Tous les articles par Eric Sionneau

La Mancha, rouge et internationale

Dans la province de la Mancha, les plaines d’Albacete évoquent les fameuses batailles de Don Quichotte contre des moulins à vent. Elles furent également le théâtre d’un combat bien réel, celui des Brigades Internationales. Lorsque la guerre d’Espagne éclate en 1936, des hommes y viennent des quatre coins du monde pour lutter contre la montée du totalitarisme.

Écritures de la révolution et de la guerre d’Espagne

Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler (coord.), « Écritures de la révolution et de la guerre d’Espagne », Exil et migrations ibériques aux XXe et XXIe siècles, n°9-10 (nouvelle série), Riveneuve éditions, hiver 2018/Été 2019.

À la fin de la guerre d’Espagne et durant les années noires qui l’ont suivie, plus d’un demi-million d’hommes et de femmes porteurs de projets d’émancipation sociale sont venus chercher asile en France. Un magnifique numéro double de la revue Exils et migrations ibériques aux XXe et XXIe siècles rassemble les récits et les témoignages de vingt-six descendants de ces exilés.

Nous présentons ici le texte écrit par Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler en introduction de cet ouvrage qu’elles ont coordonné, ainsi que le récit de Daniel Pinós Barrieras, intitulé « Impasse de la Quarantaine ».
Introduction : Récits personnels et écritures de la guerre d’Espagne

.
En 2019, quatre-vingts ans après la Retirada, comment les fils et filles de républicains espagnols exilés entendent-ils transmettre les mémoires intimes d’événements, pour eux si fondateurs ? Comment ont-ils reçu, réinterprété et reformulé, au fil du temps, les récits des expériences particulières autrefois vécues par leurs parents ? Quels lieux, quels mots, quelles traces ont forgé –de façon unique – leurs représentations de ce passé ? Et quelles expériences singulières ont-ils faites eux-mêmes, au sein de leur famille, de cette transmission d’expériences historique ?

Telles sont les questions que nous avons posées à vingt-six d’entre eux, nés en Espagne ou bien en France – entre 1933 et 1958 – et dont nous présentons ici, les récits croisés.

Ces enfants d’exilés ont répondu à notre invitation avec une générosité et une sincérité inouïe, en livrant – et certains pour la première fois – des fragments de leurs mémoires sensibles. Leurs témoignages forment ainsi une mosaïque inédite et émouvante dont la richesse est pleine d’enseignements. Ils évoquent, en effet, une diversité de trajectoires qui met à l’épreuve l’idée même de mémoire commune de l’exil républicain. Ces récits croisés attestent la pluralité de l’exil.

Cette diversité tient d’abord à la pluralité des expériences sociales et politiques décrites : en premier lieu, celles de leurs parents dont ils racontent – de façon subjective – l’histoire. Les vies minuscules des pères et des mères, évoquées au fil de leurs textes, s’inscrivent, dans les contextes très différents d’un temps long qui s’étend des années 1930 à la fin de la dictature franquiste. L’élan réformateur de la Seconde République et les Missions pédagogiques, la révolution sociale et ses collectivités, la Guerre civile, l’exode de 1939, les camps d’internement du Sud de la France, les camps de concentration nazis, la participation à la Résistance, la lutte armée dans les guérillas antifranquistes en Espagne même : autant de temporalités spécifiques, autant de fragments de mémoires distincts que la narration polyphonique, ici recueillie, articule et met en perspective. Car, par-delà les différences, ces fils et filles de républicains ont en commun de relier explicitement la guerre et l’exil vécus par leurs parents aux projets d’émancipation sociale que ceux-ci défendaient. Et loin de réduire l’évocation de la guerre d’Espagne à la séquence du conflit armé proprement dit (1936-1939) et à celle de l’exode désastreux qui a immédiatement suivi ce dernier, ils transmettent non seulement la mémoire des combats mais aussi, en amont et en aval de ces derniers, celles des idéaux et des espérances qui ont nourri les engagements de leurs proches. Or la diversité des parcours des républicains de la première génération – telle qu’elle est ici rapportée par la mémoire de seconde main de leurs descendants – tient aussi aux divergences de projets qui ont inspiré les engagements, du côté antifranquiste. Les auteurs qui témoignent ici sont majoritairement issus de familles socialistes, communistes ou anarchistes. Si d’un texte à l’autre reviennent des lieux de mémoire commun et des valeurs partagées – en particulier l’attachement à l’éducation populaire et à la culture pour tous – les dissonances et les discordances sont clairement perceptibles : aussi bien en Espagne durant le Front populaire et la Guerre civile que dans l’exil, sur fond de guerre froide et de politique stalinienne. Ces évocations plurielles rendent compte des clivages qui ont historiquement divisé le camp républicain et de la conflictualité de ses mémoires que l’emploi de certaines catégories telles que « l’anti-franquisme » ou « l’antifascisme » risquent quelquefois de neutraliser. Nous aurions voulu que l’éventail des cultures politiques soit plus ouvert, mieux représenté. Manquent ainsi, à notre grand regret, des témoignages qui auraient attesté d’autres héritages, en particulier ceux qui sont liés aux courants de la gauche du Parti socialiste, à Izquierda republicana – le parti du président de la République, Manuel Azaña – et aux autres partis républicains, comme aux mouvements issus des minorités régionales. Ce recueil de témoignages est un chantier ouvert qui n’a évidemment aucune prétention à l’exhaustivité.

Mais si la diversité des trajectoires renvoie à l’histoire racontée des parents, elle tient aussi à la pluralité des expériences des auteurs eux-mêmes : à commencer par celle de la transmission mémorielle qu’ils ont directement vécue et qu’ils retracent, pour nous, à la première personne. Une pluralité qui contredit l’idée d’homogénéité sociale et politique sous-tendue par l’expression consacrée – et sans doute simplificatrice – de « seconde ou troisième génération des républicains espagnols ». Au-delà des particularités individuelles, cette pluralité est d’abord liée à l’âge variable des auteurs : quoi de commun, en effet, entre le parcours d’un « enfant de la guerre » né en 1933, à Madrid et celui d’un enfant de l’exil, né en 1958 à Toulouse ou à Paris ? Aussi confuses que soient les impressions reçues dans la petite enfance, le rapport à l’évènement et à sa mémoire sont évidemment bien distincts. Que dire de l’impact des déterminations sociales et culturelles sur les mises en récit léguées, empêchées ou reléguées de ce passé ? Et surtout du rôle joué par la nature des épreuves traversées ? Si toutes les souffrances des acteurs de l’histoire évoqués ici sont égales en dignité, sont-elles pour autant semblables ? La mémoire d’une résistance armée – en Espagne ou en France – et celle de la déshumanisation radicale dans un camp de concentration sont-elles identiques ? Et leurs empreintes dans l’imaginaire familial sont-elles comparables ? Toutes ces questions mémorielles sont ici posées à vif et en acte, à travers ces histoires intimes de la guerre d’Espagne [1]. Or, là où une vision surplombante tendrait à uniformiser les expériences vécues et à figer les paroles des témoins – comme celles de leurs descendants – ces récits personnels mettent au contraire en évidence leur grande variété.

Au-delà de la particularité des trajectoires, des styles et des registres, ils mettent en lumière ce qui fait, d’une façon générale, l’historicité des témoignages : celles de leur formation, celle de leur énonciation et celle de leur réception. Ces « témoins des témoins » de la guerre d’Espagne et de ses suites prennent, en effet, la parole à un moment précis de l’histoire des mémoires des républicains espagnols, en France et en Espagne. Une histoire dont ils ont été et restent encore des acteurs. À l’image de beaucoup d’autres descendants de républicains, ils ont, pour beaucoup d’entre eux, individuellement, accompagné, traduit, publié ou filmé les témoignages de leurs proches [2]. Et, depuis le milieu des années 1990, au-delà de ce rôle de passeur de mémoires individuelles et familiales, ils sont engagés – pour la plupart – au sein de mouvements ou de collectifs associatifs qui militent contre l’impunité des crimes franquistes et se mobilisent dans l’espace public, de façon transfrontalière pour la reconnaissance et l’expression des mémoires des vaincus de la guerre d’Espagne [3]. De surcroît, loin de cultiver un repli identitaire, beaucoup d’entre eux, incarnent une mémoire exemplaire [4] en défendant, par-delà la référence au pays d’origine de leurs parents, des valeurs humanistes et internationalistes.

Ces récits croisés attestent ainsi d’états de mémoire présents – et sans doute provisoires – en partie modelés par des cadres sociaux et des emprunts à d’autres constructions mémorielles. Quoi qu’il en soit, ils sont un contrepoint aux mises en scène publiques et médiatiques de ce passé telles qu’elles se manifestent de chaque côté des Pyrénées. Ils sont, en cela, des documents inédits et précieux sur la transmission contrastée des mémoires de l’exil républicain. Et ils constituent aussi, en eux -mêmes, des évènements de parole [5] et, en tant que tels, des objets d’histoire. Les travaux de la mémoire, tels que nous essayons de les présenter ici ne sont pas de simples attestations soumises au travail des historiens : ils sont eux-mêmes partie prenante de l’histoire.

Nous avons choisi de relier, dans une seconde partie, ces récits personnels à des récits réflexifs d’écrivains et de cinéastes – issus ou non de familles de réfugiés espagnols – qui montrent comment les récits de leurs proches ou des témoins de la guerre d’Espagne ont nourri leur imagination et façonné leur rapport à cette histoire. Leurs auteurs expliquent, dans leurs textes, comment les archives privées, les silences et les paroles de ces acteurs directs de la révolution et de la guerre d’Espagne sont devenus, pour eux, les matériaux de leur propre écriture romanesque ou filmique. Ils exposent la genèse de leurs œuvres et posent les questions esthétiques auxquelles les a confrontés leur engagement artistique autant que politique : le réemploi d’images, l’usage poétique de l’archive au-delà de sa fonction documentaire ou encore la mise en scène et en fiction des témoignages [6].

Le rapport aux archives privées est omniprésent dans tous ces récits personnels. Il apparaît dans les textes et à l’intérieur de ces derniers, à travers la publication de fac-similés d’archives, insérés et commentés de façon personnelle : lettres manuscrites, paroles rapportées, photographies extraites d’albums familiaux, grigri, fétiches, autant de lieux où travaille la mémoire vive, celle qui donne accès à la présence sensible du passé, plus qu’à la reconstruction militante ou savante de ce dernier. L’un des apports de ce volume est ainsi de présenter non seulement des témoignages nouveaux mais aussi des archives privées inédites, familiales et personnelles, dont la valeur évocatrice et affective est très impressionnante. Deux textes d’historiens, dont le propos est de présenter des fonds d’archives bien identifiés, complètent à leur façon le recueil des mémoires. L’un est un fonds d’archives privées remarquable sur la révolution sociale : celui de René Lamberet, certes déposé à l’Institut français d’histoire sociale, mais assez peu exploité eu égard à sa richesse. L’autre est un fonds d’archives également privées, celles de l’Unitarian Service Committee, éclairées par des archives publiques émanant des Renseignements généraux. Faire émerger des matériaux documentaires méconnus participe de l’écriture de l’histoire qui s’accompagne nécessairement d’une critique interne des sources et de leur confrontation. L’archive, en effet, informe autant sur l’évènement qu’elle évoque que sur l’instance qui la produit. Tout comme il est nécessaire de s’interroger sur la fabrication et la modélisation des témoignages. Pour clore le volume, deux analyses – émanant d’une historienne et d’une hispaniste –, se proposent d’apporter un éclairage historique et un regard à la fois littéraire et profondément impliqué sur les récits croisés inédits publiés ici.

Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler

***
Impasse de la Quarantaine

.
Ni el árbol ni la piedra
sienten piedad
de un cielo despiadado
Árbol y piedras
contra el eterno entorno
desgarrado,
hacia no saber nunca
dónde renace el mar
muere la tierra.

Monegros

(José Antonio Labordeta)

Le 26 mars 1938, la légion Condor bombarda Sariñena. Quatre escadrilles de trois avions Heinkel-111 détruisirent les 70 % du village aragonais dans lequel vivait ma famille. La bourgade fut dévastée alors que les troupes républicaines avaient abandonné la localité la veille et qu’une partie de la population avait quitté le village. Il y eut de nombreux morts. Le lendemain, le 27 mars, une division de soldats marocains du Rif ayant combattu aux côtés du général Francisco Franco occupa Sariñena.

Durant le mois de mars en Aragon, trente terribles bombardements furent menés sur des ponts, des routes et des villages par l’aviation franquiste Hispana, l’aviation légionnaire italienne et la légion Condor allemande. Ce fut la plus grande offensive militaire ayant eu lieu sur le territoire de la République espagnole.

Les bombes allemandes venaient de réduire en cendres les rêves d’une génération entière de jeunes habitants de la région des Monegros. Les Monegros c’est un plateau ouvert au cierzo, un vent sec et froid venant des Pyrénées. Pour ma famille c’est un lieu de mémoire où, comme le chantait le compositeur aragonais José Antonio Labordeta, « ni l’arbre ni la pierre n’ont de compassion pour un ciel impitoyable ». Une terre où s’est enracinée mon histoire, celle de ma famille et l’Histoire avec un grand H qui porta tant de rêves émancipateurs, mais aussi la tragédie d’une Espagne mise à sac par les troupes du général Franco.

Le 19 juillet 1936, à Sariñena, le chef-lieu de canton des Monegros, souffla le grand vent libérateur de la révolution. Les muchachas et les muchachos, les jeunes libertaires de la CNT étaient majoritaires dans le Comité révolutionnaire, comme ils l’étaient dans toutes les provinces d’Aragon. Ils décrétèrent la collectivisation des terres et exproprièrent les grands domaines avec toutes les machines agricoles. L’argent fut aboli et un système d’échange de bons, basé sur les besoins de chaque famille, fut mis en place. Comme ailleurs, les titres de propriété furent détruits et l’église du village devint un garage et un entrepôt pour stocker les marchandises gérées par le comité. L’utopie était en marche et les paysans monegrinos participèrent avec enthousiasme à la révolution sociale. Une nouvelle vie commença, le communisme libertaire longtemps rêvé se confrontait enfin à l’épreuve des faits aux premières heures d’un monde nouveau.

Mon père partit combattre le fascisme sur le front du Levant en avril 1937. Trois mois plus tard, fin juillet, les troupes de Lister, général de l’armée républicaine, détruisirent par la force un grand nombre de collectivités aragonaises, avec le désir furieux de restaurer l’ordre républicain et celui des propriétaires terriens. Le stalinisme avait déployé dans toute l’Espagne sa branche armée et Líster en était un des principaux généraux.

La révolution n’était plus qu’un rêve avorté, la sale guerre, où le militarisme a fini par s’emparer des esprits, devint une réalité. Trois de mes oncles ont combattu sur les fronts républicains d’Aragon et d’Andalousie. C’est à Pozo Blanco, sur le front de Cordoue que l’un d’entre eux, Valero, le frère de ma mère, perdit la vie à l’âge de 19 ans. À Gandia, sur le front levantin, mon père et ses compagnons se battaient pour que leurs rêves de libération ne soient pas anéantis. Le visage sinistre du fascisme était de l’autre côté de la tranchée, mais la lutte était si inégale et l’enthousiasme initial, cette force qui secouait les montagnes, fut écrasé.

En novembre 1938, après des mois de silence et de séparation, mes parents se réunirent brièvement près de Gérone pour le long voyage de l’exil : la Retirada. Mon père traversa la frontière française, par le col du Perthus, le 9 février 1939. Un combattant anonyme parmi des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants marchant dans une procession funèbre où ne retentissait, entre deux bombardements de la légion Condor, que le silence des vaincus. À ce moment-là, mon père était probablement loin d’imaginer qu’il ne reverrait jamais les terres de sa jeunesse.

L’exil espagnol fut principalement une humiliation. Mon père et ses deux frères furent détenus dans le camp de concentration d’Argelès-sur-Mer.

Un autre de mes oncles, le frère de ma mère fut détenu dans le camp de Bram. Les exilés espagnols furent marqués pour toujours par l’accueil de cette France qu’ils pensaient être la terre des droits de l’homme. Ils n’oublièrent jamais ce qu’ils ont vécu dans les camps de concentration français : le sentiment de dégradation, la perte de toutes les valeurs morales qu’ils avaient défendues, le goût amer du pain de farine mélangé à de la sciure, la tramontane, le vent froid et vif qui laissait les corps meurtris sur les plages de sable où rien n’était prévu pour abriter les hommes, la mort, l’arenitis, la maladie mentale que générait la captivité insupportable des sables du Roussillon. La France n’a jamais exprimé de repentir pour cette atteinte aux principes « liberté, égalité, fraternité » écrits sur le fronton de ses mairies, la sainte trilogie républicaine que ses élites piétinèrent et continuent à piétiner.

Une fois de plus séparée par l’histoire, ma famille se réunifia au cours de l’été 1940 en Savoie.

En 1943, comme pour de nombreux républicains espagnols, pour mon père et mes deux oncles, l’heure de la revanche contre le fascisme allait sonner. Ils participèrent à la Résistance française dans les rangs du groupe FTP « la Vapeur » en Savoie et au sein d’un groupe de guérilleros espagnols des maquis pyrénéens.

En exportant au-delà de la frontière la guerre de libération, ils pensaient que le régime franquiste avait ses jours comptés. Ils passèrent les meilleures années de leur vie les armes à la main, afin que des générations comme la nôtre puissent vivre dans la paix et la liberté.

Ils ne comprirent pas tout de suite le cynisme des vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale lorsque ceux-ci trahirent leur engagement d’aider les Espagnols à se libérer du fascisme sur leur propre terre. L’exil dura encore trente ans. L’odyssée de ma famille s’est terminée en 1950, dans la ville de Villefranche-sur-Saône, dans un lieu symbolique pour des exilés : l’Impasse de la Quarantaine. Je suis né en 1953, trois ans après la fin du voyage. C’est une histoire faite d’enthousiasme et de déceptions, l’histoire d’hommes et de femmes qui ont porté les rêves et les trahisons sur leurs épaules toute leur vie.

« Je n’ai jamais travaillé avec autant d’enthousiasme, sans être payé et sans vacances, pour une si belle cause ! ». C’est ainsi que témoignait ma mère, une petite paysanne de Sariñena ayant souffert de malnutrition et de rachitisme durant son enfance. Juliana, la petite paysanne des Monegros, n’avait que 22 ans lorsque les événements se sont précipités et l’Espagne est entrée dans une folie collective s’achevant par une guerre civile atroce et sanglante. Elle vécut le drame, la terreur et la guerre, mais aussi le bref été de l’anarchie. Le sommet de son existence, son printemps personnel, le phare qui illumina toute sa vie. En juillet 1936, elle quitta avec perte et fracas la maison bourgeoise où elle faisait le ménage depuis le plus jeune âge pour s’enrôler au service du Comité révolutionnaire et travailler au restaurant populaire de Sariñena. Elle croyait aux lendemains qui chantent et à la jeunesse du monde. Durant un été radieux, elle découvrit le bonheur de la liberté et de l’amour. Au sein du Comité révolutionnaire du village elle rencontra mon père, le delegado de abastos y de hacienda, le délégué au ravitaillement et au logement de la collectivité, et l’administrateur du restaurant populaire. La jeune Juliana découvrit la vie et l’amour, elle aima follement mon père, un jeune monegrino, qui lui fit un enfant avant de rejoindre le front du Levant.

Ma mère parlait un savoureux mélange de français et d’espagnol, le « frañol », un sabir formidable. Quand j’étais enfant, elle donnait corps grâce à cette langue nouvelle à de longs récits sur la manière dont les idées nouvelles bouleversèrent l’ordre établi dans un village à l’existence réglée par le calendrier liturgique de l’Église catholique, où des jeunes gens se mirent à lire des auteurs comme Proudhon, Bakounine, Ferrer i Guàrdia, Lorenzo et où les plus hardis d’entre eux rêvèrent de supprimer l’argent, collectiviser les terres et partager le pain. Ma mère vécut cette parenthèse libertaire, ce temps suspendu où les pauvres ont pu relever la tête, avant que la rébellion ne soit écrasée dans le sang par les phalangistes et les militaires fascistes. À vingt-cinq ans, elle traversa à pied les Pyrénées encadrée par la 11e division de l’armée républicaine pour rejoindre la France, mon frère aîné, son bébé d’un an contre sa poitrine et sa jeune sœur de dix ans accrochée à ses jupes.

Quand je pense à ma mère et à son histoire, je ressens des sentiments de nostalgie, de bonheur, de mélancolie et de colère. Je pense aussi à toutes ces femmes de l’exil qui ont vécu dans la douleur l’arrachement à leur terre et à leur espoir. L’histoire est écrite par les vainqueurs et elle a presque toujours été écrite par des hommes. Ils ont, malheureusement, trop longtemps oublié les noms des femmes combattantes dans le cadre de Mujeres libres, des milices ouvrières, des comités révolutionnaires et des organisations syndicales.

Elles ont été persécutées pendant la guerre et sous le régime franquiste. Les femmes étaient dangereuses car elles dénonçaient les problèmes liés au patriarcat et aux inégalités sociales. Comment ne pas se rappeler de ces femmes libres qui participèrent à la libération de tant de villes et de villages espagnols, au coude-à-coude avec leurs compagnons, et à qui on donna l’ordre de quitter les tranchées pour servir à l’arrière-garde comme cuisinières, infirmières et ouvrières, parce que, selon les autorités républicaines d’alors, la place d’une femme n’était pas en première ligne ? Toutes ces femmes n’avaient-elles plus leur place parmi les damnés de la terre sur un strict pied d’égalité avec les hommes ?

Tant de souvenirs m’assaillent aujourd’hui, j’ai essayé de les transmettre dans mon livre de mémoire : Ni l’arbre ni la pierre. L’odyssée d’une famille libertaire espagnole [7].

La mémoire nous joue parfois des tours, elle mélange, elle télescope, elle brouille les pistes et par l’intermédiaire d’un livre, on essaye d’y remettre un peu d’ordre, de transmettre par devoir et par conviction. Je l’ai fait par fidélité pour les miens, pour leurs idées émancipatrices, pour ne pas laisser notre histoire au bord du chemin. (…) Ma volonté au départ en écrivant ce livre était de mettre en évidence l’histoire singulière de ces milliers de républicains espagnols qui ont vécu le rêve et le cauchemar, la joie et la tristesse. Une génération entière de femmes et d’hommes que l’histoire officielle a trop longtemps oubliée (…).Je me souviens des déplacements que nous effectuions en autocar avec toutes les familles de la CNT, lorsque j’étais enfant dans les années cinquante et soixante, pour nous rendre aux meetings dans les Bourses du travail de la région, à Vénissieux, Villeurbanne, Saint-Fons, Roanne… Dans les familles libertaires espagnoles, les enfants étaient rois, pour nous, chaque voyage était une fête, nous qui avions peu d’occasions de sortir. À chaque meeting, la journée se déroulait de la même manière : le matin, place était laissée aux orateurs, les ténors de la CNT se succédant pour évoquer la Revolución de leur jeunesse et la nécessité de soutenir le combat mené « à l’intérieur » par les valeureux compañeros de la CNT. À la fin de la réunion, la salle entière entonnait avec émotion les yeux remplis de larmes Hijos del pueblo et À las barricadas, les hymnes de la FAI et de la CNT.

Une table de presse mettait à disposition des militants les journaux et les revues éditées par la CNT, la FAI et la FIJL [8], de même que des ouvrages politiques et aussi des romans, des pièces de théâtre ou des recueils de poésie. Je me souviens que, lors d’un meeting à Saint-Fons, mon père fit l’acquisition de trois drames paysans de Federico García Lorca en espagnol : Yerma, La Maison de Bernarda Alba et Noces de sang. Quelques années plus tard, alors adolescent, ils me permirent de découvrir Lorca. La culture était une préoccupation constante dans les publications libertaires de l’exil qui naquirent à partir de 1945. La littérature, le théâtre, le cinéma et les arts plastiques avaient une place prépondérante dans les journaux et les revues de l’exil.

Le repas fraternel était souvent servi dans un restaurant populaire proche de la salle où avait lieu le meeting ; c’était l’occasion de se retrouver entre compagnons et d’évoquer le paradis perdu, les souvenirs de 1936, l’actualité du jour au-delà des Pyrénées, la dernière naissance, les études des enfants à l’école française. L’après-midi, tout s’achevait par un festival, un spectacle où les attractions étaient constituées de chanteurs, de musiciens, de danseurs, de comédiens de l’exil. Ces artistes, souvent talentueux, mettaient en scène des danses du folklore espagnol comme la jota, la sardane ou le flamenco et des œuvres théâtrales comme celles de Calderón de la Barca, Cervantes ou Lorca. Pour nous les enfants, c’était une fête et une récréation, nous arpentions la salle de concert, déambulions dans les allées, les escaliers, le balcon et le hall d’entrée. Le bonheur que nous lisions dans les yeux de nos parents nous rendait joyeux et fiers d’appartenir à notre communauté de l’exil, si loin et si proche de l’Espagne. Nous avions, bien sûr, d’autres occasions de nous retrouver, lors des giras, nom de rencontres héritées des libres-penseurs et des naturistes du siècle dernier quand ceux-ci célébraient la mère nature et la liberté. De même que lors des meetings de la CNT, nous nous déplacions en autocar vers un lieu à la campagne, un champ ou un bois où un repas champêtre était organisé. L’asado, la viande était cuisinée à la parrilla, au barbecue, comme en Espagne. Les Espagnols aiment chanter et l’on chantait beaucoup lors des giras, où l’on s’accompagnait de guitares ; pendant ce temps, los críos, les enfants, faisaient les quatre cents coups dans la campagne environnante.

En 1968, à 15 ans, j’étudiais en deuxième année de chaudronnerie dans un CET (Collège d’enseignement technique) de Villefranche-sur-Saône. Mon père militait à la CGT dans une usine d’impressions textiles, l’usine Gillet-Thaon. De nombreux anarchistes espagnols adhérèrent à FO par rejet de l’influence des communistes au sein de la CGT, mais FO n’existant pas dans son usine mon père adhéra à la CGT.

Quand Mai-68 est arrivé, je fréquentais les jeunes de mon quartier, parmi lesquels se trouvait un groupe de militants maoïstes. À l’époque, mes sources d’inspiration étaient les romans de Lorca, Zola, Hugo, Tolstoï, Sartre, Molnar, Kafka découverts dans la bibliothèque de mon père. Les anarchistes espagnols donnaient beaucoup d’importance à la culture en tant qu’instrument de « conscientisation ». Un véritable attachement à l’identité ouvrière existait alors, le fait de porter un bleu de travail était un signe de reconnaissance pour refuser l’ordre usinier, ses contraintes et ses hiérarchies. Dans mon collège, une assemblée générale fut organisée par les étudiants de troisième année. Ça ne s’était jamais produit dans un établissement technique, nous étions beaucoup moins libres de nous exprimer qu’au lycée d’enseignement général, le poids de la hiérarchie étant très fort. La grève fut votée et un comité de lutte fut créé.

Au lendemain du déclenchement de la grève à Villefranche, une manifestation et un meeting à la Bourse du travail eurent lieu. Nous nous sommes retrouvés dans la rue avec les ouvriers des usines en grève et les lycéens. Les travailleurs de presque toutes les usines étaient là, y compris les petits ateliers de confection, très nombreux dans la ville. Complètement bouleversé, manifestant au coude-à-coude avec les ouvriers et les lycéens, pour la première fois de ma vie, je partageai une lutte sociale avec mon père… (…) En mai, j’ai aussi découvert la presse anarchiste espagnole imprimée en France, puis introduite clandestinement en Espagne. Des journaux auxquels mon père était abonné : Le Combat syndicaliste et Tierra y Libertad… Alors que je ne les lisais pas auparavant, ces journaux me sensibilisèrent à la question sociale. Je me souviens du numéro de juin du Combat syndicaliste qui titrait : « En mai fais ce qui te plaît ! ». Et voyant la réalité à travers le regard des anarchistes, je me sentis très vite proche d’eux. Ils parlaient de la grève générale et expliquaient pourquoi un combat était nécessaire, un combat qui conduirait au changement social et à la fin du capitalisme. (…)

À 15 ans, Mai-68 fut pour moi un baptême du feu vécu aux côtés de mes parents et de mes amis. Dans les années qui suivirent, j’ai tenté de vivre l’utopie à travers un engagement militant total. Ce fut une plongée dans le chaudron libertaire de ma famille, une manière de continuer un combat qui commença au-delà des Pyrénées.

Daniel Pinós Barrieras

[1] Pour reprendre le titre du livre de Patrick Pépin Histoires intimes de la guerre d’Espagne, Paris, Nouveau Monde, éditions, 2009.

[2] C’est le cas ici de plusieurs auteurs de notre ouvrage qui ont réalisé un travail d’édition des témoignages de leurs proches. Mais aussi d’auteurs comme Myrtille Gonzalbo et Vincent Roulet qui ont créé, avec le site des Giménologues, un remarquable espace de transmission des mémoires libertaires ; c’est aussi le cas de Marí Carmen Rejas dans son ouvrage 1936, itinéraire d’un enfant espagnol. Paco, l’impossible oubli, Paris, Société des écrivains, 2015 ; ou encore de Mélodia Sirvent avec Le cordonnier d’Alicante. Mémoires d’un militant de l’anarchisme espagnol (1889-1948) Paris, Editions CNT-RP, 2017, où elle traduit, introduit et annote le témoignage de son père Manuel Sirvent Romero. Certains fils et filles de républicains à l’image d’Antoine Blanca dans Itinéraires d’un républicain espagnol, reprennent à leur compte le récit de leur père en le fictionnalisant. Ainsi Tomás Gómez Gómez, Amanecer rojo, Sarrión, Muñoz Moya Editores, 2015.

[3] Voir ¡Caminar !, la coordination pluraliste d’associations au niveau français.

[4] Tzvetan Todorov, Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa, 1995.

[5] Arlette Farge, Des lieux pour l’histoire, Paris, éditions du Seuil, 1997, ou La Parole comme évènement dans Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil, 1997.

[6] Certains auteurs, dans la partie précédente, ont réalisé des films (Ariel Camacho, Fernando Malverde, Marta Marin Dòmine, Odette Martinez-Maler) mais ils n’ont pas choisi de parler de leur travail d’écriture ou de réalisation, de même que Jean Ortiz dans la partie consacrée aux archives.

[7] Daniel Pinós, Ni l’arbre ni la pierre. L’odyssée d’une famille libertaire espagnole, Lyon, Atelier de création libertaire, 2001.

[8] CNT : Confédération nationale du travail ; FAI : Fédération anarchiste ibérique ; FIJL : Fédération ibérique des Jeunesses libertaires [NDÉ].

http://memoire-libertaire.org/Ecritures-de-la-revolution-et-de-la-guerre-d-Espagne

L’Espagne vivra, Henri Cartier Bresson (1938-1939)

« L’Espagne vivra » est un film documentaire français réalisé en 1938 par Henri Cartier-Bresson sur la guerre civile en Espagne et sorti en 1939.
Le film est structuré en trois parties : un exposé de la présence militaire étrangère venue aider la rébellion franquiste, une dénonciation de la politique de non-intervention décidée par la Société des Nations et la valorisation du travail militant des membres du Secours populaire français en faveur de l’Espagne républicaine.

Ce document a été restauré par les Archives Françaises du Film du Centre National de la Cinématographie, Ministère de la culture.

Titre : L’Espagne vivra

Réalisation : Henri Cartier-Bresson

Écriture du commentaire : Georges Sadoul

Production : Secours populaire français

Pays d’origine : Drapeau de la France France

Format : Noir et blanc – 1,37:1 – Son mono – 35 mm

Genre : film documentaire

Durée : 45 minutes

Date de sortie : France – 1939

Engagements antifranquistes et libertaires durant la «  transition démocratique  »

Espoirs déçus. Engagements antifranquistes et libertaires durant la «  transition démocratique  » espagnole

Retour sur une partie peu connue du parcours militant de Bernard Pensiot

Le 6 Mai 2018, le militant anarchiste lyonnais Bernard Pensiot décédait d’une crise cardiaque dans le village de l’Abergement-de-Varey dans l’Ain où il s’était installé pour passer sa retraite.

Deux ans plus tard, les éditions de l’Atelier de création libertaire permettent de revenir sur son engagement peu connu durant les « années de braises » de la fin du franquisme, qui le conduisit notamment en prison à la Modelo à Barcelone, à l’occasion de la publication du livre Espoirs déçus, Engagements antifranquistes et libertaires durant la «  transition démocratique  espagnole.

Quarante ans plus tôt, le 4 février 1978, Bernard Pensiot est arrêté par la Guardia civile sur les Ramblas à Barcelone en compagnie de son camarade « Pep » et de la compagne de celui-ci. Dans le même temps, dans les jours qui précédent et suivent c’est une dizaine d’autres militants libertaires, espagnols et français, qui subissent le même sort dans le cadre d’un « coup de filet » contre un soit-disant « groupe terroriste international » dont Bernard serait le relais à Perpignan pour organiser les passages entre la France et l’Espagne. Des arrestations qu’il faut replacer dans le contexte de criminalisation d’un mouvement libertaire renaissant en Espagne, notamment au plan syndical avec la CNT. Une vaste répression qui est mise en œuvre suite à « l’affaire de la Scala » orchestrée par les services de police [1]. Pour Bernard et ses camarades, il s’ensuit tortures puis incarcération durant de longs mois voire des années. Durant ses huit mois de détention, Bernard s’est impliqué dans le mouvement en pleine effervescence des prisonniers d’Espagne, regroupés dans la Coordination des prisonniers en lutte (COPEL), réclamant une amnistie générale.

Bernard menait depuis plusieurs années, durant la fin de la dictature franquiste, une activité au sein d’un réseau de soutien, matériel et humain aux militant-e-s libertaires en Espagne. Il réalisait un travail d’information sur ce qui s’y passait notamment par la diffusion de tracts vers l’Espagne et ceux qui y partaient. Il participait à de nombreux passages clandestins de matériel de propagande à pieds ou dans des voitures trafiquées tout comme de l’argent et des armes aussi parfois. Il organisait encore la réception de camarades fuyant le régime franquiste qui avaient besoin de papiers, de travail, d’argent, d’hébergement. Il allait pour cela de nombreuses fois chercher des militant-e-s qui avaient urgemment besoin de venir se réfugier en France et leur faisait passer la frontière clandestinement dans des conditions souvent très difficiles.

Solidarité par delà la frontière, passeur de propagande, de matériel, d’espoirs, renouveau libertaire, répression puis prison avec ses mutineries, ses tentatives d’évasion et ses grèves de la faim… une période dite de « Transition démocratique » que Bernard a vécu à fond, avec ses espoirs, ses enthousiasmes mais aussi ses désillusions. Au travers de son parcours et de celui de ses camarades, Espoirs déçus permet de revenir sur tous ces thèmes et s’inscrit dans une Histoire de la Révolution espagnole sur le temps long même si ce livre est avant tout le récit d’une solidarité en actes avec « l’Espagne libertaire » lors de la fin du régime franquiste et de la « transition démocratique », période communément admise comme allant de la mort de Franco, en novembre 1975, à la victoire des socialistes du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol) aux élections législatives d’octobre 1982.

La « transition », puis la démocratie espagnole, ont maintenu en place le même appareil policier et répressif, avec les mêmes acteurs et les mêmes méthodes que sous la dictature et n’ont pas hésité à le déchaîner contre un mouvement libertaire renaissant, au centre de nombreuses attentes populaires et porteur d’une alternative sociale et politique au modèle démocratique, libéral et monarchiste proposé comme en témoigne les dizaines de milliers d’adhérent-e-s à la CNT reconstruite dès 1976 et les centaines de milliers de participant-e-s au meeting de Montjuic et aux Journées libertaires du Parc Güell en juillet 1977. Le mouvement libertaire n’avait peut-être pas suffisamment préparé cette période, anticipé l’ampleur des changements, des attentes et des sollicitations envers lui et était de plus pris dans ses querelles intestines héritées du traumatisme de la défaite de la guerre civile et de l’échec de la Révolution de 1936. Il était pourtant apparu comme la convergence des aspirations antiautoritaires et d’autonomie exprimées en force durant plusieurs années dans la société espagnole qui a connu, de la fin des années soixantes à la fin des années soixante-dix, d’importantes luttes sociales et politiques où sur les lieux de travail, dans les quartiers populaires mais aussi dans les prisons, le pouvoir a été massivement contesté de façon radicale.

Beaucoup de femmes et d’hommes aspirant à un « autre futur », tels Bernard et ses camarades, se sont alors pleinement engagés dans les luttes de cette période et en ont payé le prix de la répression, parfois de manière définitive tel Agustin Sierra Rueda assassiné à la prison Carabanchel de Madrid le 14 mars 1978 [2].

Bernard avait accepté de revenir sur cette histoire à l’occasion d’une série d’entretiens, lors de l’été 2008 et 2009, alors qu’il avait quitté Lyon et était allé passer sa « retraite » à la campagne. Il concédait enfin à évoquer ce passé, car s’étant mis en retrait il ne craignait plus de se voir attribuer une quelconque « gloire » ou un statut particulier qu’il n’avait pas envie de porter dans un souci d’égalité avec ses camarades. Ces entretiens ont ensuite donné lieu à de nombreuses recherches et à d’autres rencontres avec celles et ceux qui l’avaient côtoyé, de part et d’autre des Pyrénées.

Malgré mes nombreuses recherches complémentaires des entretiens, aussi bien aux archives départementales que dans les archives militantes ou encore dans la presse française et espagnoles, il a parfois été difficile de reconstituer toutes les solidarités et leur ampleur de manière précise. C’est le problème de l’étude de toute action clandestine, de ses sources et de sa mémoire. Personne ne cherchait trop à savoir ce que faisaient précisément les autres. Moins on en savait, moins on avait à dire après plusieurs jours de torture « si on tombait ». Sauf nécessité, les actions et l’information étaient cloisonnées. Il m’a fallu près de 10 ans pour terminer ce travail de recherche en tenant compte des divers impératifs et aléas de la vie. Et puis surtout personne ne pensait que Bernard nous quitterait si vite et si subitement.
Le 5 mars 2020, je suis allé à La Modelo de Barcelone en compagnie de Victor Simal et de « Pep », José Palau Pujol, compagnons libertaires de solidarités antifranquistes et de détention de Bernard, dans le cadre de la réalisation d’un documentaire sur leur incarcération et les luttes auxquelles ils ont participé [3].

Cette prison, fermée depuis juin 2017, est pour l’instant transformée en un site historique essentiellement consacré à la mémoire de la répression franquiste. Une déambulation devant les divers panneaux explicatifs nous a permis de constater qu’une fois de plus, hormis le cas emblématique de Salvador Puig antich garrotté dans ces murs [4], le rôle des anarchistes dans les luttes de la fin de la dictature tout comme la répression politique envers eux durant la « transition » et le début de la démocratie espagnole étaient complètement occultés. Nul trace non plus du formidable mouvement de la COPEL et de sa volonté, au-delà de l’amnistie générale, de destruction des prisons. Bien trop embêtant pour une mémoire qui veut simplement valoriser un modèle de réussite de transition vers la démocratie représentative. D’où l’intérêt de mettre au grand jour l’histoire de ces « activistes de l’ombre », comme le dit si bien Freddy Gomez dans son pertinent avant propos, malgré leurs Espoirs déçus.

David Rappe

Espoirs déçus, Engagements antifranquistes et libertaires durant la «  transition démocratique  » espagnole, David Rappe, Atelier de création libertaire, 2020, 157 pages, 12 euros.

David Rappe, Historien, militant syndicaliste et libertaire, a déjà publié La Bourse de travail de Lyon, une structure ouvrière entre services sociaux et révolution sociale, éditions ACL, Lyon, 2004, et Rendez-vous avec Armand Gatti, 10 rencontres avec Armand Gatti, éditions la Parole errante, Montreuil, 2008.

Article publié dans Chroniques Noir & Rouge, revue de critique bibliographique du mouvement libertaire. n° 2, septembre 2020.
P.S. :

[1] Le 15 janvier 1978, à l’occasion d’une manifestation de près de 15 000 personnes appelée par la CNT pour dénoncer les accords (anti)sociaux de la Moncloa, la salle de la Scala, music-hall de Barcelone, est détruite par un incendie faisant quatre morts.

[2] Suite à la découverte d’un tunnel, Agustin Rueda est tabassé et torturé dans le but de dénoncer ceux qui devaient participer à la tentative d’évasion. Battu à mort, il agonise durant une dizaine d’heures sans aucune assistance médicale, malgré ses plaintes et appels à l’aide.

[3] La visite est un projet de film documentaire relatant l’histoire de Victor Simal durant son incarcération à La Modelo en 1978. Documentaire, 52 min, français, catalan, sous-titres, réalisation Collectif Les Amis d’abord/Kalimago Films, sortie prévue fin 2020.

[4] Salvador Puig-Antich, membre du MIL (Mouvement ibérique de libération), est un des derniers garrottés sous Franco, le 2 mars 1974 suite à la mort d’un policier survenue dans la fusillade lors de son arrestation.

Les Deux mémoires – Jorge Semprún

Film visible sur HENRI jusqu’au mercredi 20 avril 2022

Les Deux mémoires, « une enquête sur les mémoires républicaine et franquiste », selon les mots de Jorge Semprún, se construit autour d’entretiens réalisés en 1972 en France et en Espagne, d’images d’archives de la Guerre civile et d’actualités de la période franquiste.

https://www.cinematheque.fr/henri/film/59381-les-deux-memoires-jorge-semprun-1972/?fbclid=IwAR1KmNeuHgBVndc3hzjcUkT1brwJllQFJ9ujxyIWAUEvHK2tPInhzM0BHi4

Avec les témoignages de Federica Montseny (dirigeante de la CNT, anarchiste), Santiago Carrillo (secrétaire général du PCE, communiste), José Peirats (dirigeant de la CNT), Maria Casarès (comédienne), Gabriel Jackson (historien), Fernando Claudín (ancien secrétaire du PCE), José María Gil-Robles (ancien dirigeant de la CEDA, conservateur), Lucio Losa (ancien militant des JSU, gauche), José Menese (cantaor de flamenco), Ian Gibson (écrivain et enseignant), Wilebaldo Solano (dirigeant du POUM, marxiste), Juan Andrade (dirigeant du POUM), Manuel de Irujo (conseiller du gouvernement basque en exil), Juan Goytisolo (romancier), Núria Espert (comédienne), José Martin Artajo (écrivain), André Malraux (écrivain), Lucy Durán (musicologue), Carmen Claudín (étudiante), Simón Sánchez Montero (dirigeant du PCE), Dionisio Ridruejo (écrivain, ancien dirigeant de la Phalange espagnole), Xavier Domingo (écrivain), l’abbé de Montserrat, Raimon (chanteur), Yves Montand (comédien).

Film restauré en 2010 par la Filmoteca de Catalunya, la Filmoteca española et la Cinémathèque française avec le soutien de Jorge Semprún à partir des éléments originaux conservés par le laboratoire LTC. L’analyse de ces éléments et d’une copie conservée à la Cinémathèque française a permis de reconstituer une version fidèle à celle qui avait été découverte en salles par le public français en 1974. Ce nouveau tirage a été réalisé en 2012 par le laboratoire Éclair.

« Il y a eu amnistie et amnésie. L’amnistie, c’est évident, ça passe par la loi, mais l’amnésie, ça ne se légifère pas. On ne peut pas dire, comme dans l’édit de Nantes : « Il est interdit de rappeler les troubles du passé. » Ça a trop duré en Espagne, et c’est un signe de bonne santé démocratique qu’on puisse aujourd’hui se permettre le luxe de retrouver la mémoire. » (Jorge Semprún)

La mémoire, la possibilité du partage d’une expérience vécue, étaient au cœur des préoccupations de Jorge Semprún (1923-2011), qui a vécu l’exil au début de l’adolescence, la Résistance, la déportation à Buchenwald, puis l’engagement clandestin dans les plus hautes instances du Parti communiste espagnol sous la dictature franquiste. Ce souci de la mémoire, qui sera si souvent la matière de son écriture – ses romans, scénarios, et surtout essais – passe ici, en 1972, par le cinéma et l’enregistrement de la parole des acteurs des deux camps de la Guerre civile, républicains et nationalistes. Autorisé cette année-là pour la première fois à se rendre légalement en Espagne, Semprún présente son projet aux autorités comme un film sur le futur de l’Espagne et de l’Europe. Les entretiens sont tournés en Super 16 durant l’été 1972, en France et, dans la semi-clandestinité, en Espagne. Des presque quarante heures de témoignages filmées, le réalisateur a d’abord monté une première version de six heures, qu’il réduisit à deux heures pour la sortie en salles. Le film est sorti sur les écrans français en février 1974, où il est resté à l’affiche près d’un mois. Il n’a jamais été distribué dans les salles espagnoles.

Camille Blot-Wellens

« FEMMES ESPAGNOLES EN RÉSISTANCE, FEMMES LIBRES ET ENGAGÉES » DEUXIEMES RENCONTRES FRANCO-ESPAGNOLES MONTPELLIER 30 NOVEMBRE ET 2-3-4 DECEMBRE 2021

L’association Voix de l’extrême Poésie et Culture organise les deuxièmes rencontres franco-espagnoles sur le thème « Femmes espagnoles en résistance, femmes libres et engagées » à Montpellier du 30 novembre au 4 décembre 2021 .

A leur arrivée en France en 1939, des femmes espagnoles ont connu les conditions difficiles de l’exil. Internées dans les camps de la honte, elles n’ont pas hésité à manifester derrière les barbelés pour exiger des droits fondamentaux.

Installées précairement dans la Région Occitanie Midi-Pyrénées, elles se sont engagées comme résistantes dans la lutte contre le fascisme en rejoignant des résistants français et espagnols durant la deuxième guerre mondiale comme Sara Berenguer, Mercédez Nuñez Targa, Conchitas Ramos, Hermina Munoz résistante en Ariège et bien d’autres femmes encore.

Certaines, ont été déportées, ont connu l’horreur des camps nazis. L’une d’entre elle, Mercedez Nuñez Targaen témoignera lors du procès de tortionnaire à Carcassonne.

D’autres ont mis leurs compétences et leur engagement à la disposition des institutions françaises sanitaires, comme par exemple l’a fait à Toulouse Amparo Poch Gascon notamment à la croix rouge ou à l’Hôpital de Varsovie, ou ont poursuivi des actions culturelles, politiques, d’éducation populaire dans les villes et les villages où elles se sont installées…

Dans les années 1930, avant la guerre d’Espagne, la plupart de ces militantes étaient déjà engagées en Espagne dans des mouvements féministes, comme celui des « Mujeres Libres », de lutte contre le fascisme, dans des syndicats ouvriers, des partis politiques. Elles fréquentaient les Ateneo, véritable lieu de culture, de formation, d’apprentissage où certaines forgèrent leurs idées en faveur de l’émancipation des femmes…Comme par exemple Sara Berenguer, poète, résistante et militante dans le Biterrois, Sucesso Portalès qui vécut également à Montady, Lucia Saornil, poète et peintre, initiatrice du Mouvement Mujeres libres avec Amparo Poch exilée à Toulouse.

Alors que ces femmes ont joué un rôle majeur en Espagne puis en France, elles sont le plus souvent les OUBLIÉES DE L’HISTOIRE et pourtant, elles ont forgé la nôtre.

En 2021, les deuxièmes rencontres franco-espagnoles leur seront consacrées pour leur rendre un hommage en soulignant leur engagement et leurs apports dans notre région.

En partenariat avec la Région Occitanie-Midi-Pyrénées, l’équipe du RESO de l’université Paul Valéry Montpellier 3, la Maison des relations internationales de Montpellier, La ville de Montpellier,

Voces del extremo Moguer (Huelva) et La Fundación Juan Ramón Jiménez Moguer (Huelva)

et

Le lycée Victor Hugo de Lunel

Le lycée Jules Guesde Montpellier

L’association Mémoire en résistance en Ariège – solidarité transfrontalière MRAST

L’association FFREEE Argelès sur Mer

L’observatoire de la laïcité (Olaïc 34)

Les archives départementales de l’Hérault

Radio FM+

La Maison de l’Europe Montpellier

En cours :

le CCMCAS 34

Le centre toulousain de documentation sur l’exil espagnol

https://voixdelextremepoesieetculture.blogspot.com/

LE CAMP D’AGDE

Lieux de mémoire incontournable de l’histoire de la ville au XXe siècle, le monument du camp d’Agde se tient aujourd’hui à l’intersection de la route des 7 Fonts et de la rue Jean Moulin, près du collège René Cassin. Inauguré en 1989, il marque symboliquement l’entrée du camp et rend hommage à toutes les nationalités qui y vécurent.

L’armée décida la création du camp en 1939, pour faire face à l’arrivée massive des réfugiés de la Retirada. Les premiers Espagnols arrivèrent à Agde le 28 février. Au mois de mai ils étaient 25 000 dans des baraques de bois, sur un terrain de 30 hectares. En septembre 1939, seuls quelques Espagnols restaient au camp avant l’arrivée de Tchécoslovaques. Suite aux accords de Munich, une partie de cette armée en exil s’installa à Agde afin de préparer les combats futurs aux côtés des Alliés. A la fin du mois de mai 1940, le camp d’Agde était désigné comme lieu d’accueil des jeunes appelés belges (CRAB). Dès la fin juin, ils étaient rejoints par un détachement de soldats nord africains. En septembre 1940, la Première Légion des travailleurs indochinois (Tonkin, Annam et Cochinchine) s’installa au camp n°1. Depuis la déclaration de guerre, des étrangers issus de nombreuses nationalités, intégrés dans les groupements de travailleurs étaient également assignés à résidence au camp.

Page la plus sombre du camp : l’internement de familles juives à la fin de l’année 1940 et début 1941. Ces dernières quittèrent ensuite Agde pour d’autres camps. Mais en août 1942, c’est au camp d’Agde que furent rassemblés les Juifs raflés dans le département. Ils étaient nombreux depuis 1940 à avoir trouvé refuge en ville. Parmi les courageux Agathois leur étant venus en aide, huit ont reçu la médaille des justes. Le camp avait quasiment cessé de fonctionner à l’arrivée des Allemands, en novembre 1942. Après le départ de l’occupant, il ne resta plus sur son emplacement que les allées de pouzzolane bien vite recouvertes par des lotissements, mais le souvenir des populations qui y vécurent devait perdurer.

Depuis 2009, les Archives d’Agde poursuivent leur travail de collecte de documents et de témoignages sur l’histoire du camp et de la Seconde Guerre mondiale, en collaboration avec les collectionneurs Georges Cléophas et Jo Vilamosa, et l’Association pour la mémoire du camp d’Agde (AMCA). L’exposition « Les Républicains espagnols au camp d’Agde », présentée dans les établissements scolaires, contribue à la connaissance du camp par les jeunes générations.

Agde 1939-1942. Un camp aux portes de la ville

En février 1939, Agde compte 9 000 habitants quand l’armée décide de construire à ses portes un camp destiné à l’accueil de 25 000 républicains espagnols. Ces derniers sont remplacés à la déclaration de guerre par les soldats de l’armée tchécoslovaque, rejoints un an plus tard par des travailleurs indochinois. En mai-juin 1940, la ville accueille un grand nombre de réfugiés français mais aussi Belges, Polonais, Tchécoslovaques parmi lesquels des Juifs, dont nombre seront internés au camp.

Après la bataille de France la ville pleure ses soldats morts au front tandis que l’inquiétude grandit pour ceux qui sont désormais prisonniers en Allemagne. A l’hôtel de ville, le régime du maréchal Pétain imprime sa marque, le maire est maintenu, le conseil municipal modifié, tandis que les conditions de vie des Agathois se durcissent. Au moment de la rafle d’août 1942, le camp d’Agde est le lieu de regroupement des Israélites de l’Hérault. Pendant ses jours douloureux, Sabine Zlatin est présente et obtient la libération d’une centaine d’enfants juifs.

Ouvrage numérique « Agde 1939-1942. Un camp aux portes de la ville »

https://www.ville-agde.fr/page-flip/614a63f391714

https://www.ville-agde.fr/la-mairie/archives-municipales/camp-agde

Josep Bartolí. Les couleurs de l’exil

UN CRÉATEUR EN EXIL

À travers une sélection de plus de 150 œuvres, l’exposition « Josep Bartolí. Les couleurs de l’exil » met en perspective des réalisations majeures de l’artiste, toujours inspirées par l’exil, son engagement et ses combats.

Dans une première partie, sont présentés les dessins la guerre et les camps, réalisés au crayon, sans une once de couleur. Ces croquis sont d’une puissance singulière : illustrations politiques riches de détails et de sens, critique du pouvoir, de l’État, de la religion… Pour Bartolí, dessiner est une nécessité, c’est son « œuvre de résistance ». Ces dessins sont également l’apparition d’un genre tout à fait nouveau : le reportage graphique.

La seconde partie de l’exposition fait dialoguer dessin et peinture, qui fait son apparition dans l’œuvre de Bartolí à partir de 1952. Traitant divers thèmes (la société, l’individu, la culture de masses…) il exploitera tout au long de son parcours les ressources de la couleur, qui prendra parfois totalement le pas sur le trait. Toutefois, chacune de ses œuvres témoigne du dialogue constant que Bartolí entretient volontairement entre abstraction et figuration.

Né à Barcelone, Josep Bartolí est dessinateur et caricaturiste. Il est un partisan convaincu de la République, qu’il défendra armes et crayons à la main. En 1936, il fonde le syndicat des dessinateurs de presse de Catalogne et devient, pendant la guerre d’Espagne, commissaire politique. Après la chute de Barcelone, Bartolí s’exile en France le 14 février 1939, lors de la Retirada. Il est interné dans plusieurs camps différents, dont Saint-Cyprien et Agde.

Après un long périple et l’évasion d’un train qui le conduisait au camp de Dachau, il parvient en 1943 au Mexique, qui offre l’asile à de nombreux réfugiés espagnols. En 1944, avec l’aide de Narcís Molins i Fàbregas, paraît son ouvrage Campos de concentración 1939-194…, témoignage iconographique sans précédent. Participant également à l’ébullition de la révolution mexicaine, Bartolí côtoie Diego Rivera et Frida Kahlo, qui le révèle à la couleur.

Josep Bartolí s’installe ensuite à New York. Il y rencontre Rothko, Jackson Pollock, Kline et De Kooning, dessine dans la revue Holiday Magazine et dans le supplément reporter du Saturday Evening Post. Bien que sa notoriété d’artiste se consolide de plus en plus aux États-Unis, il reste un créateur en exil, multipliant les voyages. En dressant un portrait acide de la société, la question politique et sociale est au cœur de son œuvre jusqu’à la fin de sa vie.

« L’idée est plus importante que la peinture ou le dessin. J’ai besoin d’expliquer quelque chose et comme je n’ai pas d’autre langage, je dois l’exprimer avec ce que j’ai, le dessin et la peinture, mais en sacrifiant les canons artistiques, en oubliant le classicisme plastique, les lois qui régissent la peinture. Expliquer quelques problèmes qu’en général les peintres oublient beaucoup. » Josep Bartolí
La donation

C’est grâce à l’engagement de Georges Bartoli, commissaire d’exposition et neveu de Josep, et du dessinateur Aurel, réalisateur du film Josep (soutenu par la Région Occitanie et le Mémorial du Camp de Rivesaltes) que Bernice Bromberg, veuve de l’artiste, prend connaissance du lieu de mémoire.

À l’occasion de la sortie du film en salles, en septembre 2020, Bernice Bromberg annonce la donation au Mémorial. Il s’agit de l’acte fondateur de l’exposition qui est enrichie par les prêts des Archives municipales de Barcelone, de la Généralité de Catalogne, du Centre culturel de Terrassa et de Manel Canyameres et Joëlle Lemmens, collectionneurs privés.

https://www.memorialcamprivesaltes.eu/expositions/josep-bartoli-les-couleurs-de-lexil

Memoire historique legado del exilio de los republicanos españoles en francia

1939

80ans après…

Votre Histoire Vos souvenirs

Vous êtes Exilé(e) ?

Descendants d’Exilés de la République Espagnole ?

Votre Témoignage nous intéresse
Chère Amie, cher Ami.

En collaboration avec Ángel BAHAMONDE MAGRO, Juan Carlos SÁNCHEZ ILLÁN, professeurs à l’université Carlos III de Madrid, Christian CAMPS, professeur honoraire à l’université Paul-Valéry de Montpellier, président de l’Association pour la Mémoire du Camp d’Agde (AMCA) et Jordi FELIU, professeur retraité de l’enseignement secondaire, membre de l’AMCA, nous avons souhaité lancer une vaste enquête universitaire sur le « devenir » des enfants des Républicains Espagnols 80 ans après la « Retirada ».
Un questionnaire permettant de connaître la vie des descendants des réfugiés de 1939 a été élaboré à cet effet. Les réponses devraient constituer un document unique et exceptionnel.

Nous souhaitons aboutir à un ouvrage et à des conférences qui éclaireront l’intégration et l’implication des Républicains espagnols et de leur famille (père, mère, fille, fils, petite-fille, petit-fils, arrière-petite-fille, arrière-petit-fils) dans la vie sociale et dans les institutions de la République française.

Nous insistons bien : Adressez ce document à tous vos descendants.
Merci pour votre attention et votre coopération.

Merci de répondre avec beaucoup de sincérité, de précision et d’exactitude, afin que ce document, qui est un témoignage Historique, soit, le plus vrai et le plus fiable possible.

S’il y a des zones d’ombre, ne répondez pas, ce qui nous intéresse, c’est votre vie actuelle !

Jordi FELIU se tient à votre disposition pour des renseignements complémentaires

Les réponses au questionnaire sont à envoyer à :

Jordi FELIU tél 00 33 6 07 23 56 85
Soit par :

Courrier postal : 4 impasse Picarel 34500 BÉZIERS

Courriel : jordifeliu@net-c.com

Pour vous aider a remplir le questionnaire

Questionnaire petits et arriere-petits enfants 1

Questionnaire 3