Mardi 13 février 18h30 : Inauguration de l’Exposition « Levés avant le jour » Les Brigades internationales de l’Espagne à la Résistance

Le mardi 13 février à 18h30 à la Bibliothèque de Saint-Pierre-des-Corps, soyons nombreux.
A la suite de l’inauguration, Débat avec Claire Rol-Tanguy et Patrick Amand « Regard croisés » autour du livre Brigadistes

Exposition « Levés avant le jour »

1/ Présentation de l’exposition

Cette exposition présente le rôle des Brigades Internationales, volontaires de toutes les nationalités qui sont venus combattre en Espagne pour défendre la République contre la rébellion des généraux, dans la lutte contre le fascisme à la fin des années 1930. Elle fait le lien entre leur engagement en Espagne pour la défense d’idéaux et de valeurs républicains et la lutte des volontaires qui après l’Espagne, rejoignent la France et les maquis de la Résistance. L’existence et le combat des Brigades Internationales rappellent que dès avant la Seconde Guerre Mondiale, des hommes et des femmes de tous les pays ont tenté de s’opposer à la progression du fascisme.

Cette exposition explique, en rappelant le contexte politique et socio-économique du début des années 1930, la courte existence de la IIeRépublique espagnole et le soulèvement militaire de juillet 1936, les racines de la guerre qui déchira l’Espagne de 1936 à 1939. Les démocraties européennes ne s’impliquent que très peu dans ce conflit émergent, contrairement à l’Allemagne et à l’Italie qui approvisionnent en armes et en hommes la rébellion des généraux. Dès l’été 1936, les premiers volontaires internationaux affluent vers l’Espagne, parmi lesquels des personnalités comme Georges Orwell, André Malraux ou Simone Weil. Formées officiellement par décret le 22 octobre 1936, les Brigades Internationales sont intégrées dans l’armée républicaine en construction. Elles servent souvent de « troupes de choc » sur le front et leur appui est décisif dans de nombreuses batailles comme la défense de Madrid, la bataille de l’Èbre ou les derniers combats de Catalogne. Néanmoins, leur retrait est annoncé le 21 septembre 1938, alors que la menace hitlérienne se précise à l’est. La guerre d’Espagne se termine avec la chute de Madrid en mars 1939, qui précipite l’exil des derniers volontaires, des réfugiés et de l’armée républicaine vers la France par les Pyrénées. Malgré l’accueil cruel qui leur est réservé, de nombreux brigadistes, Français ou étrangers, s’engagent dans l’armée française ou dans la Résistance. Cependant, en dépit de leur rôle dans la Libération de l’Europe, ils sont souvent mis de côté voire condamnés dans leur pays d’origine et la mémoire de leur combat a longtemps été oubliée. En France, il a fallu attendre 1996 pour que leur soit reconnu le titre d’ancien combattant.

2/ Descriptif de l’Exposition

Panneau d’ouverture
Panneau 1 : « Les symboles de l’Espagne républicaine »
Panneau 2 : « La IIe République et le Front Populaire »
Panneau 3 : « L’Europe et le soulèvement militaire de juillet 1936 »
Panneau 4 : « Les forces armées en présence »
Panneau 5 : « Les premiers volontaires étrangers »
Panneau 6 : « La formation des Brigades Internationales »
Panneau 7 : « La base des Brigades Internationales à Albacete »
Panneau 8 : « Les batailles des Brigades Internationales »
Panneau 9 : « Les batailles des Brigades Internationales, témoignages »
Panneau 10 : « Le service sanitaire des Brigades Internationales »
Panneau 11 : « La solidarité internationale »
Panneau 12 : « La France, carrefour international de l’aide »
Panneau 13 : « L’engagement intellectuel pour l’Espagne »
Panneau 14 : « La guerre d’Espagne et les médias »
Panneau 15 : « La rencontre avec le peuple espagnol »
Panneau 16 : « La défaite de la République et l’exil »
Panneau 17 : « Les brigadistes dans la Résistance »
Panneau 18 : « Entre silence et oubli, de 1945 à aujourd’hui »
Panneau 19 : « Portraits de brigadistes dans la Résistance »
Panneau 20 : « Paroles de brigadistes »

Panneaux 1 à 3

Ces panneaux sont destinés à présenter au public le contexte politique, économique et social de l’Europe du début des années 1930, en se concentrant sur la situation espagnole et l’avènement de la IIeRépublique en 1931. Le panneau 3 explique les raisons et conséquences du soulèvement militaire des généraux Mola, Sanjurjo et Franco en juillet 1936, qui marque le début de la guerre.

Panneaux 4 à 9

Ces panneaux reviennent sur les différentes étapes de la mobilisation des Brigades Internationales, depuis leur arrivée à l’été 1936, en passant par leur installation sur leur base d’Albacete, jusqu’à leur départ dès la fin de l’année 1938. Ces cinq panneaux évoquent également le volet militaire de la guerre d’Espagne, à savoir les forces en présence, les alliances des belligérants et les batailles dans lesquelles ils ont été impliqués. Les deux derniers panneaux permettent de comprendre ce qu’ont vécu les Brigades Internationales au front aux côtés de l’armée républicaine.

Panneaux 10 à 15

Ces panneaux sont plus centrés sur des thématiques précises de l’histoire des Brigades Internationales, notamment l’organisation sanitaire et médicale sur place, les réseaux de solidarité créés afin de soutenir le combat des volontaires et de l’armée républicaine, l’engagement des intellectuels dans le conflit, le rôle des médias et la couverture journalistique des combats. Le panneau 12 éclaire la position centrale de la France dans le réseau d’aide internationale à l’Espagne.

Panneaux 16 & 17

Ces deux panneaux évoquent la fin des combats et le retrait des volontaires brigadistes du territoire espagnol. Le panneau 17 se concentre sur l’engagement résistant de nombreux brigadistes à leur retour d’Espagne et sur le rôle des républicains espagnols exilés dans la libération du territoire national.

Panneaux 18 à 20

Ces panneaux sont destinés à évoquer la mémoire du conflit, l’implication et le rôle joué par les Brigades dans ce dernier. Le panneau 18 évoque le retour du front, et toutes les difficultés qui ont surgi pour ces volontaires souvent poursuivis et condamnés à leur retour pour leur engagement en Espagne. Les panneaux 19 et 20, au travers de portraits et de citations, nous présentent des profils d’hommes et de femmes qui racontent leur expérience et expriment leurs sentiments face à leur engagement passé.

Les Brigades internationales : un « grand récit » fondateur, une épopée nécessaire aujourd’hui

Les BI (53 pays, environ 32.000-35.000 volontaires, la plupart jeunes et ouvriers) sont un patrimoine héroïque de l’histoire des communistes et de celle de tous les révolutionnaires, de tous les antifascistes, de tous les progressistes…
Les classes dominantes voudraient nous dépouiller de notre histoire, celle des combats émancipateurs de classe, des luttes populaires… Raison de plus pour la brandir, l’assumer, l’étudier, la faire vivre concrètement dans le monde actuel… En être fiers. Fiers de valeurs à réactiver, du travail de l’ACER, les Amis des combattants en Espagne républicaine présidée par notre chère Claire, fille de ROL et de Cécile, entourée d’autres internationalistes d’aujourd’hui, passionnés, généreux, et qui font honneur à la cause qu’ils portent et perpétuent.
Les BI ne sont pas « l’armée du Kominterm » mais « une armée et un  univers communistes », aime à répéter l’historien spécialiste Rémy Skoutelsky. Le contingent français était le plus nombreux (un tiers) et comptait entre 50% et 60% de communistes encartés. Pourquoi tant de bave aujourd’hui pour décommuniser les Brigades ? Pourquoi tant d’acharnement à les dénigrer : Brigadistes, tous « staliniens », donc tous mercenaires sanguinaires!! Les autres brigadistes non membres du PCF étaient des ouvriers antifascistes, des syndicalistes, des militants de gauche, des idéalistes, des républicains, une minorité d’anarchistes, de socialistes…
Les BI (53 pays, environ 32.000-35.000 volontaires, la plupart jeunes et ouvriers) sont un patrimoine héroïque de l’histoire des communistes et de celle de tous les révolutionnaires, de tous les antifascistes, de tous les progressistes…
La rentrée 2016 (septembre, octobre, novembre) marquera le 80e anniversaire de leur création par l’Internationale communiste et leur arrivée en novembre sur un front de Madrid sur le point de tomber… « No pasarán ! » Et les fascistes n’ont pas pris Madrid ! Ne nous loupons pas ! Ne nous laissons pas déposséder !
Un ouvrage collectif évènement politico-littéraire de rentrée, un documentaire (30 minutes), prêt fin septembre sur ce qu’il reste aujourd’hui de cette épopée, tourné à Albacete (base des BI), seront en plein dans le mille d’une célébration qui doit être vivante, historique, politique, festive, liée aux enjeux de 2016. Nous avons ô combien besoin des valeurs que portaient ces hommes : justice sociale ; solidarité internationaliste, socialisme, engagement total, désintéressé…
Il ne s’agit pas ici de rentrer dans l’analyse, les contradictions, les conflits, les motivations, la composition des BI… cela sera fait ultérieurement. Précisons seulement qu’avant la création des BI, dès que le « golpe » éclate, des centaines de militants anarchistes, communistes français, des socialistes, des trotskystes, des immigrés antifascistes réfugiés en France, traversent les Pyrénées, partent individuellement combattre aux côtés des milices antifranquistes…
Que se lèvent les internationalistes d’aujourd’hui ! « Vous êtes le mythe, vous êtes la légende » (Dolores). Douleur et fierté. « ¡Se siente, se siente, las Brigadas están presentes ! »
Jean Ortiz
12 AOÛT 2016

Stopper l’extension d’une porcherie sur le site du camp de concentration de Septfonds

Monsieur le Président de la République

Nous sollicitons votre intervention pour empêcher qu’un « crime de lèse-mémoire » soit commis à l’encontre d’un haut-lieu historique du Tarn-et-Garonne : le site du camp de concentration de Septfonds (lieudit de Judes) risque d’être souillé par l’extension d’une porcherie familiale qui prévoit d’élever dorénavant 6 500 animaux par an.

Sur ce terrain, réquisitionné en mars 1939 pour être transformé en camp de concentration, ont été enfermées environ 30 000 personnes, dans des conditions infrahumaines et sans procès ; 90 % étaient des soldats de l’armée républicaine espagnole, d’autres des soldats de l’armée polonaise et d’autres encore des civils juifs. Un certain nombre des « internés » perdirent la vie dans ce camp sans que l’on sache encore à ce jour où les premiers morts furent enfouis. 81 personnes gisent dans le Cimetière des Espagnols restauré à partir de 1978.

Un Mémorial a été aménagé en 1996. Il a été inscrit sur la liste complémentaire des Monuments et des Sites du Patrimoine national en septembre 2011, grâce à l’opiniâtreté des associations qui ont fondé le Centre d’Investigation et d’Interprétation de la Mémoire de l’Espagne Républicaine (CIIMER), dont le siège est situé dans la gare de Borredon (Montalzat) qui desservait le camp. Cette gare et le Cimetière des Espagnols ont été simultanément inscrits au Patrimoine.

La présence de milliers de cochons, la puanteur qui en découlera, les épandages de lisier prévus sur les communes de Septfonds et Montalzat notamment, souilleraient, auprès des nombreux visiteurs de France, d’Espagne et de toute l’Europe, la mémoire des disparus.

Les excréments porcins sont incompatibles avec le respect dû à ceux qui ont souffert en ces lieux. Permettre la réalisation de ce projet serait en contradiction avec les décisions antérieures de l’État, mûrement réfléchies, qui ont inscrit le Mémorial, le Cimetière des Espagnols et la Gare de Borredon sur la liste du Patrimoine. Ce serait une offense à ceux dont les corps gisent encore dans les terres visée par l’épandage.

Monsieur le Président de la République, pour ces raisons, pour retrouver le chemin de la dignité, nous vous demandons d’intervenir pour empêcher la mise en œuvre de ce projet.

Cette pétition sera remise à:

Comité d’Animation du CIIMER
José Gonzalez, président du
CIIMER Comité d’Animation
jose.gonzalez44@wanadoo.fr

Mujeres Libres: les anarchistes qui ont révolutionné la classe ouvrière en Espagne

À la fin de la Deuxième République, quelque 21 000 anarchistes ont formé le premier mouvement féministe radical de base populaire authentique en Espagne. Un des groupes précurseurs des revendications de la libération de genre, qui plusieurs années plus tard, sont toujours d’actualité.

On dit de l’histoire que les vainqueurs l’écrivent, mais ce qui n’est pas dit, c’est que les gagnants, presque dans leur totalité, sont des hommes. Et, on ne dit pas non plus, qu’ils oublient souvent les femmes : si nous regardons en arrière et pensons aux grands moments de changement de l’humanité, ou aux grandes révolutions, aucun nom de femme ou presque ne vient à l’esprit.

L’histoire de l’ Espagne n’a pas été moins dure avec les femmes , enterrant pendant de nombreuses années le rôle qu’elles ont joué pendant la plus grande révolte du pays, la guerre civile. Cependant, les organisations sociales essaient constamment de faire un trou dans notre mémoire collective et de faire face à l’oubli. A titre d’exemple, CGT Espagnole et Mujeres Anarquistas à l’ Agrupación de Mujeres Libres , que ce 2017 soit 80 ans depuis sa fondation. Une organisation qui a ensuite été formée en tant que premier mouvement féministe radical de base populaire authentique et précurseur dans la lutte pour les revendications qui, de nombreuses années plus tard, sont toujours présents aujourd’hui.

Comment sont-ils nés? A la fin de la Seconde République dans une dynamique politique et culturelle qui a ouvert de nouvelles possibilités pour la participation des femmes dans la lutte sociale. CNT, la Confédération nationale du travail , était depuis 1910 le principal centre syndical orienté par l’anarchisme, dont la CGT Espagnole dériva plus tard. Un syndicat qui avait une forte présence de femmes et qui reconnaissait les droits fondamentaux du travail tels que la liberté économique ou l’égalité des salaires, mais dans lequel il y avait peu d’initiatives de luttes spécifiques.

Les femmes ont marqué leur propre voie dans l’anarchisme et en 1936 elles ont créé leur propre organisation

Avant cela, les femmes devaient marquer leur propre chemin. À Barcelone, le noyau principal du mouvement anarchiste, le Groupe Culturel Féminin a été fondé en 1934, un pionnier dans l’articulation des femmes au sein de l’union. Mais le déclenchement de la guerre civile a changé le rythme des formations, ils ont avancé et décidé de créer leur propre organisation. Le 2 mai 1936 plusieurs femmes ont publié le premier numéro de libre femmes qui, comme il l’ écrit Paula Ruíz Roa , chef de la femme du secrétariat CGT Espagnole « était la base de la création d’ un groupe libertaire et l’organisation de sa première premier et unique congrès qui pourrait avoir lieu en août 1937. » En peu de temps, ils ont compté avec 147 groupes locaux et21 000 femmes affiliées .
Le premier groupe autonome de femmes

Dès le début, Mujeres Libres a été formé en tant que groupe totalement autonome. La majorité des militants faisaient déjà partie d’autres organisations du mouvement libertaire – CNT, FAI, Juventudes Libertarias -, cependant, ils n’étaient subordonnés à aucune des structures précédentes.

Ce fut une bataille d’anarchistes dans le produit rejetant le mouvement libertaire une organisation que des femmes:  » Ce sont eux qui ne voient la nécessité d’ organisations distinctes toutes les organisations ouvrières des femmes pour différencier les revendications les deux, parce que dans la lutte de la classe ouvrière n’a pas eu l’importance qu’ils avaient  » , explique au publicl’actuel secrétaire de la CGT Espagnole, José Manuel Muñoz Poliz.

Ecrivain et historien américain Martha Ackelsberg a dit que la plus grande réussite de l’organisation était d’ être le « pionnier des organisations féministes » et « participer à la lutte contre l’ exploitation capitaliste l’ oppression patriarcale ». Ainsi, Mujeres était la ligne Libres idéologique du CNT, mais a développé son propre objectif: émanciper les femmes de l’esclavage triple , « l’ esclavage de l’ ignorance, l’ esclavage des femmes et l’ esclavage des producteurs ». Avec le début de la guerre, un autre objectif a été marqué, « fournir une aide ordonnée et efficace à la défense de la République ».

Réclamations toujours présentes aujourd’hui

« Ce qui attire le plus l’attention de ce groupe, c’est la façon dont ils posent le problème des femmes, surtout à l’époque, avec des problèmes allant de l’abolition de la prostitution, à l’éducation mixte, aux soupes populaires ou à l’amour libre. », explique l’historien brésilien Thiago Lemos Silva , qui a étudié l’histoire de ce groupe pendant plus de dix ans.

Dès le début, ils ont appelé à l’importance de l’ incorporation des femmes dans le travail rémunéré , en effectuant de multiples emplois, ainsi que des activités d’arrière-garde: de l’alphabétisation à la formation sur le tas dans tous les secteurs du travail. Et, pour que cette incorporation ne soit pas un double fardeau pour les femmes, elles ont exigé – comme elles le font aujourd’hui – et mis en place des soupes populaires et des garderies sur le lieu de travail.

Ils ont travaillé dans l’arrière-garde et dans les usines, enseignant l’alphabétisation et la formation à des centaines de femmes

Ils ont rompu avec l’idée que les relations familiales et intimes étaient privées: ils dénonçaient avec ferveur le contrôle au sein même du couple et de l’État et de l’Église catholique. Ils ont proclamé l’amour libre et dénoncé que le modèle familial traditionnel favorise les inégalités. D’une part, parce qu’il maintient les dépendances économiques sur lesquelles le patriarcat est basé. D’autre part, parce qu’elle protège la soumission des femmes aux hommes au sein de la famille, elles n’ont donc aucun droit de s’y exprimer.

Un autre sujet qui ressort le plus est l’ éducation des enfants . Ils ont assuré que dans les écoles une mentalité s’obtient encadrée par les valeurs bourgeoises par ce que il était essentiel que l’éducation donnât un tour total en promouvant une école pour la liberté. Dans le domaine de l’éducation, ils ont également revendiqué la nécessité de l’éducation sexuelle, soulevant des problèmes jusqu’alors tabous tels que les méthodes contraceptives ou l’avortement.

Comme avec presque tous les groupes révolutionnaires, la répression pendant la guerre par les troupes franquistes fut colossale. Plus avec des groupes de femmes comme celui-ci qui posait un double danger en ne se battant pas seulement pour l’émancipation de la classe ouvrière, mais aussi pour l’ émancipation des femmes .

Il semble impossible de documenter le nombre exact de femmes qui ont subi l’apaisement de la torture, des assassinats, des disparitions et des violences sexuelles . Mais nous savons que, comme la majorité des miliciens et des militants, les membres de Mujeres Libres ont fini en prison , en exil ou, dans le meilleur des cas, soumis à un silence absolu, niant avoir participé à cette organisation.. Ni de l’étranger ils ont réussi à maintenir des structures organisées dans la clandestinité, donc à trois ans, en 1939, Mujeres Libres a fini par se dissoudre. Bien qu’ils aient conservé un héritage: « a créé un grand désir chez les femmes de la liberté en chacun de nous », explique Ruíz Roa. Et, comme le souligne Thiago, « il faut connaître l’histoire de ces femmes pour pouvoir questionner le machisme ».

24/12/2017 – BEATRIZ ASUAR GALLEGO- Publico

Soirée conviviale

Pour marquer la fin de l’année 2017 et passer à celle de 2018 pour laquelle de nombreux projets sont en route, nous vous proposons une soirée conviviale qui a lieu :


VENDREDI 15 DECEMBRE à partir de 18 heures

Salle de la Medaille à St Pierre des Corps.

Nos estomacs se régaleront des divers mets et boissons que chacun d’entre vous apportera comme nous avons l’habitude de le faire.

Vos familles et amis sont les bienvenus. Nous les accueillerons avec plaisirs.

Pour tout renseignements nous restons disponible.

Faire vivre les mémoires et les valeurs des Républicains espagnols exilés

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils