Archives de catégorie : Culture

ESPAGNE 1937

https://www.cinearchives.org/Catalogue-d-exploitation-ESPAGNE-1937-494-47-0-2.html

Recueil de documents évoquant chronologiquement et schématiquement l’avènement du Front populaire espagnol, son soutien parmi les masses, l’agression étrangère et la résistance militaire et civile de la République, du 6 février 1936 au second semestre 1937. Les images et le commentaire écrit et dit en français insistent sur la discipline et le courage de l’armée, l’héroïsme et le calvaire de la population madrilène bombardée, le rôle déterminant des commissaires politiques, la mobilisation des paysans travaillant dans les champs l’arme à l’épaule et celle des femmes travaillant dans les usines.
Les efforts pour la culture et l’instruction, y compris sur la ligne de front y sont rappelés. Les bombardements de Durango, Guernica et Bilbao ne sont mentionnés que par la simple inscription de leur nom derrière un rideau de flamme. (Plan d’une affiche de Charlot sur les murs de Madrid bombardée). L’identité des agresseurs étrangers n’est pas précisée (sauf par un plan de carton de munitions italien) et aucune allusion n’est faite aux profondes divergences politiques au sein des forces soutenant la République.

Cette version destinée à l’opinion française présente la plupart des positions du P.C.F. sur le conflit espagnol. L’évocation des « agitateurs suspects » et des « provocateurs » déclenchant des grèves selon un plan minutieux est très certainement dirigée contre les anarchistes ou les poumistes alors amalgamés aux rebelles franquistes. Il est en outre précisé que les rebelles ne respectent ni les églises ni les monuments historiques. Souvent attribué à Luis Bunuel (à ce moment commissaire culturel de la République à Madrid), Espagne 1937 fut postérieurement revendiqué par Jean-Paul Dreyfus (Jean-Paul Le Chanois) qui eut certainement une part déterminante dans sa réalisation.

Images de : Roman Karmen, Alain Douarinou et opérateurs espagnols
Montage : Jean-Paul Le Chanois (Jean-Paul Dreyfus)
Commentaire : Pierre Unik (commentaire espagnol : Juan Vicens*)
Chef de production : Luis Bunuel
Production : Alianza de Intelectuales Antifascistas para Film Popular, Madrid-Paris (Parti Communiste Espagnol)
Distribution française : Ciné-Liberté
Musique : Fragments des Symphonies 7 et 8 de Beethoven.
Personnalités : Alcala Zamora (président de la République avant la victoire du Front populaire), Martinez Barrio (président provisoire de la République), Companys (président de la généralité de Catalogne), Manuel Azana (président de la République), général Miaja, (Francisco) Anton (commissaire politique).
Lieux et monuments : Madrid (Cortès), Brihuega, Tolède (Alcazar), Trijuegue.

Note :

Ce film a été régulièrement confondu avec un autre titre « Espagne 1936 ». la réalisation en était attribuée indistinctement à Jean-Paul Le Chanois, Pierre Unik et Luis Bunuel.
Le film « Espagne 1936 » réalisé par Jean-Paul Le Chanois et supervisé par Luis Bunuel, entre la fin de 1936 et le début de 1937 fut projeté pour la première fois le 6 avril 1937**. il est plus connu et a été davantage diffusé que le film « Espagne 1937 ». D’après Roman Gubern, celui-ci a été réalisé entre novembre 1937 et février 1938 (déduction faite de sa sortie française la deuxième semaine de février 1938). 
De grandes similitudes esthétiques et narratives existent entre les deux films, à commencer par leur lien avec le sous-secrétariat à la propagande de la République Espagnole à l’ambassade de Paris dirigé par Luis Bunuel.
Cependant, certaines différences sont notables entre les deux films, dues pour partie à l’évolution de la guerre. Ainsi, selon Marien Gomez Rogriguez***, Espagne 1936 contient des passages d’une grande charge poétique, notamment un final poignant dénonçant l’atrocité de la guerre (cadavres d’enfants). 
A la différence d' »Espagne 1937″ qui ne contient aucune image de cadavre et dont le ton plus précipité évoque avec insistance le dénuement militaire tout en tenant bon la corde de l’espoir. 
La guerre ayant pris un tour très dur (luttes hégémoniques entre forces politiques au sein du camp républicain et mise en faiblesse des forces républicaines), ces partis-pris différents cherchaient sans doute alors à éviter toute atteinte au moral des troupes tout en appelant à la solidarité internationale en faveur des Républicains.

* D’après Roman Gubern (in : « GUBERN, Roman ; HAMMOND, Paul. Los años rojos de Luis Buñuel. Catedra. 2009 »)

** ORY, Pascal. La belle Illusion. Culture et politique sous le signe du front Populaire, 1935-1938. Plon. Paris, 1994.p.563


*** GOMEZ ROGRIGUEZ Marien. La Guerre civile espagnole à travers les archives de Ciné-Archives. Sous la direction de Jean-Pierre Bertin-Maghit, Janvier 2012

Lieux de consultation : Ciné-Archives, Archives Françaises du Film, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Forum des images.

Le dernier grand trésor photographique de la guerre civile espagnole

Retrouvées dans deux boîtes rouges au fond d’un garage, 5 000 photos cachées du photographe Antoni Campañà, prises durant la guerre civile espagnole, sont dévoilées pour la première fois.

On dit des photographes qui ont couvert la guerre d’Espagne (1936-1939) qu’ils ont été les pionniers du photojournalisme. A l’époque, cette guerre civile enflamme le pays. Elle oppose le camp des républicains espagnols composé de loyalistes à l’égard du gouvernement légalement établi, de communistes, de léninistes, d’anarchistes à celui des nationalistes et rebelles putschistes dirigés par le général Franco. Robert Capa, David Seymour, Gerda Taro ont photographié le conflit. Leurs images ont fait le tour du monde.

On pense alors avoir tout vu de cette guerre avant qu’en 2018, près de Barcelone, lors de la démolition d’une maison ayant appartenu au photographe catalan Antoni Campañà apparaissent, au fond d’un garage, deux boîtes rouges. Elle contiennent plus de 5 000 photos, des négatifs pour la plupart, mais également plusieurs centaines de tirages, le tout réalisé durant les trois années d’affrontements. Selon le quotidien catalan La Vanguardia, il s’agit « du dernier grand trésor photographique de la guerre civile espagnole ».

Mais qui est Antoni Campañà ? Dans le très beau texte d’introduction du livre La boîte rouge (Seuil) qui revient sur cette histoire et a été codirigé par le journaliste Plàcid Garcia-Planas, l’historien Arnau Gonzàlez Vilalta et le photographe David Ramos, la question est posée. « Qui fut Antoni Campañà Bandranas ? Un artiste, un photojournaliste de sport, un reporter de la vie politique et de la guerre, un représentant de commerce pour Leica et Contax, un éditeur de cartes postales ? Ou encore un saxophoniste de l’Iberian Orchestra, qui se produisait dans les années 1930 à Barcelone ? En guise de réponse, on pourrait dire que (…) Campañà fut un parfait homme-orchestre de la photographie. » Fils et petit-fils d’entrepreneurs dans le domaine de la construction, issu d’une famille aisée, Campañà décide très jeune de faire de la photographie sa vie. À douze ans, il vend déjà ses positifs. À quatorze ans, il réalise un reportage « graphique » sur le roi Alphonse XIII, publié dans une revue espagnole. Dès lors, l’appareil photo devient un inséparable compagnon.

Campañà a trente ans quand débute la guerre civile espagnole. Républicain, catalaniste et fervent catholique, le photographe manifestera très peu de prises de position politiques publiques, affirmant simplement être du côté de ceux « qui gouverneront, s’ils me plaisent ». Il adopte en quelque sorte la position d’un diplomate, et cette diplomatie lui permet de photographier les uns et les autres sans distinction : « De la Ligue de Cambò ou la gauche républicaine de Catalogne de Companys de février et mars 1936, puis, quelques mois plus tard, les révolutionnaires anarchistes et les franquistes victorieux, puis les fascistes et les nazis en 1939. »

Ses images, aussi exposées en ce moment au Musée national d’art de Catalogne, dépeignent une réalité tragique pleine de nuances et de contrastes douloureux. Elles sont une découverte incroyable sur la guerre civile espagnole, une véritable fresque allant du coup d’état de Franco, à la « Barcelone soviétique », jusqu’aux portraits des miliciens antifascistes se rendant au front. Campañà observe ce qui l’entoure, se soucie de son prochain et il se rend partout où il peut aller. Il photographie parfois au Leica, parfois au Rolleiflex, tout ce qu’il considère comme important, en particulier des évènements qui l’ont profondément heurté ou marqué : des églises victimes des révolutionnaires iconoclastes aux portraits d’attirants combattants libertaires, des protestations de rues aux conséquences misérables de la guerre.Retour ligne automatique

Car c’est de cela qu’il s’agit dans ces images cachées et retrouvées près de trente ans après la mort du photographe : de l’histoire d’un homme meurtri de voir son pays détruit. « Campañà a photographié la guerre civile espagnole avec amertume et tristesse, cet état d’âme a guidé son refus de diffuser ses photographies », écrit la commissaire d’exposition Marta Gili. Le photographe n’a pourtant pas aimé photographier la pauvreté, comme il l’a confié à ses enfants. Ainsi son fils Antoni se rappelle-t-il que son père « n’a jamais voulu que l’on sache qu’il avait réalisé des images de la guerre ». A qui se destinaient alors ces photos ? Nul ne le sait mais comme il est joliment écrit sur la quatrième couverture du livre La boîte rouge : « Aujourd’hui, par bonheur, elles nous sont offertes. »

Par Sabyl Ghoussoub

P.-S.

Né à Paris en 1988 dans une famille libanaise, Sabyl Ghoussoub est un écrivain, chroniqueur et commissaire d’exposition. Son deuxième roman Beyrouth entre parenthèses est sorti aux éditions de l’Antilope en août 2020.

https://www.blind-magazine.com/fr/stories/1276/Le-Dernier-Grand-Tresor-Photographique-De-La-Guerre-Civile-Espagnole

Visages de femmes rebelles et solidaires. L’engagement des femmes espagnoles pour la Liberté

L’association 24 août 1944 vous convie à l’exposition :

Visages de femmes rebelles et solidaires

L’engagement des femmes espagnoles pour la Liberté …

26 portraits peints par l’artiste Juan Chica-Ventura, pour illustrer le combat des femmes espagnoles pour la Liberté.

Le mois de la solidarité ouvre ses portes place des fêtes dans le 19e arrondissement. Malgré la pandémie, vous pourrez déambuler dans les couloirs du Centre Paris’Anim de la Place des Fêtes. Vous y rencontrerez ces femmes au destin exceptionnel, ces mères courage, ces filles volontaires, ces êtres décidées à conquérir, à sauvegarder, la grandeur de leur dignité. Elles ont imposé leurs droits à décider de leur vie, en défendant leur liberté et celle de tous contre les fascistes, les oppresseurs, les dictateurs, les capitalistes, les exploiteurs……

Elles sont nées dans les milieux les plus pauvres ou dans des cercles favorisés mais elles ont tout donner et abandonner pour leur idéal, qu’elles ont jugé plus important que leur propre existence.

Elles sont nos mères, nos sœurs, celles qui nous ont ouvert le chemin de la Liberté et de la résistance, elles sont celles qui nous ont éduqués, en nous apprenant à réfléchir et à penser par nous-mêmes.

Venez nombreux prendre pied

sur le rivage de leur vie.

Exposition du samedi 2 mars au samedi 31 mars

Centre Paris’Anim ; Place des Fêtes

2/4 rue des Lilas 75019 Paris

(métro ligne 11 : Place des Fêtes)

Entrée gratuite :

Mardi et vendredi 10h-17h30 (pause 13h-14h),

Mercredi et samedi 10h-17h30 (sans pause)

Bruno Loth, le dessinateur d’Ermo.

Bruno Loth est un auteur de bande dessinée français. Avant de devenir scènariste et déssinateur, Bruno Loth a travaillé dans la publicité. Il s’est lancé définitivement dans l’aventure des bulles, avec la série Ermo qu’il a lui-même éditée faute d’éditeurs intéréssés par son projet en fondant sa propre maison d’édition Libre d’images. Ses bandes déssinées comme Ermo, Apprenti ou Ouvrier racontent à travers des personnages souvent fictifs l’histoire d’un des membres de sa famille lors d’évènements qui ont marqué l’Histoire comme la Guerre d’Espagne ou encore la Seconde Guerre Mondiale. En effet, Apprenti raconte les mémoires d’avant guerre de son père, ses débuts sur les chantiers navals bordelais en 1935, l’arrivée du Front Populaire en 1936 qui amène dans ses valises quinze jours de congés payés pendant lesquels son père peut partir randonner avec ses amis de l’auberge de jeunesse. Apprenti s’achève en 1937 avec la mise à flot de l’Indochinois fraichement sorti du chantier naval. Ouvrier continu de conter les aventures du père de l’auteur mais celui-ci a ôté sa blouse d’apprenti pour celle d’ouvrier des chantiers navals et est le témoin de l’occupation allemande sur Bordeaux où la vie suit son cours malgré tout.

En 6 volumes : https://www.bedetheque.com/serie-14403-BD-Ermo.html

Carlos Gimenez : une enfance difficile sous la dictature franquiste.

Carlos Gimenez est né le 16 mars 1941 dans le quartier des ambassades de Madrid. Après une enfance difficile passée au sein d’organismes religieux très stricts de la dictature franquiste, sa carrière débute lorsqu’il rencontre le dessinateur Lopez Blanco. En 1959, il devient alors son assistant sur « Las Aventuras del F.B.I. ». En même temps, il réalise quelques récits intitulés ‘Curiosidas » pour l’éditeur Ibergraf. En 1961, il dessine quelques épisodes de la série policière « Drake & Drake » ainsi que quelques récits de guerre pour Maga. En 1962-63, il travaille sur « Buck Jones » (Buck John en France chez Impéria) pour le marché français. De 1963 à 1967, il collabore le temps de 24 épisodes de 20 pages avec Manuel Medina sur Gringo pour le compte de l’agence Selecciones Ilustradas de Barcelone. C’est d’ailleurs pour mieux suivre des paiements ayant tendance à prendre du retard qu’il décide d’aller habiter dans la capitale catalane. Gringo est la première oeuvre importante de Gimenez. D’abord conçu pour l’export (dont la France dans Totem (2e série)), cette série connaitra de nombreuses rééditions dans son pays d’origine. En 1967, Gimenez forme «el grupo de La Floresta» avec ses compères Adolfo Usero, Esteban Maroto, Luís García et Suso Peña avec qui il réalise «Alex, Khan y Khamar» pour l’agence José Ortega, une bande à destination du marché allemand. A la même époque, il dessine aussi quelques épisodes de Delta 99 sur une idée de José Toutain et un scénario de Jesús Flores Thies (puis de Victor Mora) que l’on peut lire chez nous dans Vick et Safari. Il multiplie alors ses travaux comme des épisodes de Tom Berry et Kiko 2000 pour le marché allemand, il crée Copo Loco y Cómputo (1969) une série de SF humoristique ou dessina Dani Futuro (1970) avec Victor Mora. En 1971, il récidive avec Mora sur Ray 25. Dans le début des années 70, il adapte l’Odyssée d’Homère ou L’île au trésor ou illustre des encyclopédies. En 1975, il adapte une novella de Brian Aldiss Hom qui sortira en album. Il adapte encore Jack London avec Koolau el leproso en 1978 et dessine pour Pif « Un animal doué de raison » sur scénario de Mora (1979) pour qui il dessinera aussi Tequila Bang! contra el Club Tenax . Au début des années 80, il dessine Paracuellos ou Los Profesionales (Les Professionnels). Il est devenu un dessinateur reconnu publiant dans les plus grandes revues dans le monde entier que ce soit FLUIDE GLACIAL ou PILOTE en France, TOTEM, COMIX INTERNATIONAL, MADRIZ. On le voit sur des BD érotiques comme des histoires de SF, des bandes adultes ou plus enfantines tandis que sa production d’albums ne faiblit pas avec notamment le 4e volet de Paracuellos en 2000.

Paracuellos : Œuvre essentielle, autobiographique et multirécompensée : Alfred du meilleur album 1981 et Prix du Patrimoine Angoulême 2010. Récit poignant, violent, tendre et sensible, de la vie dans les foyers d’Auxilio Social (Secours Social) dans l’après-guerre civile espagnole, des orphelinats franquistes qui recueillaient les orphelins de guerre, des enfants des républicains non baptisés, et des enfants dont les parents n’étaient pas en mesure de les garder avec eux. Carlos Giménez était l’un de ces enfants, orphelin de père, et mère dans un sanatorium pour soigner une tuberculose. Paracuellos est le nom de l’un de ces foyers.

Un commentaire parmi tant d’autres, celui de de Vincent Bernière dans La Bédéthèque Idéale (éd. Revival) publiée en novembre 2018 :« On a peine aujourd’hui à imaginer le choc que fut la publication dans Fluide Glacial des premiers épisodes de Paracuellos. Tranchant sur le reste du journal, ils semblaient n’avoir aucun lien avec les BD voisines : dramatiques, tragiques, terribles, ces histoires vraies faisaient froid dans le dos – bizarre dans un magazine d’humour. Mais Giménez racontait le pire avec un humour noir radical. « C’est tellement marrant qu’on a hésité longtemps avant de les publier dans Fluide, parce qu’on avait la trouille de vexer les autres dessinateurs » avouera Gotlib. »

Carlos Giménez transcende et dépasse son cas particulier pour atteindre l’universel. Il utilise un paradoxe terrible : faire rire avec des choses qui font pleurer. L’art est difficile, et ce que produit Carlos Giménez est du grand art.

La saga Paracuellos compte 8 albums à ce jour :

Premier cycle : les 3 premiers albums (1-3). La base scénaristique est posée d’emblée, dès le 1er album. Les thèmes principaux sont, d’une part la maltraitance infligée aux enfants, punitions, sévices, brimades, faim et soif, et d’autre part certains des ressorts psychologiques du franquisme tels que sadisme, frustration sexuelle, et alibi religieux.
– Le premier album est publié en 1977 et traduit en 1980 par Gotlib. Il reçut le Prix du meilleur album à Angoulême en 1981.
– Le second album : Auxilio Social, fut élaboré en 1980-1981 sur la lancée du premier. Le dessin y est simplifié et trouve son identité quasi définitive. Carlos Giménez abandonne en particulier le hachurage et les ombres comme élément de décor ou de réalisme.
– Le troisième album fut publié en 1999. Carlos Giménez atteint son sommet graphique définitif, en accentuant l’aspect caricatural. Quoique publié près de 20 ans après le second opus, il est en dans l’esprit des deux premiers albums. Il fut consacré par le Salón del Comic de Barcelona, l’évènement BD le plus important en Espagne.

Deuxième cycle : les 3 albums suivants (4-6). Le scénario met dorénavant l’accent sur les relations entre enfants. La maltraitance infligée par le système franquiste s’efface derrière cette petite société reconstituée chez les enfants, espiègle et brutale, avec tous les défauts des adultes. Dans ce cycle, les BD (les petits formats) prennent une importance de premier plan, au travers en particulier de la projection dans sa vocation future de l’avatar de Carlos Giménez enfant ; la BD devient même un acteur à part entière.

Troisième cycle : les 2 derniers albums (7-8). Carlos Giménez entreprend ces deux derniers volumes 15 ans après la publication de l’opus 6. Ces deux derniers albums sont anecdotiques et n’apportent rien à la saga.

Pour ce qui me concerne, ce sont les 3 premiers albums qui me passionnent. Ils constituent un sommet indépassable.

Il est intéressant de noter la convergence de Paracuellos avec en particulier les films de Carlos Saura dans les années 1960-1970. Faute de pouvoir attaquer frontalement le régime franquiste, Carlos Saura l’attaquait de biais sous l’angle de ses valeurs. Je pense par exemple à Ana et les loups, charge lourde et brutale qui révélait les ressorts profonds de la société franquiste : domination sadique, refoulement sexuel, hypocrisie religieuse, incarnés dans les représentants des trois piliers du régime : armée, famille, église. Je pense aussi et surtout à Cria Cuervos, film subtil qui traitait de la peur de l’abandon et de la solitude de l’enfant qui a perdu ses parents, surtout sa mère, de sa souffrance et de son sentiment de culpabilité dans un univers étouffant, métaphore politique de la souffrance de l’Espagne sous le franquisme.

PS : Les Cahiers de la Bande Dessinée consacrent un article à Carlos Giménez dans leur dernière livraison, le numéro 13 janvier-mars 2021.

La mort en marche Robert Capa

Réédition du livre.

Des images de guerre des reporters Gerda Taro,Chim et Robert Capa,maquettées par l’immense André Kertész, l’un des pères de la photographie moderne. Publié en 1938,cet hommage bouleversant de Capa au courage des républicains espagnols s’est depuis,imposé comme l’un des monuments de l’histoire de la photographie. Il est aujourd’hui réédité dans une version identique mais de bien meilleure qualité.

Aux éditions DELPIRE & CO 112 p. 35€

Hispaniola

« Un formidable narrateur pour qui les mots et les dessins sont en totale osmose. »

Espagne 1938. Un déserteur, officier de la Légion étrangère, tente de sortir du sanglant guêpier de la guerre civile espagnole.

Le capitaine Lacombe se la coule douce à Alger, avec la femme de son colonel. Mais il se fait pincer et ça dégénère salement. Le voici obligé de quitter l’Algérie clandestinement pour Marseille.

La traversée de la Méditerranée vire au cauchemar quand son bateau croise un navire italien à destination de l’Espagne pour ravitailler les troupes de Franco.
Déserteur ou pas, le voici accusé d’espionnage et débarqué directement dans les geôles franquistes, dans l’attente d’un jugement expéditif.

Heureusement pour lui, il n’y a pas que les troupes du Caudillo à avoir la gâchette facile. Un commando de républicains prend la prison d’assaut, et
le voici embarqué dans la guerre civile. Les brigades internationales lui ouvrent leurs bras, au moment où les soviétiques commencent à éliminer les anarchistes et les non-staliniens…

Hispaniola de Vianello
24 x 30 cm, cartonné. Noir et blanc. 80 pages
Prix : 15.00 €
http://www.editionsmosquito.com/ouvrage-323.html

https://www.actuabd.com/Hispaniola-un-regard-sur-celles-et-ceux-qui-se-sont-battus-pendant-la-guerre-d

« La commode aux tiroirs de couleurs »

Olivia Ruiz « La commode aux tiroirs de couleurs » aux éditions JC Lattès

C’est un roman. Un premier roman pour celle qui jusqu’alors creusait les territoires contrastés de l’exil au travers de l’écriture de ses chansons. Olivia Ruiz passe du sprint plumitif à une course d’endurance. Un marathon maîtrisé qui ressemble à sa quête d’identité.

Depuis toujours Olivia Ruiz porte en elle les dénis familiaux du déracinement. La parole est son langage. Avec l’énergie de toutes les héroïnes d’une Espagne libre et libertaire, elle cherche à trouver les mots précis pour incarner les maux d’une condition sociale et émotionnelle qui est celle d’une émigrée. Dans ce corps à corps entre les maux et les mots, Olivia Ruiz exulte à jouer avec les clous de la mémoire. « Volver » dansait elle jusqu’au sang, avec Jean Claude Galotta. Exilée, en talons aiguilles pour transpercer le cœur des tempéraments obstinés, elle ne lâche rien. L’oiseau piment a pris son envol et plane au-dessus de son destin. Une commode, des tiroirs, et la clé à la recherche de petites épopées non perdues. Puisqu’elle leur donne cent vies, mille couleurs, une symphonie de sons et un bouquet d’odeurs pour rassembler les morceaux de toutes ces vies éparpillées. « On revient de sa jeunesse comme d’un pays étranger » disait Federico Garcia Lorca. Il ajoutait « rien n’est plus vivant qu’un souvenir ».

Olivia Ruiz avec ses mots et sa poésie sanguine venge, dans une transfusion littéraire bouleversante, les silences contraints d’au moins deux générations enfermées dans la peur de voir revenir la bête immonde. La fierté de l’abuela est celle de toutes les femmes, vraies ou imaginaires d’un Sud tragique et brûlant à la fois. Ce Sud qui est pourtant bien, et qui nous fera vivre encore plus d’un million d’années.