Tous les articles par Eric Sionneau

MOURIR À MADRID…UNE SECONDE FOIS !

PÉTITION : 

¡MORIR A MADRID…UNA SECUNDA VEZ!

L’Association 24 Aout 1944 à Jose Luis Martinez Almeida, maire de Madrid.

Notre association s’émeut et proteste contre le fait que l’équipe municipale dirigée actuellement par Jose Luis Martinez Almeida ait pu voter et procéder au démantèlement du monument élevé dans le cimetière de l’est, en hommage aux 2937 victimes de la répression franquiste, fusillés à Madrid, dans les années 1939 à 1944.

Notre association, constituée à Paris en 2013, a pour but de faire connaître la mémoire des Espagnol(e)s antifranquistes qui se réfugièrent en France en 1939 ; et en particulier la mémoire de ceux, et ils furent nombreux, qui s’engagèrent dans la résistance contre le fascisme soit en s’incorporant dans les rangs de la résistance en France soit dans les Forces Françaises Libres qui combattaient aux côtés des armées alliées contre Hitler et Mussolini.

Ainsi la « Nueve », de la 2° DB commandée par le général Leclerc, entra la première dans Paris le 24 Aout 1944. Dans ses rangs, que des républicains espagnols.

La Mairie de Paris dès 2004, engagea la reconnaissance de ces combattants.

En 2014 pour les 70 ans de la libération de Paris, une cérémonie à notre initiative rassembla plus de 2000 personnes. Elles purent admirer le « halftrack » Guadalajara de la Nueve, gardé par l’armée française dans une de ses garnisons, et qui pour la première fois était exposé tout près de l’Hôtel de Ville de Paris.

En 2015, à notre grand étonnement le roi Felipe VI et la reine ainsi que Mme Hidalgo, Maire de Paris inauguraient le jardin de la Nueve, attenant à l’hôtel de ville de Paris.

En 2017, le 20 avril, la Mairie de Madrid dirigée par Madame Manuela Carmena, décida aussi d’honorer ces républicains engagés dans la lutte pour la libération de l’Europe du joug fasciste, nazi et franquiste, en inaugurant à son tour un jardin de la « Nueve ».

Pour toutes ces raisons, liées à la mémoire de celles et ceux qui ne cessèrent jamais de se battre pour la liberté, en Europe comme en Espagne et plus particulièrement à Madrid, au prix le plus souvent de leur vie, nous sommes particulièrement ulcérés par cet acte de destruction de la mémoire historique de votre ville et par conséquent de votre pays auquel votre municipalité vient bassement de se livrer. À savoir, la destruction du mémorial dédié aux fusillés du cimetière de l’Almudena, à l’Est de Madrid.

Regarder en face l’histoire et ses vérités c’est faire en sorte d’éviter que de telles monstruosités ne se reproduisent.

En tant qu’association mémorielle et au nom de tous les descendants de ces hommes et ces femmes qui ont donné leur vie ou qui ont dû fuir leur pays pour la liberté contre le fascisme, nous protestons et exigeons que vous rétablissiez ces plaques qui comportent les listes des noms des fusillés, et que vous garantissiez le maintien de ce mémorial intact dans l’avenir.

Nous rejoignons dans ce combat, les associations mémorielles de Madrid et de la péninsule qui se battent pour la mémoire des républicains espagnols morts pour la liberté.

Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir, pour informer le plus grand nombre de personnes et de responsables européens de cette situation et pour qu’un large mouvement de soutien au maintien du mémorial se fasse jour.

D’ores et déjà nous engageons chaque personne, choquée par un tel saccage, à signer ce texte.

En l’attente de votre réponse et prise en compte de notre requête, Recevez Monsieur Le maire, nos salutation associatives.

Association 24-août-1944

Nous convions toutes celles et ceux, choqués par cet acte, à signer cette pétition pour obtenir réparation et reconstitution du monument aux 2937 fusillés du franquisme à Madrid.

 À diffuser largement.

La Asociación 24 de agosto de 1944 a José Luis Martínez Almeida, Alcalde de Madrid.

Nuestra asociación se conmueve y protesta por el hecho de que el equipo municipal que actualmente dirige José Luis Martínez Almeida haya podido votar y desmantelar el monumento erigido en el cementerio oriental, en homenaje a las 2.937 víctimas de la represión franquista que fueron fusiladas en Madrid entre los años 1939 y 1944.

Nuestra asociación, fundada en París en 2013, tiene como objetivo dar a conocer la memoria de los antifranquistas españoles que se refugiaron en Francia en 1939 y, en particular, la memoria de aquellos, y de muchos, que participaron en la resistencia contra el fascismo, ya sea uniéndose a las filas de la resistencia en Francia o en las Fuerzas Francesas Libres que lucharon junto a los ejércitos aliados contra Hitler y Mussolini.

Así, la « Nueve », del 2º DB comandada por el general Leclerc, entró en París por primera vez el 24 de agosto de 1944. En sus filas, sólo republicanos españoles.

El Ayuntamiento de París, en 2004, comenzó a reconocer a estos combatientes.

En 2014, con motivo del 70º aniversario de la liberación de París, una ceremonia por iniciativa nuestra reunió a más de 2.000 personas. Pudieron admirar el « halftrack » nombrado Guadalajara de la Nueve, custodiado por el ejército francés en una de sus guarniciones, y que por primera vez se exhibió muy cerca del Hôtel de Ville de París.

En 2015, para nuestra gran sorpresa, el Rey Felipe VI y la Reina, así como la Sra. Hidalgo, Alcaldesa de París, inauguraron el Jardín de las Nueve, adyacente al Ayuntamiento de París.

En 2017, el 20 de abril, el Ayuntamiento de Madrid, encabezado por la Sra. Manuela Carmena, decidió también honrar a los republicanos comprometidos en la lucha por la liberación de Europa del yugo fascista, nazi y franquista, inaugurando a su vez un jardín de la »Nueve ».

Por todas estas razones, ligadas a la memoria de quienes nunca dejaron de luchar por la libertad, en Europa y en España y más concretamente en Madrid, a costa de la mayor parte de sus vidas, estamos particularmente ulcerados por este acto de destrucción de la memoria histórica de su ciudad y, en consecuencia, de su país en el que su municipio acaba de comprometerse de manera tan vil. A saber, la destrucción del monumento dedicado a los fusilados en el cementerio de la Almudena, al este de Madrid.

Mirar a la historia y sus verdades a la cara es para asegurar que tales monstruosidades no vuelvan a ocurrir.

Como asociación conmemorativa y en nombre de todos los descendientes de aquellos hombres y mujeres que dieron su vida o tuvieron que huir de su país por la libertad contra el fascismo, protestamos y exigimos que restauren estas placas que contienen las listas de los nombres de los que recibieron los disparos, y que se aseguren de que este monumento permanezca intacto en el futuro.

En esta lucha, nos unimos a las asociaciones de memoria de Madrid y de la península que luchan por la memoria de los republicanos españoles que murieron por la libertad.

Haremos todo lo que esté en nuestras manos para informar al mayor número posible de personas y funcionarios europeos sobre esta situación y para garantizar que surja un amplio movimiento a favor del mantenimiento del monumento.

Ya comprometemos a cada persona, conmocionada por el saqueo, a firmar este texto.

A la espera de su respuesta y teniendo en cuenta nuestra petición, le rogamos que reciba al Sr. Alcalde, nuestro saludo de las asociaciones.

Association 24-août-1944

Invitamos a todos los que están conmocionados por este acto a firmar esta petición para obtener la reparación y reconstrucción del monumento a los 2937 muertos a tiros durante el régimen franquista en Madrid.

 Para difundir lo mas posible.

SIGNER LA PÉTITION

Femmes en exil, les réfugiées espagnoles en France 1939-1942

Maëlle Maugendre est historienne. Après avoir travaillé sur le camp du Vernet d’Ariège, elle a consacré sa thèse au devenir des femmes espagnoles réfugiées sur le sol français entre 1939 et 1942. Elle a aussi co-réalisé “A posteriori ”, un film documentaire sur la trajectoire de deux anciens réfugiés espagnols anarchistes en France (dont Emilio Marco). Elle poursuit aujourd’hui ses recherches sur les actions menées par des femmes espagnoles anarchistes dans les années 1920, tout en étant professeure documentaliste dans un collège de Seine-Saint-Denis.

Elles sont entre 75 000 et 95 000 à chercher refuge en France. Des femmes dont on ne parle pas. Des figures subalternes de l’histoire, qui restent dans l’ombre de leurs compagnons d’armes. Des femmes dont les trajectoires et les expériences restent invisibles. Lors de la « Retirada », l’exode antifranquiste au début de l’année 1939, des hommes mais aussi des femmes et des enfants traversent la frontière pyrénéenne pour se réfugier en France. Des centres de triage aux centres d’hébergement disséminés sur tout le territoire, en passant par les camps d’internement pour certaines d’entre elles, les Espagnoles subissent des pratiques coercitives qui les contraignent et les violentent. Mais elles résistent aussi, et de multiples manières! Au croisement de l’histoire des femmes, du genre et des migrations, la conférence de Maëlle Maugendre rend visibles les expériences des femmes espagnoles réfugiées en France de 1939 à 1942. Cette historienne propose une narration au féminin de l’exode sur le sol français pour faire advenir ces femmes comme sujets politiques sur la scène historique. 80 ans après la retirada, il est temps de mettre en lumière la dimension résolument politique de ces femmes en exil.

Communiqué de l’Association pour le Souvenir de l’Exil républicain Espagnol en France ASEREF

Liberté !

La sentence digne des heures les plus sombres du franquisme est tombée ce lundi 14 octobre à Madrid : entre 9 ans et 13 ans de prison pour sédition et désobéissance pour des élus et représentants associatifs catalans. Deux ans après la tenue du referendum jugé illégal par le pouvoir central du 1er octobre 2017. Juste pour avoir décidé de consulter démocratiquement la population.

L’Association pour le Souvenir de l’Exil Républicain Espagnol en France (ASEREF) une fois de plus dénonce l’escalade des nostalgiques du franquisme qui veulent opposer les peuples d’Espagne entre eux. L’attitude du gouvernement espagnol demandant dans cette situation le soutien des partis fidèles à la constitution démontre à quel point cette soi-disant transition démocratique après Franco ne l’a jamais été.

Il faut sortir de ce carcan qui ne vise qu’à étouffer toute velléité de recherche de la vérité historique.

Ce qui se passe aujourd’hui est d’une extrême gravité, Franco et ses crimes jouissent toujours d’une impunité indécente.

Aujourd’hui Il est question d’exhumer Franco de son Mausolée mais c’est une sinistre farce, le franquisme est encore installé en Espagne avec un Roi qui veille sur cet indigne patrimoine et avec des gouvernements qui se succèdent et qui pactisent les uns après les autres avec cette indignité.

Il faut exiger la libération des prisonniers politiques catalans même si on peut ne pas être d’accord avec leurs idées. Nous devons lutter pour qu’ils puissent les exprimer.

ASEREF appelle à participer à toutes les manifestations en France et en Espagne qui exigent leur libération.

Eloi Martinez Président d’ASEREF

14 octobre 2019

 

 

 

ENTERRAR Y CALLAR

« RETIRADA 37 » VOUS INVITE AU DÉBAT SUR LES BÉBÉS VOLÉS

SAMEDI 19 OCTOBRE

De 14 h à 18 h Salle de la Médaille à St Pierre des Corps

Avec la participation de ANNA LOPEZ LUNA

(auteur de)

ENTERRAR Y CALLAR

(Enterrer et Taire)

Le titre d’une gravure de Francisco Goya pour un film qui ouvre sur le paysage inquiétant d’une Espagne.

Car ce qui se révèle ne procède pas seulement d’un passé qui peut être tenu dans une distance qui rassure, mais continue de servir le présent : le vol des nouveaux nés dans les maternités.

Abus de pouvoir médical, contrôle religieux, corruption institutionnalisée, mépris de l’autre :

Ces mots et ces sentiments résonnent d’une parole à l’autre et dévoilent des procédés qui ont été perpétrés pendant la dictature franquiste et qui ont continué dans la démocratie.
Une série d’entretiens recueillie dans toute l’Espagne :

Des mères, pères, enfants, l’un après l’autre, déposent leurs histoires enfouies sous terre.

Alors, la parole, dans l’espace du film, commence à penser et se révolter contre le vide juridique qui les étouffe.

Ce vide toujours actif s’emmêle à une situation de l’Espagne contemporaine: l’impunité des crimes, la corruption de l’état, la spoliation du système social et le durcissement d’une morale sexuelle de droite. Contre l’humiliation sourde, les personnes se tiennent là, fragiles mais pourtant l’une à côté de l’autre dans le cadre de l’écran.

Et c’est par le lien de l’écoute que le film propose l’affrontement du cynisme et de son autorité.

Journées Caminar : Espagne, un exil républicain

Du 25 au 27octobre 201. Nous contacter pour départ groupé  et hébergement.

Au cas où des personnes seraient intéressées pour s’y rendre, il est nécessaire de préciser que pour l’hébergement, les hôtels dont les noms sont cités dans le document ont été contactés par des membres de Caminar et ont été choisis par rapport à leur proximité du lieu où se dérouleront les journées.

Voir ici le programme : Depliant colloque Journees Caminar 25 26 27 oct 2019 Toulouse

 

Le texte adopté en Conseil d’Administration le 29 juin a été lu hier 18 juillet au rassemblement NiValleNiAlmudena à la Puerta del Sol à Madrid

Caminar était présent à ce rassemblement, en la personne d’un membre de l’association Retirada 37, Luis Lopez.

Luis nous a fait parvenir la vidéo de la lecture du texte de Caminar ainsi que deux autres que vous pourrez voir – et transmettre – en cliquant sur les liens ci-dessous et également des photos.

 

– Texte de Caminar lu par Leticia Carrera      https://youtu.be/NaT0YrlaeJQ
– Intervention d’une femme de IU                    https://youtu.be/buBCpHBm7Bo
– Intervention d’une association                      https://youtu.be/kSdCACLh6IE
 

L’exhumation du dictateur Franco est une exigence démocratique et de morale élémentaire

Réuni à Toulouse le 29 juin 2019, le Conseil d’Administration de la coordination nationale française Caminar (dont Retirada 37 fait partie),  a adopté à l’unanimité, le texte suivant, suite à la dernière décision du Tribunal Suprême espagnol concernant l’exhumation du dictateur Franco du Valle de los Caídos.

L’exhumation du dictateur Franco est une exigence démocratique et de morale élémentaire. Une démocratie apaisée ne peut offrir au plus grand criminel de son histoire récente un écrin monumental construit au prix du sang de ses victimes. L’Espagne ne peut continuer à permettre la glorification du crime.

Il s’agit d’une anomalie en Europe qui renie les valeurs gouvernant les droits des peuples et président à la sérénité de nos sociétés. La sépulture actuelle de Franco est un affront à la mémoire de ses victimes et une blessure pour les descendants de celles-ci, par-delà les décennies et les frontières. Le décret-loi du 24 août 2018 a déclaré l’exhumation d’intérêt général et revêtant un caractère d’urgence; c’est l’évidence.

Notre coordination réaffirme son attachement à l’exécution la plus rapide du transfert de la dépouille du despote. Dans sa décision provisoire du 4 juin 2019, le Tribunal suprême espagnol a qualifié ce dictateur de « chef de l’État depuis le 1er octobre 1936 jusqu’à son décès le 20 novembre 1975 ». Franco n’a pourtant tiré son autorité d’aucune élection démocratique, mais de la force brutale que lui et ses complices ont déchaînée contre le gouvernement légitime de la République. Le 1er octobre 1936, et jusqu’à sa démission, le président Manuel Azaña demeurait le chef de l’État, il jouissait de la légitimité des scrutins populaires, dans le respect de la constitution alors en vigueur.

La coordination nationale française Caminar réaffirme sa solidarité avec la campagne « Ni Valle Ni Almudena ». (*) La coordination nationale Caminar regroupe 18 associations françaises de descendants et amis des exilés de l’Espagne Républicaine.

Reunido en Toulouse el 29 de junio de 2019, el Consejo de administración de la coordinadora nacional francesa Caminar (*) ha adoptado por unanimidad el siguiente texto, tras la última decisión del Tribunal Supremo español relativa a la exhumación del dictador Franco del Valle de los Caídos

La exhumación del dictador Franco es una exigencia democrática y de moral elemental. Una democracia apaciguada no puede ofrecer al mayor criminal de su historia un lugar monumental tan relevante construido con la sangre de sus víctimas.

España no puede seguir permitiendo la glorificación del crimen. Se trata de una anomalía en Europa que niega los valores que rigen los derechos de los pueblos y garantizan la serenidad de nuestras sociedades.

La sepultura actual de Franco es una afrenta a la memoria de sus víctimas y una llaga abierta para sus descendientes, más allá de los decenios y de las fronteras.

El decreto ley del 24 de agosto de 2018 ha declarado la exhumación de interés general y con carácter urgente. Es una evidencia. Nuestra coordinadora reafirma su voluntad de que se proceda cuanto antes al traslado de los restos del déspota.

En su decisión cautelar del 4 de junio de 2019, el Tribunal supremo ha calificado al dictador de « Jefe del Estado desde el 1 de octubre de 1936 hasta su fallecimiento el 20 de noviembre de 1975 ». Franco no sacó su autoridad de unas elecciones democráticas sino de la fuerza bruta que él y sus cómplices desataron contra el gobierno legítimo de la República. El 1 de octubre de 1936 y hasta su dimisión, el presidente Manuel Azaña seguía siendo el Jefe del Estado, gozando por ello de la legitimidad de escrutinios populares dentro del respeto a la constitución vigente.

La coordinadora nacional francesa Caminar reafirma su solidaridad con la campaña « Ni Valle Ni Almudena ».

(*)La coordinadora nacional Caminar reúne a 18 asociaciones francesas de descendientes y amigos de los exiliados de la España Republicana.

Déclaration commune Liberté d’expression

Paris, le 6 mai 2019
Premiers signataires de la déclaration après l’agression au couteau à la librairie anarchiste Publico à Paris : Clémentine Autain, Olivier Besancenot, Judith Butler, Dominique Cabrera, Didier Daeninckx, Didier Eribon, David Graeber, Geoffroy de Lagasnerie, Sandra Laugier, Pierre Lemaître, Edouard Louis, Gérard Mordillat, Michel Onfray, Ernest Pignon-Ernest, Philippe Poutou, James C. Scott…
Au lendemain du 1er mai, un compagnon anarchiste a été violemment attaqué à coups de couteau au siège du Monde Libertaire, de Radio Libertaire, et des Editions du Monde Libertaire dans la librairie Publico (Paris XIème).

Une enquête pour tentative de meurtre est en cours.
Cette librairie est clairement identifiée comme un lieu culturel anarchiste. C’est un endroit où l’on peut trouver des ouvrages, des écrits, de la presse, des musiques, des films différents et engagés. Ce lieu permet aussi des rencontres, des expressions, des projets libres, alternatifs. En somme un espace militant au service des luttes sociales, un porte-voix autant national qu’international de l’expression du mouvement libertaire et au delà.

Ce lieu ouvert enrichit la pensée, l’expression, la diffusion, la communication des valeurs pour l’émancipation, pour la dignité humaine, l’information libre, réelle et partagée.

C’est dans un contexte de violences publiques contre la liberté d’expression, un contexte de lutte et de mise en lumière plus forte des idées libertaires et de résistance à toute forme de soumission et d’obscurantisme, que cet acte odieux s’est produit.

C’est en faisant face ensemble pour affirmer notre présence et nos valeurs que nous les ferons progresser, dans le respect de notre diversité mais dans l’unité face à ceux qui veulent nous faire taire.
«La liberté est toujours la liberté de penser autrement
Rosa Luxemburg
Plus que jamais conscients de cette absolue nécessité, nous manifestons notre soutien et notre solidarité avec la librairie Publico et le compagnon agressé.

Le chemin vers la Liberté ne nous autorise pas à renoncer.
Premiers signataires (Organisations, Collectifs, Groupes, Individus
La Fédération Anarchiste
Alternative Libertaire
ATTAC France
la CGA – Coordination des Groupes Anarchistes
Le collectif GERA – Grupo Erva Rebelde Anarquista de Porto
Le Comité de Vigilance Antifasciste 66
La Coopérative Politique Ecologie sociale
C.S.A. A Gralha (Portugal)
Émancipation
Fédération des C.I.R.C – Collectifs d’Information et de Recherche Cannabique
Gr. libertaire Jules Durand,
L’Association internationale de la Libre Pensée
La Fédération Nationale de la Libre Pensée
La Fédération des Comités Syndicalistes Révolutionnaires CSR
Malik Salemkour, Pdt de la Ligue des Droits de l’Homme
Nouveau parti anticapitaliste – NPA
L’Organisation Anarchiste
Union Antifasciste Toulousaine – UAT
L’Union Pacifiste
La Horde
Les animateurs et animatrices de Radio Libertaire
Respublica
La Révolution prolétarienne – revue
Voce Libertaria – périodique anarchiste, Suisse Italienne
Radical Education Department (USA)
La Confédération Nationale du Travail CNT
L’Union Départementale CGT de Paris
L’Union Syndicale Solidaires
Yves Veyrier – Sg de la Conf. CGT Force Ouvrière
Atelier de création libertaire, Lyon
Les compas de l’Atelier libertaire de La Havane
Circolo « Carlo Vanza » – Bibli. Anar. Bellinzona, Suisse
Les Culottés du Bocal
Éditions syndicalistes
Genepi
Hobo Diffusion
Nada éditions
Les Editions Libertaires
Editions Libertalia
Les Éditions de La Pigne
Quilombo – la librairie
Rue des Cascades – Maisons d’Editions
Retirada37
Les Amis de Demain le Grand Soir, Tours.
Clémentine Autain, députée La France insoumise
Olivier Besancenot, NPA
Philippe Aubert de Molay – scénariste
Didier Bonneton – syndicaliste bourg en bresse 01
Judith Butler – philosophe, University of California, Berkeley, USA
Dominique Cabrera – cinéaste
Christophe Chiclet – historien, journaliste, membre du Comité de rédaction de Confluences Méditerranée
Monica Cerutti Giorgi – Bellinzona, Suisse Italienne
Philippe Corcuff – politiste, IEP de Lyon
Eric B. Coulaud – Ephéméride Anarchiste et Cartoliste
Didier Daeninckx – écrivain
Jean-Marc Delpech – historien
Josiane et Didier Dettori-Cabot – Petits-enfants de Giovanni Antioco Dettori, anarchiste Sarde Mort à Teruel 1937 (Brigade Durruti)
Francis Dupuis-Déri – science politique, Université du Québec à Montréal, Canada
Nicolas Eprendre – réalisateur documentariste
Didier Eribon – philosophe
David Graeber – anthropologue, London School of Economics, Grande-Bretagne
Jean-Jacques Gandini – VP et coordonnateur Légal Team section Montpellier
Philippe Guillonneau – syndicaliste
Samuel Hayat – politiste, CNRS
Pierre Khalfa – économiste
Geoffroy de Lagasnerie – philosophe et sociologue
Sandra Laugier – philosophe, Université Paris 1
Pierre Lemaître – écrivain
Yves Letort — Auteur
Edouard Louis – écrivain
Valérie lotti – LP63
Michael Löwy – sociologue, CNRS
Roger Martelli – directeur de la publication du journal Regards
Lilian Mathieu – sociologue, CNRS
Michel Mathurin – Réalisateur
Gérard Mordillat – écrivain, cinéaste
Michel Onfray – philosophe
Jacques Pater – acteur
Irène Pereira – philosophe et sociologue
Philippe Poutou – ouvrier syndicaliste et NPA
Ernest Pignon-Ernest – artiste
Jérôme Prieur – Ecrivain, cinéaste
Tancrède Ramonet – réalisateur
Gabriel Rockhill – philosophe, Villanova University, USA
Stéphane Sangral -philosophe et écrivain
James C. Scott – anthropologue, Yale University, USA
Pierre-Yves Ruff – Écrivain, éditeur et conférencier Théolib,
Jesse S. Cohn – professeur, département d’anglais, Purdue University Northwest, USA
Azelma Sigaux – écrivain
François Vantrou – assistant réalisateur
Yannis Youlountas – réalisateur