagnols, outre des Portugais, nombre d’Algériens puis d’originaires d’Afrique subsaharienne vinrent s’installer dans un quartier au parc immobilier toujours plus en déshérence.

En 1995, quand l’impasse du Chef de la ville a été rasée pour laisser la place à l’avenue du Stade de France, ses rares habitants espagnols refusèrent leur expropriation dans un premier temps, car ils étaient profondément attachés au quartier, mais furent obligés de partir. Aujourd’hui, la même question se pose en ce qui concerne le passage Léon dont l’ultime résident espagnol (né dans le quartier dans les années 20) a affirmé qu’il préférerait mourir plutôt que de partir…

 

Vestiges du temps passé.

Le quartier espagnol de la Plaine est devenu un objet de mémoire aujourd’hui, qui fait partie du « tour de ville » proposé par la municipalité de Saint-Denis aux nouveaux Dyonisiens. Si une partie du quartier a d’ores et déjà disparu, les édiles municipaux actuels se sont engagés à tenté de réhabiliter certaines des « courras » les plus viables afin de lui garder son caractère si particulier de petit village espagnol aux limites nord de Paris. Quant à ses anciens habitants, ils ont toujours l’occasion de se retrouver le week-end dans les locaux du Hogar des Espagnols de la Plaine (situé sur l’emplacement de l’ancien Patronato, propriété de l’Etat espagnol, rue Cristino Garcia), une association culturelle qui propose des cours de guitare, de flamenco ainsi que diverses activités festives et qui bientôt devrait abriter un Centre d’accueil de jour pour retraités espagnols de toute la région parisienne. Du côté Aubervilliers, c’est boulevard Félix-Faure, dans une maison appartenant à la région autonome d’Estrémadure, que les originaires de cette zone mais aussi d’autres régions espagnoles se retrouvent régulièrement pour faire revivre les coutumes du pays et organiser de chaleureuses animations.

 

En savoir plus :

https://www.autrement.com/ouvrage/la-petite-espagne-de-la-plaine-saint-denis-natacha-lillo

L’EXIL COMMUNISTE ESPAGNOL EN FRANCE ET EN U.R.S.S. (1939-1950)

 

Vignette humoristique au début de la Guerre Civile.

Anthony Eden, dubitatif ministre des affaires étrangères de Grande-Bretagne (de 1935 à 1938).

On reconnait à gauche Franco, Mussolini derrière lui, Hitler en dessous. A droite Azaña en tenue militaire, Staline derrière lui et Léon Blum faisant contrepoids.

 

 

Résumé, par chapitre, de la thèse d’ Enrique Líster, fils du célèbre général communiste :

L’EXIL COMMUNISTE ESPAGNOL EN FRANCE ET EN U.R.S.S. (1939-1950) Contribution à l’histoire d’une émigration par Enrique LÍSTER LÓPEZ

 

Thèse de doctorat en études slaves soutenue à l’université de Poitiers, le 14 décembre 2002. Membres du jury : Annie Allain (président), Hélène Menegaldo, Marie-Aline Barrachina, Jean Breuillard, Lutz Winckler. 2 vol. dactylogr., t. 1 : p. 1-490 ; t. 2 : p. 491-958-LXI, bibliogr., index, 111.

 

 

 

Père et fils.

 

 

 

La thèse se compose d’une introduction, de quatre parties et d’une conclusion.

 

La Ire partie (p. 15-212), qui comprend huit chapitres, propose une reconstruction de l’exode des républicains espagnols en France (1939) ;

La IIe partie (p. 214-490), composée de trois chapitres, étudie l’émigration espagnole en U.R.S.S. (1939-1941) ;

La IIIe partie (p. 492-645), comprenant trois chapitres et une annexe, examine la question des Espagnols dans la « Grande Guerre patriotique » ;

La IVe partie (p. 647-786) s’attache à l’histoire des communistes espagnols dans l’après-guerre et à la question du départ des communistes espagnols de l’U.R.S.S., ainsi que l’interdiction du P. C.E. en France en 1950 et l’expulsion des cadres et dirigeants vers les pays de l’Est.

Au corps de la thèse s’ajoute un apparat critique composé d’une bibliographie raisonnée de sources en plusieurs langues (près de 600 entrées), un index des noms propres (1 194 entrées) et une importante iconographie composée de documents photographiques dont certains, inédits, proviennent de la collection de l’auteur.

 

 

INTÉRÊT DU SUJET

 

Herbert Rutledge South worth (1) écrivait en 1970 que la guerre d’Espagne fut l’événement qui, limité à ses frontières géographiques nationales, a produit jusqu’à nos jours le plus de travaux écrits : livres, articles, études, thèses, etc.

1 . Herbert Rutledge Southworth, historien américain, spécialiste de la guerre civile espagnole, auteur du Mythe de la croisade de Franco, Paris, Ruedo Ibérico, 1964.

Cet intérêt exceptionnel est, comme le note E. Témime (2), lié directement à la dimension internationale de ce conflit.

  1. Emile Témime, « Le devenir de la migration de 1939 », in Plages d’exil : les camps de concentration de réfugiés espagnols en France, 1939, Nanterre – Dijon, 1989, p. 205-211 = Hispanistica, n° 6.

 

Pourtant, le caractère international de la guerre d’Espagne, avec ses enjeux diplomatiques, l’aide massive de l’Allemagne nazie et de l’Italie mussolinienne à Franco, l’histoire des Brigades internationales, etc., n’est pas la seule raison qui motive cet intérêt. La guerre d’Espagne fut aussi – sans doute avant tout – le prélude à la Seconde Guerre mondiale : son ultime « répétition », le dernier « exercice » militaire des grandes puissances, qui y éprouvèrent, six mois avant le second conflit mondial, leurs armes et leurs techniques. Ainsi, nombre de combattants qui participèrent à la guerre d’Espagne, d’un côté ou de l’autre, se retrouvèrent face à face sur le sol de France ou dans les champs de bataille de Russie, ou encore dans les terres africaines au sein des troupes de la France libre. Pour comprendre nombre d’aspects de la Seconde Guerre mondiale, il faut, obligatoirement, commencer par une étude de la guerre civile espagnole. On a là une clé de l’intérêt permanent des historiens pour le sujet.

Mais la guerre d’Espagne est exceptionnelle aussi par un autre aspect, qui est sans précédent dans l’histoire du XXe siècle : la défaite républicaine provoqua l’un des plus grands exodes de l’histoire, dont le volume se compta par centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. En cela aussi, la guerre d’Espagne fut un événement précurseur : tous les conflits modernes, aussi bien en Afrique, en Orient, en Asie, ou, plus près de nous, dans les Balkans s’accompagnent de vastes mouvements migratoires de civils fuyant les zones de combat. L’exode républicain de 1939 fut un immense drame militaire, politique, culturel et, avant tout, humain. De cet exode naquit l’émigration espagnole, dont les composants se dispersèrent de par le monde, la plupart sur le territoire français, d’autres en Amérique latine, certains en U.R.S.S., quelques-uns en Angleterre, en Belgique, en Suisse, beaucoup aussi en Afrique du Nord.

 

 

Le port de la casquette est peu réglementaire sur le côté… Un brin de coquetterie ?

En compagnie de Malraux (béret), front catalan, fin décembre 1938, début janvier 1939. Photo Capa.

 

Ière PARTIE

L’EXODE DES RÉPUBLICAINS ESPAGNOLS EN FRANCE (1939)

Or, curieusement et contrairement à la guerre civile espagnole elle-même, cette émigration ne suscita pas l’intérêt particulier des historiens. Certes, celle-ci se trouve presque occultée entre deux événements indiscutablement plus importants : la guerre civile espagnole elle-même et la Seconde Guerre mondiale. Il n’en demeure pas moins que le fait est là : le désintérêt pour ce sujet a été, jusqu’aux années quatre-vingts – quatre-vingts-dix, total en Espagne et en France, comme en Union Soviétique.

En France, il fallut en effet attendre la fin des années quatre-vingts pour que des spécialistes commencent à s’intéresser à l’exode républicain de 1939, à ce qu’il représenta pour des centaines de milliers d’Espagnols et à la question de savoir quelle place lui revenait dans l’histoire des deux pays voisins. Il faut, bien entendu, signaler les travaux de pionniers de plusieurs chercheurs français sur l’émigration espagnole de 1939 : ceux d’Emile Témime, de Geneviève Dreyfus Armand, de Bernard Vincent, de Marie-Claude Boj, d’Andrée Bachoud et d’autres, sans oublier les études remarquables de l’historien autodidacte Pierre Marques, auteur d’une somme sur l’histoire des enfants de la guerre accueillis sur le sol français. C’est à la reconstruction de cette émigration qu’est consacrée la première partie.

La France fut, en 1939, le lieu de passage obligatoire de tous les communistes espagnols qui arrivèrent en U.R.S.S. trois ou quatre mois après avoir franchi la frontière pyrénéenne. La quasi-totalité de ces réfugiés subit les rudes épreuves des camps de concentration du midi de la France. Et c’est en France qu’un nombre considérable de ces communistes qui avaient émigré en U.R.S.S. en 1939, se retrouvèrent en 1945, motivés par le désir de continuer le combat en Espagne, seul grand pays d’Europe où avait survécu un régime totalitaire, après la défaite du fascisme en mai 1945.

L’une des positions scientifiques et méthodologiques auxquelles nous nous sommes le plus attaché est le travail critique. Une grande part de notre effort a donc porté sur l’examen critique des travaux existants, parce que nous sommes persuadé que ce travail est en soi positif : non seulement utile, mais indispensable.

La perte de la Catalogne par l’Armée républicaine, à la fin de janvier 1939, déclencha un phénomène sans précédent. Un demi-million d’hommes, militaires et civils, de femmes et d’enfants sortirent d’Espagne par un passage extrêmement étroit – le Perthus -, et en un temps extrêmement court : pendant les journées qui vont du 27 janvier au 9 février. Un torrent continu de femmes et d’hommes, épuisés, hagards, démoralisés, se déversa en France. La réunion de ces trois facteurs (le nombre, l’étroitesse du passage, la rapidité) fait de cet exode un événement sans précédent dans l’Histoire.

Le gouvernement français ne fut pourtant pas surpris. Dès 1938, prévoyant l’arrivée massive des réfugiés espagnols, et donc sans illusion sur l’issue du conflit, il s’était doté d’un impressionnant arsenal de mesures réglementaires qui fixaient la conduite à tenir à l’égard de tous les futurs réfugiés et les modalités de leur accueil : décrets sur la situation juridique des étrangers résidant en France, décrets aussi prévoyant l’implantation de centres de résidence des indésirables. La presse de droite avait façonné efficacement une bonne partie de l’opinion publique en dénonçant à l’avance le « danger » représenté par les émigrés républicains espagnols.

Lorsque les réfugiés arrivèrent effectivement, cette même presse se déchaîna, poursuivant dans l’acharnement contre les vaincus la haine qu’elle avait manifestée envers les combattants républicains pendant les trois années précédentes. Il y a une continuité manifeste entre le discours de la presse de droite française pendant la guerre d’Espagne et la dureté avec laquelle furent reçus, dans les faits cette fois, les Espagnols, et en particulier les militaires.

Ceux-ci, immédiatement désarmés, traités de manière brutale et humiliante par les troupes françaises, furent rassemblés dans des lieux de haute surveillance : parqués sur le sable des plages dans des conditions d’hygiène indignes d’une démocratie.

La dénomination choisie par le gouvernement français était : « camps de concentration ». Nous avons constaté que celle-ci, curieusement, n’était que rarement reprise dans les quelques travaux historiques consacrés à l’accueil des militaires espagnols en France. La raison à chaque fois invoquée pour justifier  cette esquive fait référence aux accrétions sémantiques ultérieures que l’histoire (celle des camps d’extermination nazis) apporta à ce terme. Nous pensons qu’il n’est pas admissible d’esquiver le nom propre au nom de considérations qui sont en définitive dictées par le souci de se démarquer de la barbarie nazie. Nous avons voulu donner à cette discussion terminologique toute la place qu’elle mérite, non par un esprit vétilleux qui privilégierait la « lettre » sur ľ« esprit », mais par simple souci de garder les noms réellement utilisés dans l’Histoire, et donc, justement, chargés d’histoire. La dénomination « camp de concentration » pour réfugiés espagnols a son histoire, qu’il faut respecter. Une autre raison, plus immédiate, impose son maintien. La plupart de ces camps n’étaient pas destinés à la population civile, mais, principalement, aux militaires. Ce sont eux que le gouvernement français voulut « concentrer ». Et s’il voulut les concentrer, c’était pour les empêcher de revenir en Espagne, dans cette zone Centre-Sud (Madrid, Carthagène, Alicante, Valence) où les républicains continuaient de se battre vaillamment. Les militaires républicains cherchaient en effet à éviter la pire des issues possibles – la capitulation sans conditions – en négociant un armistice honorable. En « concentrant » les militaires espagnols, le gouvernement français manifestait au contraire clairement son intention de ne pas aider les républicains et d’en finir au plus vite avec le conflit. La prompte reconnaissance diplomatique (27 février 1939) du gouvernement de Franco par l’Angleterre et la France est la meilleure preuve de la volonté de ces deux pays d’en finir avec le conflit espagnol, même au prix du sacrifice que représenta l’abandon de la République.

Le chercheur qui s’attache à cette page d’histoire s’interroge inévitablement sur la mémoire collective, dont les témoignages multiples et pas toujours concordants lui posent à chaque fois des problèmes d’authentification. L’historien est confronté souvent aussi à la mémoire sélective. Il est remarquable, par exemple, que la plupart des historiens qui ont écrit sur le sujet posent le problème dans des termes évasifs, ce qui empêche d’apercevoir les véritables raisons de cet accueil désastreux. Une raison probable de ce relatif désintérêt est le conflit planétaire qui commence dès septembre 1939, et dont l’ampleur a relégué au second plan la fin de la guerre civile espagnole. L’horreur sans nom d’Auschwitz a occulté l’inhumanité du Vernet. Il a fallu attendre les années quatre-vingts et quatre-vingt-dix pour que les historiens français commencent à s’intéresser à cette question. Toutefois, dans la plupart de ces travaux, les auteurs évitent de dégager le but réel poursuivi par les autorités françaises : empêcher le retour des combattants dans la zone Centre-Sud.

 

 

IIe PARTIE

L’ÉMIGRATION ESPAGNOLE EN U.R.S.S. (1939-1941)

L’émigration espagnole en U.R.S.S. fut l’une des plus modestes numériquement parlant, mais elle fut en revanche l’une des plus longues : il fallut attendre 1956 pour que les premiers réfugiés espagnols rentrent d’U.R.S.S. et regagnent leur pays natal, presque vingt ans après la défaite de la République et le début de l’exode. Si l’étude de l’histoire de l’exode et de l’émigration républicaine en France est un sujet étudié depuis une quinzaine d’années par des spécialistes français, l’étude, en revanche, de l’histoire de l’émigration espagnole en U.R.S.S. en est encore à son début. Seul le thème des enfants de la guerre a, pour le moment, attiré de façon sérieuse l’attention des historiens espagnols. Ici aussi, comme dans le cas des spécialistes français, nous nous devons de manifester notre reconnaissance envers des historiens espagnols tels qu’Alicia Alted Vigil, Encarna Nicolas Marin, Roger Gonzalez Martell, ainsi qu’aux pionniers dans le domaine, Enrique Zafra, Rosalia Crego, Carmen Heredia. Nous tenons à préciser que les désaccords que nous formulons dans notre travail, lorsque nous commentons certains passages de leurs travaux, ne visent qu’à contribuer à l’élucidation de ces problèmes.

Avant la fin de la guerre civile, à partir de 1937, de nombreux Espagnols avaient pris le chemin de l’Union Soviétique. Ces Espagnols n’étaient pas des adultes, mais des enfants. Nous avons, tout au long de notre travail, accordé une attention privilégiée au sujet général des enfants de la guerre d’Espagne. Ce sujet commence à peine à être exploré. Il est pourtant d’une importance considérable. Plusieurs raisons justifient cet intérêt. Une raison numérique, d’abord. De 1936 à 1938, pas moins de 30 000 enfants espagnols furent accueillis en France, ainsi que dans différents pays d’Europe (Belgique et Grande-Bretagne principalement). Contrastant avec la manière dont furent reçus plus tard les militaires espagnols, l’accueil que la France réserva aux petits Espagnols mérite tous les éloges.

La question des enfants de la guerre évacués en U.R.S.S. entre 1937 et 1939 a attiré notre attention pour plusieurs raisons. Il faut dire d’abord que les enfants de la guerre furent les premiers à peupler l’espace sociologique que l’on dénomme « émigration espagnole en U.R.S.S. ». Ils furent ensuite la catégorie sociale la plus nombreuse de cette émigration : trois mille enfants contre environ mille adultes. Dans les années de l’après-guerre, les anciens enfants de la guerre représentaient la partie la plus dynamique de l’émigration espagnole en Russie, la plus diversifiée du point de vue sociologique : ingénieurs, médecins, savants, artistes, techniciens, ouvriers (sans oublier quelques éléments déclassés, peu nombreux, et un nombre insignifiant de repris de justice).

Si nous accordons un espace privilégié au destin des enfants évacués durant la Seconde Guerre mondiale à Saratov (Moyenne Volga), cela est dû en outre à la chance qui nous a souri en nous permettant de découvrir dans les archives de cette ville des documents totalement inexplorés, concernant, précisément, les enfants de la guerre. Cette découverte, ce hasard aussi heureux qu’inattendu, nous ont imposé le devoir de communiquer ces données à la communauté scientifique. Nous avons pensé en effet qu’il était beaucoup plus utile de centrer notre attention sur ce point, plutôt que de gaspiller notre modeste savoir-faire en nous étalant sur des généralités ou encore en nous contentant de rassembler des faits déjà connus.

Nous reconstruisons l’histoire de l’évacuation des enfants vers l’U.R.S.S. à partir de 1937, principalement à partir du Pays Basque et des Asturies ; leur accueil dans des établissements spécialement affectés ; leur santé ; l’enseignement qui leur était dispensé. Nous nous sommes intéressé  aussi aux éducateurs, à l’effort pédagogique consenti pour traduire les manuels scolaires en espagnol. En 1940, une partie des enfants de l’exil fut séparée : les Maisons de jeunes [Casas de Jóvenes] accueillirent les adolescents (15-18 ans) ; les Maisons d’enfants [Casas de Niños] abritèrent les plus jeunes. Une question se pose : qui finançait tout cela ? Qui payait ces vacances choyées au camp de pionniers modèle de l’Artek ? d’Eupatoria ? dans les anciennes demeures de la noblesse russe reconverties en maisons de repos et lieux de résidence durant plus de deux ans ? Qui payait le personnel nombreux et qualifié, appelé à encadrer les 3 000 enfants répartis dans les seize maisons situées sur le territoire de la Fédération de Russie et en Ukraine ? La thèse selon laquelle les niños de la guerra étaient en fait entretenus par l’or de la République espagnole, déposé dans la Gosbank en 1936, ne peut, en l’état actuel de l’accès aux archives, être ni prouvée ni rejetée. Une chose est sûre : les conditions privilégiées dont jouissaient les petits Espagnols en U.R.S.S. cessèrent brusquement dès que fut consommée la défaite militaire des républicains.

Nous abordons ensuite le départ des communistes espagnols pour l’U.R.S.S., en avril et juin 1939. Une fois les républicains définitivement vaincus, le gouvernement français ouvrit les camps. Nous nous sommes intéressé à la constitution des listes de communistes espagnols admis à se réfugier en U.R.S.S. Nous démontons à ce sujet le mythe d’un prétendu « comité de sélection » dans lequel auraient opéré souverainement la Pasionaria, Enrique Lister, Jésus Hernández et autres dirigeants espagnols, ainsi que des dirigeants du Komintern, tels que P. Togliatti, M. Thorez et autres. Nous montrons que le NKVD se chargea prioritairement de ce travail, à partir des informations émanant des journalistes, diplomates et conseillers soviétiques qui avaient travaillé en Espagne pendant la guerre civile. Il s’avère que les Soviétiques retinrent pour l’essentiel des militaires, et en nombre restreint. Sur les 4 000 Espagnols environ qui prennent le chemin de l’U.R.S.S. en 1939, il faut en effet compter quelque 3 000 enfants. Parmi les adultes, il y avait un tiers environ de femmes. C’est donc un nombre de 700 anciens combattants communistes espagnols qui, en plusieurs expéditions, quitte Le Havre pour l’U.R.S.S. Nul ne sait au juste combien de bateaux ont appareillé. Nous avons mis en relief la dimension « initiatique » de cette traversée, au cours de laquelle aussi bien les dirigeants espagnols que les Soviétiques se sont employés à préparer psychologiquement les Espagnols (adultes et enfants) à affronter la réalité ingrate du « paradis socialiste », sans pour autant contredire le dogme marxiste-léniniste. En dépit des trésors de dialectique déployés à cette occasion, le choc fut rude.

Nous avons ensuite confronté les souvenirs laissés par différents témoins sur l’accueil reçu en U.R.S.S. et l’acclimatation aux « réalités » soviétiques. Ces témoignages, écrits des années après les événements et hors d’U.R.S.S., reflètent pour les uns une sympathie fidèle pour le pays d’accueil ; pour les autres, il faut parler de franche hostilité. Nous avons éclairé les conditions matérielles offertes par les centres d’accueil, les maisons de repos, les écoles politiques et autres structures. Un point essentiel concerne la méthodique « rééducation » politique et idéologique que durent suivre les Espagnols. Un bon nombre d’entre eux fut, dès l’automne 1939, orienté vers la vie professionnelle, ce qui entraîna un éclatement de la « colonie » espagnole entre ceux qui restèrent à Moscou et ceux qui furent dirigés sur Kiev et Kharkov.

N’ayant pas la prétention de retracer la totalité de l’histoire de cette émigration, nous nous sommes efforcé d’analyser certains aspects précis, en apportant à chaque fois de nouveaux éléments, en bousculant certaines idées reçues. Nous avons évité consciemment un certain nombre de questions qui représentent un intérêt majeur, mais dont le traitement aurait transformé notre thèse, déjà suffisamment volumineuse, en un ouvrage excessivement lourd. Cela explique que les questions liées au cadre de vie, aux études, aux conditions de travail, aux loisirs des Espagnols émigrés en U.R.S.S., ont été consciemment laissées de côté.

Nous ne nous attardons pas dans notre thèse sur les « luttes politiques » ou « luttes de tendance » au sein de l’émigration communiste espagnole en U.R.S.S. Et cela pour une raison très simple : contrairement aux affirmations des historiens franquistes, tels que Ruiz Ayucar, Comin Colomer ou d’autres, il n’y a jamais eu de quelconques luttes politiques au sein de l’émigration communiste espagnole en U.R.S.S. Les Soviétiques n’auraient évidemment jamais toléré sur leur sol pareilles « fantaisies ».

Un aspect intéressant du séjour des Espagnols concerne la tentative de discussion, en juin 1939, entre les dirigeants politiques et chefs militaires républicains d’une part et les représentants du Komintern d’autre part sur les causes de la rapide et désastreuse défaite républicaine. Nous attirons l’attention sur le fait que cette tentative tourna court. Les Soviétiques s’avisèrent rapidement qu’une analyse approfondie et détaillée de la politique de leur pays pendant le conflit mettrait inévitablement en évidence les graves lacunes de l’aide soviétique et l’écrasante responsabilité de l’U.R.S.S. dans l’issue du conflit.

Il a paru nécessaire d’éclairer le problème épineux des pilotes espagnols qui se trouvaient en formation en U.R.S.S. quand la guerre civile prit fin. Le refus des autorités soviétiques de les laisser sortir était une violation flagrante du droit des gens. Or les communistes espagnols exilés ne soutinrent pas, en cette occasion, leurs compatriotes, et approuvèrent docilement la décision des Soviétiques.

Une trentaine de militaires espagnols furent admis dans les académies militaires soviétiques. Nous avons accordé à ces « élèves » d’un type particulier une attention privilégiée. En fonction de leur formation théorique antérieure, les Espagnols furent inscrits dans deux académies militaires différentes. Ceux qui s’étaient formés « sur le tas », issus des milices, et dont l’art militaire avait été appris au feu des combats, entrèrent à l’académie Frounze. Notre père, le général Enrique Lister, ancien tailleur de pierres qui n’avait pas accompli son service militaire, est le type par excellence de ces stagiaires inscrits à la Frounze. Les Espagnols qui étaient au contraire des militaires de profession, furent inscrits à l’académie Vorošilov. En nous appuyant en partie sur les archives et les confidences de notre père, mais aussi sur bien d’autres témoignages écrits, nous avons reconstitué dans ses grandes lignes le quotidien de ces soldats valeureux mis dans l’obligation de retourner sur les bancs de l’école.

Enfin, il a paru intéressant d’analyser la scolarité elle-même des officiers espagnols dans les académies militaires. Nous avons relevé que ces combattants ont été extrêmement étonnés de découvrir, à leur arrivée, que le conflit espagnol avait été étudié en détail par les Soviétiques, qui avaient rédigé à cette occasion une vingtaine d’ouvrages conséquents dont la diffusion était strictement réservée au haut commandement. Ces combattants furent surpris de découvrir que toutes les batailles de la guerre d’Espagne, leurs actions et même la personne de certains d’entre eux étaient décrites de manière précise et explicite. En eux naquit le sentiment qu’ils avaient été objets d’observation.

 

 

IIIe PARTIE

LES ESPAGNOLS DANS LA « GRANDE GUERRE PATRIOTIQUE »

Quand la « Grande Guerre patriotique » (comme les Soviétiques appellent le conflit de 1941-1945) éclate, les Espagnols sont évacués (de Moscou, de Kiev, de Kharkov). Les premiers évacués furent les enfants, acheminés en Asie centrale, au Caucase, à Saratov. C’est dans cette dernière ville que nous avons trouvé, comme nous l’avons dit, les archives relatives à 1 500 enfants espagnols évacués dans le bassin de la Moyenne Volga. Nous livrons ici les premiers résultats de leur analyse.

Les adultes, quant à eux, voulurent immédiatement s’engager dans l’Armée rouge ; or on les refusa, sauf dans l’aviation, qui admit durant les quatre années de la guerre environ soixante-dix d’entre eux. Le discours officiel affirmait qu’ils étaient tenus en réserve pour la lutte ultérieure contre Franco. Cependant, une partie considérable fut incorporée dans le mouvement des Partisans, qui était entièrement dirigé par le NKVD. Les Espagnols combattirent donc comme maquisards dans les arrières des armées allemandes. Sous la direction du colonel Ilja Starinov, fut créée l’unité connue parmi les Espagnols sous le nom (officieux) de « Bataillon espagnol du NKVD » qui servit de base d’entraînement pour les maquisards espagnols engagés chez les Partisans.

Toutefois, l’utilisation des Espagnols dans ces missions de sabotage extrêmement coûteuses en vies humaines (200 Espagnols tués sur un total de 700 : le pourcentage est considérable et dépasse de loin celui de toutes les unités d’étrangers), forme l’une des pages les plus sombres de cette histoire. Nous dénonçons vigoureusement – rejoignant en cela l’avis de notre père, le général communiste espagnol Enrique Lister – l’utilisation criminelle de l’élite militaire espagnole, envoyée sciemment au massacre dans des opérations-suicides.

Nous abordons ensuite une question très importante, qui a déjà été posée, mais qui n’a jamais reçu de réponse cohérente: pourquoi Staline ne créa-t-il pas d’unité purement espagnole ? Il existait une unité française (l’escadrille Normandie-Niemen) ; il existait une armée polonaise ; une division tchécoslovaque; un bataillon yougoslave formé de Croates. Pourquoi n’y eut-il pas, dès lors, de division espagnole ? Nous avançons la conjecture suivante. L’escadrille Normandie-Niemen permettait à Staline de sauvegarder pour l’avenir de bonnes relations avec la France Libre et le général de Gaulle, dans ce qui serait l’Europe de l’après-guerre. L’armée polonaise était conçue comme le bras armé qui devait faciliter le basculement de la Pologne dans la sphère d’influence soviétique. Même chose pour la division tchécoslovaque. En ce qui concerne le bataillon yougoslave, on est fondé à supposer que Staline se ménageait ainsi un moyen de pression sur les partisans de Tito. Si notre hypothèse est juste, alors l’absence de division espagnole reçoit une explication simple : à cette étape de la guerre, l’Espagne n’entrait pas dans les projets géopolitiques de Staline. Celui-ci n’avait pas de visée stratégique sur l’Espagne dans l’Europe telle qu’il la voyait après la fin du conflit mondial.

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, en revanche, Staline, soucieux d’empêcher la survie d’un régime franquiste en Espagne susceptible de devenir un allié des Anglo-américains, prit les mesures nécessaires pour développer, dès la fin de 1944, un puissant mouvement de lutte armée à l’intérieur de l’Espagne. Il chercha parallèlement à créer un organisme politique unitaire susceptible de regrouper les principales forces antifranquistes de l’exil républicain. C’est dans le but de promouvoir la lutte armée en Espagne que les généraux Cordon, Lister et Modesto furent dépêchés, en novembre 1944 en France, via la Yougoslavie.

 

 

IVe PARTIE

LES COMMUNISTES ESPAGNOLS DANS L’APRÈS-GUERRE ET LE DÉPART DES COMMUNISTES ESPAGNOLS DE L’U.R.S.S.

Nous attachons une attention particulière à un aspect très peu connu des relations entre le P.C.E. et les communistes yougoslaves. Pendant les deux années 1945 et 1946, la Yougoslavie servit de lieu d’entraînement et de passage aux anciens membres du bataillon espagnol du NKVD acheminés d’U.R.S.S. via l’Italie et la France, vers l’Espagne, pour grossir les rangs des guérilleros espagnols. De 1945 à 1948, en effet, la quasi-totalité des anciens stagiaires de la Frounze séjournèrent en Yougoslavie en qualité de conseillers militaires auprès de l’état-major de l’armée yougoslave. En février 1948, année où le mouvement des guérilleros en Espagne, faute de soutien logistique et technique, se voit confronté à des difficultés insurmontables, deux dirigeants du P.C.E., S. Carrillo et E. Lister entreprirent un voyage-éclair à Belgrade pour solliciter une aide militaire auprès des communistes yougoslaves. Cet épisode mal connu donna plus tard lieu à polémiques entre les deux hommes. En juillet de la même année, éclata au grand jour la rupture entre le Kominform et la Yougoslavie de Tito. Dès le mois d’août, le P.C.E., joignant sa voix au chœur unanime des détracteurs, se lança dans une virulente campagne de dénonciation de ceux qu’il devint d’usage d’appeler « Tito et sa clique ».

Après avoir rappelé quelle était la position de l’Espagne face aux autres puissances occidentales, nous abordons la situation du P.C.E. qui, après la guerre, s’engage dans une politique ambiguë consistant à la fois à participer au gouvernement républicain en exil et à développer la lutte armée. Cette ambiguïté se résout à sa manière quand, en 1947, les communistes espagnols quittent le gouvernement en exil. Les deux années 1947 et 1948 sont celles d’une véritable impasse politique du P.C.E. et nous montrons que celle-ci résulte directement d’une erreur d’appréciation de ses dirigeants. L’éclatement de la guerre de Corée, en 1950, précipite l’interdiction du P.C.E. en France, dont le gouvernement suit à cet égard docilement les demandes formulées par les États-Unis, soucieux d’assurer la sécurité des bases militaires qu’ils projettent d’implanter en Espagne.

 

Avec Hemingway (Photo Capa).

 

CONCLUSION

Comment caractériser l’aventure des émigrés communistes espagnols en U.R.S.S. ? On pourrait dire d’un mot que ceux-ci ont vu leur statut décroître inexorablement. Héros de la lutte contre le fascisme pendant la guerre civile, champions du courage et de l’intransigeance idéologique, les combattants espagnols sont, jusqu’en 1939, des symboles universellement admirés de tous les adversaires du fascisme. Réfugiés dans un pays qui les a certes aidés, mais dont ils comprennent vite qu’il a mesuré son aide, mis dans l’incapacité d’exprimer leurs reproches, ils eurent l’amertume de constater que pendant les années quarante, le renversement de Franco n’était pas l’objectif prioritaire de l’Union soviétique, soucieuse avant tout de consolider l’empire conquis sur une partie des ruines du IIIe Reich : le camp socialiste. Quant aux Occidentaux, guidés par le souci de préserver l’Europe du danger communiste, ils n’hésitèrent pas à opter pour une Espagne dictatoriale.

On peut affirmer que si les facteurs extérieurs (la diplomatie de la Grande-Bretagne et de la France) jouèrent un rôle de premier plan dans l’issue dramatique de la guerre civile, ce furent aussi des facteurs extérieurs (la guerre froide) qui déterminèrent le maintien du franquisme en Espagne, et avec lui l’existence durant quatre décennies d’une émigration communiste, dispersée de par le monde, répartie principalement en France, en U.R.S.S. et, à partir de 1950, dans les principaux pays de l’Est.

 

 

 

 

De gauche à droite : Vicente Rojo (chef d’Etat-Major de l’armée en 1937. Se réfugie en Argentine grâce au SERE *) ; Juan Guilloto (plus connu sous le nom de Juan Modesto. Général, fin stratège qui commande el Ejército del Ebro en avril 1938. Se réfugie en URSS) ; Juan Negrín ; Enrique Líster.

 

* SERE : (re)voir

http://retirada37.com/?p=589

 

 

Enrique Líster, Dolores Ibarruri, Santiago Carrillo. La cité Interdite, Pékin, 1956.

 

 

En savoir plus sur le père : Enrique Líster Forján (Teo – La Corogne 1907 – Madrid 1994).

Pur produit du stalinisme, valeureux militaire, il fut le bras armé de la destruction de la révolution sociale libertaire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Enrique_L%C3%ADster

 

 

Source :

Lister Enrique. L’exil communiste espagnol en France et en U.R.S.S. (1939-1950). Contribution à l’histoire d’une émigration. In: Revue des études slaves, tome 75, fascicule 1, 2004. pp. 211-220; http://www.persee.fr/doc/slave_0080-2557_2004_num_75_1_6882

LES TAUPES

 

Torbado, Jesús, Leguineche, Manuel, Les Taupes, Paris, Balland, 1979, 310 p.

Traduit de l’espagnol [Los Topos, 1977].

 

Ce livre est un livre de témoignages. Une dizaine de témoignages, certains très détaillés, d’autre moins.

– Eulogio de Vega, ancien maire de Rueda (province de Ségovie) recherché par les phalangistes a alterné des cachettes pendant 28 ans, jusqu’en 1964 : dans un champ de maïs, trois ans dans une ferme, dans un puits (pendant plusieurs mois, jour et nuit, dans la galerie d’un puits)… il finit par revenir chez lui où il a passé de nombreuses années caché dans une chambre. Sa femme, devenue enceinte accouche loin de la maison familiale, chez sa sœur qui devient la mère adoptive. La mère biologique est appelée « ma tante ». Tombé malade, Eulogio a un besoin urgent de soins. Son épouse simule les symptômes au médecin afin d’obtenir des médicaments.

– Saturnino, de Ségovie a passé 34 ans dans le grenier de la maison familiale où il ne pouvait guerre s’asseoir ou se mettre debout. Il ne pouvait sortir, seulement un peu de ciel nocturne en dégageant quelques tuiles.

– un autre a passé près de 30 ans caché chez lui, mais lui peut sortir dans la cour et le jardin car la maison est entourée de murs.

– Manuel Serrano Ruiz, anarchiste, de Ciudad Real, s’est caché pendant 13 ans, la plupart du temps dans une chambre. Quand la garde civile se présente il se dissimule dans un trou creusé dans le sol que sa femme occulte avec une dalle.

– Miguelico « el perdiz », de Bailen (Jaén), grand braconnier, a passé la plus grande partie du temps dans la montagne à bivouaquer ou bien dans une grotte, parfois aussi hébergé dans des fermes amies.

……….

Point commun de ces reclus volontaires: la peur pour eux-mêmes et pour leurs proches. Durant toutes ces années, la garde civile fouille la maison à l’improviste, parfois plusieurs fois dans la même journée, on s’acharne sur leur famille pour leur faire avouer où la personne est cachée : passages à tabac, tortures, détention arbitraire jusqu’à plusieurs mois… Parfois  même des exécutions. La nécessité de discrétion est absolue, personne n’étant à l’abri d’une dénonciation… le prêtre, confesseur,  est souvent un indicateur de la police.

Autre point commun : hormis le braconnier, les autres sont entretenus par des tiers, la famille le plus souvent, parfois un ami. Ces personnes se chargent de les nourrir, de sortir les pots de chambre, de leur fournir lecture, occupation, petits travaux manuels si possible…
Malgré les différentes amnisties prononcées par Franco pendant toutes ces années, les gens se méfient car ceux qui se dévoilent sont emprisonnés, voire condamnés à mort. Celui qui a passé 12 ans caché avant d’être découvert a été condamné à 25 ans de prison, réduits à 7 ans pour bonne conduite… il a donc purgé 7 ans de prison après avoir été enterré vivant pendant 12 ans !

Ceux qui sont restés 30 ans sont sortis après la prescription générale pour les crimes commis pendant la guerre, prononcée en 1969. 1939 à 1969 : 30 ans. Et effectivement, après 1969, ils ont été bien traités : libérés, on leur a refait des papiers… une nouvelle vie ?

Des témoignages très émouvants.

 

 

Jesús Torbado est également l’auteur de « En el día de hoy », Premio Planeta 1976. Ce roman est un pastiche du communiqué de Franco déclarant la guerre terminée :

« En el día de hoy, cautivo y desarmado el ejército faccioso, han alcanzado las tropas republicanas sus últimos objetivos militares. La guerra ha terminado.

Madrid, 1 de abril de 1939. Manuel Azaña, Presidente de la República. »

Si seulement…

MÉMOIRES BLESSEES

 De la concurrence des victimes au partage des mémoires

 Source :

Journées de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité. Mémoires blessées. 

Théâtre Saint Gervais, 7-27 janvier 2009 – Rue du Temple 5 CH-1201 Genève

 

 

Tandis que s’estompent les grands récits nationaux proposant une histoire linéaire, téléologique de marche vers le progrès et de fabrication d’une identification à l’objet national, l’énonciation d’un discours unificateur devient difficile. La prolifération des petits récits de groupes sociaux, religieux ou politiques revendiquant l’inclusion de leur(s) mémoire(s) dans l’histoire nationale complique la définition d’une identité commune et d’une « vérité » historique. Cette multiplication des échelles rend plus complexes les polémiques à propos du passé.

Face à ces controverses, le discours des historiens apparaît comme une parole secondaire dans l’espace public. Il tend même à être instrumentalisé, le travail de l’historien pouvant à la fois servir d’outil de lutte ou de légitimation de groupes sociaux insatisfaits. La parole première est détenue par les médias et les témoins directs du passé, auxquels ces mêmes médias servent de tribune. Cette configuration met en tension la mémoire portée par les acteurs du passé et l’histoire en tant que récit interprétatif de ce même passé. Une des forces de l’histoire est pourtant de permettre une mise en dialogue pertinente des mémoires concurrentielles à propos du passé.

 

Travail d’histoire, travail de mémoire

 Qu’est-ce qui différencie l’histoire et la mémoire ? Pour l’historien Antoine Prost, quatre tensions sont identifiables entre les devoirs d’histoire et de mémoire : la mémoire porte a priori sur des faits précis et clairement désignés ; le devoir de mémoire semble proscrire l’oubli ; la demande de mémoire est largement affective ; elle correspond d’abord à la vision d’un groupe social particulier, dans une perspective identitaire. Il y a pourtant une interaction nécessaire entre l’histoire, qui tend à l’unité, et la mémoire, nécessairement plurielle et divisée. En outre, il ne s’agit pas de stigmatiser la mémoire pour valoriser la seule histoire : d’où l’idée de l’utilité d’un véritable travail de mémoire ; d’où aussi la pertinence de toujours tendre à remettre de l’histoire dans la mémoire pour nos perceptions du passé.

Gardons-nous cependant de confiner la mémoire dans des récits individuels. Il existe en effet des conditions de réception, des cadres sociaux de la mémoire qui concernent sa dimension collective. La mémoire collective, étudiée notamment par le sociologue Maurice Halbwachs, se situe au cœur de l’identité des sociétés.

Elle contribue à la consolidation du lien social en mettant en évidence dans l’espace public certains éléments particuliers du passé plutôt que d’autres. Son analyse mène à s’interroger sur certaines zones d’oubli, sur ce qui a justifié la mise en marge de pans entiers de l’histoire. Elle pose aussi la question du rapport entre la mémoire et le territoire, de la dimension universelle ou spécifique des contenus de cette mémoire collective.

Un autre aspect concerne la distance temporelle qui nous sépare des événements ramenés à notre mémoire. Il s’agit ainsi de distinguer la mémoire biographique que nous avons des événements les plus récents, ceux pour lesquels existent encore des témoins directs, voire leurs descendants immédiats, et la mémoire culturelle que nous avons des événements plus anciens, séparés de nous de plus d’un siècle, qui sont souvent des événements fondateurs ou des mythes d’origine. En ce qui concerne la mémoire biographique, c’est le rapport entre le témoin et le document qui est souvent interrogé, parfois dans des termes de complémentarité, parfois dans des termes de concurrence. Par ailleurs, la perspective de la disparition prochaine des témoins provoque une dramatisation de leur fonction, une intensification de leur présence dans l’espace public. C’est bien ce que nous vivons aujourd’hui par rapport à la Shoah. Là encore, le travail d’histoire permet de contextualiser les propos des témoins, de rappeler qu’ils n’ont pas tous été des victimes, que leurs actes ne sont pas tous à situer sur le même plan.

Qu’est-ce que l’histoire peut nous apprendre de notre présent ? À partir d’informations diverses sur ce qui s’est passé lors d’époques antérieures, la question se pose de savoir ce qui se répète d’une période à l’autre et ce qui doit être considéré comme différent. Ce travail de comparaison est au cœur même de la pensée historique. Il nous fait comprendre que les faits ne se répètent qu’en partie, mais qu’ils se déroulent dans des contextes qui les ont rendus possibles, ce que l’analyse historique peut nous aider à mettre en évidence.

Le plus important, si l’on se réfère à une histoire critique et honnête, c’est de bien reconstruire le présent du passé, c’est-à-dire de savoir rendre compte des incertitudes et des errements de ce passé. L’histoire s’intéresse en effet à des êtres et à des acteurs qui avaient leur propre expérience du passé, leur propre horizon d’attente tourné vers un avenir fait de craintes et d’espoirs, leur propre univers mental. Il s’agit donc de tenter de faire surgir ces rapports au passé et à l’avenir, de les reconstruire, pour contextualiser les choix et les gestes de ceux qui ont fait l’histoire, en tenant compte de la marge de manœuvre dont ils disposaient réellement, mais sans oublier que, contrairement à nous, ils ne connaissaient pas la suite des événements.

 

 

Travail de mémoire, travail d’histoire. Il s’agit d’abord de partir de la connaissance des faits, d’avoir la curiosité du passé et de prendre le temps de cette curiosité. Sans cela, des actes absurdes pourraient se reproduire sans conscience ; les mêmes questions pourraient se reposer à des êtres et à des acteurs enfermés dans leur présent. Au contraire, en étant inscrite dans une perspective historique, chaque situation de la vie sociale pourrait alors être abordée de manière plus ouverte, ou au moins plus lucide. Un temps de réflexion serait ainsi rendu possible en amont de l’action humaine.

Le travail de mémoire permet notamment la réminiscence de faits qui ont été oubliés, parfois occultés. Quant à l’histoire, elle sert à reconstruire, dans un récit synthétique, mais non moins centré sur des problèmes et des hypothèses, des aspects du passé qui donnent à voir sa complexité et ses grandes lignes de force.

Ce passé est si riche que l’éventail des questions que l’on peut lui poser est immense, sans cesse renouvelé. Ce qui permet d’aiguiser notre regard critique sur nos actions aujourd’hui.

Cette introduction reprend des textes de Nadine Fink & Charles Heimberg (2008), et de Nadine Fink (2008).

 

Quelques références bibliographiques

 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1993 (1949).

 Jean-Michel Chaumont, La concurrence des victimes. Génocides, identité, reconnaissance, Paris, La Découverte, 1997.

 Nadine Fink, Histoire et mémoire dans l’enseignement secondaire genevois. Témoignage oral et pensée historique scolaire à propos de la Seconde Guerre mondiale en Suisse, thèse de doctorat, Genève, Université de Genève, 2008.

 Nadine Fink & Charles Heimberg, « Transmettre la critique de la mémoire », in Carola Hähnel-Mesnard & al.(dir.), Culture et mémoire. Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, PalaiseauÉditions de l’École Polytechnique, 2008, pp. 63-71.

 Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 (1925).

 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997 (1950).

 Charles Heimberg, Entendre des témoins et apprendre l’histoire de la Shoah, Cahier pédagogique du DVD Survivre et témoigner : rescapés de la Shoah en Suisse, Genève, Éditions IES/Haute École de Travail Social, 2007.

 Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’ÉHÉSS, 1990 (1979).

 Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil (points-Histoire), 1996.

 Antoine Prost, « Comment l’histoire fait-elle l’historien ? », Vingtième Siècle, n°65, Paris, Presses de Science Po, janvier-mars 2000, pp. 3-12.

 Enzo Traverso, Le passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique, Paris, La Fabrique, 2005.

 

Une autre ressource importante et utile : Monique Eckmann & Michèle Fleury (éd.), Racismes et citoyennetés. Un outil pour la réflexion et l’action, Genève, ies-éditions & Fondation pour l’éducation à la tolérance, 2005.

 

LA FRONTIÈRE EXISTE-T-ELLE POUR LES HISTORIENS ?

La frontière franco-espagnole au 20e siècle

 

Jean-François Berdah

Université Toulouse II-Le Mirail

 

Source :

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00143933

 

A golfer hits a tee shot as African migrants sit atop a border fence during an attempt to cross into Spanish territories between Morocco and Spain’s north African enclave of Melilla October 22, 2014. Around 400 migrants attempted to cross the border into Spain, according to local media. Picture taken October 22, 2014. REUTERS/Jose Palazon (SPAIN – Tags: SPORT GOLF SOCIETY IMMIGRATION TPX IMAGES OF THE DAY) – RTR4BABH

 

La frontière existe-t-elle pour l’historien ? Question délicate qu’on ne saurait trancher de façon probante d’une simple affirmation ou négation. Les débats actuels qui portent sur les limites de l’Europe montrent bien combien la frontière demeure un objet polémique, notamment dans le cas de la Turquie qui pour beaucoup ne pourrait intégrer l’Union européenne en raison de son appartenance au continent asiatique ou proche-oriental. Cette analyse repose pout l’essentiel sur l’existence de « frontières naturelles », notion qui s’est imposée à la Renaissance par le biais de la cartographie, celle de Mercator notamment, à des fins politiques et militaires. Politiques, en fixant, par exemple, les limites théoriques de la monarchie française, celle des Bourbons, et militaires, en justifiant par avance les conquêtes visant à préserver le « pré carré », c’est-à-dire le territoire légitime et « naturel » garant de l’harmonie intérieure du royaume 1.

A l’évidence, la frontière est donc une création humaine qui a pour objet de définir et de distinguer ces constructions politiques et territoriales que sont les États modernes. Contrairement à ce que l’on a longtemps cru ou affirmé, la notion de « frontière naturelle » n’exprime donc pas une réalité intangible, celle d’une limite géographique qui s’imposerait d’elle-même et constituerait du même coup le critère infaillible des politiques nationales. Pourtant, la question mérite d’être posée dans le cas des massifs montagneux comme les Alpes et les Pyrénées, notamment dans ce dernier cas en raison du cloisonnement qu’ils semblent créer entre la France et l’Espagne, et de l’obstacle apparent qu’ils semblent représenter aux échanges humains de part et d’autre de la frontière.

Apparent est bien le mot, car il serait facile de démontrer que les Pyrénées n’ont jamais représenté cette extrémité, ces marges infranchissables comme on pourrait le penser, et ce depuis les temps les plus reculés. Qu’il soit permis de rappeler, que les Pyrénées offrent de nombreux points de passage entre la France et l’Espagne, tout d’abord les plaines côtières du Pays basque et de la Catalogne, mais aussi les cols de montagne qui empruntent des vallées toutes orientées, à quelques exceptions près, selon un axe nord- sud, et que les exemples historiques depuis les Wisigoths et les Vandales jusqu’aux temps les plus récents abondent qui démontrent que loin d’avoir été une frontière imperméable, les Pyrénées ont toujours été considérés comme un espace de peuplement et de transition. Cela est d’autant plus vrai que les raisons de franchir cette « frontière naturelle » dans un sens ou dans l’autre n’ont pas manqué, ne saurait-ce qu’à l’époque contemporaine depuis le début du 19e siècle. Raisons politiques tout d’abord avec l’émigration vers la France des libéraux espagnols sous le règne de Ferdinand VII de 1814 à 1833, puis celle des carlistes opposés à la jeune reine Isabelle II lors des première et seconde guerre carliste (1833- 1839, 1846-1848) et encore au lendemain de la troisième guerre carliste (1873-1875) lors de la Restauration des Bourbons. Il faudrait aussi ajouter le premier exil des républicains sous la Restauration en 1874, et surtout le second de 1923 à 1930 sous la dictature de Manuel Primo de Rivera qui devait profondément influer sur le devenir de l’Espagne au cours des années trente 2. Raisons économiques également, à cela près qu’au cours du 19e siècle le courant migratoire est orienté nord-sud, c’est-à-dire de la France vers l’Espagne, en provenance notamment d’Auvergne 3.

Si, comme on a pu le voir, la frontière franco- espagnole a été amenée à jouer un rôle prépondérant dans les relations entre les deux États riverains depuis fort longtemps, c’est toutefois avec la fin de la guerre civile espagnole que celle-ci va devenir un enjeu crucial pour les populations concernées pour au moins trois raisons. Tout d’abord, parce que la guerre d’Espagne fut à l’origine d’un exil de population massif à partir de 1939, et surtout durant l’hiver 1939, un exil politique qui a eu en France de profondes répercussions du point de vue politique et économique. Ensuite, parce que cette frontière va constituer une ligne de démarcation idéologique entre la dictature du général Franco et la troisième République finissante. Enfin parce que la frontière devient un enjeu stratégique durant la Seconde Guerre mondiale pour la résistance intérieure et les forces alliées tandis que la France et l’Espagne sont dominées par deux régimes dictatoriaux.

 

 

De toutes les tragédies humaines que l’Europe a traversées au cours du 20e siècle, la guerre d’Espagne figure hélas en bonne place parmi celles qui ont le plus fortement marqué notre destin collectif. Plus que tout autre pays, la France a fait l’expérience indirecte de ce drame historique en devenant la terre d’accueil de quatre vagues migratoires successives entre 1936 et 1939. De ces quatre vagues la plus importante numériquement et la plus lourde de conséquences fut la dernière. Elle se produisit lors de l’effondrement final du front de Catalogne en décembre 1938 quand les possibilités de résister étaient presque épuisées pour des raisons matérielles, financières et politiques, ou encore par suite du pessimisme ambiant.

Entre la fin janvier et le début de février 1939 ce sont près de 465 000 réfugiés qui entrent en France, dont 170 000 civils et 295 000 militaires, affamés, dépourvus de tout, parfois sans chaussures ni couvertures au cœur de l’hiver, une population chassée toujours plus loin par les forces rebelles du général Franco qui n’a d’autre choix en définitive que de franchir les Pyrénées par tous les moyens et quels qu’en soient les risques. Cette réalité terrible entraîne une remise en question immédiate de la politique gouvernementale pratiquée à l’égard des républicains espagnols. De fait, l’idéal de solidarité du Front populaire défendu par Léon Blum n’avait pas tardé à voler en éclat lors de l’adoption de mesures administratives strictes au mois d’avril 1937 qui avaient eu pour conséquence le renforcement des contrôles sur la frontière pyrénéenne et surtout le rétablissement du visa consulaire, qui autorisait le refoulement des personnes qui en sont dépourvues. Un mois plus tard, en mai, l’adoption de l’instruction sur l’hébergement des réfugiés espagnols allait durcir la politique d’accueil de la troisième République en introduisant des limitations certaines à l’exercice de cette liberté individuelle. On affirmait certes toujours la volonté de l’État de « remplir complètement ses devoirs d’humanité », mais aussi celle de « maintenir strictement l’ordre public sur son territoire », d’interdire la libre mobilité des populations hors des départements d’accueil, notamment vers l’un des départements frontaliers, et de refuser le financement officiel des camps d’hébergement 4. Cette politique de durcissement ne se ralentit pas avec le changement de gouvernement, bien au contraire, car ce dernier n’affecta pas le ministre de l’Intérieur en poste, Marx Dormoy, ni ses orientations restrictives. Ainsi, le « rapatriement obligatoire de

tous les réfugiés espagnols, les malades exceptés », c’est-à-dire non plus seulement les hommes, mais aussi les femmes et les enfants, fut -il mis en œuvre le 29 septembre 1937 sans attendre. L’explication tient sans doute au nombre élevé de républicains espagnols installés en France, de 50 à 60 000 au début de l’automne, dont au moins 10 000 enfants, qui représentent une lourde charge pour l’État français et les municipalités chargées d’accueillir de gré ou de force ces réfugiés. Déjà 13 millions de francs avaient été débloqués par le gouvernement Blum en faveur des républicains espagnols auxquels s’ajoutèrent 55 millions supplémentaires au cours de l’année 1937 5. Toutefois, les réactions d’hostilité à un tel recul des principes républicains venus des rangs pro-gouvernementaux contribuent à adoucir ces mesures radicales grâce à une nouvelle directive, en date du 27 novembre, qui autorise les réfugiés à résider en France sous réserve qu’ils disposent de ressources pécuniaires suffisantes ou soient recueillis par des personnes tierces, « exception faite toutefois pour les femmes, les enfants, les vieillards et les malades qui peuvent encore être hébergés aux frais des collectivités publiques. » 6

Ce drame aurait-il pu être évité ? Sans doute pas ; mais les souffrances qu’il généra auraient pu être atténuées avec un minimum d’anticipation. Les mises en garde répétées du gouvernement républicain de Barcelone n’avaient pas manqué, en effet, depuis 1938, ainsi que des offres de financement pour l’hébergement des réfugiés. De sorte que l’impréparation des autorités françaises face au déluge humain ne peut s’expliquer que par un choix délivéré du gouvernement, celui de ne pas heurter une opinion publique de plus en plus ouvertement xénophobe et hostile à l’accueil des populations étrangères, attitude qui d’ailleurs n’est pas spécifique à la France puisque les autres pays européens et les États-Unis n’étaient pas disposés à partager le poids d’une immigration si massive, à l’exception des enfants qui purent être rapatriés vers l’Angleterre, la Suisse, la Belgique ou la Russie grâce à des organismes de secours ou le soutien direct des pays concernés.

Il n’est pas utile d’insister ici sur les conséquences désastreuses de cet exil forcé pour la population espagnole, surtout pour les militaires séparés des autres réfugiés qui terminèrent leur voyage dans des camps d’internement ou de concentration, selon la terminologie officielle, improvisés 7. En réalité, nombre de ces Républicains n’avaient pas d’autre choix que de rester en France, même si le gouvernement français faisait tout son possible pour forcer leur retour en Espagne, en particulier parce qu’une mort immédiate attendait tous ceux dont les responsabilités politiques ou l’engagement idéologique avaient un lien quelconque avec le Frente popular, avec le camp des “rouges”.

Ce qu’il importe de dire ici, c’est que toute la politique frontalière de la France fut remise en cause par cette avalanche humaine. La norme en vigueur, depuis le 14 avril 1862, était dictée par le traité bilatéral signé entre Napoléon III et Isabelle II, à propos des frontières et des échanges de population, dont le contenu était finalement assez vague puisque ce dernier ne faisait pas explicitement référence ni aux ouvriers agricoles et industriels, de loin les plus nombreux parmi les réfugiés espagnols, ni aux exilés politiques. Cependant, la France avait souscrit au cours des décennies suivantes plusieurs engagements internationaux qui lui enjoignaient d’accueillir les ressortissants étrangers et de surseoir à toute mesure de refoulement ou d’expulsion, ce que les premières instructions envoyées aux préfets des départements frontaliers les 20 juillet et 6 août 1936 avaient d’ailleurs confirmé.

En réalité, comme le note Javier Rubio, ces premiers pas réglementaires permirent au gouvernement français de fixer dès les premières semaines les deux principes fondamentaux auxquels la politique d’accueil des réfugiés espagnols sera soumise au cours des années ultérieures. Le premier visait à favoriser le plus possible le retour en Espagne de tous celles et ceux qui le désiraient, en leur laissant même la liberté de choisir l’endroit par lequel s’effectuera le franchissement de la frontière. Mais la possibilité de résider provisoirement en France était aussi garantie par ce même principe pour des raisons humanitaires et parce qu’il devait être tenu compte des non combattants, notamment les femmes, les enfants et les vieillards, extérieurs, si l’on peut dire, à la guerre civile. Le second principe, qui rappelle la jurisprudence en application depuis les guerres carlistes, visait à éloigner les populations réfugiées de la zone frontalière pour des raisons à la fois politiques et matérielles. En effet, la présence d’opposants politiques aux portes de l’Espagne, qu’il s’agisse des partisans de Don Carlos au 19e siècle 8, des républicains et anarchistes espagnols jusqu’en 1931 ou maintenant des combattants du Front populaire, tout devait être fait pour éviter le moindre différent avec les autorités espagnoles en place ou toute implication directe dans le conflit. Mais l’éloignement de la frontière répondait aussi tout bonnement à des considérations pratiques, principalement la nécessité de distribuer plus équitablement le poids de l’exil espagnol pour éviter que les départements frontaliers assument seuls cette charge nouvelle 9.

 

 

Plus tard, c’est la signature des accords de Nyon, le 14 septembre 1937, qui entraîne un nouveau changement de stratégie vis-à-vis de la frontière. En effet, la crise provoquée par le bombardement du croiseur allemand Leipzig, les 15 et 18 juin précédents, qui faillit entraîner l’Allemagne nazie dans une guerre ouverte contre la Républiques espagnole et du même coup provoquer un enchaînement guerrier incontrôlable, pousse les grandes puissances à neutraliser, ou plus exactement à circonscrire, la guerre civile espagnole, et à éviter que violations répétées du droit international en Méditerranée ne conduisent à une déflagration mondiale 10. Or, si ce « plan méditerranéen » a surtout des implications maritimes, il est clair que la contrebande de guerre et le passage de volontaires s’effectuent aussi par voie terrestre, ce qui conduit dès le mois de novembre à l’installation d’un véritable plan de barrage destiné, selon son promoteur Marx Dormoy, à assurer la plus parfaite étanchéité des frontières. Dans le cas de l’Ariège, directement concerné par cette mesure, les autorités militaires et civiles se répartissent les rôles pour garantir l’efficacité des décisions ministérielles avec la mobilisation des gardes républicains mobiles, des unités d’infanterie et des réserves mobiles au sein d’un réseau maillé profond de 80 kilomètres 11.

Le problème des réfugiés espagnols ne va pas cependant trouver de remède au cours de l’année 1937, ni même l’année suivante en 1938, en dépit des reconduites à la frontière forcées ou imposées. On peut d’ailleurs s’interroger sur l’attitude des autorités françaises. Peut-elle se justifier, comme le pense Bartolomé Bennassar, par la liberté de passage de la frontière ou parce que « l’issue du conflit demeure très incertaine » [sic] 12 ? Cela reste très discutable, notamment à lire les intentions de Marx Dormoy qui affirme en septembre 1937 : « J’ai décidé de les mettre en demeure de quitter notre territoire ». Au reste, il n’était pas nécessaire le plus souvent de forcer les choses tant l’esprit combatif était encore présent chez la plupart des hommes, notamment les éléments révolutionnaires les plus actifs et aussi les plus indésirables. Par ailleurs, le passage de la frontière ne s’avère pas si facile depuis que le gouvernement républicain pratique un strict contrôle des entrées destiné à éradiquer la cinquième colonne » nationaliste :

À la sortie comme à l’entrée, il faut franchir maintenant cinq ou six barrages avec de multiples vérifications douanières, administratives, policières, etc. Dans une zone de vingt kilomètres depuis la frontière française, la population a été évacuée. Nul n’a le droit de circuler sans les justifications les plus complètes et sous peine des sanctions les plus graves. Le départ de l’Espagne des ressortissants espagnols est pratiquement interdit. L’entrée des étrangers est subordonnée à de multiples enquêtes et des instructions presque prohibitives ont été adressées aux ambassades et aux consulats. À la sortie, l’on doit se présenter maintenant au commissariat général des ports et des frontières cinq jours avant la date de départ proposée, et, uniquement pour toute l’Espagne, à Barcelone. » 13

 

 

La “question espagnole” reste donc entière au début de l’année 1938, non seulement parce que les volontaires étrangers ne peuvent quitter la zone républicaine, mais aussi parce qu’il serait périlleux de les pousser à partir tandis que les Allemands et les Italiens n’ont aucune intention d’agir de même… si ce n’est après la victoire finale de Franco ! Plus grave encore, l’offensive qui se produit en Aragon à partir de l’hiver 1937 et culmine avec la bataille de Teruel en janvier- février 1938 14 conduit à une troisième vague d’exode vers la France de la part d’une partie de l’armée républicaine, notamment la 43e division rejetée dans la poche de Bielsa par l’armée nationaliste qui compte près de 7 000 hommes. En contradiction avec les ordres officiels qui imposent toujours le barrage de la frontière, les solidarités s’organisent côté français pour venir en aide aux soldats et surtout aux populations civiles de la vallée de la Cinca, notamment au sein de l’union départementale de la CGT. Des convois sont organisés pour expédier en territoire espagnol denrées alimentaires et médicaments, mais les bombardements perpétrés par l’aviation franquiste poussent finalement miliciens et civils à se réfugier dans les Hautes-Pyrénées françaises, notamment à Arreau, Argelès-Gazost et Luz-Saint-Sauveur 15.

C’est pourtant dans ce contexte (ou plutôt en raison de ce dernier) que le gouvernement de Front populaire accepte le 17 mars de réouvrir la frontière à la demande du président du Conseil socialiste, Juan Negrín, venu plaider la cause de l’Espagne républicaine.

La frontière avait été fermée par Camille Chautemps après le départ des ministres socialistes et la constitution d’un nouveau cabinet le 19 janvier 1938, et l’on pouvait mesurer clairement les conséquences catastrophiques de cette décision sur la capacité de résistance de

l’armée républicaine en Aragon dès lors que les livraisons d’armes en provenance d’Union soviétique se trouvaient brutalement taries 16. Le revirement surprenant des autorités françaises s’expliquait fondamentalement par le retour de Léon Blum à la tête du   gouvernement depuis le 13 mars et la volonté exprimée par ce dernier de répondre à la politique expansionniste de l’Allemagne nazie par un geste de solidarité à l’égard de l’Espagne. En d’autres termes, s’il était trop tard pour sauver l’Autriche, il était encore possible de faire quelque chose pour l’Espagne et la Tchécoslovaquie, également menacée 17.

L’ouverture de la frontière n’eut pas d’effets concrets ni durables. D’une part, parce que l’approvisionnement en armes des forces légalistes ne s’améliora nullement, d’autre part, parce que la seconde expérience Blum était vouée à l’échec dès le départ – le président Lebrun n’avait- il pas exprimé son désir de mettre un terme final au Front populaire dès le mois de janvier ? – et que ces jours étaient comptés. De fait, la pression sociale grandissante, les divisions politiques et l’hostilité manifeste du Sénat à l’égard des projets financiers de Léon Blum allaient précipiter sa chute le 10 avril et ouvrir la voie à un second gouvernement Daladier deux jours plus tard 18.

Cette nouvelle crise gouvernementale, outre qu’elle mit fin de façon définitive à l’expérience du Front populaire, annonçait un net revirement d’attitude vis-à-vis de la République espagnole avec la disparition des éléments socialistes au sein du nouveau cabinet et le déplacement de son centre de gravité vers la droite. La nomination de Georges Bonnet à la tête du ministère des Affaires étrangères ne fit que confirmer les appréhensions légitimes de Barcelone à ce propos, car son antipathie peu douteuse pour le Front populaire alliée à la conviction de la faiblesse française face à l’Allemagne ne pouvaient qu’induire des décisions contraires aux intérêts de la République 19. En outre, la signature des accords anglo-italiens du 16 avril 1938 signifiant la reconnaissance de jure de l’annexion italienne de l’Éthiopie et la présence en zone nationaliste d’un agent diplomatique britannique depuis le mois de novembre 1937 20 ne pouvaient qu’encourager le ministre radical à suivre cet exemple. La rupture territoriale du camp républicain depuis le 14 avril, avec l’arrivée à Vinaroz de l’avant-garde nationaliste, permet justement d’envisager discrètement l’abandon de la République espagnole au bénéfice d’un rapprochement avec l’Espagne de Franco.

 

 

Dans ces conditions, et pratiquement accusé par Londres, « de prolonger inutilement une guerre cruelle avec toutes ses terribles conséquences » 21, le gouvernement français, en la personne de Daladier et Bonnet, devait décider la fermeture de la frontière franco-espagnole le 26 mai. Concrètement, celle-ci ne devint complètement étanche que le 13 juin suivant, par crainte de réactions hostiles de l’opinion publique et aussi parce qu’il était peu concevable « que la France fût seule à agir si l’Italie ne prenait pas elle-même des mesures établissant clairement sa bonne foi et son intention de renoncer définitivement à son emprise sur l’Espagne. » 22 ; mais le mal était fait, et comme l’envisageait le consul Lamastres la chute du front de Catalogne et de Barcelone, sans approvisionnements extérieurs en armes, n’était plus qu’une question de semaines. En prenant une telle décision, le gouvernement Daladier s’exposait pourtant à un autre risque, celui de voir le camp républicain se replier en masse vers ses frontières et d’engendrer ainsi un mouvement de population sans précédent. Déjà le 19 avril l’ambassadeur de France, Erik Labonne, avait conclu que :

« Si donc une telle lutte devait se dérouler à nos portes, si l’incendie devait faire rage à quelques kilomètres de notre frontière, les risques que la France a déjà encourus dans l’affaire espagnole n’en seraient point diminués, non plus que les possibles complications internationales. De même si la lutte devait prendre un tel caractère, les exodes de population et de troupes, qui ont eu lieu déjà dans les Hautes-Pyrénées et dans l’Ariège, se reproduiraient sans doute dans les Pyrénées-Orientales et sur une tout autre échelle. » 23

Le préfet des Pyrénées-Orientales ne dit pas autre chose le 23 avril lorsqu’il évoque « l’exode en masse qui se produira vers la frontière française », ajoutant « que l’exode sera massif » et son ampleur « difficile d’évaluer d’avance » 24. On sait pourtant ce qu’il advint de telles mises en garde et du manque de préparation criant qui caractérisa la politique française en janvier-février 1939. Dès le 27 janvier, ce sont des milliers de personnes qui se présentent aux postes-frontière, mais les ordres sont appliqués de manière absolue et toute entrée en territoire français reste prohibée par un double rideau composé de gardes mobiles et de tirailleurs sénégalais, notamment à Cerbère et au Perthus. Devant la masse de civils qui s’agglutine à la frontière, le ministre de l’Intérieur, Albert Sarraut, n’a d’autre choix que de laisser passer les civils, soit « 60 000 femmes, 13 000 enfants et 2 000 hommes âgés de plus de cinquante-cinq ans » 25. Au total, selon les chiffres officiels, ce sont en fait 114 000 réfugiés qui franchissent la frontière entre le 27 et le 31 janvier 1939 par Cerbère, Le Perthus, le col d’Ares et Bourg-Madame, et encore 126 000 personnes entre le 2 et le 4 février 26.

La grande question demeure cependant celle des militaires. Dans un rapport en date du 30 janvier, le lieutenant-colonel Morel s’interroge sur l’importance des forces républicaines qu’il estime entre 50 et 100 000 hommes, et surtout sur le risque de voir ces troupes franchir de force la frontière sous l’effet de la terreur et des bombardements ennemis ; risque auquel il faut se préparer quitte soit à « engager une véritable bataille pour leur interdire le passage », soit à « laisser entrer en France des détachements armés. » 27 La dégradation de la situation est telle cependant le 5 février que le reflux de l’armée républicaine vers la France devient inévitable et c’est sur le constat attristé d’Álvarez del Vayo que Georges Bonnet donne finalement l’ordre d’ouvrir la frontière aux soldats espagnols, non sans avoir négocié au préalable la libération de quelque 800 prisonniers nationalistes détenus à Olot et Figueras 28. Encore faut-il dire que la générosité française se veut très provisoire dans la mesure où l’on escompte un rapatriement rapide des soldats républicains dans la zone Centre où les combats doivent se poursuivre. Par ailleurs, l’état-major espagnol est très optimiste quand il « n’évalue les effectifs susceptibles de passer en France qu’à 60 ou 80 000 ». Il n’en demeure pas moins que l’hébergement forcé de l’armée républicaine tombe au plus mal lors même que l’envoyé du gouvernement, Léon Bérard, se trouve déjà sur place depuis le 3 février pour négocier l’accréditation d’un agent général sur le modèle britannique, c’est-à-dire une reconnaissance de facto du gouvernement de Burgos 29. On comprend dès lors pourquoi Jules Henry, l’ambassadeur de France à Barcelone, insiste autant auprès d’Álvarez del Vayo pour obtenir la libération des prisonniers nationalistes, condition sine qua non à l’entrée des troupes républicaines sur le territoire français 30.

Très concrètement, le passage de la frontière, tout d’abord des populations civiles, ensuite des militaires, marquait non pas la fin d’une tragédie, mais le début d’un nouveau calvaire, celui de l’emprisonnement dans les camps d’internement ou de concentration improvisés par les autorités françaises, après des opérations de contrôle et de tri humiliantes et une marche forcée qui s’étire parfois sur vingt-cinq kilomètres ou plus. Ce sera tout à bord le cas à Argelès, puis à Saint- Cyprien et au Barcarès, quelques kilomètres au sud de Perpignan, où sont érigés des sortes de camps qui n’ont de camps que le nom 31.

 

 

Dans les semaines et les mois qui vont suivre, concrètement jusqu’à l’effondrement militaire de la France en mai 1940, la frontière sera traversée en sens inverse par près de 340 000 des 465 000 réfugiés espagnols, bon gré mal gré, pour la plupart des femmes, des enfants et des civils non impliqués politiquement, mais aussi tous ceux qui ont cru sincèrement à l’appel de Franco les invitant à rentrer sans crainte en Espagne. Mais désormais la frontière demeure une zone très sensible, étroitement surveillée de part et d’autre. Car comme l’écrit Émilienne Eychenne, « Franco ne laisse pas la montagne seule surveiller la frontière », non seulement parce que ce dernier n’a aucune confiance dans le gouvernement de la Troisième République qui a, selon lui, largement contribué à prolonger la durée de la guerre civile en soutenant la république espagnole, mais aussi parce que la France est devenue la terre d’acueil de centaines de milliers d’opposants politiques et qu’il convient de contrôler tous les cols pyrénéens afin d’éviter les infiltrations d’agents ennemis 32. Les craintes de Franco ne sont pas infondées, car même si la plupart des républicains espagnols sont internés dans les camps du sud-ouest et que beaucoup d’autres n’aspirent qu’à retrouver un semblant de normalité en s’intégrant par le travail, certains combattants de la guerre d’Espagne n’ont aucune intention de déposer les armes. C’est le cas notamment de Francisco Ponzán, militant anarcho-syndicaliste de la première heure et membre du groupe Libertador de la 127e brigade de guerrilleros internés au camp du Vernet d’Ariège en février 1939, qui met sur pied « les premiers groupes d’action qui retournèrent en Espagne pour combattre le régime franquiste et sauver des compagnons en danger de mort. » 33 C’est à Varilhes en Ariège, là où il travaille – officiellement – après avoir été libéré en août 1939, qu’il installe sa base d’action et organise les premières opérations d’infiltration en territoire espagnol via l’Aragon. Quelques semaines plus tard, il entre en contact avec le service action de l’Intelligence Service en France par le biais d’un agent britannique installé près de Foix (Ariège), un certain Marshall, alors que la menace d’un rapprochement militaire entre Franco et Hitler se fait de plus en plus sentir. Ce que les agents britanniques cherchent à obtenir, ce sont des renseignements sur l’Espagne et sa capacité à intervenir dans le conflit européen, mais l’effondrement militaire de la France en juin 1940 contraint ces derniers à quitter le territoire français et à rejoindre Londres au plus vite. L’important toutefois, c’est que des contacts ont été pris entre les républicains espagnols et l’IS, et qu’ils pourront être réactivés dans un autre contexte, celui de la lutte contre l’Allemagne nazie et la France de Vichy. Aux dires des services secrets français, informés par les Britanniques, ces derniers « avaient recruté les éléments les plus irréductibles et les plus idéalistes des réfugiés antifascistes espagnols », des éléments qui « étaient décidés à continuer la lutte contre Franco et disposés à ruiner par tous les moyens les activités des nazis en France et en Espagne, et par conséquent [qui] pouvaient leur être très utiles. » 34

 

 

 C’est à l’été 1940, précisément au mois d’août, après une incursion en Andorre, que les résistants français prennent contact avec Ponzán, dit François Vidal, par l’intermédiaire du lieutenant Tessier qui opère à partir de Toulouse où s’organise peu à peu l’opposition à l’occupation allemande et au gouvernement de Vichy 35. Après Marseille, où fut créé le premier réseau d’évasion en décembre 1940, sous l’égide de Ian Garrow, c’est Toulouse qui devient la principale plaque tournante des évasions pour des centaines de pilotes alliés tombés en France, pour les Juifs persécutés et menacés de déportation, pour les agents de la France libre et de très nombreux jeunes désireux de rejoindre le combat contre l’Allemagne nazie. Le maître d’œuvre en est Pat O’Leary, de son vrai nom Albert-Marie Guérisse, capitaine-médecin belge qui fait du réseau toulousain», comme l’écrit Robert Belot, l’un « des plus grands réseaux d’évasion vers l’Espagne. » 36 Ce qui est moins connu, c’est que le groupe Ponzán, suspendu par l’IS en avril 1941, est réactivé par ce biais au printemps 1941 et devient l’élément fondamental de ce réseau d’évasion 37.

Mais pour un Ponzán, combien de républicains espagnols anonymes qui ont servi de passeurs tout au long de la guerre et tout le long des Pyrénées. Certes, tous n’ont pas le même idéal que ce dernier et beaucoup, Espagnols comme Français, n’hésitent pas à monnayer leurs services contre des sommes parfois très substantielles. « Croire que la chose serait gratuite pendant la guerre – écrit Émilienne Eychenne – alors que, si elle était découverte par les autorités, elle allait vous conduire pour deux ou trois mois en prison, avec une belle amende par dessus le marché, relève, et relevait d’une magnifique utopie. » 38 Cela ne vaut pourtant que pour les passeurs français, les passeurs espagnols risquant, quant à eux, d’être internés dans les camps du sud de la France, voire d’être déportés vers le Reich allemand, à Mauthausen ou Buchenwald, ou livrés à la police de Franco. Faute d’une étude exhaustive ou synthétique de la question 39, on doit s’en tenir aux rares témoignages qui ont pu être recueillis, souvent très tardivement. Ce sont encore les républicains espagnols qui jouent un rôle moteur dans le réseau Vic dirigé par le Catalan Josep Rovira, organisateur et commandant de la 29e brigade en Aragon et ancien responsable du POUM (Parti Ouvrier d’Unification Marxiste) . C’est à l’automne 1941 qu’il est contacté par René Jeanson, dit « René » dans le but de faciliter son retour vers Londres après une mission d’information sur l’état des forces ennemies en France. Grâce aux militants restés en Espagne et à ceux opérant en exil, Rovira va mettre sur pied le groupe Martin chargé d’assurer un passage régulier à travers les Pyrénées pour les résistants, parachutistes et aviateurs alliés et français désireux ou contraints de rejoindre la Grande-Bretagne. Ce groupe demeurera actif tout au long de la guerre, en dépit des tentatives de noyautage de la Gestapo, notamment à l’automne 1943 40.

 

 

Si ces groupes de passeurs, ces résistants espagnols ont pu s’organiser et se structurer au cours de la guerre, ils le doivent paradoxalement à la politique d’internement et d’encadrement des républicains mise en œuvre par le gouvernement Daladier en mars-avril 1939. Cette politique, qui affecte tous les ressortissants étrangers et plus particulièrement les réfugiés espagnols en raison de leur nombre, résulte pour partie du coût considérable des dépenses financières consenties par l’État français depuis 1936, une somme estimée à 88 millions de francs en décembre 1938 et surtout de la nécessité de compenser la mobilisation partielle, puis totale des Français en prévision de la guerre contre l’Allemagne, soit plus de 4,7 millions d’hommes sous les drapeaux en septembre 1939.

Autant de considérations qui amènent les autorités françaises à trouver une solution alternative à l’accueil en masse des réfugiés espagnols sur le territoire national 41. En réalité, il s’agit tout autant de faire participer les réfugiés de gré et souvent de force au coût d’entretien de plus en plus élevé de leur hébergement en France que de surveiller des populations que l’on considère par essence dangereuse. De s’agit-il pas là pour la plupart d’ « éléments dangereux », de « Rouges espagnols » dont on peut craindre le pire ? C’est dans cet esprit que sont créées les premières structures destinées à encadrer la main-d´oeuvre étrangère dès le 12 avril 1939 par un décret-loi qui élargit les mesures obligatoires liées au service militaire à tous les hommes de nationalité étrangère âgés de 20 à 48 ans bénéficiaires du droit d´asile, mais sans revêtir pour autant un caractère obligatoire, de sorte que cette politique demeura globalement inefficace 42. Ce n’est qu’avec la déclaration de guerre contre l’Allemagne et la mobilisation de l’armée française en septembre 1939 que le recrutement des volontaires espagnols fut fortement encouragé par les autorités civiles. En quelques mois, les camps d’internement se vidèrent au profit des Compagnies de Travailleurs Étrangers (CTE) Au total, 227 compagnies avec 15.000 volontaires et 40.000 incorporés parmi les miliciens espagnols voient le jour jusqu’au juin 1940 (soit 55 000 environ), encadrés par des Gendarmes mobiles et soumises à une discipline militaire43.

 

 

Ce qu’il importe de souligner ici, c’est que si une certaine partie des réfugiés espagnols est mobilisée dans les régiments de prestataires dans le nord de la France comme au service des entreprises travaillant pour la défense nationale, sur les chantiers de la ligne Maginot, la plupart des Espagnols sont versés dans des compagnies de travailleurs destinées à soutenir l’effort économique de guerre soit dans l’agriculture, soit dans le cadre des entreprises minières et industrielles, soit encore dans l’exploitation forestière. C’est le cas par exemple des compagnies de travailleurs de l’Ariège, la CTE n°558 de Tarascon-sur-Ariège, ainsi que les CTE n°721 et 145 créées à Saint-Jean-de-Verges, entre Foix et Pamiers, et à Quérigut qui se situent très près de la frontière pyrénéenne 44. De manière générale 45, et surtout dans les Pyrénées, les CTE vont créer les conditions idéales au regroupement des républicains espagnols et à l’organisation des premiers noyaux de résistance. La disparition des CTE en juin 1940, après l’effondrement militaire de la France, signifiait certes « le retour au statut administratif qui avait été le leur lors de leur entrée en France et plus concrètement leur réinternement dans les camps » 46, mais « le concept des CTE est repris officiellement en septembre 1940 de façon à répondre aux exigences de la « Révolution nationale », c’est-à-dire au redressement de la France, et à limiter la mainmise de l’Allemagne sur la main d’œuvre étrangère » 47. La conséquence en est que la structure d’encadrement des CTE est tout bonnement remplacée par celle des GTE (Groupements ou Groupes de Travailleurs Étrangers) dès septembre 1940 et que les camps se vident à nouveau au profit de l’économie nationale. Une grande partie des réfugiés espagnols échappe cependant à l’internement par le biais des contrats de travail individuels qui, comme on l’a vu pour Francisco Ponzán, permettent parfois, grâce aux solidarités locales, d’échapper au contrôle strict des forces de police de Vichy.

Même si d’autres nationalités sont représentées au sein des GTE (Polonais, Russes, Tchèques, Roumains, etc.), les Espagnols constituent de très loin l’effectif le plus nombreux, comme dans les CTE, au point que l’on pourrait évoquer leur caractère “mononational” 48. Souligner ce fait, c’est expliquer par anticipation le rôle prépondérant que les GTE vont jouer partir de 1941 dans la résistance, d’une part dans le cadre de la réquisition forcée au service de l’Organisation Todt sur la côte atlantique, avec le sabotage du matériel et des installations techniques, par exemple à La Pallice, près de La Rochelle, et à Bordeaux, où ils participent à la construction des bases sous-marines, et plus encore dans les zones montagneuses, notamment dans les Pyrénées, en servant de noyaux à la création des maquis 49. Dans ce contexte, et plus encore après le déclenchement de l’opération Barbarossa en juin 1941, les luttes clandestines se développent dans tous les camps d’internement, ainsi que dans les GTE, en raison de l’engagement communiste désormais acquis à la lutte antinazie. La création de la Unión Nacional Española (UNE) est en effet directement liée à l’entrée en guerre de l’URSS, la stratégie allemande en Méditerranée et bien sûr aux menaces qui pèsent sur les républicains espagnols, notamment la réquisition forcée dans la zone occupée ou pire encore en Allemagne. L’objectif de la UNE est simple, il consiste à grouper « tous les Espagnols, depuis les royalistes et catholiques jusqu’aux anarchistes et communistes » de manière à constituer un front commun contre toute alliance de l’Espagne avec l’Allemagne et s’opposer par tous les moyens au travail forcé en Allemagne avec ce slogan « Pas un homme, pas une arme, pas un grain de blé pour Hitler » 50.

 

 

Si les débuts de la résistance espagnole sont caractérisés, comme dans les autres groupements clandestins, par la réalisation et la diffusion de tracts et de journaux clandestins, notamment l’organe des guérilleros Reconquista de España, les actions de sabotage se développent en zone sud à partir de l’été 1941 dans le cadre d’organisations autonomes et parfois aussi dans des réseaux français par refus de la suprématie communiste au sein de l’UNE 51. Les chantiers de bûcherons et les exploitations forestières constituent alors autant de couvertures légales aux groupes de résistance espagnols, à l’image de l’entreprise de José Antonio Valledor d’abord implantée dans l’Aude puis transférée dans l’Ariège en août 1942 52. Les postes de commandement des guérilleros sont en étroite liaison avec les GTE dans ce qui devient la région R4 des FFI, notamment sur la ligne des Pyrénées (Ariège, Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne notamment). C’est de là que partent les opérations armées les plus importantes contre les forces d’occupation allemandes, mais aussi les infiltrations en Espagne, qui permettent de transférer hommes et matériel vers les maquis de l’intérieur de l’Espagne. C’est le cas par exemple de Jesús Monzón, l’un des membres fondateurs de la UNE, qui quitte la France pour s’installer à Madrid dès 1943 afin de mettre sur pied la résistance clandestine contre Franco et organiser son bras armé : l’Ejército Guerrillero 53.

Il n’est pas dans notre propos d’évoquer plus avant l’action des républicains espagnols dans la Résistance en France, sujet important qui a fait l’objet de plusieurs publications récentes 54. On ne peut pourtant négliger le fait que les maquis espagnols ont servi de centres d’accueil pour nombre de réfractaires du STO cherchant à échapper aux réquisitions de l’Allemagne et surtout de bases de formation pour tous ceux, républicains espagnols ou non, qui, au lendemain de la zone sud par les forces allemandes, en novembre 1942, décident de rejoindre la lutte armée. C’est le cas notamment des réfugiés espagnols isolés ou regroupés dans la 526e GTE affectée au chantier de construction de la centrale hydro-électrique de la vallée d’Ossau dans le Béarn, autre région frontalière, qui s’organisent au sein du 14e corps des guérilleros en août 1942 55. C’est ce même 14e corps qui se transforme en mai 1944 pour devenir la Agrupación de Guerrilleros Españoles (AGE), sous le commandement de Luis Fernández et Joan Blásquez, qui soutient la libération du Sud-ouest aux côtés des FFI. C’est lui encore qui envisage la reconquête de l’Espagne en septembre 1944 après avoir rallié plusieurs milliers de résistants espagnols. L’opération militaire vise à franchir les Pyrénées dans le Val d’Aran, puis d’y installer une base arrière où l’UNE espère établir une enclave républicaine susceptible d’abriter le gouvernement républicain en exil. Cette manœuvre audacieuse ne fait pas l’unanimité parmi les chefs de l’AGE, y compris le lieutenant-colonel Vicente López Tovar chargé de commander les guérilleros, mais elle a tout de même lieu pour des raisons politiques et stratégiques. Le 19 octobre, plusieurs milliers d’hommes armés franchissent les cols pyrénéens en plusieurs endroits et occupent plusieurs villages, mais la résistance des forces franquistes, bien informées et préparées, la fragilité logistique de l’opération et la passivité des populations libérées, peu enclines à revivre une guerre civile, contraignent les guérilleros à se replier et à abandonner le terrain conquis 56. La fin de la Seconde Guerre mondiale annonce des temps difficiles pour les républicains espagnols et la fin de leurs illusions quant à un rapide effondrement du régime franquiste. Les nouvelles autorités françaises, celle du GPRF, bien que très reconnaissantes en raison des services rendus lors de la Libération, n’entendent pas tolérer une force armée, qui plus est composée de communistes et d’anarchistes espagnols, opérer à partir de son territoire et mettre à mal ses relations déjà très difficiles avec l’État franquiste. Comme l’écrit Jean Chauvel, le 15 décembre 1944 : « Les autorités locales françaises ont fait montre de sympathie pour les maquis espagnols qui s’inspirent du même idéal démocratique que notre peuple. Elles n’entendent pas pour autant favoriser la multiplication d’incidents de nature à compromettre les relations que nous entretenons avec l’Espagne gouvernementale. Si la France n’a aucune raison de favoriser le maintien du régime du général Franco, elle ne désire pas non plus que se crée à sa frontière un foyer de troubles chroniques. » 57

L’isolement international de la dictature espagnole, le développement des maquis en Espagne, l’appel croissant d’une partie de l’opinion à s’opposer par tous les moyens à Franco et surtout l’exécution d’un des chefs historiques de la résistance espagnole en France, Cristino García et de plusieurs autres guérilleros, en février 1946, entraînent cependant la décision officielle de fermer la frontière avec l’Espagne. Décision de courte durée et sans grande conséquence, puisque la frontière sera réouverte deux ans plus tard, en février 1948, sous la pression des intérêts économiques et des élus locaux frontaliers, autrement dit par “réalisme”, avec le secret espoir, très vite déçu, de voir la démocratie enfin triompher de l’autre côté des Pyrénées. L’amertume sera vive chez les républicains espagnols, parce que de provisoire leur exil devient progressivement définitif, mais aussi pour une grande partie de l’opinion, de gauche notamment, qui condamne la politique de courte vue d’un gouvernement obsédé par le communisme et à la remorque des Etats-Unis 58. Reste que l’ouverture de la frontière pyrénéenne traduit la normalisation à venir des relations franco-espagnoles et la reprise des échanges de personnes et de marchandises à travers les Pyrénées. Il faudra attendre la libéralisation de la politique économique franquiste dans les années 1950, le développement du tourisme en Espagne et l’essor de l’immigration économique en France dans les années 1960, et enfin l’intégration de l’Espagne à l’Union Européenne lors de la transition démocratique en 1985 pour que cette « frontière naturelle » disparaisse réellement et ouvre la voie à la construction d’espaces ou d’organismes transpyrénéens, à l’exemple de la Communauté de Travail des Pyrénées (CTP) qui réunit aujourd’hui les régions frontalières françaises et espagnoles dans un esprit de concertation et de coopération.

 

 

 


 

1 Voir le livre désormais classique de Yves Lacoste, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Maspero, 1976 (rééd. La Découverte, 1985) et Alfred Fierro-Domenech, Le pré carré. Géographie historique de la France, Paris, Robert Laffont, 1986.

2 Voir Rafael Sánchez-Montero, “L’émigration politique en France pendant le règne de Ferdinand VII”, Exil politique et migration économique. Espagnols et Français aux XIXe-XXe siècles, Éditions du CNRS, Paris, 1991, pp. 17-29 ; Louis Urrutia, “Les Espagnols carlistes ou isabelinos au Pays basque français”, Ibid., pp. 53- et surtout Vicente LLorens, La emigración republicana, Vol. 1, Madrid, Taurus, 1976, pp. 41-94.

3 Rose Duroux, Les Auvergnats de Castille : renaissance et mort d’une migration au XIXe siècle, Clermont-Ferrand, APFLC, 1992, 479 p.

4 Pierre-Jean Deschodt et François Huguenin, La république xénophobe, 1917-1939. De la machine d’État au « crime de bureau » : les révélations des archives, Jean-Claude Lattès, Paris, 2001, p.146.

Javier Rubio, “La politique française d’accueil : les camps d’internement”, Exils et migration. Italiens et Espagnols en France, 1938-1946 (Pierre Milza et Denis Peschanski, Ed.), L’Harmattan, Paris, 1994, p. 114 ; Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France. De la Guerre civile à la mort de Franco, Albin Michel, Paris, 1999, p.38-39.

6 Deschodt et Huguenin, op. cit., p. 150.

 7 On se reportera à l’ouvrage essentiel de Geneviève Dreyfus-Armand, ibid, pp. 41-101 et à Denis Peschanski, La France des camps. L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002, pp. 36-71. Pour une vision synthétique des choses voir aussi Jean-François Berdah, “L’exil des républicains espagnols durant et après la guerre civile (1936-1945), Réfugiés espagnols dans l’Aude 1939-1940, Actes du colloque international de Carcassonne, Archives départmentales de l’Aude, Carcassonne, 2005, pp. 35-43.

8 La loi promulguée par Louis-Philippe en juillet 1839 interdisait précisément l’installation des Carlistes dans vingt-huit départements du sud de la France. Seule une partie des réfugiés espagnols avaient eu l’autorisation de « se rapprocher des départements de deuxième et de troisième ligne des Pyrénées ». Gérard Noiriel, ibid., p. 54.

9 Rubio, op. cit., pp. 113-114.

 10 Berdah, La démocratie assassinée. La république espagnole et les grandes puissances, 1931-1939, Berg International, Paris, 2000, pp. 314-315 ; L’Illustration, 18 septembre 1937.

 11 François Martin, Les Républicains espagnols en Ariège (1939-1945), Maîtrise, Université de Toulouse II-Le Mirail, 1999, pp. 11-14.

12 Bartolomé Bennassar, La guerre d’Espagne et ses lendemains, Perrin, Paris, 2004, p. 360.

13  DDF, Tome VIII, 12 février 1938, document n°150, p. 311.

 14 César Vidal, La guerra de Franco. Historia militar de la guerra civil española, Planeta, Barcelone, 1996, pp. 307-324.

 15 José Cubero, Les Républicains espagnols, Cairn, Pau, 2003, pp. 37, 40-42.

 16 Édouard Bonnefous Histoire politique de la Troisième République T.6. Vers la guerre : Du Front populaire à la conférence de Munich (1936-1938), PUF, Paris, 1965, p. 213-229, 236-246.

17 Le chef des informations au Quai d’Orsay, Pierre Comert, alla jusqu’à dire publiquement : « Nous vengerons l’Autriche en Espagne ». Cité dans Hugh Thomas, La guerre d’Espagne, Robert Laffont “Bouquins”, Paris, 1985, p. 617.

18 Bonnefous, op. cit., pp. 289-305.

 19 Berdah, op. cit., pp. 384-386.

 20 Berdah, op. cit., pp. 287-289 ; 386-387.

 21 Ángel Viñas, “Las relaciones hispano-francesas, el gobierno Daladier y la crisis de Munich”, Españoles y Franceses en la primera mitad del siglo XX, CSIC, Madrid, 1986, p. 175.

 22 Berdah, op. cit., pp. 395-396 ; DDF, Tome IX, 31 mai 1938, document n°490.

23 DDF, Tome IX, 19 avril 1938, document n°205.

 24 Jordi Planes, “Les Français jugés par les réfugiés catalans”, Les Français et la guerre d’Espagne. Actes du colloque de Perpignan (Jean Sagnes et Sylvie Caucanas, Ed.), CREPF, Université de Perpignan, 1990, p. 392.

 25 L’Illustration, 11 février 1939.

 26 Emmanuelle Salgas, “L’opinion publique et les représentations des réfugiés espagnols dans les Pyrénées-Orientales (janvier-septembre 1939)”, Les Français et la guerre d’Espagne. Actes du colloque de Perpignan, op. cit., p. 186-187.

 27 DDF, Tome XIII, 30 janvier 1939, document n°463.

 28 DDF, Tome XIV, 5 février 1939, document n°41.

 29oir la longue note de voyage rédigée par Léon Bérard entre le 3 et le 6 février 1939 dans DDF, Tome XIV, 7 février 1939, document n°74. Léon Bérard était sénateur des Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques aujourd’hui), « n’avait pas d’ennemis », selon Georges Bonnet, et « était aussi très connu et estimé en Espagne. » Georges Bonnet, Fin d’une Europe. De Munich à la guerre, Bibliothèque du Cheval Ailé, Genève, 1948, p. 84.

 30DF, Tome XIV, 7 février 1939, document n°53.

31 Voir notamment Geneviève Dreyfus-Armand et Émile Témime, Les Camps sur la plage, un exil espagnol, Autrement, Paris, 1995 ; Denis Peschanski, La France des camps. L’internement, 1938-1946, Gallimard, Paris, 2003.

32 Émilienne Eychenne, Pyrénées de la liberté. Les évasions par l’Espagne, 1939-1945, Toulouse, Privat, 1998, p. 43-44.

33 Antonio Téllez Sola, “Francisco Ponzán Vidal dir François Vidal (1911-1944), Républicains espagnols en Midi-Pyrénées. Exil, histoire et mémoire, PUM, Toulouse, 2004, rééd. 2005, p. 164 et du même auteur, La Red de evasión del grupo Ponzán. Anarquistas en la guerra secreta contra el franquismo y el nazismo (1936-1944), Barcelone, Virus, 1996 ; Dreyfus-Armand, op. cit., pp. 159-161.

34 Cité in Téllez Solá, op. cit., p. 165.

 35oir Jean-Louis Cuvelliez, “Les débuts de la Résistance à Toulouse et dans la région”, Mémoire et Histoire : la Résistance (Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie, Eds.), Privat, Toulouse, 1995, pp. 121-136.

 36obert Belot, Aux frontières de la liberté. Vichy-Madrid-Alger-Londres. S’évader de France sous l’Occupation, Paris, Fayard, 1998, p. 107.

37 Téllez Solá, ibid.

 38    Eychenne, op. cit., p. 147.

 39 Ce que soulignait déjà Émile Témime en 1996. Émile Témime, “Les Espagnols dans la Résistance. Revenir aux réalités ?”, Mémoire et Histoire : la Résistance, ibid., p. 106.

 40 Dreyfus-Armand, op. cit., p. 162.

41 Thomas, op.cit., p. 671.

 42 «  Article 3 : Les étrangers sans nationalité et les autres étrangers bénéficiaires du droit d´asile, sont soumis à toutes les obligations imposés aux Français (…). Journal officiel, Décret-loi du 12 avril 1939.

 43 L’étude des Compagnies de Travailleurs Étrangers (CTE) et des Groupes de Travailleurs Étrangers (GTE) fait partie d’une recherche en cours.

44 Jean-François Berdah, “L’Ariège et la question espagnole, 1936-1945”, Républicains espagnols en Midi-Pyrénées, op. cit., pp. 281-282.

45 Les CTE se répartissent sur tout le territoire de la France dite libre et sont particulièrement nombreux dans les départements du Midi pyrénéen ou méditerranéen.

46 Berdah, ““L’Ariège et la question espagnole…”, ibid.

47 Jean-François Berdah, “Le Gers et les réfugiés espagnols”, Républicains espagnols en Midi-Pyrénées, op. cit., pp. 304.

 48elon un rapport officiel en date du mois de juin 1943, plus de 30 000 des 36 000 travailleurs engagés dans les GTE, soit 84% du total sont d’origine espagnole. AN AJ72 1262, Rapport spécial n°4 du 24 juin 1943 de l’inspection de la commission allemande d´armistice, p. 10. Voir aussi Émile Témime, Exils et migration…, op. cit., p. 29, qui donne des chiffres assez similaires sur la base d’un autre document.

49 La Haute-Vienne, la Haute-Savoie, le Massif-Central seront des zones priviliégiées de l’action résistante sous l’égide des Républicains espagnols dès 1940.

50 Cité dans François Martin, op. cit., p. 119.

 51 C’est le cas dans le Gers avec l’intégration des guerrilleros espagnols commandés par Tomas Guerrero Ortega, plus connu sous le pseudonyme de “Camilo”, qui se rallient au bataillon de l’Armagnac du capitaine Maurice Parisot. Cf. Berdah, “Le Gers et les réfugiés espagnols”, op. cit., pp. 307-308.

 52 Geneviève Dreyfus-Armand, “Les Espagnols dans la Résistance : incertitude et spécificités”, Mémoire et Histoire : la Résistance, op. cit., p. 224.

53 Sur ce personnage important de la résistance espagnole voir Manuel Martorell, Jesús Monzón, el líder comunista olvidado por la Historia, Pampelune, Pamiela., 2000.

 54 Voir par exemple Sixto Agudo, Los Españoles en la Resistencia Francesa, Saragosse, Unaluna, 2003 ; Narcis Falguera (Ed.), Guérilleros en terre de France : Les républicains espagnols et la Résistance française, Amicale des Anciens Guérilleros et LeTemps des cerises, Pantin, 2000 ; Eduardo Pons Prades, Republicanos españoles en la Segunda Guerra mundial, Madrid, La Esfera de los Libros, 2003.

 55 José Cubero, La Résistance à Toulouse et dans la Région 4, Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, 2005, pp. 115-116.

 56 Sur l’opération du Val d’Aran voir par exemple Francisco Moreno Gómez,Agustí Ferrán Sánchez, Maquis y Pirineos, la gran invasión (1944-1945), Lérida (Lleida), Milenio, 2003.

57 Cité dans Anne Dulphy, La politique de la France à l’égard de l’Espagne de 1945 à 1955. Entre ideologie et réalisme, Paris, Direction des Archives, Ministère des Affaires étrangères, 2002, p. 35.

 58 Sur la question de l’ouverture et de la fermeture de la frontière voir Dulphy, op. cit., pp. 235-262, 373-376.

 

 

LA PRIMERA REPÚBLICA

République éphémère :  seulement onze mois d’existence et quatre présidents de la république ! Estanislao Figueras, Francisco Pi i Margall, Nicolás Salmerón y Emilio Castelar se sont succédés. Période troublée par la guerre coloniale de Cuba,  la troisième guerre carliste, le mouvement cantonaliste, le déchirement entre unitaires et fédéralistes…

La deuxième est lâchée en pâture aux dictatures…

La troisième sera la bonne ! Elle ne peut être que fédéraliste…

A la tercera la vencida.

 

 

(Affiche de 1931)

 

Eco Republicano

El 11 de febrero de 1873, las Cortes proclaman la República

El 11 de febrero de 1873, las Cortes proclaman la República
El 11 de febrero de 1873 nacía la Primera República, una etapa histórica fundamental, al tratarse de la primera experiencia republicana y democrática en España.
Ante la abdicación del rey Amadeo I el 10 de enero de 1873, las Cortes, en sesión conjunta del Congreso y Senado, proclamaron la República por 285 votos contra 32 al día siguiente, pero este hecho no consiguió estabilizar la agitada vida política española, ya que a los problemas heredados – levantamiento carlista y guerra de Cuba-, se añadió en el seno del republicanismo la división entre unitarios y federalistas. Por otro lado, se agudizaron las diferencias entre los federalistas más moderados y los intransigentes a la hora de establecer el federalismo, ya fuera desde arriba, ya desde abajo. En esta etapa, además, hay que tener en cuenta la presión social que asociaba la República a la necesidad de reformas importantes en favor de las clases populares, como serían la eliminación de los consumos -impuestos indirectos-, o el sistema de quintas, sin olvidar las cuestiones salariales y de limitación de la jornada laboral. Fuera del ámbito republicano y democrático, los sectores contrarios al establecimiento de un sistema político plenamente democrático trabajaban para liquidar la República, ya fuera desde el extremismo carlista, ya desde las posiciones monárquicas alfonsinas.
La República tuvo cuatro presidentes: Estanislao Figueras, Francisco Pi i Margall, Nicolás Salmerón y Emilio Castelar.
En el período de Figueras se dio un pronunciamiento por parte de los radicales, aunque fracasó. Este hecho motivó que Martos y Serrano huyeran a Francia. En mayo se celebraron elecciones a Cortes Constituyentes en las que triunfaron los republicanos federalistas con una aplastante mayoría de 344 diputados sobre 391. En la primera votación se proclamó la República Democrática Federal.
Pi i Margall accedió a la presidencia de la República el día 11 de junio. El nuevo presidente fracasó a la hora de establecer desde arriba una estructura federal de forma ordenada. La insurrección cantonalista se extendió con gran rapidez en gran parte del este y sur peninsulares. Los cantones serían unidades políticas inferiores a partir de las cuales se debería formar la federación española, es decir, era un movimiento que pretendía montar la estructura federal desde la base. El cantonalismo tuvo un evidente componente social reivindicativo, por lo que debe ser entendido, a su vez, como una reacción ante la posible derechización de la República. Alcoy y Cartagena fueron las principales ciudades que se proclamaron cantones. Fue muy complicado reprimir el cantonalismo, no sólo por su extensión, sino, también porque coincidió con la presión carlista. Estos levantamientos provocaron la dimisión de Pi i Margall, a pesar de que intentó frenar el movimiento a través de una avanzada legislación social: regulación del trabajo infantil, abolición de la esclavitud en Cuba y un proyecto de reorganización del ejército.
Pi i Margall presentó a las Cortes un proyecto de Constitución para la República federal, aunque la discusión parlamentaria no comenzó hasta agosto, con Salmerón en el poder, cuando casi todos los cantones habían sido derrotados. Pero los graves problemas del período alargaron mucho el proceso constituyente. La Constitución de 1873 recogía una estructura federal del Estado: España se organizaría en municipios, estados regionales y el Estado federal o Nación. Además, se establecía la soberanía popular con sufragio universal. Por vez primera, se proclamaba la separación entre la Iglesia y el Estado. Esta Constitución nunca entró en vigor, pero tiene una gran trascendencia histórica porque diseñaba una democracia y un modelo de organización territorial no centralista.
Salmerón se convirtió en presidente en el mes de julio. Su objetivo fue restablecer el orden y envió el ejército para sofocar el movimiento cantonalista. La represión fue intensa. En agosto casi todos los cantones se rindieron, aunque Málaga resistió hasta mediados de septiembre y Cartagena hasta enero de 1874. Con Salmerón, la República inició un viraje hacia posiciones más moderadas. Pero no duró mucho en su cargo porque dimitió por problemas de conciencia al no querer firmar sentencias de muerte impuestas por la autoridad militar.
Castelar alcanzó la presidencia en septiembre, representando el triunfo de la República conservadora. Aunque fue el presidente que terminó el proyecto constitucional federal, era defensor de una República centralista, por lo que postergó la discusión y aprobación del texto. Movilizó a los reservistas para intentar acabar con las últimas resistencias cantonalistas y las guerras cubana y carlista. Además, firmó las penas de muerte que Salmerón había rechazado, y permitió el regreso al país de los dirigentes de los partidos radical y constitucional, Serrano entre ellos. El final de la República se precipitó cuando se reanudaron las sesiones de las Cortes el 2 de enero de 1874. Ese día, Castelar debía rendir cuentas de su labor de gobierno desarrollada desde su toma de posesión. El presidente defendió la importancia de separar la Iglesia del Estado pero no aludió a la necesidad de que se aprobase el proyecto constitucional. La cámara negó la confianza a Castelar y, por consiguiente, dimitió. La posibilidad de que el poder recayese de nuevo sobre los federalistas ofreció un pretexto para el golpe de estado de Pavía, capitán general de Madrid, que en la madrugada del día 3 ocupó el Congreso y disolvió la cámara. De esta manera se puso fin al régimen republicano, aunque oficialmente España siguió siendo una República hasta finales de año.
El general Serrano presidió un nuevo gobierno provisional (dictadura) que tuvo como objetivo restablecer el orden público, controlar a los carlistas y continuar la guerra en Cuba. En diciembre de 1874, el general Martínez Campos se sublevó en Sagunto y proclamó rey a Alfonso XII, hijo de Isabel II. Los intereses de la oligarquía española habían triunfado, aunque no a través del método que había diseñado Cánovas del Castillo para que regresara la monarquía a España.
 
Eduardo Montagut
Doctor en Historia Moderna y Contemporánea (UAM)

« L’AFFAIRE Michel del Castillo », UNE CAMPAGNE DE PROTESTATION CONTRE LES MAISONS DE REDRESSEMENT ESPAGNOLES (1957-1959)

 

 

En 1957, Michel del Castillo publie son premier roman, Tanguy, dans lequel il raconte les trois années d’horreur qu’il a passées dans la principale maison de redressement barcelonaise, l’Asilo Durán. La parution de l’ouvrage en France entraîne la naissance, en Espagne, d’une campagne de presse aigüe et circonscrite dans le temps (hiver 1958-1959). Ce mouvement de protestation est impulsé par une avocate féministe et pourtant proche du régime franquiste,  Mercedes Fórmica ; cette dernière donne la parole à del Castillo ainsi qu’à des spécialistes réformistes de l’enfance irrégulière, qui critiquent vigoureusement des méthodes et des établissements qu’ils jugent archaïques. Unique dans l’histoire de la prise en charge de l’enfance irrégulière en Espagne de 1939 à 1975, cette « affaire del Castillo » fait grand bruit mais n’a qu’une postérité limitée. Elle contribue cependant, à plus long terme, à noircir l’image déjà sombre des maisons de redressement espagnoles et de la plus sinistre d’entre elles, l’Asilo Durán.

Source :

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01213457/document

 

La critique que dresse Michel del Castillo de l’Asilo Durán s’articule, autour de quatre points : la faim, le travail, la violence et la sexualité.

 

Tanguy 

 

 

Courant 1955, un jeune homme ténébreux et timide de vingt-deux ans apporte son manuscrit aux éditions Julliard. Il n’est en France que depuis peu. Le texte qu’il a écrit, Tanguy, du nom de son personnage central, est à la fois terrible et bouleversant. Terrible par ce qu’il raconte : l’histoire d’un enfant perdu dans les guerres, interné dans des camps, abandonné par sa mère et repoussé par son père ; bouleversant par la simplicité de la forme narrative, par l’absence de haine, par la tristesse désespérée du ton. A l’état civil, l’auteur s’appelle Michel Janicot, né de père français et de mère espagnole. Il a vu le jour à Madrid, où il est resté jusqu’à l’âge de cinq ans. Ensuite, il a vécu en France, puis, après le départ de sa mère — il avait alors neuf ans —, il a été emmené en Allemagne, où il a été détenu dans divers camps de concentration. Il a été renvoyé en Espagne après la seconde guerre mondiale et il y a séjourné, d’abord à Barcelone, dans une maison de redressement pour fils de républicains et jeunes condamnés de droit commun, dont il s’est évadé ; ensuite à Ubeda, dans un orphelinat tenu par des jésuites ; puis à nouveau en Catalogne et en Aragon. Sa langue quotidienne, celle de ses lectures, de ses études, de sa vie ordinaire, est l’espagnol. Pourtant, lorsqu’il se met à écrire, il le fait en français. En revanche, il abandonne son patronyme français pour signer du nom espagnol de sa mère : del Castillo. Lorsque Tanguy paraît, deux ans plus tard (1957), l’accueil est unanime. Un écrivain est né.

Tanguy est bien plus qu’un premier roman réussi, traduit dans le monde entier et désormais prescrit dans les écoles, c’est un livre fondateur, la pierre sur laquelle Castillo va bâtir son œuvre. Tout l’univers de l’écrivain y est inscrit plus ou moins explicitement. Tous les thèmes qu’il développera de livre en livre, jusqu’à aujourd’hui, y sont abordés. Lors de la réédition de Tanguy aux éditions Gallimard, Castillo commente ainsi son projet implicite d’alors, dont il n’a pris conscience qu’en continuant à creuser le pré carré de sa mémoire : « Je ne romançais pas ma vie, je biographais le roman. » Castillo n’écrit pas pour raconter ni se raconter, il écrit pour comprendre, pour que les mots lui donnent cette cohérence indispensable que la vie lui a toujours refusée. De l’écriture comme art de recoller les morceaux. Morceaux d’existence, certes, mais surtout morceaux de soi. L’œuvre de Castillo est une lente et patiente reconstruction de l’homme. Il faut la lire comme on regarde les fragments reconstitués d’une mosaïque qui, malgré des trous, des blancs, finissent par recomposer un paysage. Ici, le paysage est intérieur, et c’est celui d’un homme.

Partant, la démarche du romancier consiste à reprendre les uns après les autres les personnages et les lieux qui sont à l’origine de sa vie et de ses bouleversements. A mener l’enquête, à chercher derrière les figures plus ou moins familières, derrière les souvenirs et les apparences, quelque chose qui n’est pas la vérité — qu’est-ce que la vérité ? —, mais qui, dans la logique du roman, s’approche de la vraisemblance. Dans L’Adieu au siècle, journal de l’année 1999, écrit pour les éditions du Seuil, Castillo écrit : « Autobiographie ? Ecrire la vie de soi. Le mot s’applique mal. Quelle vie aurais-je pu écrire quand j’ignorais ce que j’avais vécu ? Je ne dis pas la vérité, je la fais. »

Faire la vérité. On peut lire cette phrase de bien des manières. Prenons-en deux, qui sans cesse cohabitent dans l’œuvre de Castillo : inventer la vérité ou faire la lumière sur la vérité.

Quelles que soient les métamorphoses qu’il fait subir à son personnage, Castillo ne traque qu’une seule et même vérité, la sienne. Qu’ils s’appellent Jean-Pierre Barjac dans Une Femme en soi, Alain Mavon dans Le Démon de l’oubli, Sandro dans La Gloire de Dina, Xavier dans Rue des archives, ils sont tous frères et étrangement jumeaux, à la recherche d’une enfance perdue, d’une mère défaillante, d’une identité. Ils veulent comprendre pour pouvoir vivre ou mourir, et pour cela ils doivent élucider le mystère de leur génitrice.

Car la mère est la figure centrale, celle autour de laquelle tout tourne, ou plus exactement celle à cause de qui le monde s’est un jour arrêté de tourner. Qu’il la nomme Dina, Fina ou Candida, elle est celle que l’enfant aime passionnément, dont il partage parfois la couche, dont il attend, seul et dans l’angoisse, le retour dans une chambre obscure, une salle de cinéma, une salle de classe, alors qu’à l’extérieur le monde est hostile et menaçant. Passion amoureuse d’un gamin sans père présent pour celle qui, séductrice plus que mère, veut être admirée par les yeux de « son petit homme ». La crainte est toujours présente qu’elle ne revienne pas, qu’elle se perde, qu’on l’emmène. De fait, un jour, la mère disparaît. L’enfant a neuf ans. Plus rien ne lui importe que ce sentiment de vide qui l’habite. Il n’existe plus. En un sens, il est mort et il le restera jusqu’au jour où, par l’écriture, il renaîtra des cendres de sa vraie vie. Janicot est né en 1933, Castillo en 1957. Il est le fils de ses livres. Partant, hors des livres, point de salut.

La lecture, les livres, le besoin de lire sont indissociables de la figure de la mère. Livre fondateur, mythique, qui résume à lui seul tous les livres lus dans l’enfance et ceux écrits à l’âge adulte : Les Mille et une nuits. A l’âge de six ans, le jeune Michel reçoit en cadeau Les Mille et une nuits. Soixante ans plus tard, il écrit dans L’Adieu au siècle : « J’étais ébloui. Je fus encore plus bouleversé par la cause de ces récits fabuleux. Une nuit après l’autre, la jeune favorite sauvait sa tête en récitant ses fables ; de mon côté j’écoutais sa voix alors que je sentais partout autour de moi planer la menace de la mort. Elle parlait pour retarder sa mort et je lisais pour survivre » (c’est moi qui souligne). Plus tard, Castillo écrira à son tour pour survivre.

On ne peut pas lire l’œuvre de Castillo sans regarder du côté de ses lectures. A défaut de foyer, il a une bibliothèque ; à défaut de parents, il a des amis, des compagnons d’encre et de papier. L’image de Shéhérazade, envoûtante et fragile, se superpose volontiers à celle de sa mère qui, elle aussi, journaliste et républicaine dans l’Espagne franquiste, se bat avec des mots. La narratrice des Mille et une nuits et Fina-Dina-Candida ont en commun le courage, la conscience du pouvoir de la fiction, le sens des mots.

Michèle Gazier.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mich%C3%A8le_Gazier

 

Source de l’article :

Gazier Michèle, « Michel del Castillo. L’écriture, c’est la vie », Études, 1/2001 (Tome 394), p. 93-101.

http://URL : http://www.cairn.info/revue-etudes-2001-1-page-93.htm

 


 

Article similaire en espagnol 

Tanguy. Historia de un niño de hoy.

Autor: Michel del Castillo

Título: Tanguy. Historia de un niño de hoy

Edita: Ikusager. Vitoria-Gasteiz, 2004

En 1957, Michel del Castillo escribe Tanguy, una novela de carácter autobiográfico donde relata la vivencia de bandono y desarraigo de un niño en el marco de la Guerra Civil Española, la Segunda Guerra Mundial y la posguerra en la España franquista.

Todo empieza cuando Tanguy tiene que huir a Francia con su madre desde Valencia, en el momento en que el ejército rebelde está muy cerca de entrar en la ciudad. Llegados a Francia, la madre lo abandona y el padre, que ha iniciado otra relación, no se hace cargo de él. Tanguy es detenido y concentrado en el tristemente famoso Velódromo de Invierno (estadio donde el régimen colaboracionista de Vichy encerró en 1942 a unas 7000 personas que, posteriormente, serían deportadas a los campos de concentración nazis). Es enviado a un campo de concentración y después de una estancia de tres años en él, es devuelto a España, donde lo internan en el asilo Toribio Durán de Barcelona. La estancia en esta institución representa una experiencia dramática por la crueldad del sistema asilar. Huye hacia Madrid y, finalmente, termina en Úbeda, en otra institución que, pese a seguir un modelo tradicional de protección, es donde por primera vez encuentra a alguien que realmente se preocupa de él. Después de la estancia en Úbeda regresa a Barcelona y, finalmente, a Francia donde reencuentra al padre y a la madre, con los que mantendrá unas dificiles relaciones. A pesar de no ser específicamente una novela pedagógica, tiene suficientes elementos para ser leída en clave de la educación social. Básicamente, podemos remarcar los siguientes aspectos:

 

En primer lugar, el análisis de la vida institucional de los centros de protección de la España franquista. En principio, se presentan dos modelos. Por un lado, la vertiente más dura, represiva, siniestra y antieducativa representada en la permanencia en el asilo Toribio Durán (y que también ha sido muy bien representada en clave humorística por los cómicos de Carlos Jiménez en la serie Paracuellos del Jarama).

 

La rééducation des jeunes déviants dans les maisons de redressement de l’Espagne franquiste (1939-1975), page 293. Cf infra.

 

La segunda está representada por la estancia en Úbeda, donde se aplica un modelo tradicional pero respetuoso con el interno al que realmente se le da apoyo para que pueda iniciar una vida lo más autónoma posible. Las dos instituciones están muy contrastadas y muestran claramente las dos caras del modelo tradicional de protección.

En segundo lugar, en esta obra pueden analizarse las características de la relación educativa. Mientras que en el asilo Durán ésta es prácticamente inexistente (si pensamos estrictamente en acciones educativas), en Úbeda, Tanguy recibirá el apoyo del padre Pardo, un jesuita que lo orientará en el proceso de tomar decisiones para orientar su vida. La relación que establecen se basa en el respeto, en la no imposición, en la orientación y en la comprensión que el adulto es capaz de hacer respecto a los sufrimientos del adolescente. También es el reconocimiento consciente de las limitaciones de las instituciones: « me hubiese gustado poderte ofrecer más. Pero esto, pese a todo, sólo es un colegio. Tú necesitabas un hogar, un verdadero hogar… i Y yo tengo que ocuparme de todos! . Mientras que en el primer recurso Tanguy termina huyendo, del segundo marchará con el soporte de la institución.

En tercer lugar, es interesante analizar el sentimiento de desarraigo y soledad del protagonista. Los diferentes personajes que desfilan por la vida del protagonista van desapareciendo de forma absoluta. Su amigo Fermín, el padre Pardo, Sebastiana… todos van quedando atrás, perdidos en el pasado. Tanguy es un ser solitario que no tiene ataduras. Sabe relacionarse con las personas (no es un antisocial) pero su lógica vital es la soledad. Además, es joven, pero anifiesta una especie de cansancio existencial profundo. Como le dice el padre Pardo (que irónicamente explica que su mejor amigo es Filiston, un esqueleto que tiene en su despacho), « lo que hace envejecer una persona, tenla por seguro, son los adioses; cuantos s adioses has dado durante tu vida más viejo eres. Envejecer es dejar a alguien o algo

Te sentirás viejo… Quizá no te entenderán del todo ». La vida de Tanguy es una permanente separación, una pérdida constante que seguramente le hace adoptar una posición de observador distante de las personas, como si fuera un mecanismo de protección frente a estas rupturas (como el protagonista de la novela de Delibes, La sombra del ciprés es alargada, cuando afirma que lo mejor para no perder es no llegar a tener).

Seguramente, éste es un aspecto muy interesante de tener en cuenta en el trabajo educativo con personas vulnerables; analizar hasta que punto las experiencias más traumáticas de exclusión social posibilitan o impiden el desarrollo del sentimiento de prosocialidad, más allá de lo más simple estar correctamente socializado.

Como se puede ver, Tanguy puede leerse en clave literaria pero también se puede leer en clave pedagógica. De hecho, aun siendo una obra relativamente desconocida en nuestro país, en otros países ha sido un texto utilizado en la ormación de los educadores y educadoras.

Jesús Vilar Educación Social 34

 

 

PHOTOS DE L’ASILE DURÁN, Barcelone.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pour approfondir :

La rééducation des jeunes déviants dans les maisons de redressement de l’Espagne franquiste (1939-1975).

Thèse d’Amélie Nuq, soutenue en 2012. Université Aix-Marseille. Directeur de thèse : Gérard CHASTAGNARET

 

Ce travail de thèse porte sur le destin des enfants et des adolescents envoyés en maisons de redressement (reformatorios) de 1939 à 1975. Il confronte la norme produite par l’État franquiste en matière de déviance juvénile aux réalités de la prise en charge des mineurs dans trois institutions particulières : l’Asilo Durán de Barcelone, la Colonia San Vicente Ferrer de Valence et, dans une moindre mesure, la Casa tutelar San Francisco de Paula de Séville. L’histoire heurtée et le caractère archaïque des reformatorios révèlent les carences de l’État espagnol (manque structurel de moyens, place considérable de l’Eglise catholique). Dans le domaine de la prise en charge de la déviance juvénile, le franquisme n’invente rien ou presque : il se contente d’abroger les réformes limitées mises en place par la Seconde République pour en revenir au dispositif de la Dictature de Primo de Rivera. Les pensionnaires de maison de redressement sont internés pour deux motifs principaux : le vol et l’indiscipline. Ils ne viennent pas majoritairement de quartiers populaires dans lesquels une population ouvrière est installée depuis longtemps : c’est plutôt le déracinement, lié à la guerre et aux mutations profondes de la société espagnole, qui provoque la fragilité et favorise la déviance. Il apparaît que les enfants de « rouges » ne représentent qu’une minorité des pensionnaires de l’Asilo Durán et de la Colonia San Vicente Ferrer. Néanmoins, les reformatorios constituent un des maillons de la chaîne répressive, de contrôle social et de bienfaisance mise en place par la dictature franquiste avec l’appui de l’Eglise catholique.

https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01213642/document