Archives de catégorie : Témoignages et récits

Cipriano Mera : Un homme au cœur de la révolution et de la guerre d’Espagne

meraTrès beau témoignage sur le parcours atypique d’un militant anarchiste espagnol devenu, par obligation et non par principe, l’un des généraux les plus célèbres (mais oublié aujourd’hui…) de la Guerre d’Espagne.

Une analyse des forces et des faiblesses du camp républicain, profondément divisé entre soldats de métiers fidèles à la république, miliciens anarchistes de la CNT, communistes du 5e régiment, etc.

A lire absolument…

(22 euros,  COMMANDE à renvoyer à : Le Coquelicot / BP 74078 / 31029 Toulouse cedex, chèques à l’ordre de : Le Coquelicot)

Buenacasa venait en train chercher les armes à St-Pierre-les-Corps…

Témoignage d’Engracia  Galván, épouse Cherpeau,  sur son père,  Florentino Galván. ( Après avoir habité longtemps, avec son mari, à Saint-Pierre-des-Corps, elle demeure désormais à La Riche ).

Son père était en relation régulière avec Emilio Marco Pérez, qui à la Libération, en tant que membre des FFI, put faire du troc (alcool contre armes) avec les soldats américains à Tours.

Buenacasa  ,  guérilleros des Pyrénées que connaissait Galván, venait en train chercher les armes à St-Pierre-les-Corps pour les ramener sur Toulouse et de là en Espagne.

6-3

Voir l’article complet ci-dessous :

http://gimenologues.org/spip.php?article375#nh2-60

 

Liens aux bases récapitutalives d’articles sur la Guerre Civile espagnole et la Mémoire des journaux espagnols « El País » et « Público »

Trouver ci-joint  les liens aux bases récapitulatives d’articles sur la Guerre civile espagnole, l’après-guerre et la Mémoire apparus dans les journaux « El País » et « Público » ( mis à jour de façon automatique par les journaux concernés). Il y a des récits personnels, biographiques, les avis des historiens sur les sujets, des actualités, la recherche des victimes des fusillades de la répression…. En plus, sur la base de données de « Público » on peut accéder au sommaire que le juge Baltasar Garzón a instruit contre le régime franquiste. Tous les articles sont en espagnol.

http://elpais.com/tag/guerra_civil_espanola/a/196

http://especiales.publico.es/es/memoria-publica/documentacion.php  (cliquer sur Actualidad pour lire les articles)

 

Bonne lecture!

Mémoires d’un homme d’action

Juan_García_OliverJUAN GARCIA OLIVER : L’écho des pas
Enfin traduit en français, le livre/épopée des mémoires de Juan Garcia Oliver
640 pages – 25 €

L’écho des pas est resté jusqu’à ce jour inédit en français. A sa parution originale en espagnol en 1978, « le pavé de Garcia Oliver -650 pages- y produisit quelques effets, dont l’irritation ne fut pas le moindre. C’est que le bonhomme avait l’avantage d’exaspérer d’abord les siens, et ce depuis longtemps » comme l’écrit Freddy Gomez qui signe la préface de cette édition française.
Quand il proposa au Plenum du 23 juillet 1936 que la CNT prenne tout le pouvoir en Catalogne, Garcia Oliver ne fut pas suivi. Seul le canton du Bas Llobregat vota pour sa proposition. C’est le ralliement à l’idéologie de front républicain qui prévalut…
Pour Garcia Oliver, tout s’est joué ce 23 juillet. « Je n’en revenais pas. C’était le Plénum de fédérations locales et cantonales le plus insolite. Des délégués convoqués dans l’urgence et ignorant ce dont on allait parler dans cette assemblée, venaient d’adopter des positions qui jetaient par terre tous les accords fondamentaux de la CNT ignorant les aspects les plus élémentaires de son histoire d’organisation fortement influencée par le radicalisme anarchiste (…) écrit-il .
Le témoignage de celui qui fut, depuis 1919, un des hommes clé de la CNT, tour à tour garçon de café, organisateur de syndicats, homme d’action revolver au poing et… ministre de la justice est incontournable(…)

commander
 
Il s’agit des mémoires parues en 1978, inédites en Français de celui qui « n’a pas voulu occulter tout ce qui jusqu’alors avait été censuré même par les propres anarchistes ou traité de façon obscure dans l’histoire de la CNT. En définitive, il ne se tait pas pour critiquer les mythes et les martyrs de l’anarchisme. »

(extrait de Solidaridad Obrera n° spécial 2007)