Archives de catégorie : Vidéos

8 MAI DÉSIGNÉ PAR LE GOUVERNEMENT ESPAGNOL : JOUR D’HOMMAGE AUX ESPAGNOLS QUI SOUFFRIRENT L’EXIL EN CONSÉQUENCE DE LA GUERRE D’ESPAGNE ET DE LA DICTATURE FRANQUISTE

Le 8 mai 2021, avec d’autres associations, l’association 24 août 1944 a été invitée à participer au premier hommage à l’exil républicain espagnol, organisé par le gouvernement d’Espagne (département de la mémoire historique et démocratique).

Ce jour du 8 mai sera désormais celui de la célébration des exilés républicains espagnols, associés à la victoire sur le fascisme mondial. Victoire à laquelle ils ont largement participé.

Dans bien des lieux en France, les célébrations du 8 mai 1945 se déroulent avec la participation des organisations d’anciens combattants Républicains espagnols, brandissant le drapeau de la république comme seule identification de leur appartenance.

Car même si tous les combattants de l’Exil dit républicain n’exaltaient pas ce drapeau, ce drapeau est le symbole d’une Espagne trahie par ses généraux, l’Eglise et une grande partie de la bourgeoisie.

Dans tous les cas, ce drapeau, même pour nous qui n’en sommes pas fétichistes, celui de la République Espagnole revêt un caractère éminemment anti-franquiste.

À la fin de la guerre d’Espagne, Franco le remplace par le Rouge, Jaune, Rouge. C’est sous cette bannière que la Division Azul ira combattre aux côtés des armées hitlériennes.

C’est sous cette bannière que l’Espagne demeure 36 ans sous la dictature.

Franco, quelques temps avant sa fin, impose une transition monarchique, aux mêmes couleurs : toute la classe politique l’accepte. Ainsi les élections qui transformeront l’Espagne en une démocratie monarchique, ne permettront pas aux partis républicains de s’y présenter. Quel paradoxe ! Et par voie de conséquence, le drapeau de la République est banni.

Cette bataille-là n’est toujours pas terminée, tant que durera la transition de 1978 qui assure la monarchie et l’impunité aux bourreaux.

Cette bataille pour le drapeau de la République est donc la continuité des batailles menées contre le franquisme.

L’association 24 août 1944 a donc jugé important d’être présente à cet hommage et ainsi d’y faire figurer l’engagement des Républicains espagnols de toutes idéologie dans la lutte pour la Liberté et leur présence incontournable dans les diverses résistances au nazisme et au franquisme. Ce jour devrait marquer un grand pas pour l’avenir de l’Espagne et son droit à s’autodéterminer

Pour cause de pandémie cette cérémonie, à la Casa de América à Madrid, fut modeste, solennelle et émouvante d’une durée d’environ deux heures.

Notons la présence parmi nous d’Éliane Ortega bernabeu, spécialiste de l’exil républicain espagnol en Afrique du Nord.

Plusieurs interventions se sont succédées, des représentants de diverses associations mémorielles étrangères ont pris la parole :

Véronique Salou Olivares, présidente de l’association du « 24 Août 1944 » avec l’artiste peintre Juan Chica Ventura qui portait le calot rouge et noir ainsi que l’écharpe ;

Henri Farreny, président de « l’amicale des Anciens Guérilleros Espagnols en France  » ;

Ernesto Casanova Caloto, président de « L’Ateneo Español de Mexico » ;
Pilar Nova Melle, présidente de l’association des « Descendants de l’Exil Espagnol » ;

l’historien Nicolás Sánchez Albornoz, fils de l’historien et président du gouvernement républicain en exil Claudio Sánchez Albornoz ;

l’intervention remarquée par vidéo de Cuathémoc Cárdenas, fils du président Lázaro Cárdenas qui ouvrit les portes du Mexique à des milliers de Républicains. espagnols.

Des intermèdes musicaux sont venus accompagnés la cérémonie, ainsi que des poèmes d’auteurs de l’exil, lus par Manuel Rivas écrivain galicien célèbre, auteur entre autre des non moins célèbres romans Le crayon du charpentier,La langue des papillons . Il était accompagné d’Elvira Sastre.

L’exécutif espagnol maintient cet « engagement ferme » envers la mémoire historique du pays, comme l’a fait remarquer ce samedi la première vice-présidente, Carmen Calvo.

Nous vous offrons également cette vidéo, avec Colette Flandrin Dronne, la dernière que nous avons réalisée avec notre regrettée amie, le 19 mars 2019:

A posteriori

Regards croisés sur notre compagnon Emilio Marco et François. Emilio est né en 1921 à Falset (Catalogne).Il combattra dans la centurie de Juan Peñalver, cénétiste de Sant Feliu de Llobregat pendant la Guerre d’Espagne. Il passe la frontière en 1939 et sera, comme beaucoup de compagnons, interné dans de nombreux camps. Anti-fasciste convaincu, il s’engagera rapidement dans la Résistance. A la fin de la Seconde guerre mondiale, il s’intégrera petit à petit dans la société française et finira à Saint-Pierre-des-Corps où il militera jusqu’à sa mort le 30 janvier 2013.

Documentaire de Mickaël Foucault et Maëlle Maugendre

La Nueve

https://fibabc.abc.es/cortos/la-nueve/?ref=http%3A%2F%2Fm.facebook.com%2F

Sinopsis: Manuel se une a la Novena Compañía para salvar a su hija del París ocupado por los nazis. Inspirado en la historia real de la Novena Compañía, formada íntegramente por exiliados españoles, punta de lanza del ejército aliado en la liberación de Europa. www.la9.es

Duración: 13:59 min.

País de Producción: España

Reparto: Emilio Gutiérrez CabaCristina de InzaRamón ÁlvarezSamy Kalil
Guión: Daniel H. Torrado

Música: Carlos López Amor

Productora: Virtual World Pictures / Canary Film Factory

Distribución: Virtual World Pictures

Fecha de Estreno: 2018-10-06

Nacionalidad del director o directores: Español

Le Maquis en Catalogne (1939 – 1963)

De Jaume Serra i Fontelles

Catalogne – 1988

Catalan sous-titré en français

Un documentaire, en sept chapitres, qui traite de l’histoire du mouvement de guérilla antifranquiste en Catalogne, de la fin de la guerre civile jusqu’à sa fin dans les années 1960.

Ch. 1 : L’émergence du Maquis

Le 1er avril 1939, la guerre se termine par la victoire des forces franquistes. Quelques semaines auparavant, environ un demi-million de personnes avaient entamé le chemin de l’exil vers la France.
Mais beaucoup d’entre elles n’ont pas accepté la défaite. Certaines choisissent de continuer à se battre dans la résistance française contre l’occupation nazie, et d’autres s’infiltrent, au sud des Pyrénées, pour rejoindre les maquis catalans, dans les villes ou les campagnes, qui ont été actifs dès 1939.
Ces maquis se sont créés pour se défendre et résister contre une terrible répression qui a frappé toute la Catalogne pendant les premières années du régime franquiste.

Ch. 2 : L’invasion du Val d’Aran

La libération d’une grande partie de la France, à l’été 44, et la retraite des Allemands ont provoqué une euphorie chez les guérilleros et les réfugiés qui ont cru que les jours du franquisme étaient comptés.
C’est alors que la plateforme politique de l’UNE (Union nationale espagnole) du PCE, a commencé à préparer l’opération « Reconquête de l’Espagne » qui consistait à faire passer des Pyrénées basques aux Pyrénées catalanes huit ou dix mille guérilleros. La zone de pénétration la plus importante devait être le Val d’Aran.
De juin à septembre, l’état-major général de la guérilla a envoyé plusieurs groupes de l’autre côté des Pyrénées afin d’explorer le terrain et de savoir si la population était prête à soutenir le soulèvement armé contre le régime de Franco.

Ch. 3 : Essor et défaite du maquis urbain

Domènec Ibars, surnommé “El Rosset”, qui avait lutté en France à la tête de 35 résistants catalans, se trouvait par hasard à Hendaye. Quand il a appris, que ce jour-là aurait lieu la rencontre historique entre le “Caudillo” et le “Führer”, il a décidé de mener la première d’une série d’actions toujours occultées par le régime franquiste : les tentatives d’assassinats du général Franco.
Domènec Ibars, a attendu en vain son partenaire; il n’est jamais arrivé parce qu’il avait été détenu. La station était prise militairement. Déterminé à agir seul, armé de suffisamment d’explosifs pour tuer les deux dictateurs, « El Rosset » s’est dirigé vers la gare d’Hendaye. Malgré le contrôle militaire, il a réussi à passer un point de contrôle et à s’approcher du quai.
Mais il ne pouvait pas aller plus loin. Il a dû faire demi-tour, impuissant. De là où il était, il était impossible d’attaquer.

Chap. 4 : Marcellino Massana

Bien que la guérilla urbaine de Barcelone soit la plus connue, car elle concentrait ses actions sur la ville et ses alentours, il existait une importante activité de guérilla dans de nombreuses régions de Catalogne.
Le groupe du maquis rural le plus connu était celui de Marcel·lí Massana, alias “Pancho” dans le maquis. Dans la région du Bages et surtout du Berguedà et ses alentours, pendant plus de six ans, le groupe de Massana a tenu la dragée haute au régime franquiste.
Né à Berga le 3 octobre 1918, 8 rue du Révérend Huch, Marcel.li Massana était le plus jeune de trois frères. Il a perdu sa mère quand il avait sept jours. À cette époque, sa mère adoptive était Filomena Solé, « La dida », pour laquelle il a toujours eu une grande estime et pour laquelle il a pris le risque de lui rendre visite à de nombreuses reprises à Berga, pendant les années du Maquis.

Chap. 5 : José Luis Facerías

José Luis Facerias, plus connu sous le nom de « Face » ou « Petronio » par ses plus proches amis et compagnons, était, avec Quico Sabater, l’un des principaux représentants de la guérilla urbaine en Catalogne dans les années quarante et cinquante.
Il était physiquement un homme bien bâti, élégant, un vrai « Dandy ».
Homme d’action intrépide, il se distingue par son talent et sa lucidité exceptionnels, devenant l’un des plus compétents organisateurs du maquis libertaire urbain de l’époque. Il occupe bientôt des postes à responsabilité au sein du mouvement libertaire clandestin catalan.
Né à Barcelone le 6 janvier 1920, il adhère, en 1936, au syndicat du bois de la CNT et aux Jeunesses libertaires de Poble Sec (quartier de Barcelone).

Ch. 6 : Quico Sabaté Llopart

Fin décembre 1959, Quico Sabaté, avec quatre autres guérilleros, entame ce qui sera son dernier voyage. Bien qu’il connaisse l’échange d’informations entre les polices espagnole et française. Quico a traversé la frontière par Cuscoià. La Garde civile était stationnée sur tous les passages de la frontière par groupes de trois et de nombreuses patrouilles écumaient continuellement la région.
De 1945 à 1960, les groupes d’action de Quico Sabaté ont participé à de nombreuses actions : transport d’armes d’un côté des Pyrénées à l’autre, attentats politiques, hold-up et autres actes de propagande antifranquiste.

Ch. 7 : Ramón Vila « Caracremada ».

Ramón Vila Capdevila, également connu sous les noms de « Pasos Largos » ( Grands pas), « Caracremada » (Face brûlée) et « Capitaine Raymond » dans la résistance française, était l’un des guérilleros les plus remarquables du maquis catalan.
D’un courage personnel et d’une bravoure extraordinaires, il n’a jamais toléré le fascisme, qu’il a combattu jusqu’à la mort. L’autre chef de la guérilla du Bergadà, Marcelino Massana, a dit de lui : « Ramón était, sans aucun doute, le meilleur d’entre nous ».
C’était un homme grand, avec une grande force physique. Il avait un corps large, un visage énergique, des yeux vifs, un front large avec un air entre sauvage et timide. Il était simple et modeste, avec une grande agilité.
Né dans le petit village de Pequera, dans le Bergadà, en 1908, il était appelé « El Maroto », du nom de la ferme où il vivait.

« Nous reviendrons »

NOUS REVIENDRONS

de Felip Solé

Titre original : Tornarem

Catalogne, 2011,

Chapitre 1 : 1h22′
Chapitre 2 : 1h 32′

Version catalane sous-titrée en français

« Tornarem » recrée l’histoire des républicains catalans et espagnols qui se sont exilés en Europe et qui, après la guerre civile espagnole, se sont vus plongés dans une guerre contre le fascisme. Ils ont vécu dix années de guerre consécutives et, malgré des vies altérées, ont continué à avancer, avec l’espoir que leur combat servirait un jour à renverser Franco et à pouvoir retourner dans leur pays.

« En 1939 à Barcelone la jeune fille de Lola et Felip est enlevée par les phalangistes. En France ils sont enfermés au camp d’Argelès. Felip veut récupérer sa fille mais les avatars de la guerre le font entrer dans la Légion pour lutter contre les alliés. Il déserte pour lutter dans la 2ème DB du Général Leclerc où il fait partie de la « Nueve » la célèbre 9ème compagnie. En France, Lola s’engage dans la Résistance et récupère sa fille avec l’aide de Manel, libertaire et passeur d’hommes de qui elle tombe amoureuse… »

Prix Iris pour la meilleure fiction, Académie des Sciences et Arts de Télévision d’Espagne. Prix Gaudí au meilleur film TV, Académie du Cinéma Catalan. Prix Magnolia d’Or au meilleur directeur, Festival de Télévision de Shanghai. Prix Panda d’Or au meilleur scenario, Festival de Télévision de Sichuan, Chine. Son directeur de photographie, Josep M. Cività reçu le prix PRISMA 2012 de l’Association de Directeurs de Photographie d’Espagne. Nominé aux Prix Europe 2012 au Festival de Télévision de Monte-Carlo et à la meilleure actrice au Festival de Berlin.