Archives de catégorie : Vidéos

La Mancha, rouge et internationale

Dans la province de la Mancha, les plaines d’Albacete évoquent les fameuses batailles de Don Quichotte contre des moulins à vent. Elles furent également le théâtre d’un combat bien réel, celui des Brigades Internationales. Lorsque la guerre d’Espagne éclate en 1936, des hommes y viennent des quatre coins du monde pour lutter contre la montée du totalitarisme.

L’Espagne vivra, Henri Cartier Bresson (1938-1939)

« L’Espagne vivra » est un film documentaire français réalisé en 1938 par Henri Cartier-Bresson sur la guerre civile en Espagne et sorti en 1939.
Le film est structuré en trois parties : un exposé de la présence militaire étrangère venue aider la rébellion franquiste, une dénonciation de la politique de non-intervention décidée par la Société des Nations et la valorisation du travail militant des membres du Secours populaire français en faveur de l’Espagne républicaine.

Ce document a été restauré par les Archives Françaises du Film du Centre National de la Cinématographie, Ministère de la culture.

Titre : L’Espagne vivra

Réalisation : Henri Cartier-Bresson

Écriture du commentaire : Georges Sadoul

Production : Secours populaire français

Pays d’origine : Drapeau de la France France

Format : Noir et blanc – 1,37:1 – Son mono – 35 mm

Genre : film documentaire

Durée : 45 minutes

Date de sortie : France – 1939

Les Deux mémoires – Jorge Semprún

Film visible sur HENRI jusqu’au mercredi 20 avril 2022

Les Deux mémoires, « une enquête sur les mémoires républicaine et franquiste », selon les mots de Jorge Semprún, se construit autour d’entretiens réalisés en 1972 en France et en Espagne, d’images d’archives de la Guerre civile et d’actualités de la période franquiste.

https://www.cinematheque.fr/henri/film/59381-les-deux-memoires-jorge-semprun-1972/?fbclid=IwAR1KmNeuHgBVndc3hzjcUkT1brwJllQFJ9ujxyIWAUEvHK2tPInhzM0BHi4

Avec les témoignages de Federica Montseny (dirigeante de la CNT, anarchiste), Santiago Carrillo (secrétaire général du PCE, communiste), José Peirats (dirigeant de la CNT), Maria Casarès (comédienne), Gabriel Jackson (historien), Fernando Claudín (ancien secrétaire du PCE), José María Gil-Robles (ancien dirigeant de la CEDA, conservateur), Lucio Losa (ancien militant des JSU, gauche), José Menese (cantaor de flamenco), Ian Gibson (écrivain et enseignant), Wilebaldo Solano (dirigeant du POUM, marxiste), Juan Andrade (dirigeant du POUM), Manuel de Irujo (conseiller du gouvernement basque en exil), Juan Goytisolo (romancier), Núria Espert (comédienne), José Martin Artajo (écrivain), André Malraux (écrivain), Lucy Durán (musicologue), Carmen Claudín (étudiante), Simón Sánchez Montero (dirigeant du PCE), Dionisio Ridruejo (écrivain, ancien dirigeant de la Phalange espagnole), Xavier Domingo (écrivain), l’abbé de Montserrat, Raimon (chanteur), Yves Montand (comédien).

Film restauré en 2010 par la Filmoteca de Catalunya, la Filmoteca española et la Cinémathèque française avec le soutien de Jorge Semprún à partir des éléments originaux conservés par le laboratoire LTC. L’analyse de ces éléments et d’une copie conservée à la Cinémathèque française a permis de reconstituer une version fidèle à celle qui avait été découverte en salles par le public français en 1974. Ce nouveau tirage a été réalisé en 2012 par le laboratoire Éclair.

« Il y a eu amnistie et amnésie. L’amnistie, c’est évident, ça passe par la loi, mais l’amnésie, ça ne se légifère pas. On ne peut pas dire, comme dans l’édit de Nantes : « Il est interdit de rappeler les troubles du passé. » Ça a trop duré en Espagne, et c’est un signe de bonne santé démocratique qu’on puisse aujourd’hui se permettre le luxe de retrouver la mémoire. » (Jorge Semprún)

La mémoire, la possibilité du partage d’une expérience vécue, étaient au cœur des préoccupations de Jorge Semprún (1923-2011), qui a vécu l’exil au début de l’adolescence, la Résistance, la déportation à Buchenwald, puis l’engagement clandestin dans les plus hautes instances du Parti communiste espagnol sous la dictature franquiste. Ce souci de la mémoire, qui sera si souvent la matière de son écriture – ses romans, scénarios, et surtout essais – passe ici, en 1972, par le cinéma et l’enregistrement de la parole des acteurs des deux camps de la Guerre civile, républicains et nationalistes. Autorisé cette année-là pour la première fois à se rendre légalement en Espagne, Semprún présente son projet aux autorités comme un film sur le futur de l’Espagne et de l’Europe. Les entretiens sont tournés en Super 16 durant l’été 1972, en France et, dans la semi-clandestinité, en Espagne. Des presque quarante heures de témoignages filmées, le réalisateur a d’abord monté une première version de six heures, qu’il réduisit à deux heures pour la sortie en salles. Le film est sorti sur les écrans français en février 1974, où il est resté à l’affiche près d’un mois. Il n’a jamais été distribué dans les salles espagnoles.

Camille Blot-Wellens

8 MAI DÉSIGNÉ PAR LE GOUVERNEMENT ESPAGNOL : JOUR D’HOMMAGE AUX ESPAGNOLS QUI SOUFFRIRENT L’EXIL EN CONSÉQUENCE DE LA GUERRE D’ESPAGNE ET DE LA DICTATURE FRANQUISTE

Le 8 mai 2021, avec d’autres associations, l’association 24 août 1944 a été invitée à participer au premier hommage à l’exil républicain espagnol, organisé par le gouvernement d’Espagne (département de la mémoire historique et démocratique).

Ce jour du 8 mai sera désormais celui de la célébration des exilés républicains espagnols, associés à la victoire sur le fascisme mondial. Victoire à laquelle ils ont largement participé.

Dans bien des lieux en France, les célébrations du 8 mai 1945 se déroulent avec la participation des organisations d’anciens combattants Républicains espagnols, brandissant le drapeau de la république comme seule identification de leur appartenance.

Car même si tous les combattants de l’Exil dit républicain n’exaltaient pas ce drapeau, ce drapeau est le symbole d’une Espagne trahie par ses généraux, l’Eglise et une grande partie de la bourgeoisie.

Dans tous les cas, ce drapeau, même pour nous qui n’en sommes pas fétichistes, celui de la République Espagnole revêt un caractère éminemment anti-franquiste.

À la fin de la guerre d’Espagne, Franco le remplace par le Rouge, Jaune, Rouge. C’est sous cette bannière que la Division Azul ira combattre aux côtés des armées hitlériennes.

C’est sous cette bannière que l’Espagne demeure 36 ans sous la dictature.

Franco, quelques temps avant sa fin, impose une transition monarchique, aux mêmes couleurs : toute la classe politique l’accepte. Ainsi les élections qui transformeront l’Espagne en une démocratie monarchique, ne permettront pas aux partis républicains de s’y présenter. Quel paradoxe ! Et par voie de conséquence, le drapeau de la République est banni.

Cette bataille-là n’est toujours pas terminée, tant que durera la transition de 1978 qui assure la monarchie et l’impunité aux bourreaux.

Cette bataille pour le drapeau de la République est donc la continuité des batailles menées contre le franquisme.

L’association 24 août 1944 a donc jugé important d’être présente à cet hommage et ainsi d’y faire figurer l’engagement des Républicains espagnols de toutes idéologie dans la lutte pour la Liberté et leur présence incontournable dans les diverses résistances au nazisme et au franquisme. Ce jour devrait marquer un grand pas pour l’avenir de l’Espagne et son droit à s’autodéterminer

Pour cause de pandémie cette cérémonie, à la Casa de América à Madrid, fut modeste, solennelle et émouvante d’une durée d’environ deux heures.

Notons la présence parmi nous d’Éliane Ortega bernabeu, spécialiste de l’exil républicain espagnol en Afrique du Nord.

Plusieurs interventions se sont succédées, des représentants de diverses associations mémorielles étrangères ont pris la parole :

Véronique Salou Olivares, présidente de l’association du « 24 Août 1944 » avec l’artiste peintre Juan Chica Ventura qui portait le calot rouge et noir ainsi que l’écharpe ;

Henri Farreny, président de « l’amicale des Anciens Guérilleros Espagnols en France  » ;

Ernesto Casanova Caloto, président de « L’Ateneo Español de Mexico » ;
Pilar Nova Melle, présidente de l’association des « Descendants de l’Exil Espagnol » ;

l’historien Nicolás Sánchez Albornoz, fils de l’historien et président du gouvernement républicain en exil Claudio Sánchez Albornoz ;

l’intervention remarquée par vidéo de Cuathémoc Cárdenas, fils du président Lázaro Cárdenas qui ouvrit les portes du Mexique à des milliers de Républicains. espagnols.

Des intermèdes musicaux sont venus accompagnés la cérémonie, ainsi que des poèmes d’auteurs de l’exil, lus par Manuel Rivas écrivain galicien célèbre, auteur entre autre des non moins célèbres romans Le crayon du charpentier,La langue des papillons . Il était accompagné d’Elvira Sastre.

L’exécutif espagnol maintient cet « engagement ferme » envers la mémoire historique du pays, comme l’a fait remarquer ce samedi la première vice-présidente, Carmen Calvo.

Nous vous offrons également cette vidéo, avec Colette Flandrin Dronne, la dernière que nous avons réalisée avec notre regrettée amie, le 19 mars 2019:

A posteriori

Regards croisés sur notre compagnon Emilio Marco et François. Emilio est né en 1921 à Falset (Catalogne).Il combattra dans la centurie de Juan Peñalver, cénétiste de Sant Feliu de Llobregat pendant la Guerre d’Espagne. Il passe la frontière en 1939 et sera, comme beaucoup de compagnons, interné dans de nombreux camps. Anti-fasciste convaincu, il s’engagera rapidement dans la Résistance. A la fin de la Seconde guerre mondiale, il s’intégrera petit à petit dans la société française et finira à Saint-Pierre-des-Corps où il militera jusqu’à sa mort le 30 janvier 2013.

Documentaire de Mickaël Foucault et Maëlle Maugendre