Archives de catégorie : Actualités

France-Navigation – Une épopée rouge 1/5

Un épisode mal connu de la guerre d’Espagne et de la solidarité des communistes français en 5 articles de Gérard Streiff, journaliste, écrivain.
Alors que l’Espagne du Front Populaire est victime de la non-intervention, lâchée par Paris et Londres, les communistes mettent sur pied une compagnie maritime pour nourrir et armer les Républicains.

Le service des archives de la ville d’Ivry (piloté par Michele Rault) possède un beau fonds Georges Gosnat (1914/1982), qui fut à la Libération sous-secrétaire d’État à l’Armement puis député, succéd·ant à Maurice Thorez (ainsi que trésorier du PCF). Dans ce fonds il y a un carton intitulé « France-Navigation », deux mots qui désignent une étonnante aventure. 
« France-Navigation » fut une compagnie maritime communiste qui se chargea d’alimenter et d’armer la République espagnole. Deux livres (au moins) racontent cette histoire : À l’ombre des deux T (Thorez et Togliatti), de Giulio Ceretti (Julliard, 1973) et Les brigades de la mer de Dominique Grisoni et Gilles Herzog (Grasset, 1979) ; le lecteur pourra s’y référer avec profit.
Le carton « France-Navigation » comprend notamment plusieurs cahiers grand format qui constituent une sorte de journal de bord de l’aventure de cette société. Des dizaines de pages remplies d’une foultitude de données, toutes inscrites là dans l’urgence, dans un apparent désordre. Ce sont autant d’éléments d’un puzzle dramatique : des noms de bateaux (leur port de départ, leur date d’arrivée, le type de cargaisons), des additions, des rappels, des notes, des pense-bêtes, des conseils à suivre, des rendez-vous à ne pas manquer. Une masse de phrases rapides du genre « Gravelines, 23 avril 38, débarquement terminé, grandes caisses pas par routes, mais tunnel affaissé, réponse du ch de fer demain ». Ce genre d’annotations courent tout au long des années 1937/1938.
Petit rappel : le Front populaire l’emporte en Espagne en février 1936. Cinq mois plus tard, le putsch de Franco marque le déclenchement de la guerre civile. Une coalition internationale menée par la Grande-Bretagne choisit la « non-intervention » en Espagne, la France du gouvernement Blum se plie à ce choix malgré la pression des milieux populaires. Une posture hypocrite alors que le camp fasciste, l’Italie de Mussolini et l’Allemagne de Hitler, va vite ouvertement soutenir les factieux. C’est en fait une manière d’abandonner, d’étrangler le Front populaire espagnol. Une politique lâche, suicidaire qui amorce le processus de la Seconde Guerre mondiale.
Les républicains espagnols appellent à l’aide. La solidarité internationale va se manifester de différentes formes, la plus spectaculaire étant la formation des Brigades internationales. Mais l’Espagne se retrouve victime d’un blocus ; des autorités républicaines souhaitent échapper à ce piège, notamment par la voie maritime. Ce n’est pas sans risque, les franquistes, à mesure qu’ils progressent, contrôlent ou ferment les ports. Et puis des navires de guerre allemands et italiens, des sous-marins surveillent certaines voies de passage. En même temps, l’opération n’est pas impossible non plus : on raconte alors qu’un bateau français vient de réussir à aller à Santander (en Cantabrie) au nez et à la barbe des fascistes.
L’appel de Madrid est entendu. À Paris, le communiste franco-italien -si l’on ose dire – Giulio Ceretti préside alors le Comité international pour l’aide à l’Espagne. Avec le soutien de la direction du PCF, de l’Internationale, il se voit chargé de cette mission : créer de toutes pièces une flottille de bateaux pour approvisionner l’Espagne, ce qui veut dire réunir des hommes, des équipages, des fonds, des technologies dans des délais incroyablement courts.
En deux ans, parti de zéro, la compagnie « France-Navigation » va compter 22 navires et 2 000 marins ; elle va effectuer un total de 227 voyages ! Et multiplier par trente son capital initial.
À l’origine de ce petit miracle, on trouve donc Giulio Ceretti (1903/1985), communiste italien chassé de son pays par le fascisme, militant de l’Internationale, devenu membre de la direction du PCF sous le nom de Pierre Allard (à la Libération de l’Italie, il deviendra ministre à Rome) ; Auguste Dumay (1888/1955) ex-secrétaire de la Fédération des marins de Marseille, chef mécanicien qui jouera un rôle clé dans l’armement des bateaux (voir sa longue bio dans le « Maîtron » où on dit de lui que c’était « un vieux militant de l’Internationale des marins, une tête de lard, un homme terrible mais un révolutionnaire ») ; Simon Pozner, qui apporte ses compétences d’homme d’affaires, intime du banquier rouge (et suédois) Olof Aschberg, qu’on dit lui proche des « finances soviétiques » et par ailleurs oncle de l’écrivain Vladimir Pozner (Simon Pozner trouvera la mort à Auschwitz) ; et Georges Gosnat (1914/1982), tout jeune officier qui devient secrétaire général (puis directeur) de France-Navigation ; il a 23 ans.
Gérard Streiff

Visages de femmes rebelles et solidaires. L’engagement des femmes espagnoles pour la Liberté

L’association 24 août 1944 vous convie à l’exposition :

Visages de femmes rebelles et solidaires

L’engagement des femmes espagnoles pour la Liberté …

26 portraits peints par l’artiste Juan Chica-Ventura, pour illustrer le combat des femmes espagnoles pour la Liberté.

Le mois de la solidarité ouvre ses portes place des fêtes dans le 19e arrondissement. Malgré la pandémie, vous pourrez déambuler dans les couloirs du Centre Paris’Anim de la Place des Fêtes. Vous y rencontrerez ces femmes au destin exceptionnel, ces mères courage, ces filles volontaires, ces êtres décidées à conquérir, à sauvegarder, la grandeur de leur dignité. Elles ont imposé leurs droits à décider de leur vie, en défendant leur liberté et celle de tous contre les fascistes, les oppresseurs, les dictateurs, les capitalistes, les exploiteurs……

Elles sont nées dans les milieux les plus pauvres ou dans des cercles favorisés mais elles ont tout donner et abandonner pour leur idéal, qu’elles ont jugé plus important que leur propre existence.

Elles sont nos mères, nos sœurs, celles qui nous ont ouvert le chemin de la Liberté et de la résistance, elles sont celles qui nous ont éduqués, en nous apprenant à réfléchir et à penser par nous-mêmes.

Venez nombreux prendre pied

sur le rivage de leur vie.

Exposition du samedi 2 mars au samedi 31 mars

Centre Paris’Anim ; Place des Fêtes

2/4 rue des Lilas 75019 Paris

(métro ligne 11 : Place des Fêtes)

Entrée gratuite :

Mardi et vendredi 10h-17h30 (pause 13h-14h),

Mercredi et samedi 10h-17h30 (sans pause)

VOTE INCOMPRÉHENSIBLE DU CONSEIL REGIONAL Occitanie – Pyrénées – Méditerranée

Motion du Conseil régional Occitanie – Pyrénées – Méditerranée
du 19 novembre 2020

VOTE INCOMPRÉHENSIBLE DU CONSEIL REGIONAL

Le vote de ce texte dénote une totale méconnaissance des élus régionaux quant aux composantes de la Résistance des réfugiés espagnols dans notre région. Il s’adresse aux autorités de l’Etat et demande :

1. Que soit abrogé l’arrêté prononçant la dissolution de l’Amicale des Anciens FFI et résistants espagnols, pris le 7 octobre 1950 par le ministre de l’intérieur, paru au Journal Officiel de la République Française le 11 octobre 1950 ;

2. Que, dans un devoir d’honneur et de justice, des excuses soient officiellement présentées par la République Française aux personnes et aux familles qui ont eu à souffrir de ces sanctions indignes ;

3. Que soit réouverte, à titre exceptionnel, la procédure d’examen des demandes d’homologation des unités combattantes de guérilleros espagnols qui sont restées en instance d’examen pour cause de forclusion, notamment dans l’Aude, le Gers et les Pyrénées Orientales ;

4. Que l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre soit chargé d’une campagne d’information quant à la contribution spécifique des formations de guérilleros espagnols à la Résistance intérieure, en lien avec le Mémorial du camp de Rivesaltes.

QUELS SONT LES FAITS HISTORIQUES ?

L’exigence de la vérité historique devrait être le souci majeur des associations qui composent Caminar. La pluralité de la Résistance espagnole est une réalité, même si le PCE a été le seul mouvement engagé en tant que parti.
Les trois premiers points peuvent s’entendre. Mais dans son point N° 4, le texte adopté par le Conseil régional est inacceptable.

L’AAGEF-FFI entend mener une action d’information en lien avec l’ONAC-VG et le Mémorial de Rivesaltes en écartant tous les autres acteurs associatifs réprésentatifs du paysage mémoriel français pour la mémoire de l’Espagne républicaine… Cela n’a rien de surprenant mais dans le cadre de la « recherche d’allié », nous sommes en droit de nous demander si cette action est la mission essentielle du camp de Rivesaltes ?

Dans cette requête, la contribution des guérilleros espagnols n’est pas spécifique mais exclusive. Ils occupent toute la place dans la Résistance intérieure sans qu’il soit fait la moindre allusion aux nombreux autres combattants non-communistes. Ainsi :

1. Elle oublie les réseaux de passage clandestins des Pyrénées, la première Résistance espagnole active, et composés de libertaires, de poumistes et de nationalistes basques.

2. Elle oublie aussi les Espagnols qui ont préféré rejoindre des mouvements français plutôt que de rejoindre la UNE.

3. Elle oublie aussi les socialistes, les anarchistes ou les républicains qui ont pu rejoindre la UNE pendant un temps…

C’est comme si on disait que la Résistance française était uniquement l’œuvre du PCF… Personne aujourd’hui n’oserait le prétendre, mais de « bons élus » régionaux – qui ne connaissent rien à l’histoire et veulent faire plaisir à l’Amicale qui fait un intense lobbying que Caminar a peu pratiqué – pensent que les guérilleros étaient les SEULS résistants espagnols…

Il faut les réveiller… alors que ces faits sont établis depuis une vingtaine d’années au moins.

INFLUENCE POLITIQUE ET MEMORIELLE DE CAMINAR

Cette motion adoptée par le Conseil régional cautionne, dans son quatrième point, une manipulation partisane de l’histoire par des historiens autoproclamés.

Après réflexion, nous vous adressons la lettre qui reprend dans son esprit celle que José IBARZ a envoyée, à titre personnel, au C.R. Occitanie.

Ne pensez-vous pas que ce type de démarche est un devoir de vérité pour Caminar ? Qu’elle fait partie intégrante de la mission de la coordination de rendre justice à tous ces républicains espagnols engagés dans la résistance en France, totalement ignorés et méprisés pour le seul motif qu’ils n’étaient pas communistes.

Nous vous rappelons l’un de nos engagements pris dans la charte de Caminar : « Demeurer vigilants et nous opposer à toute réécriture falsificatrice de l’Histoire de la Seconde République, de la Guerre d’Espagne, de la révolution sociale et de l’Exil espagnol ».

L’influence politique et mémorielle de Caminar au plan régional et national relative à la participation des espagnols dans la Résistance en France, ne semble pas vraiment préoccuper notre coordination même quand notre « non-intervention » devant les mensonges de l’Histoire constitue une faute grave. Caminar chemine peut-être, mais trop lentement et sélectivement. Pendant ce temps, la requête initiée par l’AAGEF-FFI auprès de l’instance régionale a débouché sur une motion votée par le Conseil régional Occitanie – Pyrénées – Méditerranée et adressée au gouvernement.

C‘est pourquoi les signataires mentionnés ci-dessous, soucieux d’une certaine vérité historique des faits contre la vérité d’opinion, s’indignent du vote du Conseil régional. Il nous aurait semblé plus judicieux de prendre l’avis des historiens authentiques et non celui des historiens autoproclamés.
Devons-nous rappeler que la seule résistance des républicains espagnols ne se résumait pas au seul combat des guérilleros ? Loin s’en faut… A Toulouse, comme bien souvent ailleurs (barrage de l’Aigle, nombreux maquis d’Auvergne, du Limousin, de Dordogne, etc.), le premier acte de résistance est effectué par des libertaires. Ils n’ont pas attendu le mois de juin 1941 que Staline en appelle à la résistance des communistes à la suite de l’opération Barbarossa.
Nous regrettons vivement que par cette décision, le Conseil régional ne conforte la volonté de l’Amicale qui s’évertue à effacer de l’histoire tous les actes de résistance qui n’émanent pas de sa mouvance en la faisant apparaître comme la seule force combattante espagnole contre le nazisme. C’est une forme de négationnisme intolérable.

Comment occulter d’un trait de plume la participation de toute la composante républicaine non communiste dans la Résistance française ? A-t-on consulté le comité scientifique du camp ? Qu’en dit-il ?

Pour la recherche de la vérité historique, il est heureux que des historiens à l’abri des pressions politiques nous livrent des travaux sérieux et précis, si souvent décriés par ceux-là même qui réclament aujourd’hui justice et réparation.
Le point numéro 2 nous interpelle : « Que, dans un devoir d’honneur et de justice, des excuses soient officiellement présentées par la République Française aux personnes et aux familles qui ont eu à souffrir de ces sanctions indignes ».

Comme nous l’avons dit supra, si la démarche paraît légitime, ceux qui demandent réparation pour l’interdiction officielle des organisations communistes et apparentées en 1950 seraient bien inspirés de ne pas occulter les pages sombres de l’histoire afin de tenter de réparer l’irréparable.
Près de 200 personnes ont été éliminées en Midi-Pyrénées et en Languedoc Roussillon en 1944 par des commandos de Guérilleros : le tort des victimes était de refuser de se soumettre au diktat de la UNE. À Lacazace (ou Lacazasse aujourd’hui), près de Castelnau Durban (Ariège), le 15 juillet 1944, toute une famille, y compris un bébé de 15 jours dans son landau, est abattue. Le mari était un libertaire qui refusait de céder aux pressions staliniennes. A Toulouse, Benito Auxiliano le responsable des Jeunesses Socialistes est assassiné… par un guérillero. Il n’y a pas de soleil sans ombre. Il faut avoir le courage de tout assumer.

Bibliographie : Ouvrages faisant référence à la tuerie de Lacazace, par ordre de date de parution :

– Borrás José, Políticas de los exilados españoles 1944-1950, éd. Ruedo Ibérico, Paris, 1976 (page 21).

– Pike Wingeat David, Jours de gloire, jours de honte / Le Parti communiste d’Espagne en France depuis son arrivée en 1939 jusqu’à son départ en 1950, éd. Sedes, Histoire et Liberté, Paris 1984 (page 79-80).

– Groupe Puig Antich, 1944, Les dossiers noirs d’une certaine Résistance, éd. CES, Perpignan, 1984, pages 101-102.

– Dargein Marie-Christine, La Résistance en Ariège11, Mémoire de maîtrise sous la direction de Pierre Laborie, Toulouse, 1989, page 75.

– Rafaneau-Boj Marie-Claude, Odyssée pour la Liberté, éd. Médiations Denoël, Paris, 1993, page 296.

– Dreyfus-Armand Geneviève, L’exil des républicains espagnols en France, éd. Albin Michel, Paris, 1999, page 177.

Pouvons-nous espérer qu’un jour « dans un devoir d’honneur et de justice, des excuses soient officiellement présentées par le P.C.E. et l’AAGEF-FFI aux familles des victimes qui ont eu à souffrir de ces exactions innommables ? ».
Nous osons espérer que vous mesurez la portée de cette déviance opportuniste. Puissent ces quelques lignes vous en faire sentir l’importance.

Emmanuel Dorronsoro – Domingo Fernandez – Jean Vaz

Co- fondateurs de CAMINAR

IRIS, Mémoires d’Espagne – Memoria andando – Présence Manuel Azaña

Teresa Urraca Jean Vaz José Ibarz

CI-DESSOUS, LA DELIBERATION EN QUESTION :

Assemblée Plénière du 19 novembre 2020

Délibération N°2020/AP-NOV/25

ASSEMBLEE PLENIERE DU 19 NOVEMBRE 2020

VOEU N 3 POUR UN GESTE DE JUSTICE DE REPARATION ET DE GRATITUDE ENVERS LES ESPAGNOLS RESISTANTS FFI

DELIBERATION :

LE CONSEIL REGIONAL OCCITANIE

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,
Le sujet du voeu porte d’évidence sur une question relative à l’intérêt régional, vu que :

1) – La reconnaissance due à la Résistance, ses acteurs et son Histoire, est une préoccupation constante de la Région qui s’est par ailleurs récemment fortement impliquée dans les commémorations de la Retirada qui fut, sur son sol, un des terribles préludes de la seconde guerre mondiale ;

2) – La contribution des Républicains espagnols à la Libération de la France – et
singulièrement à celle de l’Occitanie – est patente, ce qui est explique que c’est dans cette région que des dizaines d’associations sont aujourd’hui toujours fédérées autour de ce devoir de mémoire ;

3) – De nombreux résistants espagnols ont souffert dans les camps et prisons d’Occitanie, d’où beaucoup furent déportés vers les camps pétainistes d’Afrique du Nord ou hitlériens du Reich allemand ;

4) – C’est à Toulouse, capitale occitane souvent désignée comme la « Capitale de l’exil républicain espagnol » qu’a été formée, en avril 1945, l’Amicale des Anciens FFI et Résistants Espagnols, unique association spécifique de ce type ;
5) – Ce sont les départements d’Occitanie qui ont été, de loin, les plus concernés par les sévères mesures administratives – sans jugement – de répression politique que la police déploya à partir du 7 septembre 1950, sous le nom de : « Opération Boléro-Paprika », à l’égard d’associations et publications qui dérangeaient le régime franquiste ; des centaines de familles de notre région furent touchées par les détentions – sans motif signifié – puis par les
assignations sine die hors métropole ;

6) – En raison de ces poursuites et durables privations de droits fondamentaux (de réunion, d’association, d’expression) plusieurs notables unités combattantes de notre région n’ont pu être homologuées dans les temps impartis ; tel est le cas de la 1e Brigade de guérilleros des Pyrénées Orientales, la 5e Brigade de l’Aude, la 35e Brigade du Gers. Les villages de Valmanya (66), Alet-les-Bains (11) et Castelnau-sur-l’Auvignon (32) où elles s’illustrèrent étant des hauts-lieux de la Résistance, l’Occitanie a donc un devoir spécifique de mémoire, de justice et de réparation à leur égard ;

7) – Depuis 1976, date à laquelle elle a pu se constituer après 26 ans d’empêchements réitérés, l’Amicale des Anciens Guérilleros Espagnols en France – Forces Françaises de l’Intérieur (AAGEF-FFI), dont le siège national est à Toulouse, demande que soit rapporté l’arrêté ministériel du 7 octobre 1950 qui a dissous l’Amicale des Anciens FFI et Résistants Espagnols ; ces dernières années, de nombreux élus d’Occitanie (parlementaires, maires, etc.)

Assemblée Plénière du 19 novembre 2020

Délibération N°2020/AP-NOV/25

se sont associés aux démarches nationales en ce sens (appel public, questions écrites ou orales, voeux adressés aux ministres concernés).
Par ailleurs, le présent voeu remplit en tout point les exigences juridiques de recevabilité portées à l’article 20 du Règlement Intérieur de l’Assemblée.
Dès lors l’intérêt de ses habitant/es, de ses territoires et de leur mémoire, légitime une prise de position du Conseil Régional d’Occitanie.

Exposé des motifs

Le 16 septembre 1944, à Toulouse, à l’hôpital de La Grave, le Général de Gaulle s’est adressé à Pedro García Calero, Espagnol blessé lors de la Libération de l’Ariège, en ces termes : « Guérillero espagnol, je salue en toi tes vaillants compatriotes. Pour votre courage, par le sang versé pour la liberté et pour la France, par tes souffrances, tu es un héros espagnol et français ». Ces paroles sont gravées sur le Monument National des Guérilleros à Prayols
(Ariège).
Dans les 13 départements d’Occitanie, 13 brigades de guérilleros ont combattu, certainesformées dès le début de 1942 ; nombreux sont les lieux de la région où des stèles, des monuments – et des cérémonies chaque année – témoignent des sacrifices subis ; le Monument National des Guérilleros, se trouve près de Foix, libérée le 19 août 1944 par la 3e Brigade de Guérilleros d’Ariège.
Le 31 mars 1945, les 11 Bataillons de Sécurité Espagnols cantonnés dans le Sud-Ouest de la France, qui comptaient de l’ordre de 11 000 hommes sous l’autorité des Forces Françaises de l’Intérieur, furent démobilisés. En avril 1945 fut fondée l’Amicale des Anciens FFI et Résistants Espagnols, reconnue par arrêté ministériel du 7 mai 1946. Elle était présidée par deux généraux FFI, Luis Fernández Juan et Joan Blázquez Arroyo, qui avaient personnellement participé à l’organisation des premiers maquis en Ariège et dans l’Aude, ainsi qu’à l’organisation des premiers attentats antinazis en Haute-Garonne.
Le 7 septembre 1950, le gouvernement français déclencha « L’Opération Boléro-Paprika » :au nom d’un prétendu intérêt national, il s’agissait d’assigner hors de métropole plusieurs centaines d’étrangers. Le volet « Boléro » de l’opération visait des Espagnols, le volet « Paprika » ciblait des ressortissants d’Europe de l’Est. Les archives policières dénombrent 288 arrestations au 9 septembre, dont 177 Espagnols, la plupart de ceux-ci arrêtés dans l’actuelle Occitanie. 61 Espagnols furent dirigés vers la Corse, 84 vers l’Algérie, 32 vers « les frontières de l’Est ». Peu avant la rafle, le gouvernement avait déclaré dissoutes diverses organisations de l’exil républicain espagnol, notamment le Parti Communiste d’Espagne, le Parti Socialiste Unifié de Catalogne, le Parti Communiste d’Euskadi et interdit leurs publications.

Cette répression choquante suscita de nombreuses manifestations d’indignation de la part de ceux qui demeuraient reconnaissants à l’égard des étrangers qui avaient combattu pour la libération de la France. Néanmoins, le 7 octobre 1950, le ministre de l’intérieur prit un arrêté portant dissolution de l’Amicale des Anciens FFI et Résistants Espagnols et l’enjoignant de liquider ses biens (dont l’historique Hôpital Varsovie, installé à Toulouse rue Varsovie, aujourd’hui Hôpital Joseph Ducuing). Nombre de ses militants avaient déjà été détenus et
bannis. Cet arrêté indigne était particulièrement infâmant : les résistants espagnols mis en cause et maltraités en 1950 n’avaient pas trahi la France ; au contraire, pour sa liberté ils avaient lutté, subi la prison, la déportation, les blessures…
Il est établi que les mesures visant les Espagnols furent décidées sous la pression du gouvernement franquiste qui bénéficia de la confusion occasionnée par la Guerre Froide. Peu après Boléro-Paprika, les relations diplomatiques entre Paris et Madrid furent rétablies.

Assemblée Plénière du 19 novembre 2020

Délibération N°2020/AP-NOV/25

L’Espagne franquiste fut admise à l’UNESCO (1953) puis à l’ONU (1955) tandis que ses opposants en France étaient muselés ou réduits à la clandestinité.
Jusqu’au décès du dictateur Franco (1975), soit pendant plus d’un quart de siècle, les gouvernements français successifs ont empêché les résistants espagnols d’exercer le droit d’association, au préjudice de leurs intérêts moraux et matériels, sans égard pour leurs souffrances et mérites. En 1976, les survivants furent enfin autorisés à former l’Amicale des Anciens Guérilleros Espagnols en France (Forces Françaises de l’Intérieur),

Rapporter l’arrêté du 7 octobre 1950, comme le demande celle-ci, aurait une haute
signification politique et morale. Cette demande a été publiquement soutenue en 2016 par 44 parlementaires issus de tout l’arc républicain et de nombreux autres élus, tels, par exemple, les maires d’Alençon, Dieppe, Hendaye, Toulouse, les Présidents des conseils départementaux de l’Aude et de la Seine Saint-Denis, le Conseil départemental de la Haute-Garonne unanime.
Cette requête est également appuyée par les dizaines d’associations qui ont constitué le Centre d’Investigation et d’Interprétation de la Mémoire de l’Espagne Républicaine (CIIMER) installé depuis 2012 à Borredon (Montalzat, Tarn-et-Garonne).
Reprendre les procédures d’homologation des unités combattantes espagnoles, injustement entravées, est une exigence fréquemment rappelée dans les cérémonies patriotiques de notre région.
À l’heure où des mouvements xénophobes s’affirment en Europe, il importe de mieux
connaître et divulguer ce que la France doit à ceux qui, après avoir lutté contre le fascisme européen coalisé en Espagne, ont continué la lutte au nord des Pyrénées. En ce sens, il est très positif que l’ONAC-VG (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre) ait créé en 2016 et promu via ses délégations locales, une exposition au sujet des volontaires des Brigades Internationales « de la Guerre d’Espagne à la Résistance en France » ; une
initiative semblable serait particulièrement bienvenue au sujet des guérilleros espagnols.
C’est pourquoi, le Conseil Régional d’Occitanie, réuni en Assemblée plénière le 19 novembre 2020 demande aux Autorités de l’État :

– 1) Que soit abrogé l’arrêté prononçant la dissolution de l’Amicale des Anciens FFI et Résistants Espagnols, pris le 7 octobre 1950 par le ministre de l’intérieur, paru au Journal Officiel de la République Française le 11 octobre 1950 ;

– 2) Que, dans un devoir d’honneur et de justice, des excuses soient officiellement présentées par la République Française aux personnes et aux familles qui ont eu à souffrir de ces sanctions indignes ;

– 3) Que soit ré-ouverte, à titre exceptionnel, la procédure d’examen des demandes d’homologation des unités combattantes de guérilleros espagnols qui sont restées en instance d’examen pour cause de forclusion, notamment dans l’Aude, le Gers et les Pyrénées Orientales ;

– 4) Que l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre soit chargé d’une campagne d’information quant à la contribution spécifique des formations de guérilleros espagnols à la Résistance intérieure en lien avec le Mémorial du Camp de Rivesaltes.

Assemblée Plénière du 19 novembre 2020

Délibération N°2020/AP-NOV/25

La Présidente

Carole DELGA

Acte Rendu Exécutoire :

 Date de transmission à la Préfecture : 23 novembre 2020
 Date d’affichage légal : 23 novembre 2020

Pour extrait conforme,

La Présidente,
CAROLE DELGA

Certains ont la mémoire qui flanche

Certains ? Plus précisément les fascistes de tout poil qui relèvent la tête en Espagne où la bataille autour de la « Mémoire historique » fait rage. Un avant-projet de « Mémoire démocratique » concocté par le gouvernement de Pedro Sánchez (PSOE) circule actuellement et met déjà en rage les héritiers du franquisme. Normal, il est question de rappeler les crimes perpétrés pendant la guerre civile et sous la dictature de Franco. Les énervés de l’idéologie nationale-catholique contre-attaquent à coups de mensonges et contre-vérités, afin de faire disparaître toute évocation de personnalités antifascistes et révolutionnaires de l’Espagne de 36.

À Madrid la bataille des plaques de rue ou commémoratives est bien lancée. La mairie de droite (PP et Ciudadanos) s’est empressée de répondre favorablement à la demande de VOX (extrême-droite) en retirant les plaques des rues aux noms des anciens dirigeants socialistes Francisco Larco Caballero et Indalecio Prieto.

Mieux, une stèle à la mémoire de Largo Caballero a été détruite à coups de marteau sur ordre de la mairie, et des tags à son encontre sont apparus : « Assassin. Rouges : Non ».

300 historiens ont signé un manifeste pour le réhabiliter et rappeler ce qu’a été en réalité la « Paix franquiste ».

Évidemment les anarchistes n’ont pas été oubliés par nos néo-fascistes ; ainsi dans la capitale, plus de rue au nom de Melchior Rodriguez, ce militant CNT-FAI qui épargna lui, pendant la guerre civile, la vie de centaines de prisonniers franquistes, et qui ferma aussi les tchékas créées en Espagne par le PCE. Melchior mettait ainsi en pratique le caractère humaniste de l’idéal libertaire.

Dans le viseur de nos nazillons : Lucía Sánchez Saornil, poétesse et cofondatrice de Mujeres Libres : une place devait porter son nom à Arganzuela (communauté de Madrid). Exit le projet. PP et Ciudadanos ayant conquis la mairie de la capitale grâce aux voix d’extrême-droite du parti VOX, n’en finissent pas d’envoyer à ce dernier des signes d’allégeance. Rien d’étonnant, le PP servait à recycler les héritiers du franquisme, et Ciudadanos est la même chose (en plus jeune et avec les dents plus longues).

Au-delà de ces batailles de plaques commémoratives, c’est tout le combat pour faire enfin connaître ce qu’a été réellement le régime franquiste qui est en question. Et en même temps, pour rappeler les réalisations sociales dans la zone républicaine, réalisations notamment dues au Mouvement libertaire, et à la révolution qu’il avait initiée.

Révolution. C’est sans doute ce mot que les nazillons de tout poil n’ont pas envie de revoir à l’ordre du jour, et qui les rends si nerveux.

Plus que jamais la formule de Durruti est d’actualité : « On ne discute pas le fascisme, on le détruit ».

Ramón Pino

Groupe Salvador Seguí (FA)

Sur le web : https://monde-libertaire.net/index….

AVEC LES « SANS PAPIERS », ENFANTS DE REPUBLICAINS ESPAGNOLS ET DE BRIGADISTES.

https://www.change.org/p/tous-publics-avec-les-sans-papiers-enfants-de-republicains-espagnols-et-de-brigadistes-8a9b945f-4590-4cd8-b333-67f1281e2e50?source_location=petitions_browse

Comme des millions de Françaises et Français, nous sommes enfants, petits-enfants d’«indésirables», les Républicains espagnols, ceux aussi des volontaires des Brigades Internationales. Nous affirmons notre soutien total à la marche et à toutes les revendications des «sans-papiers» qui manifesteront à Paris le 17 octobre.

Ce n’est pas la même histoire, ce ne sont pas les mêmes personnes, cependant le malheur est le même. 80 ans après, nous refusons la répétition de l’ignominie.

En 1939, les nôtres, 500 mille Espagnols qui fuyaient l’horreur franquiste, les bombes et la misère, furent parqués dans les camps de concentration sur la plage où les femmes creusaient des trous dans le sable, les premières nuits, pour protéger les enfants, où des milliers moururent de leurs blessures, de maladie, de désespoir, où des gendarmes à cheval chassaient ceux qui s’approchaient des barbelés pour leur venir en aide.

Nos parents, si maltraités, si humiliés par la France officielle, furent ensuite parmi les premiers à se lever contre l’occupant nazi. Dés 1941, les guérilleros espagnols entrèrent dans la lutte armée. C’est La Nueve, la compagnie de la 2ème DB, composée de Républicains espagnols, qui entra la première dans Paris. En même temps qu’au général Leclerc, c’est à un brigadiste français, le colonel Rol Tanguy, que le général nazi commandant la place de Paris, restitua les clefs de la capitale. Depuis, nous mêmes, par notre travail, notre amour pour la France, avons largement remercié la solidarité que le peuple et ses organisations témoignèrent aux nôtres.

Aujourd’hui, 350 000 mille migrants, chassés par les bombes et la misère, sont sur notre sol. A Calais, des femmes, des nourrissons, dorment à même le sol, cachés dans des buissons, quelles que soient les conditions climatiques. Il est interdit aux associations de leur distribuer des vivres en ville. A Paris, 500 mineurs ont dormi dans la rue, à la veille de la rentrée scolaire. Le dernier rapport de la Cimade souligne que de plus en plus d’enfants sont placés derrière les barreaux des centres de rétention.

Les Moussa, Mamadou, Siaka, Fatima, tous les «sans papiers», les clandestins, sont nos amis. Pendant le confinement, nous les avons vus prendre le métro, le train, le bus, pour aller entretenir les rues et les bureaux déserts, faire la plonge et le ménage dans les maisons de retraite, poursuivre les travaux sur les chantiers, ramasser nos poubelles. Et puis, rentrer dans des squats surpeuplés et insalubres. Ils vivent ici, ils travaillent ici, ils sont et seront d’ici.

Enfants des maçons, journaliers, femmes de ménage, médecins, enseignants et intellectuels espagnols, enfants des volontaires des Brigades Internationales, notre mémoire française est emplie des souffrances et humiliations des nôtres, de leur espoir invaincu. Elle ne se confine pas au musée, elle ne se contente pas de témoigner, de commémorer. Elle est vivante et solidaire, elle interprète le présent et anticipe l’avenir. Nous refusons que d’autres générations grandissent parmi nous, la mémoire pleine de cicatrices.

Avec les 230 associations et les syndicats qui les soutiennent, nous exigeons:

– la régularisation de tous les «sans papiers».

– la fermeture des centres de rétention.

– Un logement pour tous.

Nous affirmons que, pour mettre fin aux trafics d’être humains, il faut aller chercher ceux qui se noient en mer, ceux qui, début septembre, ont vu brûler le camp grec de Moria (12 700 personnes dont 4 000 enfants). Alors que l’hiver approche, les pays de l’Union Européenne négocient misérablement lequel en accueillera 10 ou 50.

L’Europe, la France, qui, au fil des siècles, ont envoyé des millions de migrants se réfugier au «Nouveau monde», coloniser l’Afrique, dont les ports se sont enrichis avec le commerce d’esclaves, traitent les migrants d’aujourd’hui comme des chiens. Nous ne laisserons pas faire.

Derrière chacun des maltraités, humiliés d’aujourd’hui, nous voyons se dresser l’ombre de nos parents. La négation des droits des «sans-papiers», de leur humanité, est telle qu’elle autorise un commentateur comme Zemmour à affirmer sur CNews que «tous» les enfants migrants sont «violeurs, sont assassins, sont voleurs».

Nous avons été ces enfants, sommes leurs enfants et petits-enfants. Nous sommes emplis d’effroi et de chagrin. Nous sommes en rage, la mémoire nous brûle. Cela suffit!
Nous espérons que ceux qui partagent nos souvenirs, celles et ceux qui connaissent, s’indignent et s’émeuvent encore devant ce chapitre de l’histoire signeront et relaieront cet appel. D’ores et déjà, des amis de l’Espagne Républicaine ont tenu à s’y associer.

Sylvie Allouin. Administratrice de «Réfugiés Espagnols En France».

Marie Thérèse Anton. Traductrice-interprète.

Diego Arrabal. Écrivain.

Aline Barbier. Enseignante d’arts plastiques.

Francisco Barreira. Administrateur de «Réfugiés Espagnols en France».

Georges Bartoli. Photographe.

Cali. Auteur, compositeur, interprète.

Pierre Carles. Réalisateur.

Raymond Cubells. Président de l’Amicale Du Camp De Concentration Du Vernet.

Gonzalo Dorado. Cadre Territorial.

Geneviève Dreyfus Armand Auvray. Historienne.

Claudine Ducol. Journaliste.

Céleste Escudero. (veuve de Lény Escudero)

Henri Farreny. Président De l’Amicale Des Anciens Guérilleros Espagnols En France-FFI.

José Fort. Journaliste.

Geneviève Feixas. Psychologue.

José Gonzàlez. Infirmier psychiatrique.

Anna-Maria Guerrero. Éclairagiste spectacle.

Maria Lorente. Administratrice de «Réfugiés Espagnols En France».

Eloy Martinez Monegal. Président de l’ASEREF (Association Pour Le Souvenir De L’exil Républicain En France).

Jean Ortiz. Universitaire.

Joachim Pano. Administrateur de «Réfugiés Espagnols En France».

Maité Pinero. Journaliste. Écrivaine.

Sabine Reynosa. Informaticienne.

Madeleine Riffaud. Résistante, poétesse, correspondante de guerre.

Claire Rol Tanguy. Militante associative.

Olivia Ruiz. Auteure-compositrice-chanteuse. Réalisatrice. Écrivaine.

Raymond San Geroteo. Directeur commercial.

Marie-Françoise Sanchez. Cadre action sociale de l’énergie.

Laurent Sanchis. Éducateur spécialisé.

Émile Turlan. Cadre territorial.

Maxime Vivas. Écrivain. Administrateur du site legrandsoir.

République ou Monarchie : le peuple doit voter !

Affaire Juan Carlos :
l’ex-roi doit répondre de ses actes devant les Espagnols
République ou Monarchie : le peuple doit voter
Avec l’affaire Juan Carlos et ce qu’il faut appeler par son nom, à savoir une fuite, le cri
des associations mémorielles regroupant les descendants et amis des Républicains
espagnols, est plus que jamais d’actualité.
Ce cri, qui est aussi leur raison d’être, c’est « Vérité, justice et réparation ». Voilà
bien ce qui doit être appliqué aujourd’hui à l’endroit de l’ancien roi d’Espagne. Comme
nous réclamons que cela s’applique aussi au coup d’État du 18 juillet 1936 contre la 2ème
République issue d’un processus démocratique incontestable, à la Guerre d’Espagne et à
la longue et sanglante dictature de Franco.
Cette double exigence est d’autant plus légitime, pour l’Espagne et au regard de
l’Histoire, que Juan Carlos a été mis sur le trône par une décision unilatérale de Franco, à
la suite d’une interruption illégale-un coup d’Etat-du cours normal d’une démocratie. Dès
lors, de quelle légitimité Juan Carlos et la monarchie espagnole peuvent-ils se prévaloir ?
D’une décision découlant d’un acte antidémocratique, mais aussi et surtout illégal, prise
par l’auteur de cet acte illégal ?
Aujourd’hui, alors que des juges suisses et espagnols enquêtent notamment sur une
centaine de millions de dollars secrètement versés à Juan Carlos par l’Arabie saoudite,
l’ex-roi, soupçonné de corruption, quitte l’Espagne. Une décision indigne d’un ancien chef
d’État, dont on ne sait d’ailleurs quelle part y a pris son successeur et fils, l’actuel roi
Felipe VI. S’il respecte son pays, et ce qu’il doit encore considérer comme « son » peuple,
Juan Carlos doit répondre de ses actes en Espagne et devant tous les Espagnols.
Au-delà de ces aspects évidents, le judiciaire et celui de l’honneur d’un homme et d’un
pays, cette nouvelle affaire Juan Carlos, et sa fuite, venant après de multiples scandales
liés à l’ancien roi et à la monarchie, reposent la question de la légitimité de cette dernière.
Il est grand temps que les Espagnols, qui ont voté pour une République avant que le
processus ne soit illégalement stoppé par le coup d’État de juillet 1936, retournent aux
urnes pour redire, démocratiquement, s’ils veulent vivre dans une monarchie ou une
République. Eux qui ont dû livrer une terrible guerre face aux trois grands
fascismes/nazismes européens (Hitler, Mussolini et Salazar, alliés de Franco), puis subi
une dictature terrifiante pendant près de 40 ans, n’ont depuis jamais pu, à ce jour, se
prononcer sur cette question.
Caminar, coordination nationale des descendants et amis de l’Espagne
républicaine.

Libération de Paris : la Nueve et ses républicains espagnols enfin pleinement reconnus

Comment est né la Nueve ? Qui exactement la formait ? Avec quelle formation et dans quel état d’esprit ? Ramon Pino raconte ce qui a débuté dans des camps de concentration français.

Eux ont pourtant été les premiers à entrer dans la capitale, le 24 août 1944, par la porte d’Italie ?

Oui, et ils bénéficient de l’aide inattendue de l’aide d’un Arménien de banlieue qui les guide dans les rues de Paris pour éviter les barrages allemands. Ils vont suivre un parcours un peu tortueux mais en une heure seulement, ils passent de la porte d’Italie à la place de l’Hôtel de Ville, sans avoir tiré un coup de feu. Il est 21h30, il va y avoir des échanges de tirs pour prendre l’Hôtel de Ville mais cela va se faire assez rapidement.

En revanche, le lendemain, il y aura d’autres combats entre autres place de la République. Quelques petits bastions de soldats allemands subsistent et il faut reprendre tous les bâtiments  officiels où l’état-major allemand s’était installé. Mais le 26 août, c’est fini, malgré quelques tirs sporadiques de soldats allemands ou de Français collaborateurs.

Avaient-ils revendiqué ce privilège de libérer Paris ?

Cette libération est un événement qui a marqué le monde entier, avec des cloches qui ont sonné y compris à Buenos Aires.

Mais il faut être nuancé : ils ne se battaient pas pour la libération de la France mais pour la liberté, en libérant le monde du fascisme. Et la promesse qui leur avait été été faite oralement par le Général Leclerc, le capitaine Dronne, était qu’après avoir viré Mussolini en Italie, viré Hitler en Allemagne, on les aiderait à virer Franco en Espagne. C’était ça leur désir. Ils pensaient qu’on allait libérer l’Espagne. Cela n’a pas été le cas évidemment parce qu’on était déjà pratiquement au début de la guerre froide, les Américains ont ensuite commencé à installer des bases militaires en Espagne et Franco a obtenu en échange qu’on le laisse tranquille. Et seul le Mexique et la Yougoslavie de Tito se sont toujours refusés à reconnaître le régime de Franco.

Les hommes de la Nueve ont éprouvé une double trahison : leur rôle à Paris gommé et pas d’aide ensuite pour sauver leur pays.

Quelques uns des hommes de la Nueve
Quelques uns des hommes de la Nueve Crédits : Association 24 août 1944

A commencer par de Gaulle et pendant des années ensuite, cette opération de la Nueve est donc restée presque taboue ?

Absolument. Il fallait pour l’imagerie populaire que la France ait été libérée par des Français. Cela a d’abord été bien martelé par de Gaulle, par les gaullistes et par les communistes aussi. Il fallait que cela soit absolument une libération franco-française.

C’était un argument politique. Au lendemain de la libération de Paris, les gaullistes et les communistes sont les nouvelles forces qui occupent le devant de la scène politique. Et on ne sait pas à ce moment-là qui va l’emporter. De Gaulle était très soucieux justement de faire libérer Paris et quand il a vu l’ordre de reddition du gouverneur allemand à Paris avec à côté de la signature de Général Leclerc, il y avait également celle de Rol-Tanguy, membre du Parti communiste. Il était furieux. Il a engueulé Leclerc qui avait permis la signature d’un gouvernement communiste. On est à un moment de bascule pour le devenir de la France et d’ailleurs le gouvernement qui va être formé comportera des communistes et des gaullistes.

Pourquoi alors de Gaulle a-t-il fait défiler la Nueve à ses côtés sur les Champs-Elysées ?

Je ne pense pas que cela venait de de Gaulle mais plutôt du Général Leclerc. Mais pour une raison très pratique : c’était quand même une troupe de choc, l’avant-garde de la 2e DB, que l’on envoyait toujours devant au casse-pipe. Après presque trois ans d’expérience de guerre civile en Espagne, puis des combats en Tunisie et en Normandie, ils étaient les plus aguerris. Et on leur faisait le plus confiance pour assurer la sécurité du Général de Gaulle. C’était davantage d’un point de vue pratique, pas tellement par reconnaissance d’être arrivés les premiers.

D’ailleurs, après quelques jours de repos à Paris, ils ont continué avec Leclerc jusqu’à Strasbourg, puis jusqu’au nid d’aigle d’Hitler, à Berchtesgaden. Arrivés en Allemagne, ils n’étaient plus que 16 sur 160 environ au départ de Normandie, même s’ils n’étaient pas tous morts.

26 août 1944, les soldats espagnols de la Nueve défilent sur les Champs-Elysées à bord de leurs half-track (véhicules blindés avec des chenilles à l'arrière). Ici, le Guernica
26 août 1944, les soldats espagnols de la Nueve défilent sur les Champs-Elysées à bord de leurs half-track (véhicules blindés avec des chenilles à l’arrière). Ici, le Guernica Crédits : Association 24 août 1944

Il y a quand même eu une reconnaissance militaire des soldats de la Nueve ? Certains ont été médaillés.  

Oui, mais une reconnaissance individuelle. Les combattants de la Nueve ont été décorés à titre individuel. On ne parle pas de la Nueve en tant qu’entité. De la même façon, de Gaulle ne voudra pas voir dans le défilé des combattants qui ont libéré Foix des drapeaux républicains espagnols. ll les fait tous retirer, il faut que ce soit des drapeaux français.

Sur les Champs-Élysées, il y en a eu très peu. Mais il y a eu une très grande banderole du drapeau républicain tenue par des Espagnols qui étaient à Paris. Mais de Gaulle l’a faite retirer également. En revanche, ce que l’on voit sur les documents d’époque (vidéo ci-dessus), que l’on ne pouvait pas retirer, c’est la quinzaine de blindés qui l’escortent avec toujours les noms des batailles de la guerre d’Espagne. Par exemple, le « Madrid », le « Teruel », le « Guadalajara » ou le « Don Quichotte ». Un des véhicules avait aussi été baptisé « Les Pingouins », par autodérision parce que c’était le surnom que les Français donnaient aux Espagnols, pingouins ou espingouins.

La seule chose que l’on ne voit pas dans les images d’époque c’est une jeep qui portait le nom « Mort aux cons ». Cela n’avait pas plus à Leclerc qui avait dit que cela n’allait pas faire bon effet à l’arrivée dans Paris.

Ce dimanche 25 août 2019, le Madrid faisait partie du défilé de commémoration des 75 ans de la libération de Paris
Ce dimanche 25 août 2019, le Madrid faisait partie du défilé de commémoration des 75 ans de la libération de Paris Crédits : Eric ChaverouAFP

Quand et pourquoi alors a débuté la reconnaissance ? Il a fallu attendre la mort de Franco, plus tard encore ? 

Plus tard encore. Il a fallu attendre l’arrivée de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris avec sa principale adjointe Anne Hidalgo. Cela a commencé en 2004, avec l’apposition d’une douzaine de médaillons commémoratifs, le long du parcours qu’avait emprunté la Nueve.

Et en 2012, pour la première fois, un président de la République française a rendu hommage à ces républicains espagnols. C’était le 25 août, dans le discours de François Hollande.

Jusqu’à aujourd’hui, avec des commémorations officielles : chaque 24 août, à côté de l’Hôtel de Ville, au jardin des combattants de la Nueve, qui a été renommé par la mairie de Paris en 2015. Un jardin du même nom ayant été inauguré à Madrid en 2017.

Article de Camus de septembre 44 dont une photo évoque la Nueve
Article de Camus de septembre 44 dont une photo évoque la Nueve Crédits : Association 24 août 1944

Cette mémoire a bénéficié de l’arrivée au pouvoir de dirigeant.es socialistes, dont une à l’histoire intimement lié à la guerre d’Espagne ?

C’est surtout Anne Hidalgo qui a dû pousser à cette reconnaissance du rôle des républicains espagnols, de par son parcours personnel. Elle a effectivement toujours aidé sur ce plan-là  notre association. Elle a facilité pas mal de choses et a elle-même organisé de son côté des événements à chaque fois conjointement, d’ailleurs, avec la mairie de Madrid.

Nous étions ainsi la seule association française à participer à l’inauguration du jardin de Madrid.

Plaque du jardin des Combattants de la Nueve (Paris, 4e)
Plaque du jardin des Combattants de la Nueve (Paris, 4e) Crédits : One work / Wikimedia Commons

Et quel est l’esprit de la fresque inaugurée ce samedi ? Un travail de mémoire plus grand public, plus jeune ?

Exactement. Une des plaques commémoratives du passage de la Nueve est à cette adresse. Avec toute une façade de 17 m de haut. On s’était dit qu’il serait bien de faire une fresque au-dessus du médaillon. Nous avons un artiste peintre dans l’association – Juan Chica Ventura – et donc l’idée s’est réalisée : faire une espèce de triptyque, genre bande dessinée. Avec trois dessins et trois petits commentaires qui figurent trois moments de la libération de Paris.

Nous avons obtenu assez vite la façade mais sans aucune subvention. Nous avons donc lancé une souscription en ligne et nous avons récolté des chèques de dix à mille euros pour arriver au bout d’un an à nous auto financer.

« C’est très bien parce que cela questionne. J’espère que cela va tenir longtemps. » Une voisine de la fresque, ancienne professeure d’Histoire

Cette fresque est très importante parce qu’elle complète la plaque commémorative déjà présente. Mais qui s’arrêtait pour regarder la plaque ? Je sais qu’ils sont passés par là mais presque personne ne le sait. Alors que maintenant les peintures de se sont beaucoup développées dans le 13e arrondissement et les gens les cherchent, seul ou en groupe avec des guides. Ils vont s’arrêter là.
Martine Champeaux, voisine et ancienne professeure d’Histoire

Intégralité de la fresque BD du 20 rue Esquirol, dans le 13e arrondissement, avec tout en bas, au centre, le médaillon pré existant commémorant le passage de la Nueve ici même.
Intégralité de la fresque BD du 20 rue Esquirol, dans le 13e arrondissement, avec tout en bas, au centre, le médaillon pré existant commémorant le passage de la Nueve ici même. Crédits : Eric ChaverouRadio France

A écouter aussi, une chanson sur la Nueve : « Un nuage espagnol » dans sa version française, « Una nube hispana », dans sa version castillane.

Elle est signée Serge Utgé-Royo, fils de républicains espagnols, né dans l’exil à Paris.

Espagne : le polémique « Billy El Niño » meurt du coronavirus

 

Billy el Niño, Billy the kid. Derrière ce pseudonyme inoffensif se cache Antonio González Pacheco, un inspecteur de police aux tendances sadiques et ultra-violentes. L’Espagne a appris aujourd’hui la mort de cet ancien policier, des suites du coronavirus. 

La carrière del Niño s’est déroulée durant la dictature du Général Franco. Sous ce régime à l’exception du mouvement franquiste, tout parti politique ou syndicat était interdit. Les militants de sensibilité de gauche ou d’extrême-gauche étaient arrêtés, torturés, emprisonnés.

Affecté à la Brigada Político Social (BPS) de Madrid, Billy el Niño a une ambition : que son pseudonyme glace d’effroi les militants de gauche. Antonio González Pacheco était un tortionnaire qui prenait du plaisir dans la violence, il ne le cachait pas, en était fier. Les victimes aujourd’hui survivantes tentent des actions en justice contre Billy et racontent le déroulé d’une garde à vue avec ce policier. El Niño était responsable des geôles de détentions au sein de la Dirección General de Seguridad. Sa mission officielle était de faire avouer les personnes gardées à vue.

Sadisme

Dans les dispositions des plaintes adressées contre González Pacheco, les techniques de torture pendant les interrogatoires sont légions : transformer sa victime en un punching-ball,attachée à une barre et frappée sans interruption de diverses manières selon des techniques empruntées aux arts martiaux. El niño se vantait d’être un maître en la matière et à chaque coup poussait des cris empruntés au karaté et hurlait le nom de la technique martiale lors du mouvement.

Dans une autre torture appelé « la bañera », Pacheco plongeait la tête de la personne qui était sous sa garde dans un W.C. rempli d’excréments et d’urines, jusqu’à lui faire perdre conscience, donnant ainsi une sensation de mort imminente. El Niño se vantait d’avoir créer le « passage » :  le gardé à vue devait passer entre deux files d’agents policiers qui le frappaient avec des matraques, des fouets, des poings américains, des coups de pieds et des claques.

Dans un autre acte de folie, El Niño accrochait son souffre-douleur à  une barre métallique en menottant les poignets aux chevilles avec le dos courbé. Cette position exposait les fesses et les organes génitaux aux coups provoquant une douleur très intense avec comme séquelles de nombreuses hémorragies et la présence de sang et de caillots dans l’urine pendant des mois.

Billy el Niño torturait sans distinctions hommes et femmes. Menaçait aussi ses victimes d’aller retrouver leur famille pour leur infliger des violences. Les interrogatoires avaient lieu nus, sans nourriture ni eau pendant plusieurs jours.

De la dictature à la démocratie

En 1975 prit fin la dictature franquiste. Mais pas la carrière de Billy el Niño qui devient inspecteur dans le corps supérieur de la police, au sein de la brigade centrale du renseignement, la police secrète de l’Espagne démocratique. Six ans plus tard, en 1981 il abandonna la police pour travailler dans le secteur privé de la sécurité.

Aujourd’hui Billy el Niño vit tranquillement comme un retraité de Madrid parmi les autres. Un citoyen qui a cependant une meilleure pension financière que beaucoup de ses pairs. Suite à ses actes de torture Pacheco s’est vu attribuer des médailles accompagnées de primes financières.

Pour avoir démanteler l’organisation terroriste Le Front Révolutionnaire Antifasciste et Patriote, el Niño toucha 20.000 pesetas l’année de la mort de Franco en 1975. Une pratique qui continua durant la démocratie ; une prime de 6.000 pesetas en 1976 pour l’arrestation de militants du Parti Communiste. La médaille rouge octroyé par Franco en 1972 augmente la retraite actuelle de Pacheco à hauteur de 10%. Le ministre Rodolfo Martín Villa de l’Espagne démocratique en 1977 décerna la médaille d’argent du mérite policier avec une gratification de la retraite d’El Niño de 15%. Encore une médaille d’argent en 1980 et une autre d’or en 1982 offrent 20% de retraite en plus. En 2019 El Niño jouit d’une retraite augmentée de 45%.

Billy el Niño n’est pas un pestiféré et fut invité, il y a une paire d’années à un cocktail mondain par un commissaire de Police encore en activité.