Tous les articles par Luis Lopez

Jean-Louis nous informe : un documentaire « Compañera »

Dans l’huma du 7 septembre, un documentaire :

« Compañera », réhabilite le rôle des femmes dans la défense de la République espagnole

Publié le 10 Septembre 2015

« Compañera », le documentaire de Dominique Gautier et Jean Ortiz rend hommage aux femmes et à leur rôle dans la défense de la République espagnole, dans l’anti-franquisme. Une participation décisive longtemps reléguée, comme effacée. Sortie octobre 2015.

La suite :

« Compañera », réhabilite le rôle des femmes dans la défense de la République espagnole

http://www.humanite.fr/companera-rehabilite-le-role-des-fem

RETIRADA37 soutient la Cie CANO LOPEZ

La Compagnie Cano Lopez a été créée en 1986 et est installée au Château du Plessis, propriété de la ville de Tours, à La Riche depuis 1998. Ce site est un lieu culturel pluridisciplinaire de grande qualité où se sont déroulées de nombreuses manifestations regroupant musiciens, comédiens, danseurs, plasticiens, auteurs en résidence et stagiaires en formation (en 2015 : 135 artistes en résidence, 900 stagiaires issus de différents milieux). Comme le dit José Manuel Cano Lopez « Son projet s’inscrit plus que jamais dans la vie de la Cité, avec la volonté permanente de nourrir le dialogue entre les créateurs et les publics »
Les différentes baisses de subvention depuis le désengagement de l’Etat en 2008, puis des collectivités locales et celle de la Ville de Tours depuis 2014 avec moins 52% mettent en danger l’existence même de la Compagnie.
En décidant unilatéralement le départ de la Compagnie du Plessis au 1er janvier 2016 la municipalité de Tours veut sa disparition.
Un dialogue doit s’ouvrir pour revoir le montant des subventions et maintenir l’activité au Plessis-théatre Gabriel Monnet. Voici notre appel pour le soutien à la Compagnie Cano Lopez

Communiqué de l’association RETIRADA 37

  Le CA de l’association Retirada 37, dont le but est de faire vivre les mémoires et les valeurs des Républicains espagnols exilés, a décidé unanimement le jeudi 4 juin 2015 d’adhérer au Comité de soutien du Plessis-Théâtre Gabriel Monnet.
  L’association Retirada 37 a trouvé auprès de la Compagnie soutien et coopération pour construire un événement artistique, mémoriel et convivial le 20 novembre 2015 afin de commémorer le 40ème anniversaire de la fin du dictateur Franco et l’espoir pour de nombreux Républicains espagnols exilés d’un retour à la démocratie.
  Retirada 37 compte parmi ses valeurs celles de l’éducation populaire, de la démocratie culturelle, de la promotion des découvertes artistiques, du partage, de l’accueil qui sont également celles de la Compagnie José Manuel Cano Lopez.
  Le CA de Retirada 37 estime donc nécessaire de reconsidérer la baisse de subvention et de maintenir au Plessis le projet de la Compagnie, dans ce lieu où elle a su unir ses valeurs, ses créations, ses multiples actions artistiques et l’âme de ce lieu qu’elle a d’ailleurs aidé à sauvegarder.
 

La seconde République espagnole

Le 14 avril 1931 était proclamée la Seconde République espagnole. Nous célébrons cette année le 84 ème anniversaire. Les mesures contenues dans le programme des Républicains en matière d’éducation, de culture, de nouveaux droits pour les femmes, pour les travailleurs, des villes et des champs, contre le pouvoir de l’Eglise soulevèrent un immense espoir dans le peuple espagnol. Elles ne furent pas toutes mises en œuvre pendant cette courte période. Le Front Populaire victorieux en février 1936, qui rassemblait largement les démocrates et les révolutionnaires, redonna un nouveau souffle à ces espérances. Ces orientations furent l’élément constitutif des valeurs républicaines d’égalité et de justice portées par les exilés espagnols. Ce sont ces valeurs et ces mémoires que nous voulons faire vivre, dans toutes leurs diversités, avec la volonté de rassembler, sans vouloir occulter les différences et les divisions qui ont marqué cette période de l’Histoire. C’est là, aussi, toute la richesse des Républicains espagnols.

L’exposition de David Garcia sur la Seconde République sera présentée à Tours dans le premier trimestre 2016.
Cliquez sur ce lien pour y accéder

La Nueve le 21 avril à Tours

Le 24 août 1944, 150 soldats, républicains espagnols, de la France libre entraient dans Paris occupé, avec la 9ème compagnie de la 2ème Division Blindée de l’armée du Général Leclerc. Les blindés s’appelaient Guernica, Guadalajara, Ebro, Don Quichotte, Teruel…
Nous allons honorer le 21 avril prochain ces héros oubliés de la Nueve dans une rencontre avec Evelyn Mesquida. Elle dédicacera son livre qui sera en vente ce soir là.

Sur le site 24 août 1944 de nombeux articles vous informent sur cette période.

http://www.24-aout-1944.org/-Articles-presse-

Je vous invite aussi à regarder avec attention le documentaire « La Nueve ou les oubliés de la victoire » qui retrace à travers des témoignages émouvants ce grand moment de notre Histoire.

L’association Retirada 37 a été créée pour faire vivre l’action de ces républicains espagnols exilés en France : combattants de la Nueve et aussi les nombreux résistants espagnols en France qui ont combattu pour la Libération de notre pays.

La bête immonde ressurgit aujourd’hui en Europe, en France sous des formes qui se voudraient plus « civilisées ». Nous avons le devoir de les dénoncer, de les combattre avec la même force. Les républicains espagnols, mais aussi les Brigades Internationales nous ont appris que la lutte contre le fascisme, contre la barbarie nazie est universelle. A nous de perpétuer ces valeurs, ces mémoires.

NO PASARAN !

Pourquoi créer une association sur la RETIRADA ?

Pourquoi créer une association concernant des évènements qui se sont déroulés il y aura bientôt 80 ans ?

La guerre civile espagnole (1936-1939) s’est terminée par une tragédie pour les Républicains espagnols qui se battus contre les rebelles franquistes, soutenus de façon décisive par les fascismes allemand et italien (Hitler et Mussolini).

Non seulement, les Républicains ont perdu la guerre mais de plus, celle-ci a provoqué un exil massif, la retirada en espagnol, de près de 500 000 personnes, principalement vers la France via la frontière pyrénéenne, et vers l’Afrique du nord. Certains pays d’Amérique latine ont également accueilli une partie de ces réfugiés.

Au-delà des raisons de la défaite, ces républicains se sont battus pour défendre un régime politique, la République, qui devait apporter aux espagnols une meilleure existence, de la justice, l’éducation pour tous, la culture pour tous, bref des valeurs progressistes qui nous semblent tellement évidentes aujourd’hui et qui sont tout le contraire de ce que toute dictature apporte.

Ces Républicains ont perdu mais faut-il pour autant oublier leur combat ?

Pour leurs descendants, parfaitement intégrés dans la société française, la réponse est évidemment NON.

Pour ceux qui ne sont pas d’origine espagnole mais qui sont sensibles aux valeurs progressistes et qui s’intéressent à cette période cruciale pour l’Espagne et pour l’Europe, la réponse est également NON.

Alors, oui, une telle association est utile et nécessaire afin de contribuer à la transmission auprès d’un large public et notamment des jeunes générations, de la mémoire, des mémoires de cette tragédie, et des valeurs progressistes de ceux qui l’ont vécue, valeurs universelles et d’actualité permanente.

Georges Pares

Bienvenue sur le site RETIRADA37

retirada37Enfin, nous voici sur notre site Retirada37, et cela 24 heures après la réunion du petit groupe qui s’est constitué pour le mettre en oeuvre. Nous en ferons ce que nous déciderons ensemble. Pour le faire vivre nous devons être plus nombreux, plus actifs, plus créatifs. C’est pourquoi nous vous invitons le 12 mars à 18h à l’Espace Chabrier pour faire un point sur toutes les questions que nous avons « sur le grill ». Ensuite nous participerons à une journée de formation le 27 mars entre 17 heures et 20 heures pour que nous soyons tous au même niveau d’information. C’est à cette seule condition que Retirada37 trouvera son développement sur le web. Il faut nous convaincre que ce n’est pas une affaire de spécialiste mais seulement une implication citoyenne et républicaine.

Salud y Republica