Archives de catégorie : Actualités

Disparition de Almudena Grandes

Bonjour à toutes et à tous,

La nouvelle est tombée samedi dernier dans l’après-midi : Almudena Grandes s’en est allée.

C’est comme si nous étions restés orphelins. Avec le cœur gelé.

Le 10 octobre, Almudena s’est excusée auprès de ses lecteurs d’avoir été absente à cause de sa maladie. Humble, oui elle l’était, pour demander pardon d’être malade et de ne pas pouvoir les accompagner. « Et m’excuser au passage, par avance, pour mon silence et mes absences futures. Car je ne voudrais pas que quelqu’un s’inquiète à nouveau de ne pas me retrouver dans un endroit où nous nous sommes rencontrés d’autres fois ». Elle a également remercié ses lecteurs pour leur liberté, « car grâce à votre soutien je peux écrire les livres que je veux écrire, et non ceux que les autres attendent de moi ».

Aujourd’hui est un jour triste, pour les amoureux de la littérature, de la littérature engagée auprès du peuple. La plus grande est partie, et nous a laissés orphelins.

A l’occasion de la venue de Pedro Sanchez à Montauban en février 2019, Almudena Grandes l’accompagnait, et nous avons eu l’honneur d’échanger avec elle quelques instants.

¡ Hasta siempre, Almudena !

Le bureau de Caminar

PS 1 : Voici un lien sur les funérailles de Almudena qui ont eu lieu aujourd’hui : https://www.youtube.com/watch?v=lFVcVUtmweo

PS 2 : Ci-dessous, vous trouverez un texte de Antón Castro, journaliste et écrivain de Zaragoza, intitulé « Un dialogo con Almudena Grandes ».
UN DIÁLOGO CON ALMUDENA GRANDES (1960-2021)

He entrevistado en bastantes ocasiones a Almudena Grandes. Conservo un gran recuerdo de una entrevista extensa que le hice en el hotel Palafox con motivo de la novela ‘El corazón helado’. La recupero aquí, el día en que Almudena Grandes, una poderosa narradora, acaba de fallecer a consecuencia de un cáncer. Esta mañana, en Alcañiz, una amiga suya me dijo que Almudena se había puesto muy malita. La foto es de otro gran amigo: Asís G. Ayerbe. Una de las consultas más surrealistas que he tenido en mi vida fue suya, por medio de Luis Alegre: quería saber cuántos títulos de Liga tenía su equipo del alma, el Atlético de Madrid. Debió ser hacia 2013-2014, cuando el equipo tenía diez títulos.

-« Me acordé de ‘Teruel Existe’ y me dije: la abuela Anita será de un pueblo de Teruel »
-« No he hecho una novela histórica. Es una novela de amor en el presente, de la memoria sentimental de España »
-« Ortega, cuando volvió a España, denunció ‘la indecencia generalizada, la corrupción’. También hablo de todo eso »
-« En ‘El corazón helado’ está la huella de Aub y de las ‘Crónicas del alba’ de Sender por su tono memorialístico »
Uno nunca sabe cuándo empieza la historia de una vocación. La de Almudena Grandes (Madrid, 1960) tal vez se remonte a finales de los años 60 y a una versión abreviada de Homero que le regaló su abuelo para su primera comunión. Luego, se hizo escritora bajo la sombra de Benito Pérez Galdós, al que reivindica sin parar (« algún día escribiré mis ‘Episodios Nacionales », dice), Marcel Proust, Jane Austen, « Mujercitas » (de este libro sentimental extrajo uno de sus credos: « Escribe de lo que conoces ») o de novelas que siempre recomienda como « Bella del Señor » de Albert Cohen. Mario Vargas Llosa es otra de sus predilecciones.

Libro a libro, Almudena Grandes se ha convertido en una narradora poderosa, casi apabullante, con un mundo propio que aspira « a ser coherente ». Declara una y otra vez que le encantan los folletones decimonónicos, las grandes historias de amor, la ambientación meticulosa, esos personajes complejos y trabajados en su psicología. Se siente ante todo « una contadora de historias », alguien que posee auténtica pasión por el lenguaje, por las palabras y sus matices, por la vida, de ahí que diga que « tengo una inclinación espontánea al desparrame. Y eso lo he percibido más que nunca en ‘El corazón helado’. Tenía tantas cosas que contar, había tantas historias y personajes que si no me hubiera contenido (me he ralentizado incluso en el erotismo), si no me hubiera sujetado, me habrían salido más de 3.000 páginas. Eso sí que me preocupaba durante la escritura. Habrían sido demasiadas páginas ».

Almudena Grandes mira al editor de Tusquets, su editorial de siempre, Juan Cerezo, y sonríe como ella lo hace: derramándose, con picardía y vitalidad, con esa carcajada y sonora que lo invade todo. Las más de 900 páginas de « El corazón helado » (Tusquets) seducen a miles de lectores.

Revela: « El corazón helado’ me ha llevado más de cuatro años de trabajo. Estuve documentándome durante año y medio. Leí libros de casi todo: de la Guerra Civil, de la II República, de la División Azul, y no sólo a los historiadores y especialistas que cito, sino muchas memorias y autobiografías que se publicaban en pequeños ayuntamientos, también aragoneses, porque ahí veía historias humanas maravillosas y emocionantes, y eso es algo que me interesa mucho. Y luego empleé dos años y medio más en la escritura. Eso sí, cuando me pongo a escribir ya sé cómo va a ser todo. Conozco todas las escenas, todos los personajes, como si fuera un plano de arquitectura. La estructura es muy importante en mis libros, y aquí era compleja por muchas razones ».

El amor y las sombras del pasado

Almudena Grandes es reflexiva y torrencial a la vez. Vive tanto sus libros, habla tanto de ellos, que parece tenerlos muy claros. Se asoma a sus ficciones como quien se inclina sobre un río diáfano y se refleja con nitidez en todos sus rasgos y pliegues, con las subtramas más íntimas de la invención y de la sangre. « Yo no quería hacer una novela histórica, aunque la historia de España sea muy importante aquí. Ésta es una novela sobre la memoria sentimental de España, una novela del presente cuyos personajes, para resolver y acotar mejor el momento en que viven, indagan en el pasado -subraya-. Entiendo que es una novela sobre la memoria, no es una novela política tan sólo, y mucho menos un panfleto. Lo tengo muy claro. No es por tanto una novela de la Guerra Civil española, o de la II República, o del exilio, o de las peripecias de la División Azul. Todo está ahí, forma parte de la vida de los personajes, pero yo creo que mi novela es sobre todo una historia de amor que se desarrolla en 2005 ».

Los dos personajes centrales, Álvaro y Raquel, indagan en los secretos de familia, desempolvan recuerdos, álbumes, fotos viejas, que es algo que resulta muy atractivo. Álvaro Carrión, el protagonista, pregunta, « necesita saber quién era su padre, y esa necesidad de saber es uno de los elementos novelescos fundamentales del libro ». También la escritora investigó en algunos secretos de su propia familia: la historia de su abuelo materno, capitán de Ingeniería, que se sumó a los golpistas del 18 de julio. « Una vez concluida la guerra, lo mandaron a Regiones Devastadas. Y estuvo allí un tiempo, pero un día, sin que se supiera la razón, dimitió de su cargo, abandonó el ejército y se marchó a trabajar a la empresa privada. Yo siempre he pensado que no pudo superar la corrupción que vio, la indecencia. Mi abuelo ha inspirado la creación del personaje Eugenio Sánchez Delgado ».

Recuerda la autora que otro tema fundamental de su novela « es algo que denunció José Ortega y Gasset cuando volvió a España: ‘La indecencia generalizada. La corrupción ». Almudena Grandes explica que ella no quería volver al tema de preguntarse quiénes eran los buenos y los malos. « Me molesta que algunos escritores contemporáneos se acerquen a la Guerra Civil con la mentalidad de hoy. Quieren aplicar la visión contemporánea de lo políticamente correcto y crean personajes que no se daban en la época, más radicales y con un alto nivel de militancia política y sindical, y acaben concluyendo que ‘todos fuimos culpables de la Guerra Civil’. Yo tengo clarísimo quiénes eran los ‘malos’. España era un país soberano, democrático, con las reglas claras y explícitas, un país que creía en la justicia, en la libertad, en la igualdad y en el progreso. Y contra eso se levantaron cuatro generales. Ahí están los malos. Y a mí me interesa contar cómo eran », señala.

Destellos de guerra en la paz

Recalca que se narran destellos de la violencia que se vivió, « de sobras conocida y contada, por eso no he querido ensañarme. No podemos olvidarnos que no existe ningún país que, en tiempos de paz, tuviese una represión física tan brutal como la del franquismo. Eso es algo que no se dio con tanta contundencia en la Alemania de Hitler en tiempos de paz. Y eso está en el novela, que es un libro de ficción, claro está, inventado por mí, una novela de la que soy responsable, pero muchas de las cosas que se cuentan ocurrieron de veras: el entierro de gente viva en Canarias, la historia de la madre de Rosana Torres: embarazada de cuatro meses -con dos hermanos fusilados, su marido condenado a muerte y sus padres en la cárcel- fue a su casa de Valencia, de la que se había adueñado el hombre que había denunciado a sus padres. Le pidió su propia máquina de coser para ganarse la vida. Le dijo que no. Pidió que le dejase llevarse su ropa, y le contestó que no. Pidió que le permitiese llevarse su ropa interior, ‘porque mis bragas no os las vais a poner, ¿verdad?’. Y volvió a decirle que no. Éste es un libro sobre nuestro patrimonio común ». Los hechos reales son glosados en un puñado de páginas de notas de autor, donde hay agradecimientos, evocaciones y algunos casos terribles.

A Almudena Grandes le gusta decir que cree mucho en la « trayectoria de autor. Más que escribir una novela histórica ahora, luego una policíaca, más tarde otra de otro tipo, que se puede hacer, claro está, a mí me preocupa que cada novela explique o justifique la anterior y a la vez sugiera o avance la sucesiva -matiza-. ‘El corazón helado’ está implícito en otros libros míos más o menos testimoniales, especialmente en ‘Los aires difíciles’ (Tusquets, 2002), que narra la historia de una niña que nace en 1947 y que crece en los años 50 y 60 ».

Todas sus novelas nacen de una imagen, « que busco, que persigo. En cuanto la tengo, empiezo a escribir ». En abril de 2002, un día de cielo azul y eléctrico, Almudena Grandes fue al cementerio de Las Rozas al entierro del padre del escritor Benjamín Prado. Vio, desde una leve distancia, dos estampas: la de los familiares del escritor, que combatían el frío, y la de los serranos que iban de manga corta. Las mujeres parecían haberse puesto una chaqueta sobre la bata. Y de repente, vio como una joven vestida de blanco, con botas, aparecía entre la gente. No habló con nadie y se fue.

« Aquella imagen me puso en marcha. Era algo muy literario. Empecé a pensar quién podía ser, imaginé que hablaba con el hijo del muerto y que conocía al muerto. Así ya tenía el triángulo de personajes principales. Y entonces, recordé también algo que me había contado mi amiga Laura García Lorca, sobrina del poeta y nieta de su padre Federico, que se marchó al exilio. Don Federico pidió a un amigo que se hiciera cargo de sus tierras, y lo estafaron. Le dejaron sin nada. Y eso me dio otra idea clave. El muerto de ficción era Julio Carrión, un hombre que había combatido en los dos bandos y en la División Azul, y que acabó convirtiéndose en rico tras traicionar a un amigo, en un auténtico hombre de negocios con una gran fortuna, tras traicionar a un amigo ».

El héroe, el seductor y Teruel existe

Ese amigo era Ignacio Fernández, el abuelo de la joven Raquel Fernández, la muchacha de blanco que cruzó el cementerio como una aparición, y está casado con Anita, nacida en Teruel. La relación entre Julio Carrión e Ignacio Fernández es fundamental en el libro: ambos encarnan a las dos Españas, dos formas de vida, son antagonistas. Julio es un seductor sin escrúpulos, un superviviente taimado, e Ignacio representa al « héroe a la fuerza, al héroe a su pesar ». Fueron amigos, pero uno de ellos traiciona al otro. « Éste es un libro de traiciones: la traición de Julio hacia Ignacio es determinante. Pero aquí hubo muchas traiciones: hubo traición a un sistema democrático legal, hubo traición a los combatientes antifascistas, que fueron traicionados por los aliados, posteriormente por los norteamericanos, por la propia España en la Transición democrática. Era lógico que, ante tantas adversidades, se preguntasen si no era España un país maldito ».

En la novela hay varios personajes aragoneses: la citada abuela Anita, esposa de Ignacio Fernández, « que nació en Teruel y que es el personaje al que todo le sale bien. Es de un pueblo, que no quiere recordar, de la sierra de Albarracín. A mí me gustan los apellidos sencillos: González, Fernández, Muñoz, Rodríguez, y además quería que hubiera gente de todo el país. Y entonces me acordé de aquello de ‘Teruel Existe’. y me dije: la abuela Anita será de Teruel. Y también está un compañero, Ansó, que huye con Ignacio del campo de Albatera. Y otro personaje que me gusta mucho es una madrina de guerra de Zaragoza. Me encantan las madrinas de guerra. Son criaturas muy literarias. Y hay por ahí algún otro aragonés de Zaragoza ».

También asegura que el libro reconoce la labor de los exiliados, cómo conservaron la idea de España y cómo fueron capaces de transmitirnos su cultura, sus creaciones. « Mantuvieron la identidad y su amor por España. Para un estudiante, Luis Cernuda es un poeta español. O Rafael Alberti. Y por supuesto Antonio Machado. A mí me gusta mucho Benito Pérez Galdós, claro, me gusta recuperarlo ahora que todo el mundo lo detesta. Pero es evidente que en ‘El corazón helado’ está la huella de Max Aub, de Paulino Massip o de las ‘Crónicas del alba’ de Sender, en la elección de tono memorialístico, en el repaso a toda una época convulsa de España ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Almudena_Grandes

RECHERCHE DESCENDANTS DE GABRIEL ALVAREZ ARJONA

Ci-dessous un échange de messages pour la recherche de descendants de Gabriel Alvarez Arjona en France. Janine Molina de Ay Carmela de Bordeaux nous donne de premières pistes. Nous sommes preneurs d’autres informations pour aboutir à cette recherche

S y R
Luis

Reçu d’Isabel de Madrid

Hola, buenas noches.
Jesús y yo queremos pediros un favor.
Estamos buscando descendientes de Gabriel Álvarez Arjona, natural de Madrid, estuvo en el campo de concentración de Neuengamme. Sobrevivió y se quedó a vivir en Francia.
En Arolsen hay algunas pertenencias suyas y nos gustaría que sus familiares pudiesen recuperarlas.
Hemos localizado una rama de la familia aquí en Madrid y otra en Australia. Pero querríamos descartar que hubiese tenido hijos y hubiese una rama más directa.
Si podéis averiguar algo os lo agradecemos.”

Adressé à TML
Bonjour 
Je me présente Luis Lopez je réside en Touraine et suis membre de Retirada37 association adhérente à Caminar. Une amie de Madrid m’a envoyé le message ci-dessous de recherche de famille d’un déporté républicain espagnol. Mar y Luz Cariño López une amie adhérente de notre association m’a conseillé de vous contacter pour que ce message soit largement porté dans les associations de Caminar ou par tout moyen.
Je vous remercie pour tout ce que vous pourrez faire
S y R
Vous pouvez m’adresser vos réponses si vous le souhaitez
à Luis López 
luis.a.lopez@wanadoo.fr

Réponse de TML

Merci, je diffuse à toutes nos adresses française et espagnoles et autres…
 
Monique Demay Pour TML

première réponse
Bonjour,
Peut-être que le document que j’ai élaboré pourrait vous être utile…
Très  imparfait il ne demande qu’à être amélioré grâce à vos contributions.
Le site de AROELSEN m’a fourni pas mal de renseignements sur mon oncle Juan Molina Olmos mort/assassiné à Mauthausen.
En revanche je n’ai rien trouvé sur ma sœur qui est morte bébé et enterré dans une fosse commune entre Los Olivares (prés de Granada) et Jaen.
Bon courage.
Un saludo fraterno. 
Janine Molina 
Ay Carmela Bordeaux 
Janine Molina Lagunas. Novembre 2021
Pour rechercher un de nos proches :
France.Archives. Les réfugiés de la guerre d’Espagne en France :
https://francearchives.fr/article/239450434
et tout particulièrement :
Les Archives de l’Aude ont mis en ligne les listes et les fiches individuelles de réfugiés
espagnols internés dans les camps de Bram, Couiza et Montolieu :
https://archivesdepartementales.aude.fr/les-archives-des-camps
Les Archives des Pyrénées-Orientales, la base nominative des camps d’internement du
département pour la période de septembre 1939 à novembre 1942 :

Les ressources sur les camps d’internement


France. Les réfugiés en France à la suite de la Guerre civile espagnole (1936-1940)
https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/cms/content/helpGuide.action;jsessioni
d=CC0EA3FC9D3A59E5A6B95C4E773BD2CF?preview=false&uuid=5329796d-b79d-4ee2-
aa21-c229c0b01e46
Espagne. Buscar combatientes.
https://buscar.combatientes.es/
Espagne. Sources proposées par
https://www.culturaydeporte.gob.es/cultura/areas/archivos/mc/archivos/cdmh/bases-de-dato
s.html
En Allemagne, la ville de Bad Arolsen abrite la plus grande collection d’archives au monde
documentant les victimes et les survivants du régime nazi. Malgré son inscription au
programme de l’UNESCO Mémoire du monde, l’existence de cette collection n’est toujours
pas connue du grand public.
https://arolsen-archives.org/fr/rechercher-decouvrir/recherche-dans-les-archives-en-ligne/
Bon courage…
Bien fraternellement…

Durruti dans le labyrinthe. Qui a tué Durruti ?

Traduction de l’entretien donné par Miguel Amoros à Cazarabet-El Sueño Igualitario à l’occasion de la réédition de son livre « Durruti dans le labyrinthe. Qui a tué Durruti ? »

– Miquel, on a beaucoup écrit sur Durruti : le révolutionnaire, le revendicatif, le premier à faire un pas en avant… Qu’est-ce que ce « nouveau regard », le tien, apporte à cette « figure » de l’anarchisme, des idées libertaires et du mouvement libertaire en Espagne… ?

Mon intention en écrivant « Durruti en el laberinto » [Durruti dans le labyrinthe] était de démythifier le personnage et le situer dans son moment historique. Démonter un mythe idéologique, création « organique » d’un appareil bureaucratique effectif, pour rendre à l’individu réel son identité anarchiste et révolutionnaire, visible dans tous les aspects de sa pratique quotidienne. À cette fin, j’ai reconstruit presque jour après jour ses cinq derniers mois de vie.

– J’avais plusieurs grands-parents qui avaient perdu la guerre et à plusieurs reprises certains d’entre eux m’ont dit : « Ah ! Comment aurait tourné la guerre si Durruti n’avait pas été tué ? » Qu’est-ce que tu en penses ?Retour ligne automatique

Le dénouement de la guerre ne dépendait pas d’une seule personne, aussi charismatique fût-elle. Dans tous les cas, on peut risquer la conjecture que le recul de la révolution n’aurait pas été aussi rapide, que la stratégie de la CNT n’aurait pas été aussi défaillante et que la stalinisation de la République n’aurait pas été si profonde. Pour autant, Durruti vivant, un facteur de défaite comme celui de la démoralisation énorme qui s’est produite après sa mort et à partir de 1937 n’aurait pas pris une telle envergure.

– Et qu’en aurait-il été du processus révolutionnaire… si Durruti n’était pas mort… En quoi aurait-il consisté ?

Il n’y a pas de doute sur le fait qu’on aurait essayé d’acheter Durruti avec une fonction militaire type chef de division ou quelque chose de ce style. Comme pour Mera. Dans tous les cas, le premier pas de la contre-révolution, la militarisation des milices, se serait faite une fois celle-ci réalisée, dans d’autres conditions. La CNT ne se serait pas soumise aux « circonstances » aussi gaiement. D’un autre côté, les attaques de la division de Líster contre les collectivités aragonaises auraient été inconcevables avec Durruti en Catalogne ou en Aragon.

– Les gens, en novembre 36, commencèrent à se demander qui avait tué Durruti et quelques interrogations restent ouvertes… Avec les années passées, y voit-on plus clair ?

Il y eut une conspiration des Soviétiques pour faire sortir Durruti du front d’Aragon et « désactiver » là-bas l’influence anarchiste. Des documents le prouvent. Quant à sa mort, on sait avec certitude que la version officielle de la balle perdue était aussi fausse que la version confidentielle du tir accidentel de son « naranjero ». Durruti a été tué de près, par derrière, probablement par un groupe de miliciens qui fuyaient la bataille. Que cette rencontre fût fortuite ou provoquée, on peut en avoir l’intuition mais pas le démontrer. [1]

– Durruti était-il pour tous, les uns comme les autres, plus un ennemi en tant qu’élément révolutionnaire et partisan d’un soulèvement social qu’un ennemi pour les militaires rebelles… ?

La contre-révolution, avec les communistes à sa tête en Espagne, considéraient Durruti comme un obstacle pour la création d’une armée régulière avec une discipline de caserne, des galons à la pelle, et un sommet hiérarchique hors de contrôle des organisations ouvrières. En plus on avait peur de ses projets de « reconstruction libertaire » au front et à l’arrière-garde, qu’on qualifiait d’expérimentations utopiques et insensées.

– L’important était de faire front à l’abus de pouvoir face à ceux qui avaient toujours eu moins, face à l’ouvrier, au travailleur, à l’agriculteur, au salarié… et faire une société égalitaire… Ce qui était important, c’était la révolution, et avec le soulèvement ce fut le bon moment… Ce n’est pas ça ?

Les responsables de l’organisation confédérale ne l’ont pas vu comme ça, qui dès le début se sont prononcés pour la collaboration dans des organismes hybrides avec d’autres forces politiques et appelèrent instamment les militants à retourner au travail et à ne pas aller plus loin.

– Je pense, pour le peu que j’en ai lu, discuté et dialogué que si des personnes comme Ascaso, Durruti n’étaient pas mortes… le printemps de 1937 à Barcelone (l’écho s’est étendu plus loin) ne se serait pas déroulé comme cela l’a été… Peut-être n’aurait-il même pas eu lieu de la manière dont on l’a « fabriqué » ?

J’insiste sur le fait que les personnes, aussi importantes qu’elles puissent devenir, ne sont que des personnes. Les journées de 37 auraient eu lieu sous une forme ou une autre. Déjà quand Durruti était vivant, un événement similaire s’était produit à Valence à la suite de l’enterrement d’un milicien de la Colonne de Fer. D’un autre côté, des personnes dotées d’un prestige indiscutable comme Federica Montseny et Juan García Oliver ont perdu toute crédibilité avec leur appel au « cessez le feu ! ». Évidemment, avec Ascaso et Durruti parmi les ouvriers derrière les barricades, la défaite de la révolution n’aurait pas été consommée. Leur abandon n’aurait pas impliqué, par exemple, la dissolution des Comités de défense et des Patrouilles de contrôle, l’emprisonnement massif des libertaires et l’écrasement du Conseil d’Aragon.

– On dit souvent, toujours contre les idées anarchistes et libertaires, que ce sont eux qui mirent sur la table : « la révolution ou gagner la guerre »… Mais moi, je le vois plus depuis une autre perspective : pourquoi ne nous demandons-nous pas si ce n’étaient pas ceux qui craignaient les idées anarchistes et le développement de la révolution qui déclenchèrent deux guerres, une qui sabotait la révolution et l’autre qui essayait (comme dans un monologue) de gagner la guerre… Qu’en dis-tu ?

Le soulèvement des masses contre les militaires rebelles chassa l’État et les propriétaires de plusieurs lieux où la révolution gagnait rapidement : terres agricoles, usines, services publics, milices, santé, éducation… Cependant, les structures étatiques restèrent debout et grâce aux organisations libertaires elles purent se reconstituer en peu de mois. Les forces qui souhaitaient le retour à l’ordre d’avant le 19 juillet recoururent à la consigne « la guerre d’abord, la révolution ensuite ». Ceci signifiait, pour un État renforcé de sa propre armée et de sa propre police, récupérer le contrôle et liquider les conquêtes révolutionnaires en premier lieu par la voie de la nationalisation. La première phase du processus se déroula pendant le gouvernement de Largo Caballero : la deuxième pendant la période de Negrín.

– Les colonnes Durruti qui se dirigeaient vers Madrid faisaient-elles si peur ?… (Je te pose la question en pensant aussi bien aux militaires rebelles qu’aux communistes… Parce qu’ils auraient aussi bien pu tenter de consolider le front pour « prendre Saragosse », mais à un moment déterminé, ils s’en vont et se foutent dans le labyrinthe du front de Madrid et de la Cité Universitaire, excuse-moi mais concernant tout ceci j’ai beaucoup de questions en suspens). Que peux-tu nous en dire ?Retour ligne automatique

L’arrivée de Durruti à Madrid fut assez discrète et n’eut pas trop d’écho dans la presse, pas même dans la libertaire. Il n’y a pas eu d’arrivée triomphale ; ceci fut un montage de propagande a posteriori, et relève des disputes médiatiques entre les hiérarchies communistes et confédérales. Durruti est resté bloqué à 35 kilomètres de Saragosse par manque de munitions, d’armement, de formation en artillerie et de couverture aérienne. Moi, j’ajouterais également par manque de combattants (sa colonne ne disposait de guère plus que six mille, soit une cinquantaine de centuries). Le gouvernement n’a pas voulu les lui donner car il ne voulait pas armer « la FAI ». La diplomatie soviétique avait saboté tous les achats parce qu’elle ne voulait pas non plus que les milices anarchistes soient bien armées. Durruti est allé à Madrid parce qu’à l’intérieur de la CNT on l’avait convaincu qu’une intervention remarquée là-bas lui fournirait les armes qui faisaient défaut en Aragon. Mais il est parti avec seulement mille deux cents hommes (plus trois cents recrutés par Estat Català) et aucune des autres colonnes catalanes présentes qui lui avaient été assignées n’a voulu combattre sous ses ordres. Le résultat fut qu’avec des forces réduites, fatiguées par le voyage et inaccoutumées au combat sous le feu aérien et de l’artillerie, il dut colmater avec courage une brèche dangereuse sur un front tenu par cinquante mille miliciens et soldats. Ce ne fut pas une mission pour se faire valoir, mais bien plus une mission suicide. Ceux qui avaient tiré les ficelles pour l’envoyer là-bas ne pouvaient pas l’ignorer.

– Quelle empreinte profonde le stalinisme et ses hommes ont-ils laissée dans cette Espagne de la Guerre Civile ?

Dès septembre 1936 le stalinisme s’investit à fond dans la République espagnole. Les armes qu’il fournit lui permirent de diriger les opérations de guerre, de contrôler les services secrets, de faire la promotion du Parti communiste, de poursuivre les dissidents et d’en finir avec la suprématie anarcho-syndicaliste. La révolution espagnole fut sacrifiée et les révolutionnaires persécutés et assassinés parce que la politique extérieure soviétique d’alliance avec les démocraties bourgeoises réclamait en Espagne l’existence d’une République autoritaire et bourgeoise. Le stalinisme a laissé derrière lui une empreinte autoritaire, de la perfidie, du double jeu, des mensonges, de la manipulation et des crimes, en définitive du totalitarisme. Les partis communistes héritèrent de leurs méthodes et, dans la mesure de leurs possibilités, les appliquèrent.

– Y a-t-il eu trahison, directe et indirecte, dans l’assassinat de Durruti ? Le gouvernement et les manœuvres de Staline et de ses hommes étaient-ils derrière… ?

On peut affirmer catégoriquement que les agents de Staline conspirèrent pour écarter Durruti du Front d’Aragon. Le chef du gouvernement se prêta à cela de manière consciente ou inconsciente. Certains ministres également. Le Comité national de la CNT et le Comité péninsulaire de la FAI s’y employèrent chacun, à des fins politiques, peut-on supposer.

– Les désaccords qu’il y a eu à l’intérieur de la CNT lorsque certains prirent position pour faire partie du gouvernement, dans ce que l’on pourrait qualifier de « bureaucratisation » de la CNT, et que d’autres y étaient très opposés… Les épisodes de désaccord furent amers, il y eut ce que l’on pourrait considérer comme des « gros mots »… Cela a pu avoir une influence sur sa mort… On ne peut pas cesser de penser à ce que tu nous rappelles dans le livre : que Mariano Rodríguez Vázquez, Marianet, alors secrétaire général de la CNT, « avait réuni tous les témoins et les avait enjoints de garder le silence », et tu conclus « que Durruti fut tué par ses camarades ; ils l’ont tué en corrompant ses idées ».

Durruti ne s’est pas prononcé publiquement sur l’entrée de la CNT dans le gouvernement républicain, comme il ne l’a pas fait sur l’entrée dans le gouvernement catalan. Il le fit cependant contre le sale jeu de l’arrière-garde (cf. son célèbre discours radiophonique du 5 novembre). Sa mort fut d’une certaine manière profitable au développement de la bureaucratie anarchiste. D’entrée, elle servit pour que la direction de la CNT se prononce sans ambages en faveur de la militarisation des colonnes libertaires ; ensuite pour lui faire tenir des propos qui incitaient à renoncer à la révolution et aux principes libertaires au profit de la guerre. La CNT-FAI se bureaucratisa au fur et à mesure qu’elle s’intégrait dans les institutions étatiques, que la guerre devenait plus problématique, et que le prolétariat espagnol restait isolé, se voyant contrainte à un changement brusque d’orientation et à un rapprochement avec les communistes. La guerre de classes fut enterrée au profit d’une guerre d’indépendance. Les miliciens cessèrent de lutter pour leurs intérêts de classe pour le faire en défense de la « nation ». Leurs ennemis n’étaient plus les bourgeois, les curés et les militaires, mais les « envahisseurs étrangers ». Le verbiage mystificateur des dirigeants libertaires transforma Durruti en un héros prolétaire, en un caudillo national, un mythe populaire, et un militaire xénophobe. Ce fut là qu’ils le tuèrent pour la seconde fois.

Sussanna Anglès Querol, 26 mars 2015. (Traduction réalisée par les Giménologues).

http://gimenologues.org

« Durruti dans le labyrinthe. Qui a tué Durruti ? » de Miguel Amoros, paru chez Virus fin 2014

[1] [Pour notre part, nous ne trouvons au fil du temps que des éléments qui vont dans le sens de notre hypothèse : celle de la responsabilité – volontaire ou non – du sergent Manzana : cf. « Á la recherche des Fils de la nuit », note 53 (réédition à paraître chez Libertalia en 2016), et notre article : article 612.

http://www.memoire-libertaire.org/Durruti-dans-le-labyrinthe-Qui-a-tue-Durruti?fbclid=IwAR3MZu0tAHjUnqV68nReMKWpl156Fv-d01u-G-CgEYZmQ7d08ypKYATqgp4

« FEMMES ESPAGNOLES EN RÉSISTANCE, FEMMES LIBRES ET ENGAGÉES » DEUXIEMES RENCONTRES FRANCO-ESPAGNOLES MONTPELLIER 30 NOVEMBRE ET 2-3-4 DECEMBRE 2021

L’association Voix de l’extrême Poésie et Culture organise les deuxièmes rencontres franco-espagnoles sur le thème « Femmes espagnoles en résistance, femmes libres et engagées » à Montpellier du 30 novembre au 4 décembre 2021 .

A leur arrivée en France en 1939, des femmes espagnoles ont connu les conditions difficiles de l’exil. Internées dans les camps de la honte, elles n’ont pas hésité à manifester derrière les barbelés pour exiger des droits fondamentaux.

Installées précairement dans la Région Occitanie Midi-Pyrénées, elles se sont engagées comme résistantes dans la lutte contre le fascisme en rejoignant des résistants français et espagnols durant la deuxième guerre mondiale comme Sara Berenguer, Mercédez Nuñez Targa, Conchitas Ramos, Hermina Munoz résistante en Ariège et bien d’autres femmes encore.

Certaines, ont été déportées, ont connu l’horreur des camps nazis. L’une d’entre elle, Mercedez Nuñez Targaen témoignera lors du procès de tortionnaire à Carcassonne.

D’autres ont mis leurs compétences et leur engagement à la disposition des institutions françaises sanitaires, comme par exemple l’a fait à Toulouse Amparo Poch Gascon notamment à la croix rouge ou à l’Hôpital de Varsovie, ou ont poursuivi des actions culturelles, politiques, d’éducation populaire dans les villes et les villages où elles se sont installées…

Dans les années 1930, avant la guerre d’Espagne, la plupart de ces militantes étaient déjà engagées en Espagne dans des mouvements féministes, comme celui des « Mujeres Libres », de lutte contre le fascisme, dans des syndicats ouvriers, des partis politiques. Elles fréquentaient les Ateneo, véritable lieu de culture, de formation, d’apprentissage où certaines forgèrent leurs idées en faveur de l’émancipation des femmes…Comme par exemple Sara Berenguer, poète, résistante et militante dans le Biterrois, Sucesso Portalès qui vécut également à Montady, Lucia Saornil, poète et peintre, initiatrice du Mouvement Mujeres libres avec Amparo Poch exilée à Toulouse.

Alors que ces femmes ont joué un rôle majeur en Espagne puis en France, elles sont le plus souvent les OUBLIÉES DE L’HISTOIRE et pourtant, elles ont forgé la nôtre.

En 2021, les deuxièmes rencontres franco-espagnoles leur seront consacrées pour leur rendre un hommage en soulignant leur engagement et leurs apports dans notre région.

En partenariat avec la Région Occitanie-Midi-Pyrénées, l’équipe du RESO de l’université Paul Valéry Montpellier 3, la Maison des relations internationales de Montpellier, La ville de Montpellier,

Voces del extremo Moguer (Huelva) et La Fundación Juan Ramón Jiménez Moguer (Huelva)

et

Le lycée Victor Hugo de Lunel

Le lycée Jules Guesde Montpellier

L’association Mémoire en résistance en Ariège – solidarité transfrontalière MRAST

L’association FFREEE Argelès sur Mer

L’observatoire de la laïcité (Olaïc 34)

Les archives départementales de l’Hérault

Radio FM+

La Maison de l’Europe Montpellier

En cours :

le CCMCAS 34

Le centre toulousain de documentation sur l’exil espagnol

https://voixdelextremepoesieetculture.blogspot.com/

LE CAMP D’AGDE

Lieux de mémoire incontournable de l’histoire de la ville au XXe siècle, le monument du camp d’Agde se tient aujourd’hui à l’intersection de la route des 7 Fonts et de la rue Jean Moulin, près du collège René Cassin. Inauguré en 1989, il marque symboliquement l’entrée du camp et rend hommage à toutes les nationalités qui y vécurent.

L’armée décida la création du camp en 1939, pour faire face à l’arrivée massive des réfugiés de la Retirada. Les premiers Espagnols arrivèrent à Agde le 28 février. Au mois de mai ils étaient 25 000 dans des baraques de bois, sur un terrain de 30 hectares. En septembre 1939, seuls quelques Espagnols restaient au camp avant l’arrivée de Tchécoslovaques. Suite aux accords de Munich, une partie de cette armée en exil s’installa à Agde afin de préparer les combats futurs aux côtés des Alliés. A la fin du mois de mai 1940, le camp d’Agde était désigné comme lieu d’accueil des jeunes appelés belges (CRAB). Dès la fin juin, ils étaient rejoints par un détachement de soldats nord africains. En septembre 1940, la Première Légion des travailleurs indochinois (Tonkin, Annam et Cochinchine) s’installa au camp n°1. Depuis la déclaration de guerre, des étrangers issus de nombreuses nationalités, intégrés dans les groupements de travailleurs étaient également assignés à résidence au camp.

Page la plus sombre du camp : l’internement de familles juives à la fin de l’année 1940 et début 1941. Ces dernières quittèrent ensuite Agde pour d’autres camps. Mais en août 1942, c’est au camp d’Agde que furent rassemblés les Juifs raflés dans le département. Ils étaient nombreux depuis 1940 à avoir trouvé refuge en ville. Parmi les courageux Agathois leur étant venus en aide, huit ont reçu la médaille des justes. Le camp avait quasiment cessé de fonctionner à l’arrivée des Allemands, en novembre 1942. Après le départ de l’occupant, il ne resta plus sur son emplacement que les allées de pouzzolane bien vite recouvertes par des lotissements, mais le souvenir des populations qui y vécurent devait perdurer.

Depuis 2009, les Archives d’Agde poursuivent leur travail de collecte de documents et de témoignages sur l’histoire du camp et de la Seconde Guerre mondiale, en collaboration avec les collectionneurs Georges Cléophas et Jo Vilamosa, et l’Association pour la mémoire du camp d’Agde (AMCA). L’exposition « Les Républicains espagnols au camp d’Agde », présentée dans les établissements scolaires, contribue à la connaissance du camp par les jeunes générations.

Agde 1939-1942. Un camp aux portes de la ville

En février 1939, Agde compte 9 000 habitants quand l’armée décide de construire à ses portes un camp destiné à l’accueil de 25 000 républicains espagnols. Ces derniers sont remplacés à la déclaration de guerre par les soldats de l’armée tchécoslovaque, rejoints un an plus tard par des travailleurs indochinois. En mai-juin 1940, la ville accueille un grand nombre de réfugiés français mais aussi Belges, Polonais, Tchécoslovaques parmi lesquels des Juifs, dont nombre seront internés au camp.

Après la bataille de France la ville pleure ses soldats morts au front tandis que l’inquiétude grandit pour ceux qui sont désormais prisonniers en Allemagne. A l’hôtel de ville, le régime du maréchal Pétain imprime sa marque, le maire est maintenu, le conseil municipal modifié, tandis que les conditions de vie des Agathois se durcissent. Au moment de la rafle d’août 1942, le camp d’Agde est le lieu de regroupement des Israélites de l’Hérault. Pendant ses jours douloureux, Sabine Zlatin est présente et obtient la libération d’une centaine d’enfants juifs.

Ouvrage numérique « Agde 1939-1942. Un camp aux portes de la ville »

https://www.ville-agde.fr/page-flip/614a63f391714

https://www.ville-agde.fr/la-mairie/archives-municipales/camp-agde

Josep Bartolí. Les couleurs de l’exil

UN CRÉATEUR EN EXIL

À travers une sélection de plus de 150 œuvres, l’exposition « Josep Bartolí. Les couleurs de l’exil » met en perspective des réalisations majeures de l’artiste, toujours inspirées par l’exil, son engagement et ses combats.

Dans une première partie, sont présentés les dessins la guerre et les camps, réalisés au crayon, sans une once de couleur. Ces croquis sont d’une puissance singulière : illustrations politiques riches de détails et de sens, critique du pouvoir, de l’État, de la religion… Pour Bartolí, dessiner est une nécessité, c’est son « œuvre de résistance ». Ces dessins sont également l’apparition d’un genre tout à fait nouveau : le reportage graphique.

La seconde partie de l’exposition fait dialoguer dessin et peinture, qui fait son apparition dans l’œuvre de Bartolí à partir de 1952. Traitant divers thèmes (la société, l’individu, la culture de masses…) il exploitera tout au long de son parcours les ressources de la couleur, qui prendra parfois totalement le pas sur le trait. Toutefois, chacune de ses œuvres témoigne du dialogue constant que Bartolí entretient volontairement entre abstraction et figuration.

Né à Barcelone, Josep Bartolí est dessinateur et caricaturiste. Il est un partisan convaincu de la République, qu’il défendra armes et crayons à la main. En 1936, il fonde le syndicat des dessinateurs de presse de Catalogne et devient, pendant la guerre d’Espagne, commissaire politique. Après la chute de Barcelone, Bartolí s’exile en France le 14 février 1939, lors de la Retirada. Il est interné dans plusieurs camps différents, dont Saint-Cyprien et Agde.

Après un long périple et l’évasion d’un train qui le conduisait au camp de Dachau, il parvient en 1943 au Mexique, qui offre l’asile à de nombreux réfugiés espagnols. En 1944, avec l’aide de Narcís Molins i Fàbregas, paraît son ouvrage Campos de concentración 1939-194…, témoignage iconographique sans précédent. Participant également à l’ébullition de la révolution mexicaine, Bartolí côtoie Diego Rivera et Frida Kahlo, qui le révèle à la couleur.

Josep Bartolí s’installe ensuite à New York. Il y rencontre Rothko, Jackson Pollock, Kline et De Kooning, dessine dans la revue Holiday Magazine et dans le supplément reporter du Saturday Evening Post. Bien que sa notoriété d’artiste se consolide de plus en plus aux États-Unis, il reste un créateur en exil, multipliant les voyages. En dressant un portrait acide de la société, la question politique et sociale est au cœur de son œuvre jusqu’à la fin de sa vie.

« L’idée est plus importante que la peinture ou le dessin. J’ai besoin d’expliquer quelque chose et comme je n’ai pas d’autre langage, je dois l’exprimer avec ce que j’ai, le dessin et la peinture, mais en sacrifiant les canons artistiques, en oubliant le classicisme plastique, les lois qui régissent la peinture. Expliquer quelques problèmes qu’en général les peintres oublient beaucoup. » Josep Bartolí
La donation

C’est grâce à l’engagement de Georges Bartoli, commissaire d’exposition et neveu de Josep, et du dessinateur Aurel, réalisateur du film Josep (soutenu par la Région Occitanie et le Mémorial du Camp de Rivesaltes) que Bernice Bromberg, veuve de l’artiste, prend connaissance du lieu de mémoire.

À l’occasion de la sortie du film en salles, en septembre 2020, Bernice Bromberg annonce la donation au Mémorial. Il s’agit de l’acte fondateur de l’exposition qui est enrichie par les prêts des Archives municipales de Barcelone, de la Généralité de Catalogne, du Centre culturel de Terrassa et de Manel Canyameres et Joëlle Lemmens, collectionneurs privés.

https://www.memorialcamprivesaltes.eu/expositions/josep-bartoli-les-couleurs-de-lexil

Activités passées et à venir des associations de Caminar

Depuis de trop nombreux mois, les activités des associations en général et les associations mémorielles en particulier, sont très handicapées par la crise sanitaire.
De nombreuses associations n’ont pu se réunir, des réunions telles que des Conseil d’administrations ou Assemblées générales n’ont pu se tenir.

Jusqu’à maintenant nous n’avons pu réunir le CA de Caminar, la dernière réunion date du 6 février 2021 lors de l’AG.

Le bureau de Caminar s’est réuni deux fois en visio conférence, et comme vous sûrement, il nous tarde de tous nous retrouver.

Néanmoins, dans cette crise sanitaire que nous traversons, quelques associations ont pu organiser des festivités, des commémorations ou autres, comme vous pourrez le lire ci-dessous.

Prenez bien soin de vous,

Le bureau de Caminar

– Les 20 et 21 juin de chaque année sont des dates symboliques à Francescas, Condom et Castelnau sur Auvignon.
C’est le samedi 19 juin que MER 47 et MERR 32 se sont retrouvées à Francescas devant la stèle érigée en souvenir des cinq républicains espagnols du maquis de Castelnau sur Auvignon tombés en ce lieu sous les balles allemandes.
Le 21 juin, c’est au cimetière de Condom où ils reposent que Jean Claude DABE, vice-président de MERR 32, a évoqué le souvenir de ces combattants républicains et de ceux tombés le 21 juin 1944 lors de l’attaque du
village de Castelnau sur Auvignon. Quatorze résistants dont dix guérilleros espagnols étaient tombés en effet ce jour-là sous les balles nazies.

Belle initiative de ces deux associations de Caminar.

– Le 14 juillet dernier, à Biert en Ariège, des hommages ont été rendus à Josep Almudever, disparu il y a peu.
Ces hommages sont à l’initiative du Maire nouvellement élu à Biert, Gilbert Lazaroo, membre de MRAST. Joseph faisait partie du groupe à travers notre association MRAST, MHVA à Aulus et surtout avec Terre de Fraternité et notre Ami Guy Saurat..

Une citation au monument au mort avec le drapeau des Brigades, un hommage aux Déportés, et un concert avec El Comunero en l’honneur de notre Ami…

– Le 18 juillet, nos amis de MER 64 et de TML ont participé à la cérémonie commémorative en hommage aux victimes civiles et de la Résistance du 17 juillet 1944 à Buziet.

– Les 19 et 20 août, nos amis des Charentes – APFEEF – ont organisé – dans le cadre de la commémoration du départ du train des 927 Républicains espagnols pour Mauthausen – une soirée spectacle avec la diffusion du film « La lengua de Las Mariposas ». Le 20 août, une cérémonie a eu lieu devant la gare d’Angoulême – devant la stèle en hommage aux 927 – en présence de nombreuses personnalités. Caminar était présent à cette cérémonie.

– Les 11 et 12 septembre prochain, TML organise en partenariat avec le Comité Sousa Mendes des manifestations et une cérémonie au camp de Gurs.

Seront présents, pour le Gouvernement du Portugal Augusto SANTOS SILVA Ministre d’État et des Affaires étrangères du Portugal et pour le Gouvernement d’Espagne, Fernando MARTÍNEZ LÓPEZ, Secrétaire d’État à la Mémoire démocratique et son Directeur de Cabinet. Alfonso BERLANGA REYES, ainsi que des élus des autonomies transfrontalières.

– L’Ateneo du Limousin n’est pas en reste et envisage plusieurs initiatives pour la rentrée du mois de septembre.

– Georges Sentis – notre ami intervenant au colloque de Toulouse – nous fait part d’une cérémonie qui aura lieu à Port-Vendres le dimanche 26 septembre 2021 à 11 h.

La déportation en Algérie de 1 200 républicains espagnols n’est pas tombée dans l’oubli !

Une cérémonie aura lieu pour le 80° anniversaire de la « déportation » en Algérie de 500 « indésirables » français (syndicalistes) et de 1500 « indésirables » étrangers ( anciens combattants des Brigades Internationales et Républicains espagnols).

– Contre l’oubli aux Montreurs d’Images

Caminar, l’Institut d’Histoire Sociale de la CGT, les Editions d’Albret et MER 47 seront accueillis le 30 septembre prochain dans une initiative commune par les Montreurs d’Images à Agen.

Seront présentés à cette occasion les Actes des Journées Caminar organisées à Toulouse au mois d’octobre 2019. Cet ouvrage bilingue de plus de six cents pages restitue les différentes communications présentées par des conférenciers venus d’horizons divers, chercheurs, universitaires, représentants d’associations mémorielles, témoins.

Sera également à l’honneur « Péril de la Liberté », un livre écrit par David LLAMAS, un ami investi depuis toujours à MER 47. L’histoire des siens, de la proclamation de la République aux souffrances de la retirada et de l’exil, constitue la trame de cet ouvrage.

La journée se terminera à 20 heures 30 par la projection du film d’animation « Josep » réalisé par le dessinateur de presse Aurel. Un film sur la « retirada » vécue par l’artiste catalan Josep Bartoli. La projection de ce film, nommé meilleur film d’animation aux César 2021, sera suivie d’un débat.

– La cérémonie à Gaillon, repoussée depuis deux fois pour cause de Covid, et initialement prévue pour début octobre, est une nouvelle fois repoussée pour des raisons
sanitaires. Plusieurs pistes sont d’ores et déjà envisagées et nous vous tiendrons au courant de l’évolution de la situation.

Ce sont nos amis de MHRE89 qui représenteront Caminar.

– Les prochaines Rencontres Transfrontalières auront lieu à Mauléon les 8, 9 et 10 octobre prochain.
Ce seront les 10èmes rencontres. TML est l’organisateur de ces rencontres, où Caminar y sera représenté.

Plaintes pour torture : les oubliés du franquisme

En Espagne, les plaintes de victimes du franquisme se multiplient depuis un an pour des actes de torture commis dans les années 70. Mais la justice espagnole refuse encore d’ouvrir des procès. Comment expliquer qu’aucun criminel franquiste n’ait été jugé, plus de 40 ans après la mort de Franco ?

Place de la Puerta del Sol, en plein cœur de Madrid, un lieu emblématique prisé par les touristes qui s’y prennent en photo ou par les Espagnols qui ont l’habitude de s’y promener. Sur le côté, se dresse un grand bâtiment, qui surplombe la place : il s’agit du siège du gouvernement régional de Madrid. Aujourd’hui, les nombreux touristes qui passent devant ne connaissent pas la fonction bien différente que ce lieu avait sous le franquisme. Il faut dire qu’aucune plaque commémorative n’a été apposée sur la façade.

endant la dictature de Franco (1939-1975), c’était le siège de la Direction générale de la sécurité (DGS), l’un des principaux centres de détention et de torture par lequel sont passés de nombreux opposants politiques.

Antonio González Pacheco, tortionnaire visé par neuf plaintes de victimes

Jesús Rodríguez Barrio est l’une des nombreuses victimes à avoir été torturée dans ce bâtiment. Il a été arrêté trois fois exactement dans les années 70 : en 1972, il avait alors 18 ans, en 1974 et en 1975. Cette année-là, ce militant de la Ligue communiste révolutionnaire croise le chemin d’un policier franquiste, Antonio González Pacheco, surnommé Billy el Niño, pour l’habitude qu’il avait de manier l’arme comme un cow-boy.

 » Le 16 avril 1975, j’étais sur le point d’entrer dans la maison où j’étais invité. A ce moment, un groupe de policiers qui m’attendait caché s’est jeté sur moi. J’ai été conduit à la Direction générale de la sécurité puis aux interrogatoires, où m’attendaient plusieurs policiers. L’un d’entre eux était le célèbre Antonio González Pacheco. J’étais à peine entré dans la salle d’interrogatoire, et sans me dire un mot, il me donna un gros coup dans les parties génitales : j’étais plié en deux, tellement j’avais mal. Il a continué à me frapper. Et après tous ces coups, il a commencé à me poser des questions « . Jesús Rodríguez Barrio

Jesús Rodríguez Barrio a été torturé pendant trois jours dans ce centre de détention. Enfermé dans une cellule au sous-sol, entre deux interrogatoires, il entendait le bruit des pas des gens qui se promenaient Puerta del Sol, à travers une petite fenêtre « où n’entrait pas la lumière, seulement un peu d’air ». « Les gens passaient en riant, sans savoir ce qu’il y avait en dessous. Toi, tu étais juste sous leurs pieds et tu te disais : ces personnes qui se promènent n’ont aucune idée de ce qui se passe en dessous. Les gens ignoraient complètement l’horreur qu’il y avait dans ces trous, dans ces sous-sols », raconte aujourd’hui ce professeur d’économie à la retraite. Jesús Rodríguez Barrio s’apprête à porter plainte devant la justice espagnole contre son tortionnaire : « un homme qui savourait les moments où il nous torturait. Son objectif était d’humilier et de détruire moralement les personnes qu’il interrogeait ».
Rosa García Alcón a porté plainte au mois de mars contre son tortionnaire, Antonio González Pacheco​.

Rosa García Alcón, elle, a déjà porté plainte contre ce même tortionnaire, au mois de mars. Elle aussi a été torturée dans ce centre de détention, à Madrid. C’était en août 1975, avant d’être conduite à la prison pour femmes de Yeserías de Madrid jusqu’en décembre, pour appartenance à une organisation illégale : la Fédération Universitaire Démocratique Espagnole (FUDE), une organisation étudiante qui appartenait au FRAP.

 » J’étais à peine arrivée à la DGS qu’Antonio González Pacheco m’a donné des coups de poings dans le visage, sur le corps, des coups. Je tombais et il me relevait en m’attrapant par les cheveux, je les avais longs à l’époque. Il me donnait des coups de pieds. […] Deux fois, ils m’ont emmenée en voiture pour trouver une de nos planques … mais nous n’en avions pas. En chemin, ils me disaient qu’ils allaient m’emmener dans un grand parc de Madrid, qui s’appelle Casa de Campo, qu’ils allaient me violer et que mes parents ne sauraient jamais où j’étais. C’était ce genre de menaces en continu « .
Rosa García Alcón

Aujourd’hui, Antonio González Pacheco est visé par neuf plaintes de victimes, pour crimes contre l’humanité à Madrid. D’autres victimes s’apprête à porter plainte contre lui. Toutes les victimes sont membres de l’association La Comuna, une association créée en 2011 pour venir en aide aux victimes de la fin du franquisme. Il existe déjà de nombreuses associations de victimes, dite de mémoire historique, mais la plupart était composée de proches de victimes disparues au moment de la Guerre civile (1936-1939). Leur travail portait plus sur la recherche des corps de ces victimes, souvent jetées dans des fosses communes. Il y avait donc comme un « vide associatif », qu’a voulu combler La Comuna en accompagnant les victimes, encore vivantes, dans un combat judiciaire que n’avaient pas forcément entrepris les autres associations de victimes.

De Madrid à Oviedo, un mouvement « juridique » qui s’étend à toute l’Espagne

Les neuf premières plaintes de victimes de torture ont été déposées à Madrid, où vit aujourd’hui le tortionnaire Antonio González Pacheco. Mais ce qui ressemble aujourd’hui à un mouvement « juridique » est en train de s’étendre à d’autres villes espagnoles. Au mois de mai, trois autres victimes, résidant à Oviedo dans les Asturies, ont porté plainte pour torture contre Pascual Honrado de la Fuente. Vicente Gutiérrez Solís, 85 ans, est l’une de ces trois victimes.

Ce militant du Parti communiste a été arrêté et torturé plusieurs fois dans les années 60. « Ils me frappaient dans le dos, il y avait aussi les coups de poings qu’ils te donnaient dans l’estomac. Tous les coups qu’ils te mettaient, ça t’anéantissait », confie aujourd’hui ce mineur à la retraite, dans son appartement à El Entrego, un petit village situé à une trentaine de minutes d’Oviedo. Comme Antonio González Pacheco à Madrid, Pascual Honrado de la Fuente est toujours vivant et peut croiser ses victimes dans Oviedo. « Pascual, je l’ai croisé après dans les années 80, avec un autre policier devant le local du parti communiste. Quand je les ai vus, je suis allé les voir et je leur ai dit que c’était lamentable de rencontrer encore ces tortionnaires dans la rue, que c’était une honte qu’ils aient poursuivi les gens quand ils manifestaient ou quand ils luttaient pour les libertés démocratiques. Il ne m’a pas répondu ! Cela me fait mal de devoir me rappeler que ces policiers se promènent encore par ici et qu’on ne les ait pas sanctionner comme ils le méritent », s’emporte le vieil homme moustachu.

Sa plainte, comme celles des deux autres victimes d’Oviedo, a été rejetée en première instance. Il a fait appel et est prêt à poursuivre son combat judiciaire. « Tant que j’ai de l’énergie, que je suis en bonne santé, je continuerai à exiger que ce type de personnes soit jugé comme il se doit et qu’ils paient pour ce qu’ils ont fait. Nous allons continuer à nous battre jusqu’au dernier moment », affirme Vicente Gutiérrez Solís. Il marque une pause : « pour leur rappeler que nous sommes toujours là ».

La plainte argentine

L’année choisie pour créer l’association de victimes La Comuna n’est pas due au hasard. En 2010, le juge Baltasar Garzón est suspendu de ses fonctions au sein de l’Audience nationale, la plus haute juridiction pénale espagnole pour avoir enquêté sur les crimes du franquisme. Deux ans après, celui qui a provoqué l’arrestation du dictateur chilien Augusto Pinochet est définitivement écarté.

Dans une résolution du 28 mars 2012, la Cour suprême espagnole se prononce définitivement contre l’ouverture d’enquête sur les crimes du franquisme. Depuis, plus aucun juge n’a suivi l’exemple du juge Garzón. La plupart des plaintes des victimes du franquisme, comme celle de Rosa García Alcón, ont été rejetées en première instance par les tribunaux espagnols.

« De mon point de vue, abandonner les victimes du franquisme, comme cela a été le cas jusqu’à aujourd’hui, c’est un manquement aux devoirs d’un Etat de droit, un manquement aux obligations d’un juge. Malheureusement, la position de la justice est à l’opposé de cette idée. J’étais conscient des risques que je prenais et des conséquences que cela pouvait engendrer, mais je ne pouvais pas poursuivre des crimes contre l’humanité, génocides, des actes de torture, commis sous la dictature argentine et chilienne, je ne pouvais pas me contenter d’avoir arrêté Pinochet à Londres et dire qu’ici il ne s’était rien passé, quand j’ai eu l’opportunité d’enquêter sur des crimes similaires en Espagne. Si, il s’est passé quelque chose. Et il y a aujourd’hui une impunité sur laquelle s’accordent toutes les institutions, tous les partis au pouvoir de gauche comme de droite « .
Baltasar Garzón, ex-juge de l’Audience nationale

La notion de crimes contre l’humanité, rejetée par la justice espagnole

Dès 2010, plusieurs victimes, voyant que les voies judiciaires sont bloquées en Espagne, portent plainte devant un tribunal argentin pour crimes contre l’humanité au nom du principe de la justice universelle. C’est un dispositif juridique qui permet à un Etat de poursuivre les auteurs de crimes contre l’humanité, quel que soit le lieu ou le crime qui a été commis, sans prendre en compte la nationalité de l’auteur ou des victimes. Pour constituer leur plainte, les victimes ont besoin d’associations pour les orienter vers des avocats, les appuyer dans leur travail de recherches de documents. C’est là qu’intervient La Comuna, qui permet à de nombreuses victimes, comme Jesús Rodríguez Barrio et Rosa García Alcón, de porter plainte en Argentine.

La juge argentine, María Servini de Cubría, se saisit de l’affaire et demande l’extradition de plusieurs criminels franquistes, dont Antonio González Pacheco. En 2014, le gouvernement espagnol a refusé d’extrader ces criminels franquistes, au motif qu’il ne s’agit pas de crimes contre l’humanité.

L’ouverture de procès contre des tortionnaires franquistes est en fait conditionnée par cette notion de droit. Les actes de torture qu’ont subis ces opposants politiques dans les années 70 peuvent-ils être considérés comme étant des crimes contre l’humanité ? Pour que cela soit le cas, il faut que ces actes « ne soient pas isolés mais qu’ils aient été commis dans le cadre d’un plan généralisé et systématique de la part des autorités », comme le rappelle Javier Chinchón, professeur de droit international à l’Université Complutense de Madrid. En rejetant la notion de crimes contre l’humanité par rapport à ces actes de torture, la justice espagnole considère donc qu’il s’agit d’actes isolés. Et les actes de torture, même s’ils sont prouvés, sont prescrits au bout de dix ans. « Selon l’interprétation de certains tribunaux, ce n’était pas commun de la part des autorités franquistes de torturer systématiquement les prisonniers. La réalité, que nous connaissons, est tout autre : la torture était généralisée et c’est pour cela qu’il n’y avait aucune conséquence judiciaire. C’était une politique mise en place par l’Etat qui visait des opposants politiques ou d’autre catégories de personnes », détaille le professeur de droit international, membre de Rights International Spain.

Réforme de la loi d’Amnistie ou de mémoire historique ?

La loi d’Amnistie, votée en 1977 au moment de la transition démocratique, fait encore aujourd’hui l’objet de débat en Espagne.

Selon certains avocats ou certaines victimes, elle représente l’obstacle principal à l’ouverture de procès contre des criminels franquistes. Deux ans après la mort de Franco, cette loi a été votée par la plupart des partis, de gauche comme de droite. Elle a notamment permis de faire sortir l’ensemble des prisonniers politiques des geôles franquistes. Au moment de voter cette loi, la plupart des partis de gauche, comme le Parti communiste, ne se doutaient pas qu’elle deviendrait le motif invoqué par certains tribunaux pour rejeter les plaintes d’anciens opposants politiques.

Des projets de réforme ont donc vu le jour afin de modifier cette loi et d’empêcher les tribunaux d’en faire une interprétation erronée. Le 20 mars dernier, la proposition de réforme de la loi d’Amnistie a été rejetée par les principaux partis de droite, le Partido Popular et Ciudadanos, mais également par le PSOE, le Parti socialiste.

Le sujet est sensible politiquement, car cette loi représente un des symboles de la transition démocratique.

Aujourd’hui, le gouvernement du socialiste Pedro Sánchez préfère réformer la loi de mémoire historique. Cette loi a été votée en 2007, sous un autre gouvernement socialiste, celui de José Luis Rodríguez Zapatero. Bien qu’elle soit considérée comme étant un premier pas en faveur des droits des victimes, les associations ou encore certains avocats la jugent insuffisante. La loi de Mémoire historique devait permettre de retirer les symboles franquistes dans les rues, comme les statues ou le nom des rues. Elle devait également permettre la réouverture de fosses communes, où ont été jetés les corps de centaines de milliers de victimes – l’Espagne est derrière le Cambodge, le pays qui possède le plus de fosses communes.
Nomination d’un directeur général pour la mémoire historique au sein du gouvernement

Le gouvernement actuel a aussi pour la première fois créé une direction générale pour la mémoire historique. « Cela souligne la sensibilité de Pedro Sánchez sur ces questions », affirme Fernando Martínez López, qui occupe ce poste au sein du ministère de la Justice.

Fernando Martínez López va être chargé de présenter la nouvelle réforme de la loi de mémoire historique. Une première version avait déjà été présentée en décembre 2017, par le parti socialiste, à laquelle avait d’ailleurs participé Baltasar Garzón et sa fondation FIBGAR qui oeuvre en faveur des droits de l’homme. Le nouveau directeur général de la mémoire historique le reconnaît, la loi de Mémoire historique est « insuffisante », mais elle « pose les bases de la récupération de la dignité des victimes du franquisme et de la Guerre civile ». « Ce que nous envisageons avec la réforme de la loi de Mémoire historique, celle que nous allons présenter aux députés devant le congrès espagnol, ce sont toutes les mesures qui rendent possible une réparation intégrale en termes de vérité, de justice et de garanties de non-répétition. Nous avons travaillé en profondeur sur tous les aspects soulevés par les organismes nationaux et internationaux et humanitaires, par les associations de mémoire historique, sur toutes les insuffisances qui existaient pour faire en sorte qu’une fois pour toutes, nous puissions résoudre ces problèmes et respecter le droit des victimes de la guerre civile et du franquisme », détaille Fernando Martínez López, dans un des bureaux du ministère de la Justice.

Reste maintenant à faire voter cette réforme par les députés du Congrès, l’équivalent de l’Assemblée nationale en France. Le PSOE dispose de 85 sièges, loin de la majorité absolue : 176 voix sont nécessaires pour faire voter un texte. Le parti socialiste devra donc convaincre d’autres partis de gauche comme Unidos Podemos, afin d’atteindre cette majorité. Les principaux partis de droite, le Partido Popular et Ciudadanos, devraient eux voter contre cette réforme, comme ils l’ont fait sur des textes similaires. Le 13 septembre, lors d’un vote au Congrès, ces deux partis se sont par exemple opposés à l’exhumation des restes de Franco de son mausolée, situé dans ce qu’on appelle El Valle de los Caídos, à une cinquante de kilomètres de Madrid.

Le 13 septembre, les députés espagnols ont voté pour l’exhumation des restes de Franco, de son mausolée situé près de Madrid, dans ce qu’on appelle El Valle de Los Caídos.

« Rouvrir les blessures du passé »

Le Partido Popular a gouverné l’Espagne de 2011 à 2018, sous la houlette du chef de gouvernement Mariano Rajoy. Deux mandats – le deuxième a été écourté, après le dépôt d’une motion de censure à l’encontre de Mariano Rajoy – marqués par un retour en arrière, selon les victimes du franquisme. Les victimes dénoncent notamment le fait qu’aucun fonds public n’ait été versé par le gouvernement pour rouvrir certaines fosses communes, comme l’exigeait la loi de Mémoire historique.

La position du Partido Popular a toujours été la même, depuis la création du parti. Le parti est surtout héritier de l’Alliance populaire, fondé par Manuel Fraga, un ancien ministre de Franco. Aujourd’hui, encore, les députés conservateurs refusent de légiférer en faveur des victimes du franquisme. « Pour nous, c’est une question qui est résolue depuis longtemps en Espagne. Les députés s’étaient déjà prononcés de façon très claire sur la guerre civile, sur la dictature dans une résolution que la commission constitutionnelle a approuvée en 2002. Donc notre position sur ce sujet, c’est que les Espagnols ont d’autres priorités, ils s’intéressent à leur présent et à leur futur », affirme Francisco Martínez Vázquez, député du Partido Popular de Madrid, porte-parole de la commission constitutionnelle du Congrès.

« Le gouvernement et les parlementaires doivent travailler sur ces questions pour assurer le futur des prochaines générations et ne doivent pas rouvrir les histoires d’affrontement très tristes entre les Espagnols, qui appartiennent au passé. Pour nous, l’Espagne a vécu une transition exemplaire, une transition qui a permis de passer d’un régime qui n’était pas démocratique, un régime autocratique : c’était une dictature et nous n’avons aucun problème à le dire. Personne au parti Populaire ne défend, absolument personne, la dictature. Nous l’avons toujours dit de façon très claire lors des sessions parlementaires. Nous pensons qu’il faut défendre cette transition, commémorer les 40 ans de notre Constitution, célébrer ce qui a été fait pour réconcilier les Espagnols et construire notre présent et notre futur  » – Francisco Martínez Vázquez, député du Partido Popular de Madrid.

La loi sur la mémoire démocratique et l’infamie de la division des victimes en première et deuxième classe

Le texte ci-dessous est celui de la lettre ouverte adressée par l’ami Octavio Alberola à deux membres du gouvernement dit de « coalition progressiste » au sujet des victimes de la répression franquiste.

Comme l’a annoncé le nouveau ministre de la Présidence, des Relations avec le Parlement et de la Mémoire démocratique, Félix Bolaños, dans une interview publiée le 18 juillet dans le journal El Pais, le Conseil des ministres a approuvé mardi 20 juillet l’avant-projet de loi sur la mémoire démocratique qui devait être approuvé lors du Conseil des ministres ayant suivi le remaniement du gouvernement.

Il faut donc supposer que, conformément à ce qui a été dit dans cette interview – en réponse à la question de savoir si on ne toucherait pas au texte « malgré les critiques » –, le projet de loi sur la mémoire démocratique approuvé n’a pas été modifié et, par conséquent, cette loi – « nous allons la présenter aux Cortes et là elle pourra être modifiée par des amendements » – continue à maintenir l’infamie de la division des victimes de la répression franquiste en victimes de première et de seconde classe.

Craignant que ce soit le cas et ignorant ce que le Conseil des ministres du mardi 20 juillet allait faire, j’ai envoyé trois jours avant cette lettre ouverte, que je reproduis ci-dessous :

Lettre ouverte à Yolanda Díaz* et Irene Montero* :

L’ « égalité » et la loi sur la mémoire démocratique.

Les raisons de cette « lettre ouverte » sont les suivantes :

Comme vous le savez, le remaniement de l’Exécutif et la nomination de Félix Baños comme nouveau ministre de la Présidence, des Relations avec le Parlement et de la Mémoire démocratique ont empêché – selon la presse – le Conseil des ministres d’approuver l’avant-projet de loi sur la Mémoire démocratique le mardi 13 juin (1). Le même texte que celui approuvé par le Conseil des ministres en septembre 2020, bien que modifié et élargi sur certains points suite aux protestations et réclamations des groupes mémorialistes. Un texte que ces groupes continuent de considérer comme insuffisant et indigne, malgré ces modifications et extensions. Non seulement parce qu’il ne correspond pas aux normes internationales en matière de droits humains, mais aussi parce qu’il maintient l’infamie (article 10 de la loi de 2007) de la division des victimes de la répression franquiste en deux catégories.

Une infamie, la division des victimes de la répression franquiste en fonction de la date de leur exécution, ce qui implique de ne pas les reconnaître ni de les indemniser toutes de la même manière, et d’accepter qu’il y ait des victimes de première et de seconde classe par le fait d’avoir été exécutées après ou avant 1968. Une date arbitraire, choisie et fixée par les rédacteurs de la loi de 2007 sans autre « justification » que celle des « circonstances exceptionnelles » et sans expliquer pourquoi c’est à partir de 1968 que les « circonstances » deviennent « exceptionnelles » seulement pour les victimes de la répression franquiste exécutées ; car cette division arbitraire n’existe pas pour la réparation envers ceux qui ont été emprisonnés pendant le régime franquiste. Comment justifier une division si arbitraire dans un cas et pas dans l’autre ? De plus, tant dans la loi de 2007 que dans les projets de loi visant à la réformer, les victimes de la répression franquiste ont toujours été incluses dans une définition unique, sans aucune référence à cette date et aux « circonstances exceptionnelles ». Comme c’est le cas aujourd’hui, avec le nouveau texte, dans lequel ses rédacteurs consacrent un long article à la définition des victimes du coup d’État de 1936, de la guerre civile qui a suivi et de la dictature, pour souligner que sont victimes toutes les personnes qui ont subi la répression franquiste.

Vous savez également que, pour réformer la loi sur la mémoire historique de 2007, le groupe parlementaire socialiste a présenté en décembre 2017 au Congrès des députés une « Proposition de loi sur la mémoire historique et démocratique » qui maintenait cet infâme article 10, et que le groupe parlementaire Unidas Podemos a présenté le 13 juillet 2018 une proposition de loi – elle aussi pour réformer cette loi de 2007 – avec un article (article 32) qui mettait fin à cette infâme discrimination et rétablissait l’égalité entre les victimes de la répression franquiste, en établissant une réparation unique pour « toutes les personnes bénéficiaires de ceux qui sont morts ou ont subi des blessures invalidantes dues à la répression franquiste dans leur lutte contre la dictature jusqu’au 15 octobre 1977 » (2).Retour ligne automatique
Eh bien, le fait est que plus de trois ans se sont écoulés depuis lors et près d’un an depuis la présentation de l’avant-projet de loi sur la mémoire démocratique par le gouvernement de « coalition progressiste », dont vous êtes membres, et que l’avant-projet – qui devait être approuvé par le Conseil des ministres du mardi 13 juin – maintient toujours l’infamie de l’article 10 de la loi de 2007, bien que cet article n’apparaisse pas littéralement dans ledit texte et que le secrétaire d’État à la Mémoire démocratique, Fernando Martinez, prétende – sur la base de la rédaction maquillée et ambiguë de ce texte – qu’« il existe une autre lecture de l’avant-projet » qui efface cette infamie.

En effet, cet avant-projet entretient cette infamie car la disparition dans le nouveau texte de cet article (qui figurait bien dans la proposition de nouvelle loi « sur la mémoire historique et démocratique » du PSOE de décembre 2017) ne signifie pas qu’il n’est plus en vigueur, puisque dans la nouvelle loi – qui est composée de cinq titres « structurés autour du protagonisme et de la réparation intégrale des victimes… » – le chapitre III (du titre I, « sur les victimes »), qui « se réfère à la réparation », indique littéralement que, « avec les mesures qui ont été déployées depuis la Transition, et qui demeurent dans le système juridique, des actions spécifiques sont incorporées… ». Ainsi donc, l’article 10 – qui fait partie des mesures déployées depuis la Transition – reste dans la mise en ordre juridique, tout comme l’infamie de ne pas considérer et accorder des réparations de manière égale à toutes les « victimes de la guerre et de la dictature ». Une discrimination qui ne fait qu’ajouter une peine injuste et douloureuse à celle déjà infligée par le criminel régime franquiste à ceux qui ont donné leur vie pour les libertés aujourd’hui constitutionnelles.

La poursuite d’une telle infamie est une indignité que Unidas Podemos ne doit pas assumer. Non seulement par dignité mais aussi par cohérence avec la proposition de loi présentée par ce groupe le 13 juillet 2018. Car il est évident que ce n’est que si la nouvelle loi considère et indemnise toutes les victimes de manière égale que l’égalité de toutes les victimes de la répression franquiste deviendra réelle et sera rétablie dans le système juridique.Retour ligne automatique
Le rétablissement de cette égalité devrait donc être une priorité pour le gouvernement de « coalition progressiste ». Et plus encore pour la nouvelle deuxième vice-présidente du gouvernement, qui vient de déclarer à la presse que « ce gouvernement doit être celui du redressement, mais aussi le gouvernement de l’égalité », et pour la responsable d’un ministère dont le titre est ministère de l’Egalité

Octavio Alberola

(17 juillet 2021)

* Yolanda Díaz est une élue du Parti communiste espagnol et Irene Montero de Podemos.