Le trou de mémoire des jeunes Espagnols

Il est 20 heures et la nuit vient de tomber sur Madrid. Loin de s’assoupir, la capitale fourmille d’activité. Surtout ici, sur la Puerta del Sol, son cœur névralgique. En plein mois d’octobre, la température est estivale. Touristes et Madrilènes arpentent allègrement le quartier. Rompant avec l’ambiance enjouée qui s’instaure, c’est à cet endroit – à quelques mètres d’une plaque représentant le centre symbolique du pays – qu’ils viennent encore une fois installer leur attirail. En plein cœur du royaume d’Espagne, comme tous les jeudis depuis maintenant près de douze ans et demi, les membres de la Plateforme contre l’impunité du franquisme sont de nouveau présents pour raviver le souvenir d’une République disparue dans la douleur.

Adossés au bâtiment qui abrite le siège de la présidence régionale, cette vingtaine d’hommes et de femmes – la plupart d’un âge assez avancé – s’affairent à déployer leurs banderoles et à hisser haut des drapeaux tricolores aux bandes rouge, jaune et violette. Deux longues bâches affichent une centaine de portraits en noir et blanc, visages anonymes auxquels on devine un destin tragique. Les prises de parole se succèdent ; une maxime revient comme une sentence – « Pas de démocratie sans mémoire » – et bientôt les passants commencent à s’attrouper à l’angle de la place avec la rue Carretas.

« ce n’est même pas de leur faute : cette ignorance a été fabriquée »

Parmi ceux-là, des jeunes. Certains s’arrêtent pour écouter. D’autres marquent à peine une pause avant de reprendre leur chemin. Que leur évoquent ces militants aux corps fatigués qui pourraient être leurs grands-parents et haranguent ainsi la foule un soir de semaine en brandissant des mots qui paraissent aussi inquiétants que surannés ? « Fusillés ; fosse commune ; répression ; exil… » Que leur disent ces paroles qui heurtent, lancées à la merci de l’indifférence des promeneurs par des voix usées faisant le récit d’événements aussi atroces qu’injustes, qui semblent déterrés du fin fond d’un siècle révolu et qu’ils n’ont pas connu ? «  Je n’y connais rien, je préfère ne rien dire  », lâche furtivement une jeune fille, avant de s’éclipser. «  Je ne sais pas grand-chose ; c’est un peu tabou  », confie Marta, 20 ans. Ses amis Lucia et Alejandro – inscrits en licence de marketing – ne sont pas plus calés qu’elle. « Ils parlent de la République, c’est ça ? Cette partie (de l’histoire), je ne l’ai pas étudiée », avance l’une . « Moi, je ne connais que les bases, le peu que m’ont raconté mes grand-pères », complète l’autre . « On a abordé cette période au lycée mais pas en profondeur  », confie de son côté Oli, 19 ans, étudiante en philologie anglaise. À peine plus âgé, son compagnon, Adrian, affirme qu’un membre de sa famille a été fusillé parce qu’il était républicain, « mais on n’en parlait pas trop à la maison ».

Une heure plus tard, le rassemblement s’achève avec émotion sur les notes crachées par le haut-parleur. Les poings se lèvent pour entonner des chants de la Seconde République, et l’ Hymne de Riego sonne l’heure de plier les banderoles. Gonzalo Avila – 79 ans et un regard doux cachant très bien une détermination de fer –, qui participe à ces rassemblements depuis le début, remballe ses tracts. « Quand des jeunes s’approchent pour nous poser des questions, je ne sais même pas par où commencer car je ne sais pas à quel point ils méconnaissent le sujet, explique-t-il. Leur vision de l’histoire est souvent très déformée mais ce n’est même pas de leur faute : cette ignorance a été fabriquée. »

Gonzalo n’exagère pas. Un rapport publié quelques heures plus tôt, ce jeudi 6 octobre, lui donne entièrement raison. Moins de vingt-quatre heures après que le Sénat espagnol a approuvé la nouvelle « loi sur la mémoire démocratique » (lire l’encadré), l’Association des descendants de l’exil espagnol (Adee) présentait les résultats d’une étude réalisée auprès de jeunes Espagnols, âgés de 16 à 30 ans, évaluant leurs connaissances et réceptivité au sujet de la période 1931-1975 (1).

« la transition a mis en place la “politique de l’oubli” »

Ses conclusions sont amères : une « méconnaissance manifeste » des périodes historiques de la Seconde République « en paix » (1931-1936), de la guerre civile (1936-1939) et de la dictature imposée par le général Franco (1939-1975), responsable d’innombrables confusions et distorsions « problématiques ». Un regard à la fois trop simplifié et incomplet sur l’histoire de leur pays qui expliquerait de graves lacunes concernant notamment la répression. «  Le franquisme a agi comme un trou noir, explique Rafael Rodriguez, sociologue et directeur du Cimop, le centre de recherche responsable de l’étude. Nous avons l’impression que ces quarante années n’ont pas existé pour la majorité des jeunes.  » Hormis ceux ayant reçu une transmission orale au sein de leur famille, très peu ont vraiment conscience de ce qu’a pu représenter l’application de l’ « Holocauste espagnol » si bien documenté par l’historien britannique Paul Preston, le plan d’extermination systématique des « rouges » décidé par Franco.

Et force est de constater que, après quarante années de ­régime démocratique, les cours d’histoire dispensés aux jeunes Espagnols sont encore très loin d’être à la hauteur. Alors que les derniers chiffres de l’OCDE indiquent que 27,7 % des jeunes Espagnols âgés entre 25 et 34 ans ont arrêté leur instruction avant le lycée, le rapport signale que la place de l’école comme moyen d’aborder ces faits est « notablement insuffisante » : le franquisme n’est tout simplement « pas encore assez présent dans les programmes scolaires ». Une situation que critiquait déjà, en 2014, un rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

« À mon époque, les cours d’histoire s’arrêtaient au “glorieux coup d’État de Francisco Franco” », raconte Isidoro Coello. « Ça ne s’est pas beaucoup amélioré depuis », ajoute le sexagénaire, secrétaire à la mémoire du Parti communiste d’Andalousie. «  La dictature a maintenu le peuple dans la peur puis l’ignorance, ensuite la transition a mis en place la “politique de l’oubli”. Finalement, la construction du régime démocratique s’est faite sur le mensonge et l’aveuglement  », affirme celui qui milite aussi au sein d’une association visant à faire connaître la Desbanda, peut-être l’un des épisodes les plus sanglants de la guerre civile.

« Dans les programmes, la guerre arrive toujours en fin d’année et les professeurs n’ont jamais vraiment le temps d’en parler  », assure Miguel Angel Muga, membre du Forum pour la mémoire. Son camarade Antonio Otero, petit-fils d’un ouvrier agricole assassiné en 1936 par des phalangistes dans la province de Tolède, s’indigne : « Ce pays a plus de morts dans des fosses communes que toute l’Amérique du Sud réunie. Les gens doivent savoir, et surtout les jeunes. C’est le combat que nous menons. »

« Une tâche loin d’être évidente,analyse Pilar Nova Melle, présidente de l’Adee. Cela fait des années que le “mouvement mémorialiste” lutte avec les armes de la raison et de l’investigation pour déterrer le passé face à des pseudo-historiens qui ont réussi à semer les graines d’un récit clairement révisionniste. Nous payons aussi les conséquences de plusieurs décennies de gouvernements qui n’ont rien voulu savoir du travail de mémoire. Sans références claires, beaucoup de jeunes tombent aujourd’hui facilement dans le piège idéologique tendu par les conservateurs. » Le rapport du Cimop relève en effet que, si la majorité des jeunes reconnaissent le besoin d’entretenir la mémoire démocratique, nombre d’entre eux reprennent aussi les argumentaires de la droite, voire de l’extrême droite néofranquiste, jamais à court de provocations : « risque de rouvrir les blessures du passé », « tentative de récrire l’histoire », etc.

Au final, même si diverses associations considèrent que la nouvelle loi sur la mémoire démocratique ne va pas assez loin, celle-ci représente indéniablement une grande avancée par rapport à sa timide prédécesseure de 2007, en prenant notamment en compte l’importance de la formation des nouvelles générations. Peut-être enfin un outil efficace pour que lutter pour la mémoire s’apparente de moins en moins à se battre contre des moulins à vent.

(1) Commandée par l’Adee, l’étude a été financée par une subvention du secrétariat d’État à la Mémoire démocratique.

Sur le web Notre entretien avec Pilar Nova Melle, présidente de l’Association des descendants de l’exil espagnol, sur l’humanité.fr

Guerre civile une réponse aux principes de vérité et de justice

Approuvée le 5 octobre, la loi de mémoire démocratique représente un pas important dans l’articulation de politiques publiques répondant aux principes de vérité, de justice, de réparation et de garantie de non-répétition vis-à-vis des exactions commises durant la guerre civile et sous le régime de Franco. Bien moins timoré que la loi de mémoire historique, de 2007, le nouveau texte condamne le coup d’État de 1936, déclare illégale la dictature franquiste et crée un parquet spécifique pour enquêtes sur les violations des droits de l’homme commises jusqu’en 1983. Dans un pays où plus de 100 000 personnes n’ont toujours pas été retrouvées ou identifiées, l’État va assumer cette mission et promouvoir les exhumations des fosses communes. Le texte comprend aussi des réformes dans l’enseignement de l’histoire au collège et au lycée. La droite a d’ores et déjà indiqué qu’elle l’abrogerait si elle revenait au pouvoir.

NDC : « La transition démocratique » a été approuvée, à ‘époque, par l’ensemble des partis politiques et des centrales syndicales espagnole hormis la CNT.

Se souvenir du massacre de Vitoria-Gazteiz

En Espagne, si l’année 1975 est marquée par la mort du dictateur Franco, le régime autoritaire et répressif franquiste ne s’éteint pas avec lui. Jusqu’aux premières élections législatives, en 1977, les manifestations se multiplient dans le pays. L’une d’elles se tient le 3 mars 1976 à Vitoria-Gasteiz, dans le Pays Basque. L’intervention de la police conduit à un massacre : cinq manifestants sont tués par balle, une centaine blessés. Depuis, le souvenir de l’événement fait l’objet d’un combat permanent. L’auteur du présent texte revient sur l’histoire récente d’un processus mémoriel qui, dans l’Espagne contemporaine, doit composer avec le déni des crimes perpétrés sous le régime franquiste.

3 mars 1976. 18 000 personnes sont en grève à Vitoria-Gasteiz au Pays Basque. 80 usines sont fermées ou occupées par les travailleurs. Après la tenue de plusieurs assemblées dans ces dernières, des manifestations partent de façon simultanée des différents quartiers ouvriers de la ville. 12 000 personnes arrivent devant l’église San Francisco où une assemblée est prévue à 17 heures. Parmi elles, 5 000 parviennent à rentrer dans l’édifice tandis que les 7 000 autres restent aux alentours, bloquées par la police qui encercle l’église.

Elle procède à son évacuation en jetant des gaz lacrymogènes à l’intérieur, ce qui provoque la panique des grévistes qui se ruent hors du bâtiment. La police, comme en témoigne les enregistrements de leurs communications radio (1) se sent acculée et menacée. Au moment où les grévistes sortent de l’édifice, elle tire à balles réelles, provoquant une centaine de blessés, dont vingt graves, et la mort de cinq personnes. Deux jours plus tard, environ 70 000 travailleurs assistent aux funérailles des ouvriers tués. Puis le lundi 8 mars, une grève générale réunit 600 000 personnes dans la rue pour exiger la dissolution des corps de police armée et un procès pour les responsables du massacre du 3 mars. Ce jours-là, deux autres personnes meurent sous les balles.

1er juin 2021. Le roi d’Espagne Felipe VI et le chef du gouvernement Pedro Sánchez inaugurent à Vitoria-Gasteiz le Centre-mémorial des victimes du terrorisme. Il s’agit d’un musée dont l’accès est gratuit, où le public peut s’informer et rendre hommage aux 1 453 victimes du terrorisme comptabilisées depuis 1960, date de l’assassinat d’une enfant, Begoña Uñoz, par le DRIL (2) jusqu’aux deux reporters espagnols David Beriain et Roberto Fraile, exécutés par Al-Qaeda en avril dernier. Si le mémorial englobe l’ensemble des actions terroristes des dernières décennies — de l’attentat de l’Hypercor par l’ETA le 19 juin 1987 en passant par celui de la gare d’Atocha de Madrid le 11 mars 2004 — il n’intègre pas les victimes de la répression franquiste et notamment celles du franquisme tardif, c’est-à-dire celles situées entre le 20 novembre 1975, date de la mort du dictateur, et juin 1977, moment des premières élections législatives depuis 1936. Bien qu’un nouveau régime mémoriel se soit consolidé durant les années 2000, accompagné de nouveaux termes comme « violations des droits de l’homme », « impunité », « crimes contre l’humanité », pour caractériser le passé franquiste, ce dernier n’est pas considéré comme un régime politique dont l’appareil répressif pourrait être qualifié de terrorisme d’État. Les victimes de la violence d’État franquiste, et notamment du second franquisme (1960–1977), ne sont donc pas reconnues officiellement comme telles.

« Après la mort du dictateur, le régime a employé la violence et la terreur pour mettre un terme aux mobilisations populaires d’une ampleur inédite, comme cela fut le cas à Vitoria. »

Le pacte de silence érigé pendant la période dite de transition démocratique — un pacte d’oubli autant que d’amnésie —, scellé par la loi d’amnistie d’octobre 1977 (3), a permis la libération des prisonniers politiques, mais a également garanti l’impunité aux criminels franquistes (4). La légitimité de cette loi a été remise en question par le mouvement citoyen de « récupération de la mémoire historique » qui a abouti en 2007 à la loi dite de « mémoire historique ». Cependant, le texte comporte de nombreux écueils. Si la loi de 2007 condamne officiellement le franquisme et déclare illégitimes les sentences prononcées par la dictature franquiste, elle ne les annule pas et n’affirme pas l’illégalité des tribunaux franquistes (5). Faisant face à ces manquements, les associations mémorielles se sont tournées vers la justice internationale pour les combattre. Elles ont aussi construit des instruments de lutte au service de la vérité, de la justice et de la réparation (6).

Dans leur sillage, d’autres acteurs, comme l’association des victimes du massacre du 3 mars 1976, ont également entrepris des recours devant les tribunaux tout en déployant d’autres ressources afin d’être reconnus par l’État comme victimes du terrorisme et demander justice. Cette mobilisation s’articule à la volonté de combattre l’oubli de l’événement, un oubli qui s’explique en partie parce que la transition apparait, aujourd’hui encore, comme une période mythifiée, fondée sur un imaginaire politique où le processus de démocratisation aurait été pacifique et modérée. Pourtant, les travaux scientifiques de ces dernières années ont montré qu’après la mort du dictateur, le régime a employé la violence et la terreur pour mettre un terme aux mobilisations populaires d’une ampleur inédite, comme cela fut le cas à Vitoria (7).

En montrant les ressources déployées par l’association de victimes du 3 mars, on aborde tout un répertoire d’actions allant de la construction d’un lieu de mémoire sur le lieu du massacre, jusqu’à la saisie de la justice pour obtenir des réparations auprès de l’État. Dans ce processus, on le verra, les autorités publiques, à l’échelle locale, ne sont pas exclues. Enfin, si l’objectif est d’obtenir justice et d’être reconnus comme victimes du terrorisme, cela s’accompagne aussi de la volonté de construire un récit des événements qui rompt avec l’imaginaire politique de la transition et conteste les politiques mémorielles menées par l’État en matière de terrorisme.

Contre l’oubli et pour la justice : la construction d’un lieu de mémoire

Depuis 45 ans, la mobilisation initiée par l’association des familles de victimes du 3 mars se traduit par la volonté de faire du quartier de Zaramaga, l’un des principaux quartiers ouvriers de la ville, un lieu de mémoire. C’est là que la mobilisation en 1976 a été la plus suivie ; là, aussi, dans l’église San Francisco, que les ouvriers ont été tués par la police. Alors que des collectifs comme l’association pour la récupération de la mémoire historique (ARMH) mènent depuis le milieu des années 1990 un combat contre l’oubli, combat qui s’est traduit par l’exhumation des fosses communes (8), l’association de victimes du 3 mars, elle, s’engage dans un processus de mise en mémoire du lieu du massacre. Son objectif, selon ses mots : diffuser « la vérité de l’événement pour combattre l’oubli et pour combattre les interprétations et justifications de l’État post-franquiste (9) ». Chaque année, des centaines de personnes se réunissent pour honorer les victimes. Lors de l’un de ces rassemblements, un monolithe fabriqué par les ouvriers de l’usine Forjas Alavesas a été installé dans le quartier — une œuvre représentant un poing levé, symbole de la combativité ouvrière. Une plaque, située sur son socle, rappelle au public l’événement traumatique du massacre. Cette initiative constitue une étape importante de la mobilisation visant à récupérer une mémoire ouvrière que les acteurs estiment passée sous silence au profit d’une vision hégémonique de la transition. Afin de mener à bien ce projet, l’association a sollicité le soutien des autorités publiques locales pour entamer des démarches judiciaires dans le but de déterminer les responsabilités des policiers dans le massacre de Vitoria. En 2004, sur demande de l’association, des chercheurs ont produit un rapport sur l’événement, donnant lieu à une résolution adoptée par le parlement basque (10). Une collaboration entre les autorités publiques basques et l’association de victimes pour entamer des démarches judiciaires est lancée. Les actions portées par les « entrepreneurs de mémoire (11) » en dehors de l’Espagne, devant le parlement européen (12), par exemple, à la fin des années 2010 et plus récemment encore devant l’ONU (13), sont en effet soutenues par les institutions publiques basques. Dès lors, la mobilisation dans la rue s’articule aux recours devant la justice afin de punir les responsables du massacre.

« Avec le mouvement des Indignés en 2011, c’est toute une partie de la mémoire ouvrière jusque-là invisibilisée qui refait surface dans la parole et les pratiques des acteurs mobilisés. »

Avec la crise socio-économique qu’a traversée l’Espagne en 2008 puis l’arrivée au pouvoir de la droite en novembre 2011, la question de la réparation des victimes de la Guerre Civile et du franquisme a été reléguée à l’arrière-plan du débat public. À rebours, des collectifs s’emparent de ces questions. Avec le mouvement des Indignés en 2011, c’est toute une partie de la mémoire ouvrière jusque-là invisibilisée qui refait surface dans la parole et les pratiques des acteurs mobilisés. Alors, c’est l’histoire d’un mouvement ouvrier assembléiste et autonome, cantonnée jusqu’alors au silence (14), qui est mise en évidence (15). La lutte contre l’oubli passe ainsi par la réaffirmation d’une identité collective ouvrière et des valeurs qui lui sont associées, comme la solidarité et la justice sociale, permettant de construire des ponts entre luttes sociales présentes et passées.

Dix ans après le mouvement des Indignés, lors du 45e anniversaire du massacre de Vitoria, Loli Garcia, la secrétaire générale des Commissions Ouvrières (CC.OO.) du Pays Basque s’est félicitée de la décision prise par les autorités basques de construire un mémorial dans l’église San Francisco. Pour la dirigeante, cette initiative participe à « récupérer le récit (16) » et de mettre en avant le rôle fondamental joué par la classe ouvrière dans le processus de changement politique dans les années 1970. C’est aussi le sens de la déclaration publique de Miren Gorrotxategi, parlementaire et porte-parole de la coalition de gauche Elkarrekin Podemos qui, elle, déclare : « Nous n’oublions pas ce qui s’est passé. Et nous n’oublions pas la lutte des personnes qui ont été attaquées par la police. Ils ont été des pionniers dans la lutte pour les droits des travailleurs. C’est un crime qui reste impuni et nous devons le garder en mémoire (17) ». Les dirigeants politiques et syndicaux, ainsi que l’association du 3 mars, réclament d’une même voix justice par rapport aux crimes commis le 3 mars 1976 et revendiquent l’intégration de cet événement dans un récit plus vaste, celui des luttes anti-franquistes portées par la classe ouvrière. De quoi déstabiliser le récit hégémonique de la transition.

Avant cela, en 2016, à l’occasion du 40e anniversaire du massacre, la mobilisation a connu un tournant majeur. C’est en effet à partir à compter de cette date que l’association du 3 mars a commencé à organiser des visites guidées du quartier de Zaramaga. Elles sont ponctuées d’interventions artistiques, vidéos, littéraires, et se terminent devant l’église San Francisco où le public peut voir un collage audiovisuel à partir de sons et d’images d’archives. Ces visites guidées ont été rendues possibles par le financement du gouvernement basque et constituent, pour les associations, une victoire dans la lutte contre l’oubli. Cependant, pour les militants de l’association du 3 mars, le combat ne s’arrête pas là : la gestion du mémorial de San Francisco, coordonnée à la fois par les autorités basques et par l’association, risque de voir se confronter des desseins contradictoires. En effet, les discussions sont encore en cours pour savoir comment sera géré ce mémorial et quels en seront le contenu et les objectifs. Si les pouvoirs publics veulent participer à l’édification du mémorial et s’investissent depuis plusieurs années dans la mise en place de politiques mémorielles, l’objectif de l’association du 3 mars, on l’a vu, est plus large : il s’agit de « récupérer » la mémoire des luttes ouvrières pendant le franquisme et la transition.

La volonté de mettre sur pied un lieu de mémoire montre dès lors que la mobilisation passe par une appropriation de l’espace public. Cette action se conjugue aux démarches juridiques pour que l’État ouvre une enquête afin de déterminer les responsables du massacre, et, dans le même temps, reconnaisse aux personnes tuées et blessées le 3 mars 1976 le statut de victimes. Pourtant, le combat contre l’oubli et la quête de justice des acteurs, qui se sont investis de diverses manières pour parvenir à cette reconnaissance, n’ont pas été suivis d’effet sur le plan national — bien au contraire. Les associations mémorielles estiment que l’inauguration, en juin dernier, du Centre-mémorial en l’hommage des victimes du terrorisme, constitue une instrumentalisation politique du passé par l’État.

Pour une « mémoire intégrale » : dénoncer la « discrimination mémorielle »

« Les victimes de la violence franquiste sont exclues du champ des victimes du terrorisme. »

C’est pour dénoncer la « discrimination mémorielle » que des associations comme celle du 3 mars ont lancé la campagne « memoria osoa : memoria integral, para construir convivencia » (Mémoire complète : mémoire intégrale pour construire la convivialité). Dans le cadre de cette campagne, une tribune publiée dans la presse condamne le Centre-mémorial car « il répond à une nécessité stratégique qui impose un récit officiel sur la vérité et la violence. Ce récit officiel est fondé sur des intérêts politiques et idéologiques spécifiques, précisément de ceux qui nient l’existence d’autres victimes que celles évoquées dans ce mémorial (18) ». On retrouve dans cet extrait la volonté de combattre ce que les auteurs désignent comme le récit officiel de l’État espagnol. Un récit qui ne reconnait pas, ou bien minimise, le caractère violent et répressif de l’État franquiste et invisibilise ses victimes.

Ce récit officiel est le produit du mythe de la transition triomphante, ce que les travaux de Bénédicte André-Bazzana (19) et de Sophie Baby (20) ont bien montré. Dès lors, les explosions spectaculaires de violence comme les massacres de Vitoria ou celui d’Atocha en janvier 1977 (21) sont signalées dans les travaux historiques pour en souligner seulement le caractère exceptionnel (22). Cela explique en partie pourquoi aujourd’hui les victimes de la violence franquiste sont exclues du champ des victimes du terrorisme, une exclusion que dénonce la campagne memoria osoa de la manière suivante : « nous ne pouvons qu’exprimer notre rejet absolu d’un mémorial dont le fondement repose sur l’utilisation de la souffrance d’une partie des victimes, afin d’approfondir le discours qui nie l’existence de milliers de victimes causées par la violence et le terrorisme d’État (23). »

La campagne memoria osoa avance que ce sont des milliers de victimes provoquées par « le terrorisme d’État » qui sont niées. Ce concept n’est pas repris par le Centre-mémorial des victimes du terrorisme, ni par la loi de 2011 sur la reconnaissance et la protection intégrale des victimes du terrorisme, dont le mémorial constitue l’un des aboutissements. En effet, la loi de 2011 est fondée sur une définition spécifique du terrorisme, que l’on retrouve notamment dans les fascicules disponibles dans le Centre-mémorial et dans ceux à destination des enseignants et des élèves. On y lit que le terrorisme aurait quatre aspects : la clandestinité, le climat de terreur, la propagande et l’imposition d’objectifs politiques. À partir de cette définition, le Centre-mémorial entend reconnaître tous les terrorismes qu’a connu l’Espagne depuis juin 1960. Il rend compte des violences terroristes exercées par l’ETA et de celles de groupes terroristes d’extrême gauche, comme les Groupes de résistance antifasciste du premier octobre (GRAPO), ainsi que celles de groupes d’extrême droite comme le Batallón Vasco Español (BVE) et les commandos para-militaires Groupes Antiterroristes de Libération (24) (GAL). La « Guerre sale » contre le terrorisme initiée par l’État démocratique espagnol est un héritage des méthodes de violence d’État du franquisme. Si en intégrant les victimes du GAL au Centre-mémorial, l’État reconnait la violence que ce groupe terroriste a provoqué, elle autonomise également son action. La responsabilité des législations antiterroristes, qui exportent dans le régime démocratique des méthodes de violence politique comme la torture (25), n’est pas reconnue. Cette conception restrictive de la notion de terrorisme présente les différentes étapes politiques qu’a connues l’Espagne en évacuant de l’analyse le degré de violence employé par l’État dans sa gestion du maintien de l’ordre public. La dictature franquiste est décrite comme un régime où les libertés publiques et individuelles étaient inexistantes, certes, mais son caractère autoritaire et ses méthodes répressives ne sont pas évoqués — au contraire. Les fascicules diffusés font référence à l’accroissement du terrorisme en Europe dans les années 1960 et 1970. L’Espagne est comparée à d’autres pays européens sans qu’aucune contextualisation ne soit fournie et sans plus d’explications quant aux causes des pratiques de lutte armée dans un pays régi par une dictature.

Le terrorisme est donc exclusivement perçu comme relevant de l’action clandestine. Il n’est pas envisagé comme un outil de l’appareil répressif d’État. Or, la terreur comme arme politique, fondée sur une conception autoritaire et répressive de l’ordre public, peut être employée par un régime qui cherche à contrôler sa population, comme cela fut le cas sous le franquisme. C’est, par exemple, ce qu’affirme l’historien Eduardo Gonzalez Calleja (26). Par ailleurs, la date choisie par la loi pour reconnaître légalement les victimes du terrorisme — 1960 — renvoie à une étape charnière du régime franquiste. C’est à ce moment que le franquisme amorce un tournant libéral qui se traduit par une relative ouverture dans les domaines de la culture et de l’information. Bien que cela ne soit pas comparable avec la répression pratiquée pendant la Guerre Civile et les premières années du franquisme, plus d’une centaine de personnes sont tuées par la répression légale, policière et para-policière, entre 1960 et 1977 (27). L’intensité de la violence politique déployée par l’État à la fin du franquisme — notamment à la mort du dictateur entre 1976–1977 — témoigne ainsi de sa volonté de combattre les mobilisations sociales par la terreur.

« La « Guerre sale » contre le terrorisme initiée par l’État démocratique espagnol est un héritage des méthodes de violence d’État du franquisme. »

C’est donc avec la volonté d’étendre la définition de terrorisme pour que soient reconnues toutes les victimes, que plaident les associations mémorielles comme celle du 3 mars, afin de favoriser la construction d’une mémoire inclusive et sans discrimination. Ainsi, « la société dans son ensemble doit se sentir intégrée. La mémoire, en tant qu’exercice nécessaire au développement de la convivialité démocratique dans une société plurielle, ne peut en aucun cas taire la réalité vécue par une partie de celle-ci. La mémoire n’est pas le patrimoine exclusif d’un courant idéologique, d’un parti politique ou d’un gouvernement ; la mémoire nous appartient à tous (28). » La dénonciation de la part des associations de victimes du franquisme, d’une « discrimination mémorielle », n’est pas centrée sur l’existence du Centre-mémorial en tant que tel, mais bel et bien sur son caractère excluant. Dans le même temps, elles prennent garde à ne pas rentrer dans une logique de concurrence victimaire. Au contraire, elles mettent en évidence le fait qu’il existe une pluralité de mémoires historiques et collectives. En homogénéisant le phénomène terroriste, en le naturalisant, les politiques mémorielles visant à rendre hommage aux victimes du terrorisme déterminent quelles sont les mémoires traumatiques légitimes et quelles sont celles qui ne le sont pas. En voulant figer une mémoire traumatique, celle des victimes du terrorisme, elles participent à nier celles qui ont été victimes de la répression franquiste, pour préserver le mythe transitionnel, mythe fondateur de la démocratie espagnole.

Il semble toutefois que la situation parlementaire fasse évoluer ces politiques mémorielles. En juillet dernier, le gouvernement a décidé de promulguer une future loi dite de « mémoire démocratique », qui devrait aller plus loin que celle de 2007. Le texte prévoit en effet la création d’un parquet spécialisé pour enquêter sur les violations des droits de l’homme durant la guerre civile et les quarante ans de dictature franquiste (29). Ce dernier point est important car il pourrait constituer un tournant décisif dans la reconnaissance par l’État des victimes du franquisme, en brisant la loi d’amnistie de 1977 et en adaptant la législation pénale espagnole au droit international.

Arnaud Dolidier

https://www.revue-ballast.fr/le-massacre-de-vitoria-gazteiz-mobilisations-memorielles-dans-lespagne-daujourdhui/

1 – Les enregistrements audio de la police durant le 3 mars sont disponibles sur le site de l’association de victimes du 3 mars.↑

2 – Directoire Révolutionnaire de Libération Ibérique (DRIL), organisation terroriste et antifasciste qui avait pour objectif de lutter par les armes contre les dictatures de Salazar et de Franco. Le DRIL a organisé une série d’attentats à la bombe. L’une de ces bombes, placée dans la gare de San Sebastián, provoque la mort d’une enfant de 22 mois, Begoña Uñoz, en juin 1960.↑

3 – Paloma Aguilar, Memoria y olvido de la Guerra Civil española, Madrid, Alianza, 1996.↑

4 – Sophy Baby, « Sortir de la guerre civile à retardement : le cas espagnol », Histoire@politique, vol. 3, n° 13, 2007.↑

5 -Voir Danielle Rosemberg, « La mémoire du franquisme dans la construction de l’Espagne démocratique. Les voies incertaines d’une réconciliation nationale », Témoigner. Entre histoire et mémoire, vol. 117, 2014.↑

6 – Sophie Baby, « Vérité, justice, réparation : de l’usage en Espagne de principes internationaux », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 3–4, 2013.↑

7 -Bénédicte André-Bazzana, Mitos y mentiras de la transición, El viejo topo, 2006 ; Sophie Baby, Le mythe de la transition pacifique. Violence et politique en Espagne (1975–1982), Casa de Velázquez, 2012.↑

8 – Mercedes Yusta Rodrigo, « ¿Memoria versus justicia ? La recuperación de la memoria histórica en la España actual », Amnis, Revue d’études des sociétés et cultures contemporaines, Europe — Amérique, vol. 2, 2011.↑

9 – Entretien avec l’association de victimes du 3 mars, octobre 2021.↑↑

10 – « Dictamen histórico sobre los acontecimientos producidos el 3 de marzo de 1976 en Vitoria ». Les documents sont consultables sur le site de l’association de victimes du 3 mars.↑

11 – Entendre par-là des personnes désignées comme représentantes d’une mémoire historique à faire reconnaître en-dehors de leur groupe d’appartenance.↑

12 – « Las víctimas del 3 de marzo acuden al parlamento europeo para pedir justicia », El País, mars 2006.↑

13 – « Llevaran a la ONU los asesinatos del 3 de marzo de 1976 en Vitoria », La Vanguardia, 27 février 2019.↑

14 – Arnaud Dolidier, Tout le pouvoir à l’assemblée ! Une histoire du mouvement ouvrier espagnol pendant la transition (1970–1979), Syllepse, 2021.↑

15 – Le documentaire Autonomía obrera par exemple, sorti en 2008, donne la parole aux ouvriers qui se sont engagés dans des mouvements de luttes assembléistes. Ce long-métrage parle ainsi de la lutte de Vitoria sans axer uniquement son propos sur le massacre mais en évoquant la grève générale de deux mois qui a secoué la ville entre janvier et mars 1976.↑

16 – « Vitoria, contra el olvido del tres de marzo », El correo, 3 mars 2021.↑

17 – Ibid.↑

18 – « Por una memoria inclusiva y no parcial », Noticias de Navarra, 16 décembre 2020.↑

19 – Bénédicte André-Bazzana, Mitos y mentiras de la transición, op.cit.↑

20 – Sophie Baby, Le mythe de la transition pacifique. Violence et politique en Espagne (1975–1982), op.cit.↑

21 – En janvier 1977, un commando armé d’extrême droite assassine trois avocats en droit du travail et membres du Parti Communiste d’Espagne (PCE).↑

22 -Javier Tusell, Alvaro Soto Carmona (eds.), Historia de la transición
(1975–1986), Madrid, Alianza, 1996.↑

23 – « Por una memoria inclusiva y no parcial », Noticias de Navarra, 16 décembre 2020, op.cit.↑

24 – Le système de l’appareil répressif d’État franquiste, confronté aux défis posés par l’augmentation des mobilisations populaires, a été réadapté par le chef du gouvernement Carrero Blanco dans les années 1970. Ce système n’a pas été supprimé par la démocratie mais a continué d’être employé pour combattre dès 1978 le Batallón Vasco Español (BVE), puis perfectionné en 1984 lors de la création des Groupes Antiterroristes de Libération (GAL).↑

25 – Sophy Baby, « Sortir de la guerre civile à retardement : le cas espagnol », art. cit.↑

26 – « Un experto asegura que el franquismo uso el terrorismo como acción política », El Diario, 25 novembre 2012.↑

27 – Pau Casanellas, Morir matando. El franquismo ante la practica armada, 1968–1977, La catarata, 2014.↑

28 – Por una memoria inclusiva y no parcial », op.cit.↑

29 – « PSOE y Unidas Podemos acuerdan enmendar la ley de memoria para que se puedan juzgar crímenes franquistas », Público, 17 novembre 2021.↑

Retirada, les républicains sur les routes de l’exil

En 1939, les républicains espagnols prennent la route de l’exode. Ils fuient la dictature franquiste et se dirigent vers la France, où ils espèrent trouver refuge et soutien. La réalité est tout autre. Après l’épreuve de la Retirada, ils sont parqués dans des camps d’internement inhumains.
avec :

Geneviève Dreyfus-Armand (Historienne, Conservateur général honoraire des bibliothèques), Maëlle Maugendre (Docteure en histoire contemporaine, spécialiste de l’histoire de l’immigration et des mouvements de réfugiés).

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-cours-de-l-histoire/retirada-les-republicains-sur-les-routes-de-l-exil-9046034

Miguel Campos « L’envoi de l’or à Moscou ne fut pas idéologique »

Cette question de l’or de Moscou est toujours sujette à polémiques. Faisons confiance aux historiens et mettons en débat ce thème avec toutes les avancées sur les dernières recherches. Merci à Eric pour son dernier article.
Miguel Campos vient de sortir un livre Armas para la Republica qui recentre le sujet sur la situation de l’époque par rapport à la non-intervention et ses conséquences. Cet article de Publico que j’ai traduit porte un nouvel éclairage sur l’Or de Moscou. Sa thèse de doctorat dirigée par Angel Vinas nous éclaire sur cette question
ci-dessous article en Français et en Espagnol
Si une traduction plus exacte ou des corrections peuvent être apportées n’hésitez pas
S y R
Luis
Miguel Campos « L’envoi de l’or à Moscou ne fut pas idéologique »

son livre : https://www.planetadelibros.com/libro-armas-para-la-republica/343864

L’historien nous renseigne sur les obstacles rencontrés par la République pour obtenir du matériel de guerre après le coup d’État et « l’absurde étranglement militaire » dicté par les puissances démocratiques, le Royaume uni et la France.

Barcelone
21 août 2022
Jose Oliva (EFE)

L’historien Miguel Campos reconstruit les efforts de la République pour surmonter jusqu’au mois de mai 1937 et « l’absurde étranglement militaire » dicté par les puissances démocratiques, le Royaume uni et la France, et donne des précisions sur l’envoi de l’or à Moscou qui ne fut pas « une décision aléatoire ou idéologique du gouvernement républicain » ;

La recherche de Campos, faisant partie de sa thèse de Doctorat, dirigée par Angel Viñas, a été reproduite dans le livre « Armes pour la République » (Critica) fruit de la consultation de plus d’une quinzaine d’archives espagnoles, françaises et mexicaines, certaines d’entre elles inédites, comme les archives personnelles de celui qui fut ambassadeur du Mexique à Paris, Adalberto de Tejeda.

Dans une interview à EFE, Campos rappelle que lors de l’éclatement du conflit en Espagne, Londres ne souhaitait pas que ce qui se passait en Espagne puisse dériver subitement en un conflit européen et ce, bien que « la France, si dans un premier temps était favorable à une intervention dans le conflit, les anglais lui font voir rapidement que si elle était entrainée dans un conflit avec l’Allemagne en raison de la question espagnole, elle resterait seule face à elle. »

ESCROQUERIES, TRAFIQUES ET PILLAGES DANS L’ACHAT DES ARMES

L’historien de Madrid soutient que les serviteurs de la République rencontrèrent des « difficultés pour rapatrier le matériel de guerre acheté clandestinement à certains pays » et de plus la République elle-même créa ses propres difficultés. « Aucune politique claire pour l’acquisition ne fut établie et se produisit alors la pagaille avec l’arrivée massive et dangereuse de commissionnaires de divers partis politiques , syndicats et des régions, particulièrement les basques et les catalans. »

Tous, ajoute-t-il «  se faisaient la concurrence entre eux, rendant plus difficiles les efforts des émissaires officiels, leur faisant perdre du temps en cherchant à les découvrir et surtout en faisant monter les prix ». Cette désorganisation conduisit à ce qu’ils furent à certains moments victimes d’escroqueries, de trafiquants et d’émissaires officiels qui s’enrichirent à leurs dépens. 

« Beaucoup de ces représentants républicains acheteurs d’armements n’avaient jamais vu un pistolet de leur vie et savaient d’autant moins mener des négociations dans le commerce des armes au marché noir et nombreux de ces principaux trafiquants avec lesquels ils firent affaire étaient des pronazis ou même avaient leurs quartiers d’opération en Allemagne, bien que ce qui fut encore plus triste et pathétique dans cette histoire est que les supposés défenseurs de la République profitèrent de la conjoncture et de leurs responsabilités pour s’enrichir. » souligne-t-il.

Entre ces escrocs « le cas le plus flagrant fut probablement celui du ministre du PSOE Angel Galarza, qui avec ses complices, déroba 20 millions de francs de l’époque ; et en Tchécoslovaquie, Juan Sanchez Quintana en collaboration avec le trafiquant Auerbach, comptant avec la protection de l’ex-ministre des Finances Gabriel Franco, de Izquierda Republicana (gauche républicaine), imaginèrent une opération pour se partager 11000 livres entre les trois et un certain Gobleman. »

Avec des exemples Campos illustre les opérations sabotées par des espions et des agents franquistes, par des diplomates dont certains passèrent dans le camps des factieux ou jouèrent le double jeu, comme l’ambassadeur de Paris au début du coup d’État, laissa filtrer dans la presse la demande la République provoquant ainsi un scandale médiatique dont le dénouement fut la non-intervention ; ou celui de Gaspar Sanz de Tovar, passé au camp des factieux, dont les tractations furent la clef pour ne pas obtenir des armes en Tchécoslovaquie

LES BANQUES INTERNATIONALES « TORPILLAIENT LES TRANSACTIONS »

L’auteur attribue les rares succès diplomatiques de la République pour recevoir de l’aide «  à la mauvaise planification qu’elle fit de ses intérêts sur la scène internationale. » tout spécialement en se satisfaisant de la dénommée non-intervention, ce dont se rendirent compte les diplomates mexicains qui défendirent les intérêts de la République à la Société des Nations et informèrent le président Cardenas de cette erreur. »

Sans que ce soit l’objet principal de sa recherche, Campos démontre par divers exemples que l’envoi de l’or de la Banque d’Espagne à Moscou se produisit « après plusieurs essais dans les banques britanniques, françaises et dans une moindre mesure, nord américaines, et il arrive à la conclusion, que les dites banques torpillaient au maximum les transactions républicaines. » Le seul espoir de rentrer des devises de la manière la plus opaque et rapide possible, continue Campos, étaient garantie par la Banque Commerciale pour l’Europe du Nord (BCEN) et pour cela l’argent devait être à Moscou.

Sans vouloir faire de l’Histoire-fiction, Campos pense que « si le blocus de la part des puissances démocratiques ne s’était pas produit de la part surtout de l’Angleterre et la France, il est très possible que le résultat du coup d’État et de la guerre aurait été autre, ainsi comme sa durée et son vainqueur, mais il ne faut pas oublier que Mussolini s’était engagé à appuyer le coup d’Etat avant qu’il n’éclate. »

Après cette recherche, Campos, professeur à l’Université Rey Juan Carlos, travaille avec le professeur Jose Manuel Azcona à un livre sur la Guerre civile en Amérique Latine.

Traducido por Luis

​ Miguel Campos: « El envío del oro de la República a Moscú no fue ideológico »
​ El historiador documenta las trabas de la República para conseguir material de guerra tras el golpe y el « absurdo estrangulamiento militar » dictado por las potencias democráticas Reino Unido y Francia.

BARCELONA

21/08/2022 17:56 ACTUALIZADO: 21/08/2022 19:04
JOSE OLIVA (EFE)

El historiador Miguel Campos reconstruye los esfuerzos de la República para superar hasta mayo de 1937 el « absurdo estrangulamiento militar » dictado por las potencias democráticas Reino unido y Francia llas potencias democráticas Reino Unido y Francila, y documenta que el envío del oro a Moscú no fue « una decisión aleatoria o ideológica del gobierno republicano ».

La investigación de Campos, que formó parte de su tesis doctoral, dirigida por Ángel Viñas, ha sido recogida en el libro Armas para la República (Crítica), fruto de la consulta de fuentes de más de una quincena de archivos españoles, franceses y mexicanos, algunos inéditas como el archivo personal del que fuera embajador de México en París, Adalberto de Tejeda.

En una entrevista con Efe, Campos recuerda que al estallar el conflicto de España, Londres no quería que lo que ocurriera dentro de España pudiera derivar en un conflicto europeo nuevamente y aunque « Francia sí estaba por la labor al principio de intervenir en el conflicto, los ingleses le hicieron ver rápidamente que si se veía envuelta en un conflicto con Alemania por la cuestion  Españolala cuestión española se quedaría solo ante ella ».

​ Estafas, tráfico y expolio en la compra de armas
El historiador madrileño reivindica a los servidores de la República que se encontraron con « la dificultad de sacar el material de guerra comprado clandestinamente de cualquier país » y además la propia República se creó sus propias dificultades: « No se estableció una política clara de adquisiciones y se produjo un descontrol con la llegada masiva y peligrosa de comisionados de diversos partidos políticos, sindicatos y regiones, especialmente los vascos y los catalanes ».

Todos ellos, añade, « se hacían la competencia entre sí, dificultando las gestiones a los emisarios oficiales, haciéndoles perder el tiempo en detectarlos y, sobre todo, encareciendo los precios ». Este desbarajuste les llevó en algún caso a ser víctimas de estafas, de traficantes y de emisarios oficiales que se enriquecieron a su costa.

« Muchos representantes republicanos para comprar armamento no habían visto una pistola en su vida y mucho menos sabían lidiar en el mercado negro y muchos de los principales traficantes con los que hizo negocios la República eran filonazis o incluso tenían sus bases de operaciones en Alemania, aunque lo más triste y patético de esta historia fueron los supuestos defensores de la República que aprovecharon la coyuntura y su cargo para enriquecerse », señala.

Entre los expoliadores, « el caso más flagrante fue probablemente el del ministro del PSOE Ángel Galarza, quien junto a sus compinches, supuestamente, robaron 20 millones de francos de la época; y en Checoslovaquia, de nuevo supuestamente, Juan Sánchez Quintanajunto con el traficante Auerbach, contando ambos con la protección del exministro de Hacienda Gabriel Franco, de Izquierda Republicana, idearon una operación para repartirse 11.000 libras entre los tres y un tal Goblemann ».
Ilustra Campos operaciones saboteadas por espías y agentes franquistas, y por diplomáticos que o se pasaron al bando sublevado o durante un tiempo jugaron a doble banda, como el embajador en París en los momentos iniciales del golpe, que filtró a la prensa la solicitud inicial de la República provocando con ello que estallara un escándalo mediático cuyo desenlace fue la no intervención; o el de Gaspar Sanz de Tovar, pasado al bando sublevado y cuyas gestiones fueron clave para que no consiguiera armas en Checoslovaquia.

​ Las bancas internacionales « torpedeaban las transacciones »
El autor atribuye el escaso éxito diplomático de la República para recibir ayuda a « la mala planificación que hizo de sus intereses en la escena internacional, especialmente acatando la denominada no intervención, de lo que se dieron cuenta los diplomáticos mexicanos que defendieron los intereses republicanos en la Sociedad de Naciones e informaron al presidente Cárdenas de ese error ».

Sin ser el objetivo principal de la investigación, Campos demuestra con varios ejemplos que el envío del oro del Banco de España a Moscú se produjo « tras realizar diversas pruebas en las bancas británica, francesa y, en menor medida, norteamericana, y llegar a la conclusión, que dichas bancas torpedeaban todo lo posible las transacciones republicanas ». La única esperanza de mover divisas de la manera más opaca y rápida posible, continúa Campos, las garantizaba la Banque Commerciale pour l´Europe du Nord (BCEN) y para ello el dinero tenía que estar en Moscú.
Sin querer hacer historia contraactual, Campos piensa que « si no se hubiese producido ese bloqueo por parte de las potencias democráticas, sobre todo Inglaterra y Francia, es muy posible que el resultado del golpe y de la guerra hubiera sido otro, así como el tiempo que hubiese durado (mucho menos), como quién salió victorioso, pero no se debe olvidar que Mussolini se había comprometido a apoyar el golpe antes de que estallara ».

Tras esta investigación, Campos, profesor visitante en la Universidad Rey Juan Carlos, está trabajando junto con el profesor José Manuel Azcona en un libro sobre la guerra civil en América Latina.

L’or de Moscou

Le 25 octobre 1936, 510 tonnes d’or de la Banque d’Espagne ont été expédiées à Odessa, puis à Moscou. À la fin de la guerre civile espagnole, le trésor de la Banque d’Espagne avait été liquidé. En 1994, Maria Dolors Genovés, directrice des programmes spéciaux de TV3, a réalisé pour cette chaîne de télévision régionale un précieux documentaire intitulé L’Or de Moscou, un travail d’investigation qui, pour la première fois, a donné accès à la documentation la plus secrète des archives de l’Armée rouge à Moscou.

Le terme “Oro de Moscou”, ou aussi “Oro de la República”, fait référence à l’opération de transfert de 510 tonnes d’or, correspondant à 72,6 % des réserves d’or de la Banque d’Espagne, de son dépôt à Madrid vers l’Union soviétique, quelques mois après le début de la guerre civile espagnole, ainsi qu’aux négociations ultérieures liées à sa vente à l’URSS. Les fonds obtenus ont servi à l’achat d’armement commandés pendant la guerre sur ordre du gouvernement de la Seconde République, présidé par Francisco Largo Caballero, et à l’initiative de son ministre des Finances, Juan Negrín. Le quart restant de la réserve de la Banque, soit 193 tonnes, a été transféré et converti en devises en France, une opération connue par analogie sous le nom d’Or de Paris.

L’or de Moscou

De María Dolors Genovés

Titre original “El oro de Moscu”

1994 – Espagne – 65′

Espagnol et catalan sous-titré en français

¡Solidarias!

Les volontaires étrangères et la solidarité internationale féminine durant la guerre d’Espagne (1936-1939)

Édouard Sill (dir.)

La participation des femmes étrangères durant la guerre civile (1936-1939) – et notamment celles qui s’engagèrent dans les Brigades internationales pour défendre la République et combattre le fascisme – n’avait fait l’objet jusqu’à présent que de très peu de travaux historiques. Il s’agit pourtant d’une dimension majeure de l’histoire de l’antifascisme et des engagements internationalistes féminins.

À l’initiative de l’ACER (Amis des combattants volontaires en Espagne républicaine) et de partenaires institutionnels et universitaires, l’ouvrage ¡Solidarias! met en valeur cette mobilisation solidaire, humanitaire, militaire et sanitaire de centaines d’étrangères. Organisé par thématiques, il couvre de nombreux aspects tels que les enjeux historiographiques du sujet, l’observation comparée des femmes dans les différents contingents de volontaires et l’engagement féminin au sein de la mobilisation transnationale autour de l’Espagne, ainsi que la partition des intellectuelles étrangères. Il est proposé ici une mise à jour essentielle de la recherche historique sur la place des femmes dans les solidarités antifascistes et de leur rôle dans le volontariat international.

Éditeur : Presses universitaires de Rennes Collection : Histoire Lieu d’édition : Rennes Année d’édition : 2022 Publication sur OpenEdition Books : 10 mai 2022 EAN (Édition imprimée) : 9782753582774 EAN électronique : 9782753587328 DOI : 10.4000/books.pur.162646 Nombre de pages : 252 p.
https://books.openedition.org/pur/162646?lang=fr#book-more-content-presentationfull

Sur Edouard Sill, à revoir : http://demainlegrandsoir.org/spip.php?page=article&id_article=1826

Exposition à Argeles sur Mer – La boîte rouge d’Antoni Campañà – Un trésor photographique de la Guerre d’Espagne (1936-1939).

Du 3 septembre au 29 octobre 2022 Galerie Marianne, espace Liberté (rue du 14 Juillet) à Argeles sur Mer. Ouverture : du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h. Entrée libre : Après l’exposition Robert Capa (automne 2021), le Mémorial du camp d’Argelès-sur-Mer vous invite à marcher dans les pas d’un autre photographe de la Guerre d’Espagne : Antoni Campañà. Du 3 septembre au 29 octobre, la Galerie Marianne exposera, pour la première fois en France, soixante-dix-sept tirages exhumés de deux boîtes rouges cachées par le photographe il y a quatre-vingt ans. Plus qu’une exposition, La boîte rouge d’Antoni Campañà est une chronique inédite de la Guerre d’Espagne. Un trésor photographique sorti de l’oubli : Antoni Campañà i Bandranas (1906-1989) fut un des plus grands photographes pictorialistes catalans. Républicain, catalaniste et catholique, ce photographe et photoreporter a renseigné au plus près les trois années de guerre en Catalogne, en travaillant notamment pour la presse anarchiste puis comme chauffeur pour l’armée de l’air. Après toute cette tourmente, traumatisé par la guerre, Antoni Campañà va volontairement enfouir cette œuvre, la dérober à toute vue, sans la détruire. Ce n’est qu’en 2018 que sa famille découvre près de 5 000 photographies dans deux boîtes rouges, bien cachées depuis de près de 80 ans dans sa maison barcelonaise. Cette collection couvre tout le cycle de la guerre à Barcelone et en Catalogne républicaine : depuis le coup d’État raté et la révolution anarchiste de 1936,jusqu’à la victoire de Franco et aux empreintes de la Retirada sur les routes de l’exil vers la France en 1939. À voir, pour la première fois en France, à Argelès-sur-Mer : Soixante-dix-sept de ces tirages d’une grande force graphique et historiographique sont à découvrir pour la première fois en France, à Argelès-sur-Mer. Coordonnée par l’historien Arnau Gonzàlez i Vilalta et Antoni Monné Campañà, neveu du photographe, cette exposition montre différents aspects de la guerre et offre un regard inédit sur l’un des conflits majeurs du XXe siècle qui fut à la fois un déluge de feu et d’images. Une chronique de cette société catalane, essentiellement barcelonaise, qui a sombré au milieu des utopies et des drapeaux contradictoires, à “lire” sur les cimaises de la Galerie Marianne, du 3 septembre au 29 octobre. Vernissage et chants de l’exil espagnol, le 2 septembre : Vendredi 2 septembre, à 18h à la Galerie Marianne : inauguration de l’exposition et tour de chants dans les pas de l’exil espagnol par la chorale Les Voix Libres.

Source : https://www.le-journal-catalan.com/exposition-a-argeles-sur-mer-la-boite-rouge-dantoni-campana-un-tresor-photographique-de-la-guerre-despagne-1936-1939/111145/?fbclid=IwAR2InmnHztVWA5uPloPssaYonHc_97iqFYc06RaTynMwah2LfrPnqia-t_s

Faire vivre les mémoires et les valeurs des Républicains espagnols exilés

%d blogueurs aiment cette page :