Archives de catégorie : Témoignages et récits

FRAGMENTS DE MÉMOIRE 9

plessis

refugies-marchant-sur-la-route-entre-barcelone-et-la_415438_516x343

camp

Sont reproduits ici les textes qui ont été mis en voix par la Compagnie Cano López le 20 novembre 2015 au Plessis-Théâtres  à  La Riche (Indre-et-Loire).

Emilio

 

C’était une photo prise sur la sierra, à quelques encablures de Saragosse. Deux jeunes servants posant à l’ombre d’un canon.

Ces hommes appartenaient à la colonne Ortiz, une formation de miliciens anarchistes, qui marchait avec ceux de la colonne Durutti en direction de Belchite afin de tenter d’écraser les troupes franquistes qui s’étaient emparées de la région et qui en profitaient pour exécuter, par milliers, les militant-e-s ouvriers qui tombaient sous leur coupe.

Une soixantaine d’années après, j’ai rencontré un de ces deux là. Emilio, à peine sorti de l’adolescence, s’était rué, comme une grande partie du peuple d’Espagne dans la révolution naissante, ce bref été de l’anarchie, qui va bousculer l’ordre établi durant quelques mois et faire entrevoir la possibilité d’un monde nouveau, ouvert au possible, émancipé des totalitarismes et de l’oppression.

De ces quelques mois, qui l’ont marqué à vie, il en gardait la flamme qui pétillait dans ses yeux lorsqu’il me parlait de ces instants magiques, des ses combats contre les fascistes et les staliniens,  de la beauté de l’Espagne libertaire.

Et puis, il s’assombrissait soudainement, lorsqu’il invoquait l’exil, les camps de concentration de la France républicaine, la dureté du camp du Vernet, les compagnons qui  avaient  disparu morts de canonnades,  de maladies, de trahisons, d’exil et de désespoirs…

Et pourtant la geste libertaire qui l’avait fait basculer dans la grande histoire le tenait toujours debout, humble et joyeux d’avoir vécu tout cela et désirant toujours l’écrire à l’encre du possible.

 Eric Sionneau

FRAGMENTS DE MÉMOIRE 8

plessis

refugies-marchant-sur-la-route-entre-barcelone-et-la_415438_516x343

camp

 

Sont reproduits ici les textes qui ont été mis en voix par la Compagnie Cano López le 20 novembre 2015 au Plessis-Théâtres  à  La Riche (Indre-et-Loire).

Un curé révolutionnaire !

Quand j’étais jeune (8-12 ans), j’ai eu l’occasion d’aller quelques fois en Espagne, en Catalogne, avec ma mère et ma sœur voir quelques membres de sa famille qui étaient restés là-bas à la fin de la guerre civile et qui continuaient à avoir quelques contacts avec ma mère.

Nous y allions sans mon père, ancien de la CNT marqué « d’une croix rouge » qui ne pouvait s’y rendre sans prendre le risque de représailles certaines.

Ma mère, Sofia, était catalane originaire de Rubi près de Barcelone. Elle avait un oncle curé (le frère de sa mère, ma grand-mère maternelle, l’avia en catalan) qui vivait à Vilasar-de-Mar, une station balnéaire un peu au nord de Barcelone.

Il s’appelait Monseigneur Jean Rebull (Mosèn Joan en catalan).

Il habitait une assez jolie maison blanche, en centre-ville, avec un petit jardin qui comportait en son centre un puits et une sorte de fontaine recouverte de plantes et de mousse d’où coulait un filet d’eau permanent.

Contrairement à la plupart des ecclésiastiques espagnols, Mosèn Joan, qui avait une forte et virulente personnalité, avait pris le parti de défendre la République dès le début de la guerre civile, et avait caché et défendu des républicains.

Cela lui valut d’être emprisonné dans une prison de la banlieue de Barcelone, torturé et condamné à mort par les franquistes.

Un jour, appelé à donner l’extrême onction à un prisonnier qui mourrait, il a réussi à s’évader de la prison.

Il s’est ensuite caché dans sa propre maison, au fond de son puits, pendant un mois.

N’imaginant pas qu’il soit retourné chez lui, la guardia civil ne l’a pas trouvé.

Des habitants du village lui apportaient en cachette de la nourriture.

Le temps passant, il a réapparu et a réussi à bénéficier d’une sorte d’amnistie. Il faut dire qu’il était également diacre au célèbre monastère de Montserrat et qu’il jouissait d’une certaine notoriété.

Quand nous allions le voir, dans les années qui précédèrent la mort de Franco, pour bien marquer sa liberté de penser, il ouvrait grand les fenêtres de sa maison et il mettait à fond la musique de « La Santa Espina », sardane emblématique des Catalans, interdite sous les dictatures de Primo de Rivera et de Franco.

Sa vieille servante se mettait alors à le disputer car elle craignait toujours des représailles de la guardia civil.

 

Georges Pares

 

La Santa Espina :

https://www.youtube.com/watch?v=48_yGM4e164

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Santa_Espina

Une rue de Vilasar-de-Mar porte le nom de Mosen Juan Rebull.

 

 

FRAGMENTS DE MÉMOIRE 7

plessis

refugies-marchant-sur-la-route-entre-barcelone-et-la_415438_516x343

camp

Sont reproduits ici les textes qui ont été mis en voix par la Compagnie Cano López le 20 novembre 2015 au Plessis-Théâtres  à  La Riche (Indre-et-Loire).

Sur la plage d’Argelès-sur-Mer

Je suis une fille de la « retirada », la retraite ou l’exode des espagnols qui fuyaient le fascisme à la fin d’une guerre civile de près de 3 ans. Je suis fière d’avoir du sang espagnol qui coule dans mes veines, sang mêlé de celui d’un « rouge », mon père, et celui d’une petite orpheline, élevée chez les sœurs à cornettes, ma mère, orpheline dès l’âge de 2 ans.

Rien n’était fait pour qu’ils se rencontrent, sauf, hélas, qu’une guerre civile n’éclate en Espagne, leur pays, et ne se termine que par un exil forcé, ici en France, où ils se « trouvèrent ».

Ma mère était une jeune fille de 20 ans lorsqu’elle a « échoué », comme des centaines de milliers de ses compatriotes, sur la plage d’Argelès-sur-Mer. Les autorités françaises avaient « prévu » leur accueil sur cette plage en la délimitant par des fils de fer barbelés, la mer représentant un côté « naturel », le tout sous surveillance policière armée très importante. Ils ont été parqués dans ce camp de concentration à partir du mois de février 1939, un hiver qui fut particulièrement rigoureux. Ils étaient « logés » à même le sable si froid, rien n’avait été prévu pour l’hygiène, les soins médicaux…

C’était inhumain au possible, il y eut beaucoup de morts, surtout des enfants.

Papa, bien entendu, va se battre avec ses compagnons d’infortune, pour tenter de libérer son pays du joug fascisant, il fallait empêcher qu’il ne revienne entre les mains de ce dictateur, Franco.

Les « rouges » assiégeaient les églises, couvents… tout ce qu’ils haïssaient car, pour eux, cela représentait de grandes richesses qui n’étaient pas distribuées aux pauvres. Nombreux étaient anticléricaux  et leur souhait, ou leur idéal, était d’obtenir davantage de justice sociale. Maman qui était élevée dans un couvent se souvenait bien de l’arrivée de ces « rouges » qui saccageaient tout mais l’image la plus marquante pour elle fut celle de fœtus qui étaient entassés dans un placard (et oui il y avait de temps en temps des petites soirées libertines organisées entre les sœurs et les curés du monastère voisin qui empruntaient le souterrain reliant les 2 endroits).

Comme dans toute révolte, cela s’est fait dans le sang, Picasso en a rendu l’un de ses tableaux fort célèbre « Guernica ». Des poètes, des écrivains, des « internationaux » prenaient parti pour leur lutte qu’ils trouvaient juste. Franco les traquait, les torturait, les emprisonnait, ou les tuait froidement, tout en récitant ses prières matinales.

Franco avait fait alliance avec Hitler et Mussolini, les appels des républicains espagnols ne furent pas entendus par la France et la Grande-Bretagne. Pourtant, c’était bien là le signal d’une grande guerre qui devint mondiale et la création de camps d’extermination en masse, par la folie d’un autre dictateur qui voulait se créer un Empire, Hitler.

L’exil est le plus souvent forcé pour la plupart des peuples, il n’est jamais fait avec plaisir. Mes parents l’ont adopté de force puisque le Général Franco a dirigé de façon atroce l’Espagne jusqu’en 1975, papa étant décédé 10 ans auparavant. Il n’a jamais pu revoir sa « mère-patrie », il savait très bien que s’il remettait les pieds en Espagne, il risquait de se retrouver en prison, torturé ou assassiné.

J’ai vécu, petite, les sarcasmes des camarades de classe, comme quoi je mangeais le pain des français, ce que je ne comprenais pas à l’époque. Aujourd’hui encore je suis une indignée, je ne supporte pas les relents racistes extrémistes, j’ai même honte des prises de position politique de certains de mes frères et sœur actuellement.

J’ai atteint l’âge auquel papa est parti pour toujours, il me reste un manque énorme de lui. En effet je n’avais que 15 ans et à cet âge je n’avais pas ressenti ce besoin de parler avec lui de sa vie d’avant l’exil, de son Amour pour l’Espagne, de sa lutte contre le fascisme, là-bas, ou ici en France.

De lui, je me souviens d’énormes jurons espagnols, souvent anticléricaux et de chants comme « Ay Carmela » quand un groupe d’amis étaient réunis et que l’anisette coulait si joyeusement dans leurs gosiers. J’ai l’impression d’avoir des racines peu profondes car je n’ai jamais connu de grands-parents. C’est la 1ère fois cet été où j’ai foulé les terres aragonaises qui l’ont vu naître, travailler la terre, connaître la République, malheureusement fragile, et quitter son pays après avoir  lutté avec peu de moyens pour la Liberté. Je n’ai retrouvé aucune trace familiale mais j’ai parfois entendu les jurons qu’il avait tendance à prononcer assez souvent, jurons toujours en vigueur. Je n’ai pu que me rendre compte de l’hostilité de cette région si aride et m’imaginer comme la vie devait y être bien difficile. Que pouvaient faire ces pauvres bougres lors des combats contre l’armée de fascistes, très équipée ?

Je dis un grand MERCI à Papa et à Maman pour tout ce qu’ils ont fait pour nous après avoir subi tant d’horreurs.

 Mirabelle

FRAGMENTS DE MÉMOIRE 6

plessis

refugies-marchant-sur-la-route-entre-barcelone-et-la_415438_516x343

camp

 

Sont reproduits ici les textes qui ont été mis en voix par la Compagnie Cano López le 20 novembre 2015 au Plessis-Théâtres  à  La Riche (Indre-et-Loire).

Nous ne pouvons oublier…

 « Españoles, Franco ha muerto » Arias Navarro l’annonçait ainsi à la Télévision Espagnole le 20 novembre 1975. Les radios, les journaux du monde entier s’en faisaient l’écho.

Dans tous les foyers de Républicains Espagnols exilés la nouvelle fut accueillie comme un grand soulagement, l’anis coulait à flot, l’espoir pouvait enfin renaître. Dans le même message télévisé, celui qui fut ministre de l’intérieur et le dernier président du gouvernement franquiste, présentait aussi le successeur désigné par Franco, le futur roi, Juan Carlos 1er.  Trois chefs d’Etat assistaient à ses obsèques, le Prince Rainier III de Monaco, le roi Hussein de Jordanie et le dictateur chilien Augusto Pinochet, une belle brochette !

Deux jours après, devant les Cortes, le parlement espagnol, dans une cérémonie d’intronisation Juan Carlos prononçait ces mots « Un personnage exceptionnel entre dans l’Histoire. Le nom de Francisco Franco sera dorénavant  une référence dans la vie de l’Espagne et un fait historique qu’il faudra continuer de rappeler  pour comprendre les clefs de notre vie politique contemporaine. Je veux, avec respect et gratitude, évoquer le souvenir de ce personnage qui durant tant d’années à assumer la lourde responsabilité de conduire la direction de l’Etat. Je puiserai dans son souvenir les exigences, nécessaires à l’action et à la loyauté, pour assumer les fonctions au service de la Patrie. Ce sont les peuples grands et nobles qui savent se souvenir de ceux qui ont consacré leur vie au service d’un idéal. L’Espagne ne pourra jamais oublier celui qui comme soldat et Homme d’Etat, a consacré toute sa vie à son service. »

J’ai découvert ce discours, en espagnol, il y a seulement quelques semaines, envoyé par un de mes frères qui écrit un livre sur l’histoire de nos parents. J’ai cherché vainement sur internet une traduction française de ce texte. Rien ! Ces extraits, que je vous ai traduits, aident à mieux comprendre ce qui s’est passé par la suite. Certes pour ceux qui ont connu la période franquiste, et je suis de ceux là, il nous faut reconnaître que Juan Carlos, les différents partis politiques ont réussi à imposer un système démocratique, où les libertés individuelles et collectives ont été respectées, rien à voir avec le franquisme, je suis le premier à le dire. Mais il y a aujourd’hui de grandes remises en cause de ces libertés.

Nous ne pouvons oublier les tentatives de criminalisation de l’activité syndicale, avec la LEY MORDAZA, à forte connotation franquiste,  qui  imposera des amendes de 30.000 euros aux citoyens qui refusent de présenter les documents d’identité à la police, ou encore à ceux manifestant en soutien pour s’opposer aux expulsions de domicile  ou alors à celui qui prendrait et  montrerait sur le web des vidéos de violences policières… voilà le niveau de l’intention de cette loi.

Nous ne pouvons oublier que cette transition démocratique a tenté et continue d’effacer les crimes franquistes. 19 criminels de guerre franquistes devraient être jugés actuellement par le Tribunal de Buenos Aires en Argentine et le gouvernement Rajoy s’oppose à leur extradition, avec la bénédiction du roi Felipe VI, qui n’a pas ouvert la bouche sur cette question… qui ne dit mot, consent.

Nous ne pouvons oublier, Monsieur Felipe VI, que, si vous vous exhibiez à l’inauguration du jardin de la Nueve le 3 juin 2015 à Paris vous faisiez aussi interdire, un an plus tôt, le drapeau de la République espagnole lors de votre proclamation le 19 juin 2014 à Madrid, faisant procéder à plusieurs arrestations pour trouble à l’ordre public, par la seule présence de ces drapeaux, les faisant décrocher des balcons madrilènes. Des associations de Républicains vous l’ont dit haut et fort.

   – Ne pas oublier ! Tel est le maître mot qui a conduit à la création de notre association RETIRADA 37, pour faire vivre toutes les mémoires de ceux qui ont combattu le franquisme.

Merci à Lydie Salvayre, fille de Républicains, qui avec le prix Goncourt « Pas Pleurer » nous a fait revivre de drôles de souvenirs. Merci pour son mail envoyé à ma fille journaliste « Saluez votre père de ma part et dites-lui que tous les enfants de républicains que je rencontre à l’occasion de la sortie de Pas Pleurer me disent tous qu’ils ont toujours le poing serré. » Soyons rassemblés et gardons bien haut le poing serré pour que revive l’Espoir, pour que revive la República. ¡NO PASARAN !                                           

Luis Lopez

FRAGMENTS DE MÉMOIRE 5

plessis

refugies-marchant-sur-la-route-entre-barcelone-et-la_415438_516x343

camp

Sont reproduits ici les textes qui ont été mis en voix par la Compagnie Cano López le 20 novembre 2015 au Plessis-Théâtres  à  La Riche (Indre-et-Loire).

« Tuntún ¿Quién llama a la puerta ? »

 

Comptine chantée dans les cours d’école (années 40) « Tuntún ¿Quién llama a la puerta ? Es la policía … Tuntún ¡me van a matar ! »

 

Pendant les bombardements, elle a pris le train avec sa sœur aînée et sa mère pour se réfugier en France. Comme elle était la plus petite, mon grand-père avait dissimulé des billets dans sa chaussette pour que sa famille ait un peu d’argent. Quand ma grand-mère a trouvé les billets elle était furieuse car il était interdit de sortir des billets d’Espagne et elles auraient risqué une arrestation. De toutes façons, les franquistes une fois au pouvoir, ont décrété que la monnaie républicaine n’aurait plus cours et ne valait plus rien.

Elles ont passé la guerre à Bezons (banlieue parisienne) chez des amis communistes (mes grands-parents étaient anarchistes). Là-bas, les amis René et Marcelle ont publié dans un journal (communiste je crois) le témoignage « de deux petites réfugiées de la guerre d »Espagne » que ma mère et ma tante avaient rédigé (Elles avaient entre 9 et 10 ans). Le but de cet article était de sensibiliser la population française à ce qu’il se passait en Espagne.

La République de 1931 avait permis que les élèves apprennent le catalan à l’école. Je conserve encore un livre d’alphabet de cette époque. Après la guerre, le catalan était interdit à l’école.

Dans le quartier de mes grands-parents il y avait un aviateur qui avait participé aux bombardements de Barcelone sous les ordres de Franco. Il avait bombardé le quartier de Gracia et du Guinardó. La guerre terminée il avait continué d’habiter près de la Sagrada Familia. Mais il ne sortait guère de sa maison car les gens savaient ce qu’il avait fait, et même s’il était dans le camp des vainqueurs,  il y avait de l’animosité contre lui.

 Sylvie Dulos

 

FRAGMENTS DE MÉMOIRE 4

plessis

refugies-marchant-sur-la-route-entre-barcelone-et-la_415438_516x343

camp

Sont reproduits ici les textes qui ont été mis en voix par la Compagnie Cano López le 20 novembre 2015 au Plessis-Théâtres  à  La Riche (Indre-et-Loire).

Les Olympiades oubliées – Barcelone, juillet 1936

 

17 juillet  – En 1936 le tourisme n’est pas encore populaire mais sur les Ramblas de Barcelone  les accents étrangers, surtout européens, se mélangent aux parlers  catalans, andalous, madrilènes… On attend plusieurs milliers de sportifs et visiteurs à l’occasion des Olympiades Populaires qui vont se dérouler au stade Montjuich du 20 juillet au 26 juillet. Ces  Olympiades sont organisées par le mouvement sportif catalan en opposition aux Jeux Olympiques de Berlin présidés par Hitler.

Dès l’arrivée d’Hitler au pouvoir un mouvement de boycott lancé par des sportifs américains avait contesté  l’organisation par le régime nazi des Jeux Olympiques attribués en avril 1931 à l’Allemagne. Les protestataires s’appuyaient notamment sur le fait qu’aucun athlète juif ne serait sélectionné en Allemagne. Le mouvement de protestation s’était également  développé dans d’autres pays, notamment en France, avec les organisations sportives FSGT (Fédération sportive et gymnique du travail), UFOLEP (Union française des organisations laïques d’éducation physique) et même des associations ou fédérations purement sportives. En mai 1936 l’invitation était venue d’Espagne d’organiser des Olympiades Populaires à la fois sportives et culturelles  en signe de protestation pacifique à l’encontre des Jeux encadrés par les uniformes nazis.

L’entrée en rébellion de Franco au Maroc « espagnol » mettait la République en grand danger. Le général Goded était attendu, venant de Majorque, pour prendre la tête de la rébellion à Barcelone, un colonel assurait l’intérim. Mais l’armée était loin d’être gagnée à la cause monarcho-fasciste et des armes avaient été données aux travailleurs par des sous officiers ; certaines unités de Gardes d’Assaut et de Gardes Civiles, la majorité des forces de police, se mirent aux côtés des travailleurs armés dans les jours qui suivirent.

Les 18 et 19 juillet les combats sporadiques eurent lieu dans Barcelone. Les délégations sportives logées dans les hôtels de la place de Catalogne les entendirent et il y eut quelques blessés parmi eux. Mais aussi de nombreux morts des deux côtés des combattants. Le général Goded arrivé dans la mi-journée du 19 ne put rallier les unités de la Garde Civile, il fut fait prisonnier et lança un appel à la radio pour cesser le combat. Les travailleurs armés de la CNT, du Poum et du Parti socialiste unifié catalan avaient gagné la première épreuve à Barcelone. Il n’en était pas de même en d’autres lieux. Les barcelonais victorieux allaient devoir prêter main forte aux républicains des autres villes.

Le 20 juillet les Olympiades Populaires durent être annulées. Le 24 juillet la plupart des sportifs et accompagnateurs français furent rapatriés à Marseille dans deux paquebots. Jacques Gérald, responsable de la délégation girondine, raccompagna les sportifs aquitains dans leur région et repartit, en volontaire, au mois d’août, pour combattre au côté des républicains espagnols, il fut tué sur le front le 2 janvier 1937. Andrés Martin, ex secrétaire du Comité d’organisation des Olympiades Populaires, fut tué, en septembre, sur le front d’Estrémadure.

En 1937 des Olympiades Populaires eurent lieu à Anvers en souvenir des Olympiades Populaires de Barcelone. Les organisations sportives travaillistes internationales continuaient de rechercher les bases possibles de l’unité antifasciste. En Espagne la guerre continuait et s’aggravait avec l’intervention ouverte des forces armées hitlériennes et mussoliniennes.

 Gilbert Déverines

FRAGMENTS DE MÉMOIRE 3

plessis

refugies-marchant-sur-la-route-entre-barcelone-et-la_415438_516x343

camp

Sont reproduits ici les textes qui ont été mis en voix par la Compagnie Cano López le 20 novembre 2015 au Plessis-Théâtres  à  La Riche (Indre-et-Loire).

La vie quotidienne dans les camps

 

Voici quelques lignes extraites des lettres  que  mon père, interné à Argelès puis Gurs puis  en CTI -Camp de Travailleurs Internationaux-  puis au Stalag VIII C (Silésie), adressait à ma mère et ma sœur aînée (au Camp de Réfugiés Espagnols de Charolles – Côte d’Or -).

Quelques « thèmes » récurrents bien sûr : manque de nourriture, manque d’hygiène, manque d’information ;  mais espoir de bientôt  se retrouver !

Un petit tour d’Europe : il a fui sa  Bulgarie natale pour rejoindre  l’Espagne Républicaine dès les années 30, enthousiasmé par le mouvement  libertaire qui s’y développait. Il a vécu à Barcelone où est née ma sœur, qui, âgée de 3 ans, passa la frontière à pied en février 1939 avec ma mère et grand-mère.

Il  a donc connu les camps du Sud de la France en 1939… puis le Nord de la France (C.T.I.)…, la Silésie (Stalag VIII C), puis Béziers et enfin la Touraine !

 

 27 mars 1939 : Argelès-sur-Mer
El tiempo hoy es un poco mejor. Hace unos dias que la lluvia nos obligaba a quedarnos en las chabolas dónde las gotas caían como lágrimas… No mando más que un dibujo para nuestra alegría; le explicarás el poema de las « hermosas gaviotas ».

 2 août 1939 : Gurs
Por aquí hace algunos días que la policía francesa, con algunos representantes de Franco, van por los islotes de los Españoles y les dicen que los que quieren ir a España que cojan sus maletas para salir y los que quieran quedarse en Francia  pues  que se queden…

Eso lo hacen en presencia de las autoridades españolas porque habían llevado una campaña contra el Gobierno francés, diciendo que no déja a los Españoles que vayan  a sus país, y para desmentir esta calumnia hacen lo presente ; pero son muy pocos los que se van porque  tienen bien en cuenta lo que es el fascismo.

Corren rumores que dentro de un mes liquidarán con los campos pero no hay verdad en ese bulo.

Papel tengo para dibujar, no me mandes más. Recuerdos para todos y vosotras, morena y rubia,  queridas, muchos besos.

 27 janvier 1940 : Gurs (enveloppe censure militaire à Béziers)
… Para nuestra salida en Companía de trabajo ya no se habla. No sé cuándo será pero la esperamos con ansia… Para los que trabajan en las enfermerías les pagan 100 francos para el mes de Diciembre ; para mejorar las condiciones de la vida… en invierno siempre hay más gastos. Cómo hace frío podéis tomar las tres (abuela, hija, y tú) aceite de bacalao para restablecer las fuerzas perdidas en el Refugio.

 2 février 1940 : Gurs
… No sabemos cuándo nos sacarán de aquí a trabajar…

 7 février 1940 : Gurs
… estoy muy contento que estéis bién… y gozando de la vida libre y que nuestra rubita se siente como un pájaro con alas –que antes las tenía cortadas entre los alambrados… eso me da  fuerza para vivir y resistir…

 17 février 1940 : Gurs  (enveloppe censure militaire à Béziers)
Tu última carta me ha emocionado mucho… Voy a decirte una cosa inesperada : todos los internacionales van a salir en Companías de trabajo y de nustro islote, según las informaciones, saldremos todos .

Dicen que saldrán primero los civiles que no tomaron parte en la guerra en España, y yo, cómo he trabajado todo el tiempo en Barcelona, estoy entre los primeros que saldrán.

 25 février 1940 : Gurs
El viernes recibí tu paquete… los bloques de papel son grandes pero no importa, con uno haré dos ; los pasteles también buenos… De nuestro islote ya formaron una Companía y la semana que viene tal vez saldrá. En ella no estamos –yo ni Constantino- Quedamos para la segunda Companía

3 mars 1940 : Gurs
µ… el paquete llegó bién, con salchichón, cuadernos de dibujo, caja de pintura, pasteles  y fruta seca que era muy buena. Te voy a decir que que formaron la segunda Companía de nuestro islote  y estamos agregados yo y Constantino.

Antes de ayer, nos sacaron sangre y estamos esperando de día en día para salir. Puede ser que hasta el día 15 del mes actual salgamos todos. Nuestra Companía se compone en mayoría de Alemanes, Austriacos, Ungaros, Checos, algunos Yugoslavos, algunos Italianos y 2 Cubanos.

 El Jefe de la Companía es Alemán, el Jefe de nuetsro islote es Ungaro y estamos en la sección de los Ungaros. Así que todos contentos de salir pronto, cuando el invierno se aleja y se aproxima la primavera. El próximo dibujo que haré serán los Pirineos, que los tengo a la vista.

7 mars 1940 : Gurs
…mañana salen 4 Companías y en una de estas estamos yo y Constantino. Nos tralandan de un islote a otro y mañana al fín saldremos…

cf . certificat de présence 254è Compagnie de Travailleurs Internationaux

13 mars 1940
Camp de Buyschewre (Nord) – matricule 277-

25 mars 1940 : St-Omer
Hoy lunes, segundo día de Pascua no trabajamos… La comida la han mejorado y nos dieron botas porque el terreno es de barro y agua… Por la mañana nos dan un pedazo de pan con 5 gramos de queso o salchichón o pescado. Eso nos resfuerza un poco. El trabajo no es pesado para los que tienen la costumbre. Lo único que nos pesa es que no sabemos cuál será nuestro destino después de trabajar meses y meses por nada… No tenemos derecho de franqueo militar ni salir sin guardias por los pueblos… Ayer, por la  fiesta, salió un grupo a paseo –con guardias- pour un pueblo próximo. A medio día nos dieron café…. No me mandes nada, vale caro y no tengo necesidad… Por aqui hay mucha ensalada de campo y comemos cuando tenemos la volubtad de recogerla. El aceite vale 12 francos el litro ; hay también leche fresca -1,80 el litro-. De vez en cuando compro pan porque el que nos dan no basta (cuando se trabaja se come más)… Aquí es preferible para mí : se anda, se trabaja y la vida es movimiento, no es paro.

Lo más desagradable es -y será- la falta de remedios para limpiarnos de los piojos que ya los tenemos… Estamos como sardinas en las barracas. Eso a mí me pesa más que todo.

Con nosotros está Pierre y una veintena de Búlgaros (pero no los conoces) ; está también aquel que trabajaba en una fábrica de guerra detrás de Montjuit… Ahora, Constantino está limpiando ensalada. Son las 3 ½ y como no tenemos pan la comeremos sin pan (nos darán esta noche para mañana). Nos dan ¼ de vino diario.

3 avril 1940 : St-Omer
 Ayer llegó tu última carta ; veo que nos has recibido mi segunda. Te  repito que el trabajo no es pesado ; comemos bién y esta semana nos dieron ropa o sea zapatos y pantalones. No hace frío y ya estamos en el mes de Abril… Este mes, según el Jefe de la Companíq, se areglará el asunto del permiso para los que tienen familia… También nos dijeron en Gurs, antes de   salir, ,que a las mujeres de los que están en Companías de trabajo pagarán 8 francos y a cada niño 4 francos y nosotros tendremos el jornal del soldado francés. Así que podréis mejorar la vida… Nadie sabe cómo se desarrollará ni cómo terminará la guerra… pero mientras tanto ne se oyen los bombardeos como en Barcelona. España, cómo está tan ruinada, no cro que entrará en guerra…Comprendo bién tu pena… ya se cumplieron 15 meses sin vernos…

El tiempo aquí lo pasamos muy divertido, sobretodo por la noche : despés de la cena.
Cuando nos ponemos en las camas, parece que estamos al teatro : los Italianos comen ranas, las cazan en el agua por aquí. Una noche uno cojió 2 ranas y las metió en sus botas para comerlas por la mañana. Cuando todos estábamos callados, las ranas empezaron su canción de noche : « cuac, cuac, cuac… » ; una risa entre todos explotó como una bomba ; las ranas, oyendo, se callaron un momento… para empezar otra vez y gritar más… Esto  duró hasta media noche y cansados de risa y de charlas, por fin, nos dormimos sin más oír la voz de las 2 cantadoras… La vida colectiva es siempre divertida…

 21 avril 1940  – 28 avril 1940
… las cartas llegan con retraso. Aquí mando unas flores de primavera… los pájaros cantan día y noche y todo el aire es música agradable… Estamos bastante bién ; nos dieron

2 trajes : el uno es de pana y otro de « caquí ». También nos dieron ropa interior. Nos pagaron 2 veces ya y 2 veces nos dieron tabaco.

 2 mai 1940 :
He recibido el paquete con los calcetines y el salchichón el día 30 del mes pasado. Aquí podemos comprar lo que necesitamos y dinero todavía tengo. Ya te escribí que la comida es bastante buena porque se organizó nuestro  « aprovisionamento ».

 24 juin 1940 « Alemania » – Stalag VIII C
…Al fin puedo  comunicaros que estoy prisionero en un Campo y Costantino está  en otro. Me imagino bien la alegría que os causará esta porque hace más de un mes que no pude escribiros. Estoy bien de salud ; estamos puestos en camas individuales.

Esperamos pronto el fin de la guerra y tan pronto estaré a vuestro lado. La dirección la escribirás tal cómo está detrás del sobre : ni una letra más.

P.S. mándame 1 paquete de 5 kg : azúcar, tocino,  galletas, queso y pan.

 5 août 1940 : Stalag VIII C
 No tengo noticias vuestras… Salud y alegría os deseo – la mía bién.

 25 septembre 1940 : Stalag VIII C  (écrite le 9 sept., expédiée le 25)
Estoy bién de salud y trabajo hace 3 semanas… Tal vez pronto marcharemos y nos veremos después de tanto tiempo separados…

 22 octobre 1940 : Stalag VIII C
… estoy bién de salud. Hace un mes que no tengo noticcias vuestras. Es posible que este mes salgamos de aquí…

28 octobre 1940 : Stalag VIII C
… Si no has mandado el paquete… no me lo mandes que no necesito y tal vez pronto marcharemos de aquí y nos veremos pronto si el bulo que corre por el momento sale verdad. Entonces podré comer uva que tanto me gusta.

A la nena, díle que cuándo vuelva le compraré la bicicleta que tanto tiempo está deseando.

2 novembre 1940 : Stalag VIII C
… ayer recibí tu carta del  29 – 9

 17 novembre 1940 : Stalag VIII C
… El paquete aún no ha llegado. Estoy bien de salud. Los cvliles franceses se marcharon estos días.

 20 novembre 1940 : Reims : carte imprimée : « strictement réservée à la correspondance d’ordre familial »
« je suis en bonne santé »

 

Certificat AUSWEIS
du 26 février 1941
« rapatrié d’Allemagne » et « libéré définitivement » ;
« engagé comme bûcheron »
à Dun/Meuse – signé :  Sous Préfet de Reims.

Sans doute Béziers à partir de mars 1941.

Novembre 1941 à mai 1942 : ouvrier agricole – « La Girardière – Genillé (37) ;

Juin 1942 à mars 1957 :   ouvrier agricole – Ferme de Marolles  – Genillé – (37) – Ferme pilote, inaugurée par Mac Mahon en septembre 1877 – ;

Puis Tours : manœuvre, usine SCHMID.

 *********************************************************************

 A mi hija Primavera

gaviotas 001

Primavera : il s’agit de ma sœur (née le jour du printemps, 21 mars, 1936 !).

L’auteur du poème : Stefan Gramatikoff (un bulgare qui se trouvait en Espagne dès 1931).

 Aurora Bourreau

 


 

FRAGMENTS DE MÉMOIRE 2

Sont reproduits ici les textes qui ont été mis en voix par la Compagnie Cano López le 20 novembre 2015 au Plessis-Théâtres  à  La Riche (Indre-et-Loire).

plessis

refugies-marchant-sur-la-route-entre-barcelone-et-la_415438_516x343

camp

 

Pero no.

España, con más de 114.000 desaparecidos, es « el segundo país del mundo, tras Camboya, con mayor número de personas víctimas de desapariciones forzadas cuyos restos no han sido recuperados ni identificados » (Jueces para la democracia, asociación profesional de jueces y magistrados). Todos y todas los desaparecidos fueron calificados como de izquierdas o rojos, muertos durante la Guerra civil española (1936-1939), cuyo balance fue de 500.000 muertos entre los 2 bandos y otros tantos exiliados de izquierdas.
Con la excusa de una imparcialidad hipócrita, de no reabrir heridas, de mirar al futuro y no al pasado, parte de la sociedad española describe esta etapa crucial, la más sangrienta en la historia de España, como una lucha fratricida, de hermanos. Consecuencia normal, lógica y natural del caos y estado de violencia permanente durante la Segunda República (1931-1939). Si hubiesen ganado los “rojos”, España hubiese sido un estado satélite de Stalin, mejor un dictador nacional. La transición política, culminada con la aprobación de la Constitución de 1978, supuso la llegada de la democracia a España, una reconciliación nacional, con homologación europea incluida, un juntos hacia adelante, sin importar el pasado.
Pero no. Un Estado social y democrático de derecho, como dice la Constitución, con 37 años ya, no puede permitirse tener a más de 100.000 compatriotas enterrados en su territorio sin localizar ni identificar. No puede permanecer neutro a la hora de analizar, un golpe de estado, preparado desde su interior, antes incluso de la proclamación de la propia II República, por militares, responsables precisamente del orden público, poseedores del monopolio de la violencia. Un golpe de estado en contra de la legalidad vigente, que ellos debían defender los primeros. La legalidad democrática de una
República que quería modernizar el país, hacer real en España los principios de libertad, igualdad y fraternidad. Aunque pocos, pero muy violentos y organizados, con la ayuda de Hitler y Mussolini, y las necesidades de supervivencia de toda maldita guerra, vencieron, logrando casi su objetivo de “eliminar, sin dudarlo a todos los que no piensen como nosotros (Mola dixit)”.
Ahí la diferencia radical. Una vez empezada la guerra, el gobierno republicano condenaba, incluso perseguía, todo ajuste de cuentas en la retaguardia, fuera del campo de batalla, algo que logró 6 meses después de empezada ésta. Franco y sus colaboradores, fomentaron el “limpiar España”, desde el principio hasta el final. O matar y violar a todos los calificados como rojos, judíos o masones. Por eso no es comparable la bandera tricolor republicana con la rojigualda del Águila de San Juan, reinante durante 40 años. Hay heridas que no pueden reabrirse porque nunca terminaron de cerrarse, de cicatrizar. Todo el mundo tiene derecho a tener un sitio donde visitar o rezar a sus muertos. Debemos aprender del pasado para no repetir los mismos errores.
Jesús Bermejo González

FRAGMENTS DE MÉMOIRE 1

Sont reproduits ici les textes qui ont été mis en voix par la Compagnie Cano López le 20 novembre 2015 au Plessis-Théâtres  à  La Riche (Indre-et-Loire).

plessis

refugies-marchant-sur-la-route-entre-barcelone-et-la_415438_516x343

camp

Mon camarade José

Mon camarade José, vieux militant du PSOE (Parti Socialiste Espagnol), et de la CGT, a dû demander la nationalité française pour lui, sa femme, et ses enfants dès 1974, juste avant la mort de Franco.

C’était pour avoir le droit  d’obtenir des bourses pour les études, car ils n’avaient pas les moyens d’y subvenir, sa femme et lui. José était maçon, et, aujourd’hui comme hier, les salaires sont vraiment insuffisants, dans le bâtiment. Et les retraites aussi. Et puis, cela ouvrait des portes pour les emplois futurs, y compris dans la fonction publique. « Mais ce n’était pas de gaité de cœur », m’a–t-il dit avec l’accent qu’il n’a jamais perdu.

Même avec sa carte d’identité, originaire de Galice, il n’a jamais pu dire qu’il était français. Dès que possible, il a demandé (et obtenu) la récupération de sa nationalité espagnole.

Il a toujours été dubitatif en ce qui concerne la loi sur la mémoire historique votée en 2007. C’est un amendement de cette loi qui permet aux enfants et petits-enfants d’exilés de réclamer la nationalité de leurs ascendants. L’amendement concerne les émigrants en général.

José pense que « la loi profitera surtout aux enfants des émigrés économiques d’Amérique du sud… Je ne sais pas pourquoi ils ont voulu mélanger ça avec le loi sur la mémoire historique ».

« Les républicains exilés se sont sentis trahis quand la démocratie, puis la gauche se sont installées au pouvoir en Espagne » … Ceux qui, comme José, se sont battus les armes à la main pour défendre la jeune république du « Frente Popular » contre les miliciens du Général Franco « ont trouvé bien longue la transition démocratique ».

Dans le pays, des rues, des places, des monuments évoquent toujours la période franquiste … « La volonté de ne pas raviver les tensions était peut-être juste ( ?) mais nous l’avons souvent vécu comme une humiliation supplémentaire. » a conclu José, l’air soucieux, les sourcils froncés.

Jean-Louis Bargès