Le massacre d’Atocha, un crime d’État en pleine transition

Traduction d’un article paru dans Público d’Adéla LOBO par mes soins

Dans la nuit du 24 janvier 1977, des nervis armés d’extrême droite ont fait irruption dans un cabinet d’avocats du travail situé au numéro 55 de la rue Atocha. Les assaillants ont tué cinq personnes. Quatre autres ont été blessés.

MADRID
24/01/2023 07:15 MISE À JOUR : 24/01/2023 07:24
ADÉLA LOBO
Le récit de la transition comme pacifique et exemplaire se poursuit dans l’imaginaire social malgré les meurtres commis alors que Francisco Franco était déjà mort. Les événements de ce qu’on appelle la Semaine tragique de la Transition en sont exemplaires.

Le 23 janvier 1977, un membre de la guérilla paramilitaire de Cristo Rey assassine l’étudiant Arturo Ruiz lors d’une manifestation pro-amnistie.

Le lendemain, lors du rassemblement pour sa mort, María Luz Nájera Julián est décédée des suites de l’impact d’un fumigène lancé par la police anti-émeute. Cette même nuit, un groupe d’ultra-droitiers a attaqué le cabinet d’avocats du travail situé au numéro 55 de la rue Atocha.

C’est arrivé le 24 janvier 1977. Trois fascistes armés ont fait irruption dans ce bureau. Ils cherchaient Joaquin Navarro, dirigeant du syndicat des transports des Commissions Ouvrières. Alors que le célèbre syndicaliste était parti plus tôt et n’était plus au bureau, les militants d’extrême-droite ont tiré sur les personnes présentes. Ils ont tué trois avocats du travail, un étudiant en droit et un agent administratif. Quatre autres personnes ont été blessées

Le chercheur Carlos Portomeñe a publié Le Massacre d’Atocha et autres crimes d’État, un ouvrage qui traite du terrorisme d’extrême droite à la fin du franquisme et pendant la Transition.

Le travail de recherche de Portomeñe montre que l’État et des groupes de l’extrême droite italienne qui faisaient partie de l’Internationale Noire ont été impliqués dans le massacre d’Atocha.

« Nous parlons d’Italiens qui ont commis les attentats les plus sanglants, qui étaient recherchés dans leur pays et qui vivaient tranquillement en Espagne sous la protection des services de renseignement et de l’État », a expliqué Portomeñe à Público.

L’enquête de Carlos Portomeñe indique que Stefano Delle Chiaie, le chef de l’Internationale Noire, a été impliqué dans les événements de Montejurra, un autre crime d’État, selon les documents auxquels ce journal a eu accès. Le fasciste italien a également participé au meurtre d’Arturo Ruiz. « Delle Chiaie faisait partie du groupe de cinq personnes qui étaient présentes lors de l’assassinat d’Arturo Ruiz.

Et dans ce groupe se trouvait Fernández Cerra, qui le lendemain est l’un de ceux qui assassinent les avocats d’Atocha », précise Portomeñe. Tout cela prouve que les événements de la semaine tragique n’étaient pas le fruit du hasard mais étaient fortement liés les uns aux autres.
La nuit du 24 janvier
L’œuvre de Portomeñe recueille le témoignage de Miguel Sarabia, blessé lors de la fusillade : « Nous étions assis dans le salon lorsqu’un individu qui tenait une arme nous a dit de nous lever et de mettre les mains en l’air. » Les assaillants ont demandé si Joaquín Navarro se trouvait ici et les avocats ont répondu qu’il n’était plus dans ce bureau. Mais les nervis fascistes étaient certains qu’il était à cet endroit. Malgré l’absence du syndicaliste, ils ont tiré à bout portant.

Carlos García Juliay, José Fernández Cerra sont les assaillants qui ont appuyé sur la gâchette. Un troisième, Fernando Lerdo de Tejada, n’a jamais pu entrer dans le bureau. « Il était derrière la cloison vitrée qui se trouvait dans le bureau d’Atocha, il n’avait pas de balles dans son arme, mais il portait un énorme pistolet », a déclaré Alejandro Ruiz-Huerta, le seul avocat qui a subi cette attaque et qui est actuellement toujours en vie.

Les trois mis en cause sont entrés en prison en mars 1977. « Tous les 24 janvier, ils célébraient leur séjour en prison et la mort qu’ils avaient causée en réclamant un plateau de fruits de mer », révèle Ruiz-Huerta. Les militants syndicaux ont appris cette nouvelle par l’intermédiaire de leurs avocats et des responsables de la surveillance pénitentiaire. « Ils ne l’ont pas regretté à cet instant et ne l’ont jamais regretté », dit-il.

Défense du mouvement ouvrier
Les avocats du travail étaient dans le collimateur des groupes d’ultra-droite. Non seulement en raison de ses liens avec le CCOO et le PCE, mais aussi en raison de leur engagement pour la démocratie et de leur travail inlassable pour améliorer les conditions de travail des travailleurs.
« La tension a été très forte en janvier, entre autres évènements, parce que la grève des transports a été organisée ce mois-là », explique Ruiz-Huerta. « Entre nous, nous avions l’habitude d’accompagner nos collègues en voiture chez eux et nous attendions jusqu’à ce qu’ils rentrent », raconte-t-il.

Le bureau contre lequel ils ont mené l’attaque dans la nuit du 24 janvier 1977 était l’extension d’un autre similaire situé au numéro 49 Rue Atocha, qui était resté un peu à l’étroit en raison de sa grande activité. Tous deux appartenaient à un réseau de cabinets créés dans les années 1960 par le PCE pour défendre le mouvement ouvrier.
Les avocats effectuaient les démarches avec les administrations, recevaient dans leurs cabinets et se rendaient aux procès.

L’un des nombreux exemples du travail acharné des avocats du travail est la consultation qu’ils menèrent depuis leur balcon du cabinet. « Au moment où on a dit « au suivant’ » tous les salariés d’une entreprise sont entrés, ils avaient tous été licenciés », raconte Ruiz-Huerta. « Nous avons dû mener la concertation depuis le balcon pour parler aux 250 travailleurs », poursuit-il. C’était toute une entreprise du secteur chimique dont les ouvriers n’avaient pas touché leurs salaires depuis 2 mois. Finalement, ils ont réussi à gagner le procès.
Ce 24 janvier, les nervis d’extrême-droite ont assassiné Javier Sauquillo Pérez del Arco, Luis Javier Benavides Orgaz, Enrique Valdelvira Ibáñez, Serafín Holgado de Antonio et Ángel Rodríguez Leal. Que leurs noms ne soient pas oubliés !

Mémoires croisées

Mémoires croisées : quand une fille de SS et une petite-fille de Franquiste se rencontrent pour partager leurs histoires

Barbara Brix et Loreto Urraca portent toutes les deux une lourde histoire de famille : l’une est fille de SS, l’autre petite-fille de Franquiste. Dans une rencontre ouverte au public, organisée par une librairie de Port-Vendre, elles ont pu partager et croiser leurs vécus.

Transmettre la mémoire, l’histoire de leur famille, pour mieux s’en détacher. Barbara Brix est fille d’un SS, Loreto Urraca petite-fille d’un Franquiste. Toutes les deux ont découvert le lourd passé de leur famille après la mort de leurs aïeux ; elles étaient réunies à Port-Vendre, dans une rencontre ouverte au public organisée par la librairie Oxymore, afin de partager leurs histoires.

Pour Barbara, ancienne professeure de langues et d’histoire, la révélation est venue d’un ami, archiviste et historien. Le père de cette Allemande, maintenant installée à Perpignan, est décédé en 1980. Des années après, en 2006, son ami lui rend visite, et lui demande brusquement : « Barbara, savais-tu que ton père a fait partie des Einsatzgruppen ? »

« Le choc de ma vie »

« D’abord, ça a été le choc de ma vie, se souvient Barbara Brix. Et en même temps, c’était bizarre mais j’avais aussi comme un sentiment de soulagement. Car je me suis rendu compte que pendant les dernières années, j’avais le sentiment qu’il y avait quelque chose de faux dans le narratif familial, on ne parlait presque pas de la guerre. Il y avait un soupçon en moi. »

Le choc de la révélation passé, l’ancienne professeure se met immédiatement à faire des recherches sur le passé de son père, le médecin Peter Kröger. Elle sait qu’il avait été sur le front russe pendant la Seconde Guerre mondiale ; elle découvre vite qu’il s’est porté volontaire, dès septembre 1939, pour faire partie des SS allemands. Il part même avec les Einsatzgruppen, les unités d’extermination du IIIe Reich, et participe à l’invasion de l’Ukraine en 1941.

J’ai mené des recherches pour me confronter à cette terrible vérité. Avant, je n’aurais jamais pu imaginer que mon père soit présent dans un acte d’extermination.

Barbara Brix, fille d’un SS

France 3 Occitanie

« J’ai trouvé un document qui date du procès contre les Einsatzgruppen. Un commandant interrogé racontait qu’à Lviv, il avait reçu l’ordre de fusiller, avec son commando, une centaine de personnes juives, rapporte Barbara Brix. Ce commandant dit qu’il y avait invité le médecin, mon père, pour garantir par sa présence que ça se passe de manière « clean ». Là, j’ai eu la première preuve. »

Barbara découvre ensuite que son père était probablement présent, avec son commando des Einsatzgruppen C, lors du massacre de Babi Yar, à Kiev, en septembre 1941. La Shoah par balle y avait fait 33 771 victimes parmi la population juive.

Mémoire traumatique

Ses recherches ont permis à Barbara Brix de se détacher de l’histoire de son père, en parler permet d’extérioriser cette mémoire traumatique. Loreto Urraca a vécu la même chose avec l’histoire de son grand-père paternel, policier en Espagne pendant la Seconde Guerre mondiale, en réalité « chasseur de Rouges », ces républicains qui avaient fui l’Espagne franquiste.

C’est en lisant le résumé d’une thèse, justement intitulé « Chasseur de Rouges » et paru dans la presse, que Loreto tombe sur la photo et le nom de son grand-père, à sa « grande surprise ». Elle apprend dans ce résumé que son aïeul, en tant que policier, était chargé « de localiser où étaient les plus hauts responsables de la République, pour les capturer et les rapatrier en Espagne. Certains ont été exécutés », résume cette Espagnole, maintenant installée en France.

Quand je lis l’article, j’ai un fort sentiment de honte. La honte de me savoir petite-fille d’un bourreau tortionnaire, capable d’attraper des personnes en sachant qu’elles allaient être exécutées.

Loreto Urraca, petite-fille de Franquiste

France 3 Occitanie

En 2008, au moment de sa découverte, son grand-père est mort depuis longtemps, en 1989, et elle n’entretient que peu de liens avec sa famille paternelle. Pourtant, Loreto Urraca ne se lance pas tout de suite, comme l’avait fait Barbara Brix, dans la recherche de vérité. « Je n’ai pas su assumer à ce moment-là. Je ressentais plus de la rage, parce que ce nom de famille n’est pas très commun en Espagne, et quelqu’un pouvait faire un lien très facilement entre ce bourreau et moi-même. »

Ce lien, une journaliste le fait, « quelque temps plus tard », en demandant à Loreto de participer à un reportage. « Elle me donnait la possibilité de donner mon impression, c’était mon premier acte de dénonciation publique. J’ai ressenti le besoin de défier ce tortionnaire. »

« Chasseur de Rouges » et agent nazi

Cet événement sert de déclencheur, et Loreto Urraca se met à consulter une série d’archives pour en apprendre plus. Elle découvre peu à peu « une deuxième facette de [son] grand-père : il n’était pas seulement un « chasseur de Rouges », mais aussi un agent nazi. » Pedro Urraca est soupçonné, notamment, d’avoir facilité la capture de Jean Moulin par les nazis. En 1948, il est d’ailleurs condamné en France à la peine de mort par contumace.

Durant ses recherches, Loreto Urraca se rend aussi compte que le sujet de l’exil républicain et de l’implication de l’Espagne dans la Seconde Guerre mondiale n’est que très peu abordé dans le pays. « Ce qui était terrible pour moi, c’est qu’on aurait dit que j’étais la seule à faire des recherches. C’est un parcours solitaire, ingrat. »

Je ne ressentais pas de la culpabilité, mais de la responsabilité : je devais donner une valeur à toutes les informations que j’avais, c’était mon seul moyen de réparer, à ma façon, tout le malheur.

Loreto Urraca, petite-fille de Franquiste

France 3 Occitanie

Loreto se lance alors dans l’écriture d’un roman, mêlant l’histoire à la fiction, pour finaliser le « trajet de dé-filiation » avec son grand-père paternel. Comme des hyènesPortrait de famille sur fond de guerre paraît en décembre 2023. Une véritable volonté de transmettre, pour celle qui n’avait « jamais eu de transmission de mémoire » dans sa famille.

Maquis, histoire des guérillas anti-franquistes

La guérilla anti-franquiste s’oppose au franquisme sur le territoire espagnol, pendant la guerre civile, et ce en zone nationaliste, puis après 1939 dans d’autres régions. Les différents mouvements de guérilla, tous Républicains voulaient un retour à la constitution espagnole de 1931.

Une des opérations de résistance concerne aussi la France, c’est L’invasion du Val d’Aran, connue sous le nom de code Operación Reconquista de España. Elle est lancée en octobre 1944 par la Unión Nacional Española, rassemble des communistes, des socialistes, des anarchistes et visait à établir un gouvernement provisoire républicain dans le Val d’Aran, à la frontière entre la France et l’Espagne, par l’intermédiaire d’une attaque de guérilleros anti-franquistes ayant participé à la Seconde Guerre mondiale au sein de la Résistance française et vétérans de la guerre d’Espagne sur ce territoire. On comptait parmi eux des anciens de la Nueve, 2eme DB. Elle fut un échec total, 588 morts parmi les guérilleros.

Contrairement à ce qui est avancé par certain-e-s historien-nes peu regardant-e-s, la résistance armée (plus ou moins massive) au Franquisme n’a pas cessé en 1950 (date à laquelle le PCE a décidé de cesser cette activité). Des actions directes contre le régime ont perduré jusqu’en 1960 (principalement du fait de militants de la CNT en marge de leur organisation).

Le lien ci-dessous permet d’accéder à 25 brochures (en français et en espagnol) qui donne un juste panorama de cette période héroïque de la lutte anti-franquiste : https://www.babelio.com/liste/5408/Maquis-histoire-des-guerillas-anti-franquistes#