Le camps de femmes de Rieucros et Michel del Castillo

Peut être une image de texte

 

« CES CAMPS FURENT TRÈS REPRÉSENTATIFS DU MERDIER FRANÇAIS »

Michel del Castillo

« Mon souvenir le plus fort, c’est l’obscurité. Enfant, cela vous terrifie. Il devait y avoir une ou deux ampoules de 25 watts pour toute la baraque. On arrivait au bout du monde, on ne savait plus où on était et, dans ce magma de femmes espagnoles dépenaillées, j’étais une crevure qui allait de pneumonie en pneumonie. Je ne bougeais plus, collé contre ma mère, je lisais des partitions de musique. Le froid, la faim, bien sûr, inutile d’en parler. J’allais surtout dans la baraque des Allemandes, les Espagnoles n’arrêtaient pas de se hurler dessus. L’enfermement concentre des gens qui n’ont rien en commun, socialement, politiquement. Ma mère est arrivée avec un beau manteau, très maquillée, on l’a regardée méchamment. Des femmes seules, confinées, sans contact avec les hommes, ne restent pas longtemps gentilles. Mais, chez les Allemandes, tout était propre, c’était des communistes cultivées, qui lisaient, écrivaient, dessinaient, me racontaient des histoires. J’avais besoin d’une loi, elles avaient cette discipline qui leur avait permis de tenir en Allemagne.

On avait été chassés d’Espagne en 1939 et on m’avait dit que la France était un pays où l’on mange bien, où l’on est poli. Le plus triste pour moi, c’est que mon père, qui nous avait dénoncés, était français. Je trouvais ça scandaleux, je n’arrêtais pas de répéter : je ne suis pas espagnol.

C’est à Rieucros que j’ai commencé à écrire. Des petits contes. L’un d’eux parlait d’un des sept nains qui avait très froid dans une baraque… Ils ont été affichés à l’exposition organisée à Mende par le maire : il était furieux contre ce camp, dont les habitants croyaient au départ qu’il ne renfermait que des droits communs et, pour les obliger à prendre en compte les détenues, il avait exposé des objets qu’elles avaient fabriqués. Certaines prisonnières sont venues à Mende, les Français les regardaient, ils étaient gentils, ils essayaient de comprendre. Le dimanche, ils venaient se promener autour du camp, le vallon de Rieucros ayant toujours été un lieu de villégiature. Certaines détenues se livraient à la prostitution, derrière le camp.

Ces camps furent très représentatifs du merdier français. Cela aurait pu être bien pire : on aurait pu être livré, battu, tué. Moi-même, je pouvais aller à l’école à Mende. On pataugeait dans l’improvisation, on nous laissait avoir froid, avoir faim, un climat étrange où se mêlaient la débâcle, la peur de l’étranger et une gentillesse foncière. Quelque chose de bizarre, d’un peu merdique. « 

Le 3 février, contre la Loi immigration on lâche rien !

Les fortes mobilisations des 14 et 21 janvier 2024 contre la loi immigration, loi raciste et xénophobe, ont permis le retrait des dispositions les plus nauséabondes par le Conseil Constitutionnel.
Ce qui en reste demeure l’une des pires loi anti-immigrés. Non seulement elle les précarise davantage mais de plus elle favorise le dumping social entre tous les travailleur.ses.
Elle facilitera grandement les conditions d’expulsions, sans respect des droits fondamentaux, rendra plus précaire l’accueil des réfugié.es et plus difficile les conditions de vie, pas seulement pour les sans-papiers, mais pour l’ensemble des personnes d’origine étrangère.
Nous dénonçons l’ouverture de nouveaux « Camps » de rétention administratif (CRA), qui sont des lieux d’enfermement et de privation de liberté pour des familles avant l’expulsion, comme celui qui vient d’ouvrir à Olivet (45).
En conséquence nous appelons à une nouvelle mobilisation le samedi 3 février à 15 h place de la Liberté à Tours pour l’abrogation de la Loi Immigration.
Contre le racisme, la xénophobie et pour défendre une politique migratoire d’accueil et de solidarité, pour une véritable égalité des droits humains et des papiers pour tous.tes.
Notre collectif s’inscrit dans les mobilisations unitaires nationales initiées depuis le 14 janvier jusqu’à l’abrogation de cette loi scélérate.
Collectif Interorga unitaire contre la Loi immigration.
Signataires :
Associations et collectifs : Action Féministes Tours, AMMI-Val d’Amboise, ATTAC 37, Chrétien Migrants,
CIMADE37, CIP 37, Collectif Notre Santé en Danger 37, Collectif Pas d’Enfants à la Rue, Convergence Services
Publics 37, Dernière Rénovation Tours, Emmaüs 100 pour 1, Entraide et Solidarité, Extinction Rébellion,
FEUTRE, ICEM – Pédagogie Freinet 37, Le CAT, LISTE, Organisation de Solidarité Trans Tours, Réseau
Féministe 37, RESF 37, Retirada 37, LDH 37, Le collectif des sports et loisirs pour les migrants chinonais,
Les Soulèvements De La Terre Touraine, Naya, Stop Harcèlement De Rue Tours, La Table de Jeanne Marie,
Tours Antifa, Utopia 56, Le Mouvement pour la Paix.
Syndicats : FSE, SET, SOLIDAIRES 37, Solidaires étudiant.es, USL 37, UD CGT 37.
Organisations politiques : CATDP, Les Ecologistes 37, GES 37, Les Jeunes Ecologistes 37, Les Jeunes.Insoumis.es 37, Jeunes Socialistes Touraine, LFI 37, MJCF 37, NPA 37, Parti des Travailleurs 37, PCF 37, PCOF
37, Parti de Gauche 37, POI 37, PS 37, UCL 37

Des frontières et des femmes, de Manuela Parra

https://www.radiofrance.fr/francebleu/podcasts/les-invites-du-16-19-de-france-bleu-herault/des-frontieres-et-des-femmes-de-manuela-parra-4398720

Manuela Parra organise chaque année les journées de rencontres franco-espagnoles de Montpellier. Aujourd’hui, elle vient nous parler de son ouvrage, Des Frontières et des Femmes.

« Françaisespagnole », voilà comment se définit Manuela Parra.

Dans son ouvrage Des frontières et des femmes, Manuela transcrit les récits d’exils de femmes qu’elle a rencontrée. Ces récits sont ponctués d’illustrations et de poèmes.

Leny Escudero, vieux Gavroche

Leny Escudero, 65 ans, chanteur, reste fidèle à son enfance réfugiée, à l’anarcho-communisme et aux amourettes.

Le chanteur français Leny Escudero (né Joaquim Leny Escudero le 05 novembre 1932 à Espinal en Espagne) est photographié, le 27 mars 1985 lors de son concert au théâtre de Paris. Leny Escudero a composé quatre chansons devenues d’immenses succès populaires « Pour une amourette », « Ballade à Sylvie », « Parce que tui lui ressembles » et « Vingt ans après ».
(FILM) AFP PHOTO/JEAN-LOUP GAUTREAU

Aux autres, il sert du saumon fumé. Lui, il préfère les maquereaux au vin blanc. Les tranches de pain blanc sont larges et denses. Il n’y touche pas. Leny Escudero n’est pas de ceux qui festoient dans les décombres pour oublier les amours éventrées, les espoirs défenestrés et l’hébétude de la mort qui veille. Avec cette frugalité fiévreuse qui le fait ressembler à un lanceur de couteaux sur cibles puissantes, il continue à faire ronfler des colères anarchistes, des violences impies, des compréhensions populaires.

Chanteur à succès au début des années 60, Escudero a taillé sa route, farouche et fleur bleue. La maison de production qu’il avait montée a périclité, les radios et télés l’ont oublié, il a généreusement distribué ses droits d’auteur à son clan, mais il insiste. En artisan, il a enregistré quatorze albums originaux et vient de sortir un recueil de chants révolutionnaires nappés de trop d’accordéon. Après «avoir fait plus de galas de soutien que personne, et des vrais, au petit matin à la porte des usines, pas à la Mutualité pour soigner son image de grande conscience de gauche» (dixit un producteur), il remplit toujours des salles de 600 à 1 000 personnes.

Ce samedi au Bataclan, il va à nouveau se planter derrière le micro et rester là, comme statufié, avec juste les mains qui exigent. Un connaisseur: «Il est de sa génération. Il a un jeu de scène minimal. Mais ça passe. Il est comme habité. Edith Piaf non plus ne bougeait pas.» Escudero a 65 ans et une allure de jeune homme. Il promène une silhouette séchée à coups de trique, ceux qu’on évite à la Gavroche et qu’on salue d’un bras d’honneur, ceux qu’on rend façon loulou de Belleville d’après guerre: «Pour un oeil, les deux yeux. Pour une dent, la mâchoire.» Il affiche une dégaine de Géronimo descendu des fortifs en jean’s et cuir, une sombre indépendance de Gitan vraiment pas enfant des Saintes-Maries («Je m’en fous des racines et des origines», assène-t-il), une stricte force de conviction de commis voyageur de l’insoumission.

Il y a bien un peu de gris dans les cheveux toujours longs qui, avant les Beatles, fascinaient déjà les jeunes filles. Il y a bien la chiennerie de cet oeil qui coule en cataracte. Mais se dégage une impression de temps qui ne passerait pas. Ce n’est pas la constance du bonhomme qui lui a évité l’empâtement des renoncements. C’est plutôt qu’il a été vieux si tôt, si jeune, si durement, qu’il n’y a plus à y revenir. Il a 5 ans. C’est la guerre d’Espagne dans ce village du pays basque. Le père est bûcheron et républicain. «Parce que, dit Escudero, les autres s’étaient réjouis qu’on ne sache ni lire ni écrire.»

Ailleurs, les enfants vont chercher le lait à la ferme, lui ramène des cartouches. La nuit, il dort avec ses chaussures, «pour pouvoir fuir à tout moment». Des types des Brigades internationales débarquent. On leur fait fête, un avion les mitraille. Le père soulève le drap blanc qui recouvre les cadavres et ordonne: «N’oublie jamais. Ils sont morts pour que tu sois libre.» Il a 6 ans. C’est l’exil. Le père est en camp de concentration à Argelès. Lui, déjà, décampe. Il franchit la frontière espagnole en douce.

Echoue en Mayenne. Des mois durant, il fait vivre sa petite soeur en prélevant sa dîme sur le rata d’une base militaire. Il a 12 ans. ça tiraille en tous sens. Celle qu’il appelle sa «petite mère» ne veut pas abandonner son seul bien, sa batterie de casseroles. Il l’accompagne, passant et repassant la ligne de front, voltigeur de ses peurs, reproche excessivement vivant pour l’époque voleuse de jeunesse. Le père rentre enfin. Embauche comme manoeuvre. La vie reprend, miséreuse mais tendre. Escudero: «J’interdis à quiconque de dire que j’ai eu une enfance malheureuse…» Souvent, pourtant, il disparaît. Gamin de grand chemin, il se fait chapardeur d’insouciance. Il modère: «Ce n’étaient pas des fugues. J’avais faim, et mon père, scrupuleusement honnête, ne supportait pas qu’on se livre à de petites rapines dans les fermes.»

Avec l’école, il entretient des rapports contrastés. Il abhorre l’autorité des maîtres autant qu’il dévore une culture neuve, lui l’exilé à la langue perdue. Il se châtaigne avec l’instituteur qui prépare au certif et ne cesse de lui montrer la porte. L’y attend l’institutrice qui le fait entrer dans le logement de fonction et lui sert du chocolat chaud. Devenu «vedette de la chanson», la télé permettra à Escudero de lancer un avis de recherche et de dire sa gratitude à ses enseignants et à «l’école laïque, obligatoire et gratuite qu’on est en train de foutre en l’air».

Pourtant, ce lecteur de Kafka, de Céline, de Perec, se forme à la diable, dictionnaire en main. Mais ses connaissances de bric et de broc ne lui obscurcissent pas l’esprit. Un copain: «Je n’ai jamais vu un autodidacte à la pensée si claire.» Déjà à l’adolescence, ses chansons sont sur l’établi. Aucun terme précieux, aucune poudre aux yeux. Lui qui disait «les riches nous ont volé les mots, il faut les leur reprendre» explique au magazine Chorus: «J’essaie de savoir pourquoi j’ai refusé de m’en servir. Comme s’ils les avaient salis…» Donc, il fait très, très simple. Et ça donne Pour une amourette, où il rime: «Une petite amourette/ Faut la prendre comme ça/ Un jour, deux peut-être/ Longtemps quelquefois/ Va sécher tes larmes/ Un nouvel amour/ Te guette et désarme/ Les peines d’un jour.»

Autre expérience fondatrice: les années ouvrières. Il a 17 ans. Il monte à Paris, s’installe à Belleville «où il faut se la donner pour avoir le droit de marcher sur le trottoir». Il veut être carreleur. Il n’y connaît rien, se met en cheville avec un vieux compagnon fatigué. Echange sa vigueur contre son savoir. Et l’anarchiste «qui a toujours refusé de marcher derrière un drapeau, même noir», découvre la fraternité de la pelle et de la pioche, avec le communisme en prime paradoxale. Il dit:«J’aime moins le PC que les communistes. On n’a pas fait de petits, mais on a vécu à la colle.» Il vote rouge, fait un triomphe à la fête de l’Huma avant de ne plus y être invité, et colle des boutons à la direction, en prônant l’eurocommunisme ou en reprochant à Jeannette Vermeersch d’être contre la pilule. Antistalinien de toujours, cet admirateur d’Arthur Koestler savait très tôt pour le goulag, quand un copain de son père avait raconté son retour d’URSS. Alors, cet actuel supporteur de Robert Hue stigmatise ces «salauds qui ont trahi», maisil veut croire que Marx n’est pas mort, que «les quatre, cinq types qui stockent le blé pour faire monter les cours et qui affament la planète» ne peuvent s’exonérer de leurs responsabilités en poussant en avant les dictateurs du peuple.

Il fait sombre dans la maison perdue au fond des bois. Il y a des bougies allumées, des citrouilles sur l’escalier, la tête de Guevara au mur, et Leny E. en photo avec Léo F. Reviennent les ombres de cette châtelaine qui voulait le lancer dans le monde et avait invité l’ambassadeur franquiste à qui il avait réglé théâtralement son compte du haut de ses 17 ans. De ce flic qui, le coffrant après la dramatique manif d’octobre 1961 pour l’Algérie, lui disait: «J’aurais aimé avoir un fils comme toi.» De ses parents et de la tête qu’ils firent quand la fratrie leur offrit une maison neuve. Revient aussi ce rêve qu’il fait souvent: «Vider une banque. Distribuer les sous. Supprimer l’argent.»

https://www.liberation.fr/musique/1997/11/29/leny-escudero-65-ans-chanteur-reste-fidele-a-son-enfance-refugiee-a-l-anarcho-communisme-et-aux-amou_219711/

L’INDRE-ET-LOIRE SE MOBILISE POUR DIRE NON À LA LOI IMMIGRATION

A l’ appel de plus de 50 associations, collectifs, orgas syndicales et politiques, nous avons été des milliers à manifester dans les rues de Tours, dimanche 14 janvier et dimanche 21 janvier, contre cette loi raciste et xénophobe. Soyons encore plus nombreux.ses samedi 3 février.

Partant d’une situation dramatique avec une crise de l’accueil en cours depuis des années dans le pays, cette loi va aggraver les conditions d’existence des étranger·ères sur le sol français.

Cette loi raciste et xénophobe restreint le droit au séjour, accentue considérablement la répression, s’attaque au droit d’asile, au droit du sol, aux étranger·ères malades, aux étudiant.es non européen·nes, au regroupement familial. L’attaque contre l’hébergement d’urgence, le durcissement de l’accès aux prestations sociales dont les allocations familiales et les aides aux logements vont jeter des familles à la rue ou dans les bras de marchands de sommeil, particulièrement les femmes migrantes. Cette loi va précariser davantage les travailleuses et travailleurs, les lycéen·nes, les étudiant·es avec ou sans papiers.

L’extrême droitisation de la politique gouvernementale s’insère désormais dans la loi, grâce à l’alliance des macronistes, de la droite et de l’extrême droite. Il s’agit de la loi la plus régressive depuis 40 ans.

Cette loi s’attaque aux libertés publiques, bafoue les droits fondamentaux tel que le droit d’asile et réinstaure la double peine. La démocratie doit se bâtir sur des valeurs d’égalité entre toutes et tous. Nous exigeons l’abandon de cette loi.

Nous avons une responsabilité collective à poursuivre une action massive et populaire contre cette loi qui banalise un projet raciste et xénophobe. Toutes les organisations appellent à une mobilisation la plus forte possible le samedi 3 février, et jusqu’à son abandon.

Également contre l’ouverture, le 1er février, du 25 ème Centre de Rétention Administrative dans notre région, à Orléans. Les CRA sont dans les faits des prisons où l’Etat français enferme les personnes, hommes, femmes et enfants qui n’ont pas les bons papiers dans le but officiel de les expulser vers leur pays d’origine. Et cela sans avoir commis aucun délit et sans passer devant un.e juge, au mépris de tout respect des droits et des libertés humaines.

Nous soutenons les personnes sans-papiers, menacé.es d’expulsion, les élu·es qui continueront à verser des allocations, les médecins qui soigneront, les enseignant·es qui protégeront leurs élèves et les syndicats qui agiront.

Signataires :
Associations et collectifs : Action Féministes Tours, AMMI-Val d’Amboise, ATTAC 37, Chrétien Migrants, CIMADE37, CIP 37, Collectif Notre Santé en Danger 37, Collectif Pas d’Enfants à la Rue, Convergence Services Publics 37, Dernière Rénovation Tours, Emmaüs 100 pour 1, Entraide et Solidarité, Extinction Rébellion, FEUTRE, ICEM – Pédagogie Freinet 37, Le CAT, LISTE, Organisation de Solidarité Trans Tours, Réseau Féministe 37, RESF 37, La Retirada 37, LDH 37, Le collectif des sports et loisirs pour les migrants chinonais, Les Soulèvements De La Terre Touraine, Naya, Stop Harcèlement De Rue Tours, La Table de Jeanne Marie, Tours Antifa, Utopia 56, Le Mouvement pour la Paix.

Syndicats : FSE, SET, SOLIDAIRES 37, Solidaires étudiant.es, USL 37

Organisations politiques : CATDP, Les Ecologistes 37, GES 37, Les Jeunes Ecologistes 37, Les Jeunes Insoumis.es 37, Jeunes Socialistes Touraine, LFI 37, MJCF 37, NPA 37, Parti des Travailleurs 37, PCF 37, PCOF 37, Parti de Gauche 37, POI 37, PS 37, UCL 37

MANIFESTATION

SAMEDI 3 FÉVRIER

15H

PLACE DE LA LIBERTÉ, À TOURS

Dans la continuité du florilège, encore un peu du grand Leny Escudero

Cette autre chanson de Leny Escudero est bouleversante également. S’inventer un grand-père que l’on n’a pas connu, moi même je pourrai le dire au pluriel car je n’ai connu ni grands-parents maternels, ni grands-parents paternels. Cette chanson vibre très fort en moi. J’ai souvent dit ne pas ressentir de racines à cause de ce manque. Je me suis longtemps demandé si j’étais espagnole ou française. Mes parents étant tous les deux nés en Espagne ont fondé une famille en France. Pourquoi ? Parce que les guerres font fuir les gens en les déracinant, contre leur gré. Un dictateur installé pendant des décennies les ont empêchés d’y retourner vivre.

La France les a accueillis « à sable ouvert » en plein hiver sur les plages d’Argelès-sur Mer, en février 1939. Comme des centaines de milliers de leurs compatriotes, ils ont connu la triste Retirada.

France, pays des Droits de l’Homme, pays de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité, sois donc plus ouverte que tu ne l’es encore actuellement. Nous sommes tous des enfants d’immigrés, la terre entière est notre Patrie, voilà d’où je viens.

El abismo del olvido – L’abîme de l’oubli

« L’oubli est l’abîme qui sépare la vie de la mort. »

Le peuple espagnol n’en finit pas de récupérer la mémoire historique de la guerre civile et de solder les comptes avec son passé tragique. Ainsi, près de 85 ans après la fin de la guerre civile et après plus de quatre décennies de démocratie, le pays demeure jonché de centaines de fosses communes qui abritent des dizaines de milliers de restes d’êtres humains qui attendent de sortir, un jour peut être, de l’oubli auquel les avait condamné le régime franquiste.

Cette question douloureuse est le sujet du roman graphique El abismo del olvido, réalisé par Paco Roca et Rodrigo Terrasa. Originaires de Valence, les deux auteurs ne sont pas des inconnus en Espagne. Paco Roca s’est imposé depuis deux décennies comme l’un des meilleurs dessinateurs de romans graphiques de son pays, tandis que Rodrigo Terrasa est un journaliste chevronné qui travaille depuis 22 ans pour le grand quotidien espagnol El Mundo. C’est ce dernier qui est à l’origine du projet de ce roman graphique et qui en est le scénariste principal.

El abismo del olvido suit le combat obstiné de Pepica Celda pour récupérer les restes de son père, José Celda, agriculteur républicain fusillé en 1940 et enterré dans une fosse commune, dans le cimetière de Paterna. Située dans la province de Valence, Paterna abrite dans son cimetière 135 fosses communes où ont été enterrées plus de 2.200 personnes fusillées entre 1940 et 1945, victimes de la terrible répression franquiste de l’après la guerre civile. Le scénariste a donc fait un travail préalable de recherche historique, afin de coller le plus possible à la vérité des faits et des personnages.

Le roman graphique est divisé en une quinzaine de chapitres entrelaçant deux trames narratives : l’une située au début des années 40, au plus fort de la répression franquiste, l’autre basée en 2013, au moment de l’excavation de fosses communes dans le cimetière de Paterna. Cette structure narrative binaire permet un va-et-vient constant entre passé et présent qui est l’essence même du fonctionnement de la mémoire. Cela permet de suivre les péripéties et les enjeux de la course contre la montre entreprise contre l’oubli par Pepica Celda, afin de donner à son père une digne sépulture et ainsi, accomplir une promesse faite quand elle était enfant, quelque 70 ans plus tôt…

Outre celui de Pepica, les auteurs dessinent quelques autres beaux portraits. Celui de Leoncio Badía, le fossoyeur humaniste, occupe une place essentielle : républicain, il échappe de peu au peloton d’exécution et doit en échange exercer les fonctions de fossoyeur dans le cimetière de Paterna, chargé d’enterrer les fusillés dans les fosses communes. Pendant près de 5 ans, il accorde un soin particulier aux corps des défunts, laisse des traces dans l’espoir de leur identification future et aident les familles à faire leur deuil. Personnage hors du commun auquel les auteurs rendent ici justice. Celui de l’archéologue enceinte, symbolisant ainsi en sa personne le lien entre le passé, le présent et l’avenir, qui apporte le recours de la science archéologique et son engagement citoyen, deux éléments indispensables pour mener à bien cette entreprise de récupération de la mémoire. Enfin, comment ne pas mentionner le personnage collectif des femmes, mères, veuves et soeurs, toutes victimes mais courageuses et solidaires, empêchées pendant des décennies de faire leur deuil ?

Gilles Legroux https://clio-cr.clionautes.org/el-abismo-del-olvido-abime-de-loubli.html

El abismo el olvido est donc un roman graphique à la fois instructif et par moments poignant. Le soin particulier apporté à la documentation historique par le scénariste en fait une belle leçon d’histoire sur cette page sombre du passé de l’Espagne et permet également d’éclairer les enjeux politiques et culturels de cette question mémorielle. J’en recommande vivement la lecture à tous les hispanisants et hispanisantes qui s’intéressent à l’histoire contemporaine de l’Espagne.

Paco Roca, Rodrigo Terrasa

Bilbao, Astiberri Ediciones, 2023, 23,75€

Faire vivre les mémoires et les valeurs des Républicains espagnols exilés

%d blogueurs aiment cette page :